Ukraine et guerre économique mondiale - Scandal
Politique

Ukraine et guerre économique mondiale


Le vendredi 23 avril 2021 une guerre sur les fronts du Donbass, de la Crimée et en Biélorussie qui est restée essentiellement dans l’ombre à cause de la censure et de la manipulation des grands médias à l’Ouest, est entrée dans une phase de pause.

La menace qu’elle entre dans une phase dite « chaude » subsiste néanmoins jusqu’à l’automne compte tenu des conditions climatiques.

Mais il est très peu probable que les positions respectives et les rapports de forces changent d’ici là.

Cet engagement virtuel avec déploiement de troupes, de matériels militaires lourds, de navires et de moyens amphibies dans la mer noire, et la tentative de tuer le président de la Biélorussie et sa famille (c’est un fait suffisamment avéré pour que le président de la Russie, V Poutine, l’ait mentionné dans son discours du mercredi 21 avril 2021) a révélé clairement les intentions et positions respectives des protagonistes, ainsi que les rapports de forces politiques et militaires.

Poutine déjoue l’attentat de la CIA contre le président Biélorusse

Avant cela un texte voté par le parlement ukrainien avait tenté de définir le conflit en Ukraine non pas comme une guerre civile mais comme un affrontement de ce pays contre un agresseur, la Russie. Ceci était en complet désaccord avec les accords de Minsk et en total déni de la réalité.


L’intention était évidemment d’abord de maintenir la cohésion de l’armée ukrainienne et puis d’obtenir l’appui de l’OTAN. – Erdogan l’a appris à ses dépens, l’OTAN n’est nullement une organisation de solidarité défensive, mais un instrument de guerre, d’agression, entre les mains des USA -.

Il est très intéressant de souligner tout ce qui a été mis en lumière à l’occasion de cette véritable épreuve de force dans l’ombre.

Les causes profondes des événements en Ukraine (et ailleurs dans le monde)

L’information à l’Ouest présente une vision parcellisée et individualisée des conflits dans le monde, Moyen Orient, Ukraine, Libye et Afrique, Extrême Orient …

Et c’est souvent interprété comme tel. Par exemple le conflit interne en Ukraine résulte d’une opposition rassemblée, catholiques et protestants, contre les chrétiens orthodoxes, ou bien celle entre des mouvements, dont ceux qui se réclament ouvertement du nazisme et de l’extrême droite et des populations russophones.


On invoque l’histoire et la résurrection des empires comme l’a fait Zemmour, alors que l’histoire a des larges prolongements dans le temps mais ne se reproduit pas à l’identique. C’est à dire que l’on peut trouver des racines historiques à des conflits mais que c’est bien la situation actuelle qui est déterminante.

Quelle est la caractéristique majeure de la situation dans le monde aujourd’hui?

En fait le monde est dans une situation de conflit généralisé. Il s’agit d’abord très majoritairement d’une guerre économique. Il y a aussi des guerres militaires dans des régions limitées, MO, Libye et Afrique, et des actions guerrières en gestation ainsi que des assassinats et tentatives d’assassinat ciblés en Turquie, Syrie, Iran, Venezuela….

Comme c’est la règle en temps de guerre une propagande adaptée est continuellement diffusée. Et celle-ci se fond complètement dans la pratique habituelle et quotidienne des grands médias, y compris publics, qui censurent l’information, la manipulent dans leur sens et créent une réalité virtuelle notamment dans le domaine économique.

Au niveau de l’économie les caractéristiques dans le monde sont les suivantes :

* A l’Ouest sous l’emprise de l’empire anglo-saxon prédomine le système néo libéral. Qui est avant tout inhumain et néfaste pour l’humanité. Ainsi dans le projet de constitution européenne de 2005, dans les principes fondamentaux la liberté de circulation des capitaux et la libre exploitation des travailleurs avaient remplacé l’énoncé des droits fondamentaux de l’être humain et l’économie était soumise à la Loi des marchés. Qui d’une manière complètement fictive était censée résoudre tous les problèmes économiques.

C’est un système de capitalisme financier avec une exploitation parasitaire de la monnaie, des services, du système de santé…., la maîtrise privée des investissements, qui de fait prive tous les gouvernements soumis à ce système dominant et internationalisé de moyens d’exercer une politique autonome et indépendante. L’échec d’un tel système était contenu dans ses fondements mêmes et il est aujourd’hui en survie assistée alors que les économies qu’il domine glissent vers la récession économique et la stagflation.

* En face peut-on dire, il y a deux systèmes économiques hybrides. La Chine a un système économique que l’on pourrait qualifier de socialisme d’état. Un pouvoir ultra centralisé y conserve la capacité de définir sa politique et de planifier ses objectifs pour le pays.

