Paroles de témoins

Une Canadienne va être euthanasiée après s’être plainte de ne pas pouvoir payer son loyer

Les autorités canadiennes ont donné leur feu vert pour qu'une femme de 32 ans soit envoyée à la mort en raison de son revenu extrêmement faible.

La décision de tuer la femme à faible revenu fait partie d’un nouveau projet du gouvernement canadien visant à résoudre l’inflation, l’itinérance, la montée en flèche de la criminalité et les pénuries alimentaires en euthanasiant les pauvres.

Denise, dont le vrai nom a été omis pour protéger son identité, souffre d’une maladie rare connue sous le nom de sensibilité chimique multiple . L’exposition aux produits chimiques ménagers déclenche des réactions allergiques.

Cela a fait de l’obtention d’un logement une tâche très difficile.

Ctvnews.ca rapporte :

À la suite d’un article de CTV National News publié ce printemps détaillant son approbation en attente pour l’aide médicale à mourir (AMM), Denise a déclaré que l’effusion de soutien public qu’elle a reçue a suscité une lueur d’espoir pour son avenir. Mais maintenant, ça commence à baisser.

« On m’a donné ce quasi espoir où je vois un moyen de survivre maintenant… les pièces ne s’additionnent tout simplement pas et l’argent est l’horloge », a-t-elle déclaré.

L’AMM a été légalisée au Canada en 2016 pour les candidats dont la mort naturelle était raisonnablement prévisible et modifiée par la suite pour inclure les Canadiens souffrant d’une maladie ou d’un handicap « intolérable » et « irréversible » .


Plus de 1 000 donateurs ont recueilli des fonds au printemps pour aider Denise à obtenir un logement permanent dans un espace accessible aux fauteuils roulants avec de l’air non contaminé. Mais six mois plus tard, elle est toujours à la recherche d’une maison car les fonds et le temps manquent.

« Il me reste actuellement deux mois », a déclaré Denise, faisant un signe de tête à son solde d’argent.

« J’ai demandé l’approbation finale pour MAiD », a-t-elle déclaré.

SOULAGEMENT TEMPORAIRE

Dans un hôtel de Toronto, perché sur un ravin entouré d’arbres et d’air frais, Denise a enfin pu enlever son respirateur.

L’hôtel était le seul hébergement temporaire qu’elle pouvait trouver qui acceptait de suspendre leur utilisation de produits de nettoyage parfumés et chimiques 24 heures avant son arrivée.

Dans son dernier appartement, elle n’avait pas pu échapper aux produits chimiques.


Denise, qui utilise un fauteuil roulant depuis l’âge de six ans à la suite d’une blessure à la moelle épinière supérieure, est bénéficiaire du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées ( POSPH ). Elle reçoit 1 278 dollars par mois de « pauvreté abjecte réglementée par le gouvernement ».

Le plan n’était jamais de rester à l’hôtel pendant une période prolongée. « C’est complètement insoutenable », a déclaré Denise. Mais des mois plus tard, elle reste dans la chambre.

« J’ai honte d’être encore là.

En octobre, Denise a visité pour la première fois une unité gérée par la ville offrant un loyer inférieur au marché, ce qu’elle recherchait depuis une bonne partie de la décennie. Mais quand elle a vu l’espace disponible, elle l’a trouvé invivable.

« Le premier logement que j’ai vu n’avait pas un débit d’air adéquat. Il n’y avait qu’une seule fenêtre. Il y avait une odeur de moisissure dans la salle de bain, des carcasses de cafards morts », a-t-elle déclaré.

« C’est là que cela devient un problème d’accessibilité car, essentiellement, il n’y a pas de locations abordables dans la ville conçues ou adaptées à la sensibilité chimique multiple. »

LE LOGEMENT EN TANT QUE DROIT DE L’HOMME

Toronto-St. La députée provinciale de Paul, Jill Andrew, a déclaré que son bureau avait contacté Denise en mars après avoir entendu parler de son offre infructueuse pour un logement sûr et abordable.

« La précarité de la situation de Denise ne devrait jamais arriver, mais c’est la réalité dévastatrice pour les personnes logées de manière précaire en Ontario », a déclaré Andrew à CTV News Toronto.

Son équipe a écrit des lettres au premier ministre Doug Ford, ainsi qu’à Steve Clark, ministre des Affaires municipales et du Logement, et à Merrillee Fullerton, ministre des Services à l’enfance, communautaires et sociaux.

« À ma connaissance, aucune de ces lettres n’a reçu de réponse », a déclaré Andrew.

« Personne ne devrait avoir à demander l’aide médicale à mourir (AMM) en raison du refus d’un gouvernement d’agir dans le meilleur intérêt des personnes sans abri ou handicapées. Denise a besoin que le gouvernement de l’Ontario agisse aujourd’hui. Elle n’a plus de temps à perdre.

Le ministre ontarien des Affaires municipales et du Logement a déclaré à CTV News Toronto que le gouvernement provincial avait obtenu des «résultats historiques» en construisant plus de logements pour lutter contre l’itinérance chez les Ontariens vulnérables, parallèlement à une augmentation de 5% du POSPH en septembre.

Cependant, il n’a pas abordé directement la situation de Denise.

La directrice exécutive du secrétariat au logement de Toronto, Abigail Bond, a déclaré que la ville était « découragée » par la nouvelle d’un résident envisageant l’AMM et espère que Denise reconsidérera sa décision.

Bond a déclaré que la ville aidait activement Denise à obtenir un «logement convenable», qui comprend des options sur le marché privé et par l’intermédiaire des partenaires de logement de la ville. Elle a ajouté que la ville avait aidé Denise à obtenir une allocation de logement portable qui aide à couvrir les coûts de location sur le marché privé.

Mais Denise a déclaré avoir été avertie par le personnel de la ville que trouver un logement subventionné par la ville qui pourrait s’adapter à son handicap reviendrait à « trouver une aiguille dans une botte de foin ».

Le gouvernement fédéral a reconnu le droit à un logement convenable comme un droit humain fondamental en 2019, ce que  Susannah Bunce , professeure agrégée de géographie humaine à l’Université de Toronto, a déclaré que la ville devait aborder.

«Nous devons commencer à en discuter de manière proactive à Toronto, à propos de voir le logement comme un droit de la personne et non comme une marchandise», a déclaré Bunce.

«C’est une situation qui a été produite par des règlements qui ont été levés par le gouvernement provincial, en particulier au cours des dernières années, pour répondre aux besoins des propriétaires et des personnes qui veulent investir dans le logement, plutôt qu’aux personnes qui ont besoin de bonne qualité, un logement sûr et abordable.

APPROBATION FINALE

Denise a déclaré qu’il n’y avait que de la paperasse finale entre elle et une mort médicalement assistée. Les arrangements funéraires ont été faits et une procuration a été signée.

Pour être pris en considération, un candidat a besoin de deux médecins ou infirmières praticiennes indépendants pour confirmer qu’il répond aux critères , ce que Denise a fait. Cela va de pair avec une demande écrite de MAiD signée par la personne qui en fait la demande.

Une fois les formulaires remplis, Denise entrera dans une période d’attente de 90 jours avant que l’AMM n’ait lieu.

« C’est la seule option », a déclaré Denise.

« Vivre dans un environnement dangereux est si préjudiciable pour moi et cela cause tellement de souffrance que c’est tout simplement physiquement insupportable. »

Source


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci


1scandal.com © elishean/2009-2022

Articles connexes