A ne pas manquerEnvironnement & Alimentation

Un scientifique néerlandais spécialiste de l’azote remet en question le fondement du programme de lutte contre le changement climatique


Jaap Hanekamp est sceptique quant aux idées reçues en matière de science. Il n’arrête pas de poser une simple question : « Mais, est-ce que c’est vrai ? »

Lorsqu’il s’agit des calculs du gouvernement néerlandais sur les dépôts d’ammoniac et d’oxyde d’azote – la base des obligations climatiques qui réduiraient le nombre de têtes de bétail et mettraient de nombreux agriculteurs au chômage – M. Hanekamp est particulièrement critique à l’égard de « la science ».


Il pense qu’elle repose sur des définitions vagues, une déférence excessive à l’égard du jugement des experts et une focalisation étroite sur les coûts plutôt que sur les coûts et les avantages.

« Nous traitons maintenant les agriculteurs comme des pollueurs, point final, ce qui est une perspective très étrange », a-t-il déclaré.

Hanekamp, professeur agrégé de chimie à l’University College Roosevelt aux Pays-Bas, a fait ces commentaires lors d’une interview avec Roman Balmakov, animateur de l’émission « Facts Matter » d’EpochTV.

Une décision de justice néerlandaise de 2019 qui entravait la construction d’installations d’élevage a déclenché une précédente série de protestations de la part des agriculteurs.

Un article de Science sur les protestations a décrit certains des méfaits attribués aux émissions d’azote : 

« Dans 118 des 162 réserves naturelles néerlandaises, les dépôts d’azote dépassent désormais les seuils de risque écologique de 50 % en moyenne. »

« Dans les dunes, les tourbières et les landes, qui abritent des espèces adaptées au manque d’azote, la diversité végétale a diminué à mesure que des herbes, des arbustes et des arbres aimant l’azote s’installent. »

« Les produits chimiques azotés sont des nutriments – vous en avez besoin pour faire pousser les plantes », a déclaré Hanekamp.

Hanekamp pense que le gouvernement s’est concentré sur l’azote presque à l’exclusion d’autres facteurs qui affectent la nature, comme l’emplacement des eaux souterraines par rapport à la surface.

Il se demande également si les modifications de l’écosystème provoquées par l’augmentation des dépôts d’azote peuvent être correctement définies comme des « dommages ».

« Un changement dans la biodiversité est-il mauvais en soi, ou s’agit-il simplement d’un changement ? » a-t-il demandé.

Il a fait remarquer que les Pays-Bas sont loin d’être une nature sauvage et vierge. La plupart des terres sont artificielles, gagnées sur la mer au cours des derniers siècles grâce à l’ingéniosité de l’homme.

Hanekamp a examiné de près un terme utilisé dans la recherche écologique gouvernementale : « charge critique d’azote ».

En dessous de sa « charge critique », une substance n’est pas censée représenter une menace significative pour l’environnement.

Dans un article récent, Hanekamp et son coauteur William Briggs ont décrit certains problèmes liés aux preuves utilisées pour définir les charges critiques d’azote aux Pays-Bas.

D’une part, ils estiment que les définitions des charges critiques d’azote ne sont pas suffisamment précises. En outre, ils pensent qu’il n’y a pas eu suffisamment d’études à grande échelle et à long terme sur les dépôts d’azote.

M. Hanekamp a souligné que les modèles peuvent être utiles – prendre 100 000 mesures à travers le pays ne serait pas vraiment facile ni bon marché.

Cependant, l’incertitude de la modélisation fait qu’il est difficile de traduire l’activité d’une ferme particulière en modèles exacts de flux d’azote.

Cela n’a pas empêché le ministre néerlandais de l’azote de dévoiler en juin dernier des objectifs détaillés de réduction de l’azote par zone.

Cette publication a été à l’origine de la dernière série de protestations des agriculteurs.

Un producteur laitier interrogé par The Epoch Times devrait réduire son cheptel de 95 %, au point de devoir mettre la clé sous la porte.

« Nous avons créé l’illusion d’une certitude en ce qui concerne les émissions et les dépôts. C’est définitivement un mirage de l’élaboration des politiques », a déclaré Hanekamp.

« Le problème est que le gouvernement néerlandais a décidé que ces charges critiques sont définitives en ce qui concerne la qualité des habitats que nous avons. Et c’est une approche très étrange de cette question. »

M. Hanekamp craint qu’une analyse complète des risques et des avantages pour la société n’ait pas été effectuée. Il pense que le résultat final des propositions climatiques du gouvernement reste profondément incertain.

« Si nous les mettions en œuvre et que nous expulsions, disons, un tiers des agriculteurs, nous ne savons toujours pas quel serait le résultat lié à ces charges critiques, ce qui n’a aucun sens », a-t-il déclaré.

« Oui, nous [saurions] qu’un tiers des agriculteurs [sont] partis, et qu’en gros, nous réduisons la production et les revenus en tant que pays, mais le retour sur investissement dans la nature ciblée ? Nous n’en avons aucune idée. »

Traduction de The Epoch Times par Aube Digitale


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci

Tous les effets du vieillissement ont une cause commune :

Le raccourcissement de vos télomères.  

L'Epitalon provoque la production par la glande pinéale d'une enzyme qui reconstruit donc rallonge les télomères....

www.epitalon-sante.com

 

1scandal.com © elishean/2009-2022


Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.