Il y a incontestablement une dimension sociale, le pouvoir vient ainsi d’affirmer qu’il a éradiqué l’extrême pauvreté notamment. La gestion correcte de l’épidémie causée par le Sars-CoV-2, le Covid19 dont rien ne prouve qu’elle ait démarré en Chine a été reconnue par des opposants internes, – voir la chronique quotidienne de l’écrivaine Fang Fang sur les événements à Wuhan -. Enfin si la croissance du pays n’est sans doute pas celle dont les dirigeants se prévalent, elle est tout de même à un niveau important compte tenu de la crise économique mondiale.

En Russie les choses sont plus complexes. Vladimir Poutine a redressé la situation générale de ce vaste pays après les pratiquement dix années désastreuses de l’épisode Eltsine, sur les bases laissées par l’Union Soviétique, – la Culture ; l’Enseignement, la Recherche… et un grand secteur industriel d’état -.

Une mouvance néo libérale présente y compris au plus niveau du pouvoir freine la politique sociale, diffère l’indépendance vis à vis du dollar, du mécanisme Swift de gestion des mouvements de capitaux et d’échanges commerciaux, et le rouble reste exposé aux attaques … Mais si toutes les sanctions économiques qui s’empilent ont eu des effets néfastes, sans déstabiliser le pouvoir de Poutine, elles ont conduit à réorienter l’économie russe, à développer son secteur de production pour ses besoins propres, à affirmer son indépendance.. L’économie russe progresse ainsi malgré le poids de l’intervention militaire en Syrie. Et elle ne vit pas à crédit.

* Et puis il y a des pays qui tout en adoptant les règles du libre échange, sont malgré tout restés jusqu’à présent sous le régime d’un capitalisme industriel. Ce sont principalement l’Allemagne et le Japon. Leurs existences mêmes sont intimement liées à leurs capacités industrielles.

Du fait de leur défaite lors de la WWII ces pays ont été vassalisés par l’empire anglo saxon. Ce qui obligent ces pays aux peuples fiers à respecter une unité de façade avec les USA. Pour eux il y a aussi des antagonismes historiques qui jouent.

Pour l’Allemagne le vrai fiasco de son « energiewende » a créé une situation particulière qui rend vital son approvisionnement en gaz naturel. L’utilisation de mauvais charbon ne peut aller au-delà du moyen terme pour de multiples raisons. D’où la volonté inébranlable de l’Allemagne de terminer le gazoduc Nord Stream 2 qui a déjà surmonté bien des obstacles. Contrairement à ce qu’affirme la propagande de l’Ouest l’arrêt de ce gazoduc ne serait pas un coup majeur contre la Russie mais bien contre l’Allemagne.

De plus, placée dos au mur par la volonté de l’OTAN de déclencher un guerre aux frontières de la Russie, l’Allemagne s’est clairement démarquée de ce projet et Angela Merkel a signifié à Zelensky que le régime de Kiev devait respecter les accords de Minsk. Ce qui constitue un camouflet majeur pour le régime de Kiev et au-delà, c’est à dire ses créateurs de Obama I à Obama/Harris III.

On constate aussi que contre les pressions internes et externes le Japon maintient son option sur l’électronucléaire.

En définitive cette diversité dans les économies de pays majeurs au niveau mondial dessine un monde multi polaire.

Fatalement compte tenu des dynamiques de croissance de ces pays, cette réalité ne peut que s’imposer au niveau géopolitique.


Mais l’Empire anglo-saxon où plus exactement ses vrais dirigeants puisque les peuples sont maintenus dans l’ignorance et que dans le contexte d’une « démocratie » dévoyée ils ne peuvent se faire entendre, veulent continuer à imposer leur hégémonie mondiale largement fondée sur la supériorité militaire US.

Donc lorsqu’une action militaire ne peut être menée comme cela a été le cas vis à vis du Venezuela ou comme lorsque l’exposé du rapport des forces militaires respectives suspend l’action militaire contre la Russie en Ukraine, la guerre économique reprend de plus belle avec de nouveaux lots de sanctions.

Si cela ne provoque pas de gros problèmes pour le Russie, il n’en est pas de même au Moyen Orient, – Syrie, Liban, Iran, et surtout au Yémen où cela cause des morts civiles en nombre, particulièrement chez les enfants -.

Conclusion

Dans l’inconscience générale des populations de l’Ouest, une grande guerre économique mondiale, qui comprend naturellement la lutte pour la mainmise sur les ressources naturelles, – gaz et pétrole, terres rares, lithium, cobalt, nickel (véritable enjeu en Nouvelle Calédonie par exemple), cuivre… , se déroule sur pratiquement tous les continents. Et cet état de fait risque de faire basculer cet affrontement aujourd’hui sur le terrain économique vers des escalades militaires généralisées mettant en jeu les principaux protagonistes.

C’est une lutte entre systèmes économiques avec une forte composante culturelle. Par exemple il est clair que le système économique Chinois, défini par l’économiste Michael Hudson comme un socialisme industriel, est performant mais il est évident qu’une bonne partie de ses résultats tient au fait que les chinois ont pu assimiler et maîtriser des technologies de haut niveau.

