A ne pas manquerBiotechnologie & Santé

Une technologie invasive analyse votre voix pour détecter des signes de maladie mentale

Les centres d'appels le testent déjà.

Sonde Health, Kintsugi, Winterlight Labs et Ellipsis Health vendent une technologie de « biomarqueur vocal » pour identifier l’anxiété, la dépression et d’autres conditions. La technologie est utilisée dans les cliniques médicales et les centres d’appels.

Les quelques études disponibles sur la technologie affirment que les biomarqueurs vocaux peuvent aider à détecter une myriade de problèmes de santé, notamment la dépression, les maladies respiratoires comme l’asthme et le Covid, et les maladies cardiovasculaires. Cependant, la technologie soulève des problèmes d’éthique et de confidentialité.

Les compagnies d’assurance et les hôpitaux installent la technologie des biomarqueurs vocaux dans leurs centres d’appels et après avoir obtenu le consentement du patient, ils peuvent détecter en temps réel si le patient souffre d’un problème de santé mentale comme la dépression ou l’anxiété.

Contrairement aux assistants vocaux comme Alexa et Siri, le logiciel de biomarqueur vocal analyse la façon dont vous parlez, pas ce que vous dites. Votre voix est analysée par un système d’apprentissage automatique qui la compare à des échantillons de voix anonymisés.

Selon Maria Espinola, psychologue et professeure adjointe à l’Université de Cincinnati, les personnes souffrant de dépression « font plus de pauses » et s’arrêtent plus souvent lorsqu’elles parlent.

Elle a ajouté: «Leur discours est généralement plus monotone, plus plat et plus doux. Ils ont également une plage de hauteur réduite et un volume plus faible.

S’adressant à Axios , la PDG de Kintsugi, Grace Chang, a déclaré : « À partir de 20 secondes seulement de discours de forme libre, nous sommes en mesure de détecter avec une précision de 80 % si quelqu’un souffre de dépression ou d’anxiété.

« Lorsqu’on est intégré dans un centre d’appel où il y a une infirmière en ligne, l’infirmière peut poser des questions supplémentaires », ajoute-t-elle. Elle a en outre affirmé que 80% des patients acceptaient de faire analyser leur voix.

Certains experts ont soulevé des préoccupations éthiques et estiment que la technologie pourrait être utilisée à mauvais escient.

« Il reste encore un long chemin à parcourir avant que les biomarqueurs vocaux alimentés par l’IA puissent être approuvés par la communauté clinique », lit-on dans un éditorial publié par la revue médicale The Lancet. «De meilleures normes éthiques et techniques sont nécessaires pour que cette recherche réalise pleinement le potentiel des biomarqueurs vocaux dans la détection précoce des maladies.»

D’autres estiment que la technologie pourrait exacerber les biais systémiques, comme c’est le cas avec la technologie de reconnaissance faciale (elle est plus imprécise lors de l’identification des personnes de couleur et des femmes).

Reclaim The Net


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci


1scandal.com pour une info libre... © elishean/2009-2022

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.