Politique

Un groupe secret financé par Soros travaille en coulisses avec l’administration Biden

Le mémo interne de Governing for Impact indique qu’ils ont mis en œuvre plus de 20 points de leur programme fédéral.


Un groupe secret soutenu par des millions de dollars du milliardaire libéral George Soros travaille dans les coulisses avec l’administration du président Biden pour façonner la politique, selon des documents examinés par Fox News.

Governing for Impact (GFI), le groupe secret, se vante dans des mémos internes d’avoir mis en œuvre plus de 20 points de son programme de réglementation, alors qu’il travaille à inverser les déréglementations de l’ère Trump en se concentrant sur les questions d’éducation, d’environnement, de soins de santé, de logement et de travail.

« Open Society est fière de soutenir les efforts de Governing for Impact pour protéger les travailleurs, les consommateurs, les patients, les étudiants et l’environnement américains par le biais d’une réforme politique », a déclaré Tom Perriello, directeur exécutif des Open Society Foundations de Soros, à Fox News Digital.

« Leur travail donne une voix aux personnes souvent négligées dans un environnement réglementaire trop souvent dominé par les intérêts des entreprises », a-t-il poursuivi. « Notre soutien au travail de Governing for Impact est publiquement disponible sur notre site web et nous sommes transparents quant à notre enthousiasme pour leurs victoires en faveur des travailleurs et des familles américaines. »


GFI, cependant, s’efforce de rester secret. Il est invisible pour les moteurs de recherche Internet comme Google (un « Govern for Impact » sans rapport est le seul groupe qui apparaît dans une recherche). Aucun rapport ou communiqué de presse ne fait état de son existence, si ce n’est une mention de son fonds d’action connexe dans un précédent article de Fox News sur le réseau d’argent noir de 1,6 milliard de dollars géré par Arabella Advisors, auquel il est rattaché.

Mais alors que le groupe tentait de dissimuler ses opérations, il s’est mis en quête de talents sur le site Web de la faculté de droit de Harvard, qui a pu être découvert. L’annonce, qui n’apparaît plus sur le site, concernait des stages en politique juridique.

L’annonce de Harvard indiquait que le groupe avait été créé pour préparer l’administration Biden à une « gouvernance transformatrice » et qu’il avait produit « plus de 60 recommandations réglementaires approfondies et prêtes à l’emploi » pour des dizaines d’agences fédérales.

L’annonce contenait également une adresse électronique se terminant par « @governingforimpact.org », qui est le site web du groupe auquel ne peuvent accéder que ceux qui connaissent l’URL.

Selon le site Web, Rachael Klarman, diplômée de la Harvard Law School, dirige le groupe. Son père, Michael Klarman, est professeur de droit à Harvard et a également des liens avec des groupes de défense progressistes. Il est membre du conseil consultatif du groupe judiciaire de la gauche « Take Back the Court », financé par de l’argent noir. L’année dernière, le sénateur Sheldon Whitehouse, D-RI, l’a invité à témoigner devant le Congrès sur l’ »assaut » de l’argent noir sur le système judiciaire.

Governing for Impact est l’exemple parfait de la fausse indignation de la gauche à l’égard de l’ »argent noir » en politique », a déclaré Parker Thayer, du Capital Research Center, qui a découvert le groupe et alerté Fox News.

« En tant que projet d’argent noir ‘fiscalement parrainé’ qui écrit et pousse des règlements depuis l’ombre, caché du public et financé par une fondation milliardaire, GFI incarne tout ce que la gauche prétend abhorrer. »

« Governing for Impact mène et partage des recherches conçues pour aider à garantir que le gouvernement fédéral travaille plus efficacement pour les travailleurs américains de tous les jours, et pas seulement pour les membres de groupes industriels qui ont longtemps consacré de vastes ressources à la poursuite de leurs propres programmes politiques », a déclaré Rachael Klarman à Fox News.

« Nous avons été fondés en 2019 et avons élaboré des recommandations réglementaires détaillées pour de multiples agences fédérales, qui sont publiées sur notre site Web », a-t-elle ajouté.

Le site de GFI contient des dizaines de mémos de stratégie juridique pour façonner les décrets et les règlements dans les domaines de l’éducation, de l’environnement, des soins de santé, du logement et du travail.

Les mémos n’identifient généralement pas leurs auteurs. Certains montrent des partenariats avec des groupes extérieurs tels que le National Student League Defense Network, le Center for Law, Energy and the Environment de la Berkeley Law School et l’Economic Policy Institute.

« De nombreuses propositions sur ce site se concentrent sur la manière dont la nouvelle administration pourrait mettre fin à l’héritage réglementaire néfaste de l’administration précédente, mais GFI continue d’entreprendre de nouveaux projets politiques à tous les niveaux du gouvernement », indique le site.

Le département de l’éducation est sur le point d’annoncer une nouvelle réglementation qui modifiera les règles du titre IX sur les préjugés antitransgenres dans les écoles, inversant les orientations de l’ère Trump. GFI semble avoir travaillé sur cette question, car son site contient un mémo juridique de novembre 2020 sur le sujet.

GFI a également créé un jeu de diapositives interne et l’a téléchargé sur le site de présentation de Prezi. La diapositive, qui est maintenant inaccessible, indique que GFI a mis en œuvre plus de 20 de ses propositions fédérales à partir de 2021.

