Social & Finance

USA: Une mère qui a critiqué sur Facebook la promotion de l’art « polysexuel » à l’école primaire, est menacée par l’armée

Un responsable de l’armée américaine a signalé le message aux forces de l’ordre locales et nationales.

Après qu’une mère de famille du New Jersey a critiqué sur Facebook les affiches placées à l’entrée d’une école locale et faisant la promotion de diverses préférences sexuelles, un haut responsable militaire américain de la base commune locale l’a accusée de causer des « problèmes de sécurité » et a signalé son message aux forces de l’ordre locales et nationales.

L’histoire a d’abord été couverte par Chaos and Control qui a documenté la mère et membre du conseil d’éducation (BOE) Angela Reading partageant ses préoccupations au sujet des affiches dans un groupe public Facebook le 22 novembre. Certaines des affiches critiquées par Mme Reading faisaient la promotion de préférences sexuelles telles que « pansexuel » et « polysexuel » (termes faisant référence à une attirance sexuelle envers des personnes indépendamment de leur sexe).

Dans son message, Mme Reading a déclaré qu’elle était « livide » après que sa fille de sept ans a lu les affiches alors qu’elle assistait à une « Nuit des maths » à l’école primaire et lui a demandé ce que signifiait « polysexuel ».

« Pourquoi les écoles primaires encouragent-elles et permettent-elles aux enfants de faire des recherches sur la sexualité et de créer des affiches ? Reading a écrit dans le post Facebook. « Cela ne figure pas dans les normes élémentaires de l’État (loi) ni dans le programme approuvé par le BOE. C’est pervers et cela devrait être illégal d’exposer mes enfants à des contenus sexuels. Recherchez les termes, et vous verrez qu’ils sont de nature sexuelle. »

Reading ajoute :

« Comment mes jeunes enfants peuvent-ils accepter des personnes ‘qui sont sexuellement attirées par des genres multiples’ ? Ils ne savent pas ce qu’est le sexe ! Les adultes parlent-ils de leur vie sexuelle avec mes enfants et cherchent-ils une affirmation ? Y a-t-il des élèves du primaire engagés dans une activité sexuelle polyamoureuse ou multisexuelle qui ont besoin que mes enfants le sachent et les encouragent ? Je suis très confuse et très en colère. »

Puis le responsable militaire s’en est mêlé.

Le lieutenant-colonel Christopher Shilling a répondu au message de Mme Reading en l’accusant de causer « des problèmes de sécurité pour de nombreuses familles ».

Il a ajouté que les forces de sécurité de la base commune (McGuire, Fort Dix et Lakehurst) « travaillent avec de nombreuses agences de maintien de l’ordre locales et de l’État pour surveiller la situation et assurer la sécurité de toute la communauté ».

Schilling a ensuite changé le nom de son compte Facebook en « Chris Topher » et a supprimé son compte LinkedIn.

Dans une déclaration à Tucker Carlson Tonight, la base commune a confirmé qu’elle avait « informé les forces de l’ordre locales de l’échange sur les médias sociaux, ce qui est une pratique courante de partage d’informations entre les entités chargées de l’application de la loi. »

Toutefois, Tucker Carlson a souligné qu’ »une base militaire n’est pas un organisme d’application de la loi ». Il a ajouté :

« L’objectif de l’armée est de nous défendre contre les ennemis étrangers, pas de surveiller nos publications sur Facebook. »

Dans une interview avec Carlson, Reading a déclaré que peu de temps après que Schilling l’ait prise pour cible, le chef de la police locale a contacté l’administratrice du groupe Facebook et lui a dit que le post « devait être retiré ». Mme Reading a accepté de faire retirer le message et a ensuite contacté directement le chef de la police pour lui rappeler le premier amendement.

« Nous ne devrions pas utiliser les ressources du gouvernement et notre position pour faire pression sur des personnes afin qu’elles suppriment des publications sur Facebook », a déclaré Reading.

L’histoire de Reading est le dernier des nombreux exemples de services gouvernementaux fédéraux et locaux susceptibles de violer le premier amendement en signalant des messages à censurer.

 Reclaim The Net


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci


1scandal.com pour une info libre... © elishean/2009-2022

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.