A ne pas manquerParoles de témoins

Une femme âgée autochtone piétinée par la police à cheval lors du Convoi de la liberté


La police montée à Ottawa s’est efforcée d’évacuer les manifestants avec le Freedom Convoy des rues vendredi. À la suite d’une charge lancée par des policiers à cheval contre une foule de manifestants, des informations contradictoires ont émergé quant à l’état d’une femme âgée qui a été piétinée.

Selon Sara Carter, contributrice de Fox News, la femme piétinée par la patrouille à cheval est peut-être décédée à l’hôpital. D’autres rapportent que la femme âgée est simplement blessée.

D’après des images disponibles en ligne, il semble qu’au moins un autre manifestant ait été piétiné.

Carter a rapporté plus tard vendredi soir qu’elle attendait toujours « l’état des informations selon lesquelles une femme qui se trouvait dans la zone de la manifestation aurait pu être grièvement blessée ou tuée – elle a été emmenée à l’hôpital … en entendant d’autres informations, elle pourrait être ok / attend toujours la vérification des amis de la famille et de l’hôpital. »

La vidéo de l’incident montre la patrouille à cheval traversant une foule, les manifestants disant « tenez la ligne ».

« Nous sommes une manifestation pacifique », a déclaré la femme âgée peu de temps avant l’incident.

Les gens commencent à crier lorsqu’un policier à cheval écrase la femme âgée avec son cheval.

Un premier tweet de la police d’Ottawa disait que quelqu’un avait lancé une bicyclette sur les chevaux pour tenter de les blesser.

Les photos de l’incident révèlent cependant que la femme qui a été piétinée utilisait un dispositif d’aide à la marche.

Cela a conduit de nombreuses personnes à accuser la police d’Ottawa de répandre de la désinformation sur l’incident.

« Si le vélo qui, selon vous, a été jeté n’était en réalité que le scooter de mobilité de la femme handicapée que vous avez piétinée, vous devriez vraiment supprimer ces tweets et vous excuser, @OttawaPolice « , a tweeté Candice Malcolm de True North.

La police s’est rapidement efforcée d’arrêter et d’évacuer les manifestants qui bloquent les rues d’Ottawa depuis plus de trois semaines maintenant.

La police d’Ottawa affirme que personne n’a été grièvement blessé.

C’est une histoire de rupture et sera mise à jour

https://twitter.com/SweetingElaine/status/1495044214266249218?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1495044214266249218%7Ctwgr%5E%7Ctwcon%5Es1_&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.sott.net%2Fembed%2FeosEs0z9bWi8_YHyYkG0VAGZjRg

Sans se laisser décourager par un tel désastre de relations publiques, la police d’Ottawa, renforcée par des forces extérieures qui cachent leurs noms et leurs lieux d’origine, continue de battre et d’arrêter les manifestants :

À la suite de l’invocation par l’administration Trudeau de pouvoirs d’urgence qui permettent à la police d’agir en dehors de son champ d’action normal, les autorités se déplacent vendredi au centre-ville d’Ottawa, procédant à des arrestations et, dans certains cas, violent physiquement les manifestants. La police d’Ottawa a signalé qu’au moins 70 personnes ont été arrêtées jusqu’à présent.

Dans la vidéo, on peut voir la police traiter brutalement un manifestant. À un moment donné, un officier enfonce son genou dans le torse de l’homme à plusieurs reprises, le faisant finalement s’effondrer.

Le prochain message provient du compte Twitter de la Police d’Ottawa.

 La légende se lit comme suit : « Ce que vous voyez, ce sont des unités d’ordre public en formation de ligne. Les manifestants se font continuellement dire de partir, ou ils risquent d’être arrêtés. Vous verrez la ligne avancer lentement pour donner aux personnes qui veulent partir la possibilité de faire alors. »

Dans la vidéo suivante, un exemple concret de la vie réelle de la police expulsant de force des personnes de la zone est reproduit. On voit des gens tenir bon et repousser la police. Un homme leur crie de « reculer ». Un autre homme hors caméra commente que ces actions sont « inconstitutionnelles » : «

Étonnamment, bien que le journalisme ne soit pas couvert par la loi d’urgence, la police dit également aux médias de « garder une distance et de rester à l’écart des opérations policières pour votre sécurité ».

« Menacer d’arrêter les journalistes qui couvrent votre répression contre les dissidents politiques. Incroyable », a répondu presque immédiatement la journaliste et personnalité des médias Lauren Chen au tweet :

Jusqu’à présent, selon la police d’Ottawa, il y a eu au moins 70 arrestations et 21 véhicules distincts ont été saisis, selon la police d’Ottawa. Ils déclarent également que la rue Nicholas a été «déblayée» et qu’ils continuent de faire de même sur la rue Rideau voisine:

Dans une autre vidéo, on peut voir des policiers retenir un homme qui semble avoir été poussé au sol et dans la neige par eux. Ils le hissent ensuite et le traînent sans ménagement :

Rebel News est une épine particulière dans le pied de Trudeau. Apparemment, la journaliste Alexa Lavoie s’est présentée pour un traitement spécial de la part des flics, ayant été frappée à la gorge avec un gros bâton. (Graphique):

Pour corriger le record, c’était une balle en mousse haute densité (comme si cela faisait une différence).

Apparemment, elle a commis l’erreur de donner une mauvaise image de Trudeau à la télévision nationale :

Hannah Nightingale
The Post Millennial

.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci

www.epitalon-sante.com

1scandal.com © elishean/2009-2022

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.