On peut citer la capacité des chinois (aidés par l’EDF et Areva) à faire marcher deux EPR à Taishan, alors que l’EPR de Flamanville reste empêtré dans des méandres politico-techniques en France, qui avait déjà sabordé son fleuron technologique de ce domaine énergétique, Super Phénix. Sur cet aspect culturel il y a aussi la volonté des peuples à conserver leur âme, c’est ce qui a sauvé la Russie et c’est sans doute ce qui provoquera le réflexe de survie en Allemagne.

Pour l’issue de cette lutte on mettra en évidence le fait que l’adoption totale par un pays industrialisé du modèle néo libéral, conduit au déclin en quelques années.

Il est une vérité dont l’énoncé ferait rire la plupart de gens comme après une plaisanterie malhabile. Le socialisme est le système qui doit succéder à l’ultra néo libéralisme de manière à remettre l’humanité entière sur le chemin du progrès et lui rendre la maîtrise de son destin.

Mais le socialisme est mort ?

Dans l’information de l’Ouest le socialisme a été enterré plusieurs fois. En ce qui concerne Cuba les bénéfices d’un système qui n’est pas totalement socialiste, mais en a les caractéristiques essentielles, ont été dénigrés. Pourtant l’épidémie causée par le Sars-CoV-2 a mis en lumière les acquis cubains, au plus haut niveau mondial, en matière de santé, de recherche en biologie, d’assistance humanitaire de médecins cubains dans le monde sous développé…

Marx a été déclaré définitivement dépassé, dans l’impasse (Marx n’est pas responsable de l’incapacité d’intellectuels de son école à penser correctement dans la ligne du matérialisme dialectique, historique.. ou bien à se faire entendre. Par exemple il est couramment reproché à Marx de considérer que l’individu est totalement conditionné par le système dominant. Y compris dans un système socialiste que l’on associe à une oppression complète de l’individu.

Pourtant le philosophe marxiste Lucien Sève a pu développer une « théorie marxiste de la personnalité » qui est précisément dans la ligne de la pensée de Marx. Celui-ci avait des idées sur la manière dont la société pèse sur l’être humain dans sa pensée, soumise à l’idéologie dominante, mais aussi sur sa position vis à vis de cette société. D’où la réflexion de base sur le fait que la classe ouvrière était la plus apte à contester la société capitaliste.

Appuyé bien entendu sur le fait que c’était la plus exploitée. Aujourd’hui ce sont les peuples entiers qui sont exploités par le système néo libéral, ( dans une société de type orwellien). Enfin fondamentalement les évolutions du Capitalisme, notamment le passage du capitalisme industriel au capitalisme financier, sont totalement conditionnées par les lois de Marx sur la baisse tendancielle du taux de profit et sur l’accumulation du capital.

On constate effectivement que les riches deviennent de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres. Ces lois montrent d’ailleurs aussi que le retour à un capitalisme industriel n’est pas possible.

On ne peut pas qualifier de socialiste le système économique qui prévaut en Russie en ce moment. Les grandes entreprises contrôlées par L’état sont de statut privé. Néanmoins ce contrôle de l’État sur les secteurs essentiels de l’économie permet de développer une politique cohérente et planifiée. Ainsi on retrouve les points forts d’un système socialiste à condition qu’il y ait un pouvoir central fort au niveau de l’état.

C’est ainsi qu’en quelques années a pu être développé un secteur militaire très performant. Le secteur énergétique fait aussi l’objet d’une politique cohérente avec le maintien des efforts sur le nucléaire civil. L’épidémie Covid19 a également montré qu’il y avait une politique de la santé très opérationnelle au niveau de la recherche et qui bénéficie aussi de moyens accrus.

Il sera certainement étonnant pour beaucoup et sûrement contesté, de constater que la guerre économique mondiale actuelle se résume schématiquement en l’affrontement d’un capitalisme néo libéral en bout de course et de système socialistes émergents.

On a aussi évoqué l’aspect culturel comme un élément majeur sur cette question de rivalité et d’affrontement entre systèmes. Il se trouve qu’à l’Ouest le maintien d’un système économique en survie assistée s’accompagne d’un effondrement culturel et moral, de la réécriture de l’histoire, d’une police de la pensée de type orwellien..

Compte tenu des dynamiques de développement, on comprend que les maîtres du système capitaliste veuillent à tout prix anéantir ces systèmes modernes qui s’éveillent.. D’où un risque de guerre maximum que la plupart des gens privés de ce type de vision ne peuvent percevoir.

* Aucune conclusion dans ce domaine ne peut être considérée comme certaine. On peut compter sur la folie des hommes, l’avidité de pouvoir, sur le fait que les dirigeants de l’Empire anglo-saxon croient eux-mêmes à la situation imaginaire que la propagande médiatique installe et alimente, pour la contredire.


JM Berniolles pour Agoravox


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres

































1scandal.com © elishean/2009-2021