GFI a également créé un diaporama interne et l’a téléchargé sur le site de présentation de Prezi. La diapositive, qui est maintenant inaccessible, indique que GFI a mis en œuvre plus de 20 de ses propositions fédérales à partir de 2021.

Plusieurs fonctionnaires fédéraux apparaissent dans la diapositive interne dans le cadre de sa « tournée d’écoute », y compris Sharon Block, l’ancienne chef de l’examen de la réglementation de Biden. Mme Block a été administratrice de l’Office of Information and Regulatory Affairs (OIRA), une division de l’Office of Management and Budget (OMB), du début de la présidence de M. Biden jusqu’en février de cette année.

« Sous la direction de Sharon, l’OIRA a joué un rôle crucial dans l’avancement de l’agenda du président – de la stimulation de notre reprise économique historique et de la lutte contre la pandémie, à la lutte contre la crise climatique et à l’avancement de l’équité », a déclaré Shalanda Young, directrice de l’OMB, avant son départ.

Dans la diapositive, GFI montre l’exaltation de Block face à une proposition de GFI. « Je saute de mon siège avec excitation à propos de cette idée », dit Block dans sa section « commentaires ».

Block, maintenant professeur de pratique à la Harvard Law School, n’a pas répondu à une enquête de Fox News Digital sur les propositions sur lesquelles elle avait travaillé avec le groupe alors qu’elle était le principal régulateur de l’administration Biden.

En plus de Block, GFI met en avant d’autres hauts fonctionnaires fédéraux dans le cadre de son « tour d’écoute ». Le haut fonctionnaire du Département de la justice, Joel McElvain, qui a quitté son poste en 2018 pour protester contre la position de l’administration Trump sur la loi sur les soins abordables, mais qui est revenu en 2021, apparaît dans la diapositive.

On y voit également Raj Nayak, secrétaire adjoint au ministère du Travail, Sabeel Rahman, conseiller principal de l’OIRA, Narayan Subramanian, conseiller juridique au ministère de l’Énergie, et Maggie Thomas, que Biden a choisie comme chef de cabinet au Bureau de la politique climatique intérieure.

Selon la diapositive, GFI a préparé des mémos de politique juridique pour au moins dix départements et agences fédéraux. Ils ont également produit dix abécédaires de droit administratif à partir de 2021.

GFI, quant à lui, n’est pas un organisme à but non lucratif autonome. C’est le New Venture Fund, un incubateur d’entreprises à but non lucratif géré par la société de conseil Arabella Advisors, basée à Washington, qui le parraine fiscalement. Cette configuration permet à GFI d’éviter de remplir des formulaires fiscaux auprès de l’IRS.

L’attachement du groupe au réseau d’argent noir d’Arabella-Advisors, qui a collecté 1,6 milliard de dollars de dons anonymes en 2020, ne peut être découvert dans les archives publiques. Le New Venture Fund ne signale pas GFI comme un nom commercial dans ses déclarations d’entreprises de Washington.

Cependant, les liens entre GFI et le New Venture Fund peuvent être découverts dans la base de données des subventions de l’Open Society Foundations (OSF) de George Soros. Une recherche dans la base de données montre que les organisations à but non lucratif de Soros ont envoyé 12,98 millions de dollars à GFI et à son fonds d’action connexe en 2019 et 2020.

La Fondation pour la promotion d’une société ouverte a accordé 5,53 millions de dollars à GFI. Pendant ce temps, l’Open Society Policy Center a envoyé 7,45 millions de dollars au fonds d’action de GFI. Le Sixteen Thirty Fund, également géré par Arabella Advisors, parraine fiscalement le fonds d’action.

« En tant que sponsor fiscal, New Venture Fund fournit un soutien opérationnel et administratif pour aider les défenseurs et les philanthropes à lancer rapidement et efficacement de nouvelles solutions aux défis les plus difficiles d’aujourd’hui », a déclaré le groupe à Fox News. « Le New Venture Fund ne s’engage explicitement pas dans des activités partisanes et ne soutient aucune campagne électorale, et nous nous conformons à toutes les lois et exigences de divulgation pertinentes. »

Comme le New Venture Fund, le Sixteen Thirty Fund ne l’a pas déclaré comme nom commercial dans les registres des entreprises de D.C.

« Sixteen Thirty Fund soutient les causes et les campagnes progressistes qui luttent pour l’équité économique, des soins de santé abordables, des solutions climatiques, la justice raciale, l’accès aux électeurs et d’autres objectifs essentiels de changement social », a déclaré le groupe à Fox News. « Nous suivons toutes les lois locales, étatiques et fédérales en ce qui concerne la divulgation des donateurs individuels et des bénéficiaires de subventions. »

GFI présente des liens supplémentaires avec le réseau de Soros. Perriello, le directeur exécutif d’OSF, siège au conseil d’administration de GFI, composé de quatre personnes. MB Maxwell, un conseiller spécial de l’OSF, est apparu dans les diapositives de GFI dans le cadre de sa « tournée d’écoute ».

La Maison Blanche n’a pas répondu à la demande de commentaire de Fox News Digital.

Traduction de Fox News par Aube Digitale


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci

Tous les effets du vieillissement ont une cause commune :

Le raccourcissement de vos télomères.  

L'Epitalon provoque la production par la glande pinéale d'une enzyme qui reconstruit donc rallonge les télomères....

www.epitalon-sante.com

 

1scandal.com © elishean/2009-2022


Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.