Une femme handicapée par le vaccin de Pfizer est considérée comme folle - 1 Scandal
Paroles de témoins

Une femme handicapée par le vaccin de Pfizer est considérée comme folle


Il y a un virus mortel dans la place, et tout le monde doit y mettre du sien.

Via LSN :

Une femme de 35 ans souffrant de tremblements incontrôlables après avoir reçu sa deuxième injection anti-COVID a expliqué mardi comment, malgré ses symptômes invalidants, les médecins lui ont dit qu’il n’y avait pas de « problème médical » chez elle.

Kellai Rodriguez a raconté comment sa vie a été « bouleversée » lors d’un rassemblement « Real not Rare » sur les marches de la Cour suprême, auquel ont participé des orateurs présentant des symptômes douloureux et débilitants après avoir reçu des injections anti-COVID. Kellai Rodriguez et la plupart des autres orateurs ont déclaré que les médecins n’avaient pas pris au sérieux leurs plaintes concernant les lésions causées par le vaccin, ce qui les a profondément bouleversés.

Mme Rodriguez, qui était auparavant très sportive et qui a été femme au foyer, a raconté qu’elle a reçu le vaccin Pfizer plus tôt cette année parce qu’elle était « terrifiée » à l’idée d’attraper à nouveau le COVID et d’en mourir.

« J’ai attrapé le COVID en février et j’ai failli en mourir », a déclaré Mme Rodriguez. Peu de temps après, elle a reçu sa première piqûre Pfizer le 13 avril, et sa deuxième le 5 mai. « J’ai eu le COVID deux fois depuis mes vaccins », a-t-elle ajouté.

« Le 29 juin 2021, ma vie quotidienne heureuse et prévisible s’est interrompue brutalement. 

J’ai perdu ma capacité à parler naturellement. Je suis devenue incapable de marcher sans déambulateur, et je ne sais jamais si et quand les tremblements vont se produire ou disparaître. Je ne peux plus cuisiner, faire le ménage, ni même prendre ou tenir mon bébé trop longtemps avant que mon corps ne se mette à trembler de façon incontrôlable ou ne soit soumis à des douleurs atroces« , a déclaré M. Rodriguez.

« J’ai été aux urgences plus de fois que je ne peux en compter, et par conséquent j’ai vu d’innombrables médecins urgentistes, ainsi que deux neurologues qui ne m’ont donné aucun diagnostic », a-t-elle poursuivi.

Rodriguez a déclaré qu’on ne lui a fait « aucun autre test à part les analyses de sang habituelles, les scanners, les EEG, les EKGS et l’IRM », dont on lui a dit que les résultats étaient « normaux ».

Selon Rodriguez, un médecin de médecine fonctionnelle et un chiropracteur « semblent être les seuls à vouloir l’aider » à comprendre ce qui arrive à son corps.


Rodriguez a partagé que dans certains cas, ses symptômes ont été considérés comme un problème psychologique, ce qui est devenu un refrain commun parmi les orateurs du rassemblement. Lorsqu’ils ne déformaient pas leurs symptômes, les médecins refusaient souvent de faire le lien entre leurs problèmes physiques et le direct ou de reconnaître que leurs symptômes étaient réels.

« C’est devenu l’expérience la plus solitaire et la plus isolante que j’ai vécue au cours de mes 35 ans de vie », a déclaré M. Rodriguez.

« On m’a fait sentir que je ne comptais pas pour ceux de la médecine occidentale. Que je ne suis rien de plus qu’une gêne et une perte de temps. Je mérite d’être entendue et traitée avec compassion, mais au lieu de cela, on m’a traitée de menteuse et d’imposteur, et des médecins urgentistes m’ont même dit que tout cela était dans ma tête et que je n’avais aucun problème médical. »

En fait, dit-elle, ils sont allés jusqu’à appeler un travailleur social pour qu’elle soit évaluée en vue d’un internement dans un hôpital psychiatrique de l’État.


Mme Rodriguez a déclaré qu’elle avait l’intention de partager son histoire jusqu’à ce que « chaque personne blessée par une dose de vaccin contre le COVID ait un diagnostic et un plan de traitement en place ». Elle pense qu’il est temps d’ »exiger » que les médecins « cessent d’ignorer et de rejeter ce qui arrive à des milliers de personnes » dans le monde.

Real Not Rare est un mouvement populaire qui cherche à sensibiliser le public aux effets indésirables des vaccins anti-COVID, à faire reconnaître ces risques par les médias et le gouvernement, et à plaider pour un meilleur traitement des personnes blessées par les injections, ainsi que pour la fin de l’obligation de se faire vacciner contre le Covid.



Source


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres

































1scandal.com © elishean/2009-2021