Biotechnologie & Santé

Un professeur démissionne du comité israélien Covid à cause de la vaccination des femmes enceintes


Un membre éminent du Comité israélien de priorisation des vaccins COVID-19 a démissionné pour protester contre la décision de recommander des vaccins aux femmes enceintes.

Le professeur Eran Dolev a démissionné du comité de priorisation des vaccins du ministère israélien de la Santé en raison du comité recommandant aux femmes enceintes de se faire vacciner contre le COVID-19.

Dolev, ancien président du conseil d’éthique de l’Association médicale israélienne, a quitté son poste parce que le comité a ignoré ses avertissements concernant les tests de vaccins sur des femmes enceintes avec peu d’études disponibles.

La FDA américaine reconnaît que les vaccins n’ont pas été testés sur les femmes enceintes.

«Un tel vaccin n’a été testé par aucune entreprise et n’a été approuvé par la FDA», a déclaré Dolev en référence au vaccin COVID-19.

En fait, Dolev a raison de dire que les vaccins n’ont été autorisés que par la Food and Drug Administration des États-Unis sous «Autorisation d’utilisation d’urgence», et non le processus d’approbation complet des médicaments doit généralement passer avant l’approbation pour une utilisation publique.

Dans un entretien téléphonique avec Keshet 12 News, Dolev a déclaré que lorsque le comité avait rejeté son opinion selon laquelle les femmes enceintes ne devraient pas être vaccinées, il a encouragé le comité à faire signer aux femmes enceintes un «formulaire de consentement éclairé». Cette suggestion a également été rejetée par le Comité de priorisation des vaccins.


Les déclarations de Dolev font suite à des informations selon lesquelles les femmes enceintes vaccinées peuvent transmettre une protection à leurs bébés. Reuters a rapporté que selon une nouvelle recherche menée en février, des anticorps ont été détectés chez les 20 femmes ayant reçu les deux doses du vaccin Pfizer / BioNTech au cours de leur troisième trimestre de grossesse et chez leurs nouveau-nés. La recherche a été menée par le Hadassah-University Medical Center de Jérusalem.

«Nos résultats soulignent que la vaccination des femmes enceintes peut fournir une protection maternelle et néonatale contre l’infection par le SRAS-CoV-2», indique l’étude. Cependant, les chercheurs ont noté la petite taille de l’étude. De plus, l’étude n’a pas été officiellement publiée ni évaluée par des pairs.



Alors qu’Israël débat de l’opportunité de vacciner ou non les femmes enceintes, le pays évolue déjà dans une direction controversée avec son nouveau programme «Green Pass».

Dans le cadre de cette initiative, seuls les citoyens qui ont reçu les deux vaccins COVID-19 auront accès aux gymnases, aux hôtels, aux piscines, aux concerts et aux lieux de culte. Les restaurants et les bars seront également inclus éventuellement. Le Green Pass se présente sous la forme d’une application numérique avec un code QR qui doit être scanné pour prouver le statut vaccinal.

“Voici à quoi ressemblera la première étape du retour à une vie presque normale” , a déclaré le ministre de la Santé, Yuli Edelstein, à Reuters.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




1scandal.com © elishean/2009-2021