Politique

Victoire de Donald Trump: ultime recours ou plan élaboré?


Si, comme beaucoup le pensent, ou du moins l’espèrent, le Président Trump et son équipe avaient un plan pour contrer la fraude électorale gigantesque qui se déroule sous nos yeux avec l’appui des médias corrompus et du GAFA, celui-ci comporterait deux étapes, ou deux fronts : D’abord les tribunaux, puis la Chambre.

Mais il faut savoir avant tout que les Etats-Unis sont une République et non une simple démocratie.

Pour bien comprendre, quelle est la différence entre République et Démocratie?

Le mot DEMOCRATIE vient du grec Démos (le peuple) et kratia (gouverner). La démocratie est donc un régime politique où le pouvoir est détenu par le peuple. Dans une démocratie représentative, le peuple élit des représentants qui gouvernent en son nom.

Le terme de République vient de Res publica, qui veut dire « le bien public ou la chose publique ». Les affaires de la cité, l’organisation de la vie en société, doivent être du ressort de chaque citoyen. C’est l’affaire de tous.

Si les deux termes sont proches, ils ne sont pas forcément identiques. Ainsi, une République n’est pas toujours une démocratie. Aujourd’hui, le régime chinois a pour nom « République populaire de Chine » mais il s’agit d’une dictature : les libertés sont limitées, le pouvoir communiste est autoritaire. Le président chinois est désigné par le Parti Communiste. Il existe bien des élections en Chine, mais c’est pour désigner un parlement de près de 3000 députés, qui ne se réunit qu’une seule fois dans l’année et n’a aucun pouvoir.


A l’inverse, une démocratie n’est pas obligatoirement une République. L’Angleterre est une monarchie mais la reine ne possède qu’un pouvoir honorifique, c’est le Premier ministre britannique qui gouverne avec un Parlement élu au suffrage universel direct. Bien qu’étant une monarchie, le Royaume Uni est donc une démocratie.

Par conséquent, si Démocratie et République ont des sens étymologiques proches, ils recouvrent souvent une réalité différente.

Tout d’abord, la campagne Trump, le RNC, les différents partis GOP des États, les organisations tierces, ont intenté des procès au niveau des comtés, des États et au niveau fédéral. L’objectif premier était de faire invalider stratégiquement plusieurs bulletins de vote. Cependant, un objectif secondaire était d’exposer publiquement la « corruption » dans ces villes aux représentants des États et aux dirigeants de la Chambre des représentants et du Sénat des États-Unis.

Cela est crucial, tout en maintenant l’engagement des 73 millions de partisans de Trump et en travaillant en coulisses.

Il semble que ce soit un succès, puisque deux sondages montrent que 60 % des Américains pensent maintenant qu’il y a eu « fraude » et que seulement 49 % croient que Biden a gagné.

Restez conscients que les « appels » des Médias ne sont que des « projections » de la façon dont les États ont voté lors du vote populaire. À proprement parler, ils ne signifient rien.

Gagnant, ou perdant en justice, l’étape suivante est le GOP State Legislatures (SLs) en PA, MI, WI, AZ et GA.

Le 14 décembre 2020 (aujourd’hui) les électeurs certifiés de chaque État votent pour le président et le vice-président. Ce que beaucoup ne réalisent pas, c’est qu’ils votent dans leur État d’origine et que leur vote est scellé et NON « compté » jusqu’au 6 janvier. Point crucial.

Maintenant, les SL ont l’autorité constitutionnelle (en vertu de l’article II, section 1, clause 3 et 3 du Code des États-Unis, § 2 et § 5) de nommer leur propre liste d’électeurs, fidèles au Président Trump, s’ils estiment que le « VOTE POPULAIRE EST CORRIGÉ » de leur État. En d’autres termes, l’assemblée législative de l’État de Géorgie, par exemple, peut « conclure que le vote populaire a été corrompu » et nommer une « liste concurrente » d’électeurs, loyaux au président Trump. Par exemple, 20 électeurs Biden de l’AP et 20 pour Trump.

Le précédent est l’élection de 1876, lorsque la Caroline du Sud, la Louisiane, la Floride et l’Oregon ont chacun envoyé des votes électoraux concurrents de Démocrates et de Republicains, scellés, à l’archiviste de Washington.

Gardez à l’esprit que RIEN n’a encore été « compté ».



Un autre point crucial. Le 6 janvier, le 12e amendement de la Constitution précise que « le président du Sénat ouvre, en présence du Sénat et de la Chambre des représentants, tous les certificats et les votes sont alors comptés ». Cela signifie qu’en cas de litige sur des listes électorales concurrentes, le président du Sénat – le vice-président Pence – semble avoir l’autorité ultime pour décider d’accepter ou de refuser. Ceci est confirmé par le paragraphe 15 du code des États-Unis, ce qui signifie que Trump l’emporte.

