Un scientifique russe affirme que la souche omicron « pourrait mettre fin à la pandémie de COVID » - 1 Scandal
Biotechnologie & Santé

Un scientifique russe affirme que la souche omicron « pourrait mettre fin à la pandémie de COVID »


Un scientifique russe a affirmé que la dernière « variante préoccupante » du coronavirus de Wuhan (COVID-19) pourrait sonner le glas de la pandémie. L’expert a déclaré que les multiples mutations de la souche omicron B11529 agissent contre elle.

Le Dr Anatoly Altstein a avancé cette affirmation dans une interview avec le tabloïd moscovite KP. Le virologue du Centre national d’épidémiologie et de microbiologie de Gamaleya – qui a développé le vaccin Sputnik V COVID-19 – a déclaré qu’il faudrait des mois avant qu’omicron ne devienne la variante dominante du SRAS-CoV-2.

Malgré cela, Altstein a déclaré que l’on ne sait toujours pas à quel point la nouvelle souche pourrait être infectieuse. La question de l’omicron causant plus de décès dus au COVID-19 que la variante delta B16172 reste également incertaine, a-t-il ajouté.

« À l’heure actuelle, il y a des raisons de penser que la variante omicron pourrait être moins pathogène. Nous voyons déjà qu’omicron a de nombreuses mutations – plus de 30 dans un seul gène de sa protéine de pointe. C’est trop, et cela signifie que le virus a un génome instable. En règle générale, ce type d’agent infectieux devient moins dangereux car, au cours de l’évolution, un nombre écrasant de mutations entraîne un affaiblissement de la capacité du virus à provoquer une maladie. »

Si son argument est vrai, Altstein a déclaré que les infections à omicron ne seraient mortelles que dans une petite fraction des cas – et deviendraient comme les autres infections saisonnières courantes.

« Nous ne devrions pas avoir peur que la variante omicron se propage largement, mais qu’elle pourrait s’avérer être la variante la plus pathogène, aggravant l’infection. »

L’argument d’Altstein faisait suite à un rapport moins que lamentable sur la souche omicron qui contredit le récit alarmiste des médias grand public. La présidente de l’Association médicale sud-africaine, le Dr Angelique Coetzee, a déclaré que la variante omicron ne provoque qu’une maladie bénigne .


«Il présente une maladie bénigne avec des symptômes tels que des muscles endoloris et de la fatigue pendant un jour ou deux. Jusqu’à présent, nous avons détecté que les personnes infectées ne souffrent pas de perte de goût ou d’odorat. Ils peuvent avoir une légère toux, [mais] il n’y a pas de symptômes importants. Parmi les personnes infectées, certaines sont actuellement traitées à domicile. » 

Les pays ferment leurs frontières pour empêcher omicron d’entrer

Identifiée pour la première fois en Afrique du Sud, la souche omicron se serait propagée plus rapidement que la variante delta antérieure identifiée pour la première fois en Inde. La variante omicron possède 32 mutations dans sa seule protéine de pointe, plus que les 13 à 17 mutations de delta. La protéine de pointe du virus lui permet de s’accrocher aux cellules humaines et de se multiplier à l’intérieur.

Cependant, de nombreux pays ont pris des mesures rapides pour fermer leurs frontières afin d’empêcher la souche omicron d’entrer dans le pays. Le Japon et Israël sont deux de ces nations qui se sont fermées.

Un article du Japan Times a déclaré que le gouvernement japonais avait annoncé une interdiction sur les voyageurs étrangers entrants le 29 novembre. L’interdiction, qui durera un mois, est entrée en vigueur le lendemain 30 novembre. Cependant, le Premier ministre japonais Fumio Kishida a précisé que Les ressortissants japonais ou les résidents étrangers rentrant chez eux seraient exemptés de l’interdiction.


« Il s’agit d’une mesure préventive d’urgence pour éviter le pire des cas. Des recherches sont nécessaires pour déterminer le degré de contagiosité de la variante omicron dans le monde. Il est crucial que nous réagissions à la situation rapidement et avec souplesse », a déclaré Kishida aux journalistes.


Israël a également emboîté le pas , annonçant une interdiction des voyageurs entrants le 27 novembre dernier. Les Israéliens de retour – y compris ceux injectés avec le vaccin COVID-19 – seraient isolés pendant trois jours. Ils seraient également testés à leur arrivée et après la période de quarantaine, ne pouvant partir qu’une fois un résultat négatif obtenu.

Les voyageurs en provenance de 50 pays « rouges » d’Afrique déclarés par le gouvernement israélien seraient soumis à une période d’isolement plus longue et à des tests plus fréquents, a rapporté le Jerusalem Post.


« Nous ne prenons aucun risque. Nous voulons arrêter cela tôt. Nous voulons empêcher ou retarder l’entrée de cette variante en Israël », a déclaré le Premier ministre du pays, Naftali Bennett. Il a ajouté qu’Israël « agira rapidement, tôt, durement et avec force » pour assurer la sécurité des Israéliens.

Les sources de cet article comprennent :
GreatGameIndia.com
RT.com
SpoutnikNews.com
JapanTimes.co.jp
JPost.com


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




1scandal.com © elishean/2009-2021