Information

YouTube confirme sa collaboration avec l’UE en matière de censure


YouTube a confirmé travailler avec les gouvernements d’Europe et l’UE elle-même dans le cadre de la campagne de suppression de la “désinformation” de Covid.

La “compréhension approfondie” de l’effort déjà sans précédent pour supprimer et restreindre le contenu, en particulier dans le contexte de l’épidémie, a été révélée lors d’une conversation que le site Punto Informatico a eue avec le directeur des politiques publiques de YouTube pour la région EMEA, Marco Pancini.

M. Pancini a donné quelques détails techniques sur la manière dont les contenus sont analysés et censurés, affirmant que YouTube a donné la priorité à la “responsabilité” qu’elle a envers les utilisateurs et les partenaires, y compris les autorités qui attendent d’elle qu’elle remplisse un “rôle social” et n’abandonne pas celui de censeur.

YouTube a élaboré un “manifeste” pour résumer la manière dont il met en œuvre la politique de modération et de censure qui a pris, pendant l’année épidémique et présidentielle américaine, des proportions jamais vues auparavant.

M. Pancini a révélé que les principes directeurs qui sous-tendent ce manifeste sont “les quatre R de la responsabilité” :” “supprimer, élever, réduire, récompenser” (remove, raise, reduce, reward).


Cela signifie que YouTube s’attache à supprimer le plus rapidement possible les contenus qui enfreignent sa politique, et à élever ce qu’il appelle les voix faisant autorité, afin de servir leur contenu aux téléspectateurs pendant les périodes de nouvelles de dernière minute.

Ensuite, la plateforme géante s’efforce de réduire la diffusion de  contenus qui “frôlent” sa politique (en d’autres termes, qui n’enfreignent pas vraiment la politique, mais que YouTube veut pouvoir supprimer arbitrairement de toute façon), et enfin, de récompenser ce que YouTube a décidé être des créateurs de confiance.


Comme toujours, la plupart de ces éléments sont vagues, généraux et non transparents en ce qui concerne les critères, YouTube les utilise pour désigner les contenus et les créateurs comme faisant autorité et dignes de confiance, et pour punir ceux qui sont jugés comme tels ; pourtant, la société insiste sur le fait que ses règles sont “claires et transparentes”.


Au cours de la conversation, M. Pancini a révélé que depuis le début de la pandémie, YouTube a supprimé 850 000 vidéos pour avoir enfreint ses règles de désinformation concernant le contenu médical.

YouTube a collaboré avec le gouvernement italien et des “partenaires faisant autorité” pour censurer ce type d’informations dans le pays ; dans l’UE, la collaboration se fait par le biais du “Code de pratique sur la désinformation” de l’Union – tout cela dans le but de faire de “la lutte contre la désinformation une bataille collective et globale”.

Source : Reclaim The Net – Traduit par Anguille sous roche


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




1scandal.com © elishean/2009-2021