Il s’agit d’une vérification de facto du Collège électoral, dont peu de gens se rendent compte car elle n’a eu lieu qu’en 1876. Si à ce moment-là, personne n’arrive à 270, le 12ème amendement stipule que « la Chambre des représentants choisit immédiatement, par un vote, le Président. Mais pour le choix du Président, les votes sont effectués par les États, la représentation de chaque État disposant d’une voix. Actuellement, les républicains ont une majorité de délégation d’état avec 26 (probablement 30 dans le nouveau Congrès) sur 50. Par conséquent, Trump gagne.

Le Président Trump a clairement évoqué une stratégie pour contester l’élection par des moyens constitutionnels, d’abord par les tribunaux et ensuite par la Chambre, en disant lors d’un rassemblement le 26 septembre en-Pennsylvanie :

« Et je ne veux pas finir à la Cour suprême et je ne veux pas non plus retourner au Congrès, même si nous avons un avantage si nous retournons au Congrès – est-ce que tout le monde comprend cela ? Je pense que c’est 26 à 22 ou quelque chose comme ça parce que cela compte un vote par État, donc nous avons en fait un avantage. Oh, ils vont être ravis d’entendre ça ».

Rien n’indique plus clairement que c’était son plan depuis le début. De plus, Politico rapporte que « En privé, Trump a envisagé la possibilité que la course à la présidence soit également lancée à la Chambre, soulevant la question avec les législateurs du GOP, selon des sources républicaines » telles que McConnell, Graham, McCarthy, etc. Ce qui expliquerait le soutien résolu du sénateur McConnell au président Trump. Il est clair que le sénateur McConnell, qui est rusé et croit au pouvoir brut, sait que POTUS est sur une base constitutionnelle solide.

Dans l’élection contestée en 2020, comme celle de 1876, le Sénat républicain et la Chambre démocrate ne s’accorderont pas sur le choix des électeurs. C’est ce qu’on appelle une « contestation ».

En vertu de la Constitution, il n’existe aucun mécanisme pour résoudre un différend dans lequel les deux chambres du Congrès ne peuvent pas se mettre d’accord sur un ensemble d’électeurs certifiés, et les tribunaux, y compris la Cour suprême, n’ont aucun rôle constitutionnel à jouer. Il s’agit là d’un autre point crucial.Donc, le 26 septembre, Trump fait référence à la COUR SUPRÊME, puis au Congrès. La Chambre et le GOP du Sénat (McCarthy & McConnell) argumenteront en vertu du libellé du 12ème amendement, le Président du Sénat-Vice-Président Mike Pence- est le seul ayant pouvoir de sortir d’une impasse entre le Sénat et la Chambre, et d’accepter ou de révoquer les électeurs contestés.

Les républicains mettront en avant le pedigree historique de la position du vice-président, en observant que le GOP a fait valoir le même argument lors de l’élection de 1876. Compte tenu de la formulation du douzième amendement, quelle que soit son ambiguïté et ses éventuelles objections politiques, il n’y a pas d’autre autorité unique possible à identifier à cette fin que le président du Sénat pour agir en tant qu’arbitre des différends et sortir des impasses.En fait, dans le cadre des pouvoirs de Pence, il pourrait soit accepter les listes électorales concurrentes soumises, soit les rejeter comme étant contestées, et ne pas les faire compter. Un total réduit permet encore de remporter une victoire, car il rejette 270 candidatures. Il s’agit là d’un autre point crucial.

Si ce chiffre n’est pas atteint, le 12e amendement stipule que « la Chambre des représentants doit « choisir immédiatement », dans ce scénario, de réélire le président Trump pour un second mandat car, comme indiqué ci-dessus, le gouvernement contrôle la majorité des délégations de la Chambre.


Les Américains doivent donc continuer à appeler, à envoyer des courriers électroniques, à organiser des manifestations et à forcer le gouvernement à nommer une liste d’électeurs républicains pour le président Trump et à le soutenir à 1000%.

Rien n’est perdu. Il reste encore une chance pour la Justice, la Liberté et l’Avenir de nos enfants. On peut souhaiter, si le Président Trump reste au pouvoir, que cette fois il ne se montre pas aussi tolérant qu’il l’a été avec Hillary la corrompue. Il serait peut-être temps de construire une aile à Guantanamo pour y accueillir les tricheurs démocrates. Et, peut-être, de remettre la chaise électrique en fonction pour les coupables de haute trahison. Cela ne concerne pas forcément le sénile Joe Biden, qui ne sait même pas s’il a été réélu au Sénat ou a « gagné » la présidence.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Pierre Rehov pour Dreuz.info.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




1scandal.com © elishean/2009-2021