A ne pas manquerParoles de témoins

USA: Des dizaines de milliers d’enfants autochtones découverts dans 50 fosses communes des écoles publiques

Ce que les américains ont fait aux amérindiens est innommable...! Il n'est pas étonnant qu'ils aient accueilli aussi facilement les criminels nazis après la seconde guerre mondiale.

Ce n’est un secret pour personne que les États-Unis d’Amérique ont une histoire profondément sombre et troublante en ce qui concerne la façon dont les Amérindiens ont été traités dans ce pays.

Après avoir anéanti de grandes parties des populations indigènes atteintes de maladies européennes, le gouvernement fédéral s’est mis à assimiler de force la population restante dans les institutions gouvernementales.

Aux 19e et 20e siècles, des centaines d’écoles fédérales ont été créées à travers le pays dans lesquelles les enfants autochtones ont été retirés de leurs familles et de leurs tribus pour être rééduqués dans le mode de vie américain.

Dans ces établissements, des dizaines de milliers d’enfants ont été abusés physiquement et sexuellement alors que les « enseignants » les forçaient à parler, à s’habiller et à agir « à l’américaine ».

Dans ces internats, il était interdit aux enfants de parler leur langue amérindienne et contraints de s’assimiler à la société. Les mauvais traitements qu’ils ont subis de la part du personnel ont souvent été mortels et bon nombre de ces écoles ont commencé à creuser des fosses communes en conséquence.

Une nouvelle étude menée par le département de l’intérieur nous a donné un aperçu du caractère profondément inquiétant de ces écoles.

L’étude a trouvé plus de 50 lieux de sépulture, dans lesquels ils soupçonnent que des dizaines de milliers d’enfants autochtones ont été enterrés – et ils s’attendent à ce que ce nombre augmente.

L’étude est loin d’être terminée, mais certaines des conclusions sont publiées alors qu’elles se concentrent sur la tentative d’identification des enfants et de leurs affiliations tribales.

« Les conséquences des politiques fédérales sur les internats indiens – y compris le traumatisme intergénérationnel causé par la séparation familiale et l’éradication culturelle infligées à des générations d’enfants aussi jeunes que quatre ans – sont déchirantes et indéniables », a déclaré Deb Haaland, la secrétaire à l’Intérieur.

L’étude a révélé le fait que des centaines d’écoles, gérées et financées par le gouvernement fédéral, fonctionnaient dans 37 États, dont beaucoup dans l’Oklahoma, l’Arizona et le Nouveau-Mexique.

Le gouvernement américain a dirigé plusieurs centaines de ces écoles tout en finançant les églises catholiques, protestantes et autres qui dirigeaient leurs propres écoles pour «civiliser» les Amérindiens.

« Ma priorité est non seulement de donner la parole aux survivants et aux descendants des politiques fédérales sur les pensionnats indiens, mais aussi de traiter l’héritage durable de ces politiques afin que les peuples autochtones puissent continuer à grandir et à guérir », a déclaré Haaland.

Haaland, qui est Laguna, a déclaré avoir trouvé 53 fosses communes d’enfants morts ou tués dans les installations gouvernementales. Le nombre d’enfants enterrés dans ces tombes pourrait se chiffrer en « dizaines de milliers », selon l’étude.

Beaucoup de ces enfants ont été enterrés dans des lieux de sépulture non marqués ou mal entretenus, loin de leurs tribus indiennes, des villages autochtones de l’Alaska, de la communauté hawaïenne indigène et des familles, souvent à des centaines, voire des milliers de kilomètres », indique le rapport.

Ce n’était rien de moins qu’un génocide et c’est arrivé dans ce pays, parrainé et exécuté par ce gouvernement.

Bien que le régime américain actuel tente de créer une commission de vérité et de guérison dans le but de rétablir les choses, les Amérindiens aux États-Unis sont toujours confrontés à une bataille difficile – jusqu’à et y compris beaucoup d’entre eux étant privés de leur droit de vote et/ou inutilement tué.

Les Amérindiens sont tués lors d’affrontements avec la police plus que tout autre groupe ethnique et leurs assassins échappent souvent à toute responsabilité.

Comme l’a rapporté TFTP, l’adjoint du shérif du comté d’Ashland, Brock Mrdjenovich, a tiré sur un enfant amérindien dans la réserve indienne de Bad River, dans le nord du Wisconsin, et l’a tué sans en subir les conséquences.

Il ne faut pas s’étonner qu’un comté criblé de charniers pleins d’enfants autochtones pense que les mettre dans des réserves et s’excuser est en quelque sorte de la «justice».

TheFreeThoughtProject.com


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci


1scandal.com pour une info libre... © elishean/2009-2022

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.