A ne pas manquerPolitique

UE: Une démolition contrôlée?

En lisant la multitude d’articles quotidiens sur la Russie, l’Ukraine, l’OTAN et l’UE, il est de plus en plus difficile d’échapper à l’idée qu’une démolition contrôlée du continent est en cours. Et que ni ses « dirigeants », et encore moins sa population, n’ont leur mot à dire à ce sujet.

Tout ce que nous obtenons de ces « dirigeants », ce sont les points de discussion de l’OTAN ou du Forum économique mondial. La seule voix indépendante est celle de Victor Orban. Qui est soit réduit au silence par les médias occidentaux, soit dépeint comme complètement fou.

Mais les Hongrois d’Orban ne vont pas se geler les miches cet hiver. Il vient de signer un nouvel accord sur le gaz avec la Russie. La principale raison invoquée pour que tous les autres ne le fassent pas est bien sûr l’opération militaire spéciale de la Russie en Ukraine. Qui est aussi folle qu’Orban, et « totalement non provoquée », disent les médias occidentaux. Noam Chomsky l’a bien résumé :

« Bien sûr qu’elle a été provoquée. Sinon, ils n’y feraient pas référence tout le temps comme à une invasion non provoquée. »

Et non, ce n’était pas seulement la Russie/Ukraine. Bien avant cela, l’Europe avait déjà bousillé ses économies au-delà de toute reconnaissance – si vous vous souciez de regarder sous le capot.

Mais pourquoi aggraver la situation? J’ai le sentiment très fort que ces « dirigeants » de l’UE se sont beaucoup trop éloignés des personnes qu’ils sont censés servir, et qu’ils vont le regretter. Pour l’instant, c’est évident chez les agriculteurs, par exemple, mais lorsque les gens commenceront à geler, ils voudront savoir pourquoi. Et si aucune réponse à la fois honnête et satisfaisante n’est apportée, de nombreux « dirigeants » en auront pour leur argent.

Toute la crise énergétique et alimentaire est vendue comme « inévitable », mais il n’en est rien. Elles sont le résultat de choix faits à Bruxelles, Berlin, Amsterdam, etc. sur lesquels personne ne vous a demandé votre avis.

J’ai noté quelque chose il y a quelques jours :

L’Occident utilise-t-il l’Ukraine comme une excuse pour commettre un suicide économique de masse? Et, vous savez, atteindre certains objectifs liés au FEM? Sinon, pourquoi couperaient-ils tous les liens économiques avec Moscou, alors qu’il est évident qu’ils n’ont pas d’autres sources pour une grande partie de ce qu’ils importent de Russie? En outre, pourquoi un pays comme la Hollande cherche-t-il à fermer 10 000 de ses exploitations agricoles alors qu’il est évident que cela va exacerber les crises alimentaires mondiales à venir?

Si vous n’aimez pas Poutine, c’est bien, mais pourquoi votre propre peuple devrait-il souffrir de ce que vous aimez ou non? Et bien sûr, vous pouvez vous demander si c’est une bonne idée qu’un pays de la taille d’un timbre-poste soit le deuxième exportateur mondial de denrées alimentaires. exportateur de nourriture. Mais c’est le cas. Et si vous essayez de changer cela en faisant un 180º, également sur un timbre-poste, il est très évident que cela ne va pas bien se passer. Et tous les soi-disant dirigeants le savent. Mais ils continuent à le faire.

Les prix du chauffage, de l’essence et des denrées alimentaires vont augmenter de manière significative, avec pour seule compensation – peut-être – le fait que de moins en moins de personnes pourront se permettre de payer ces prix toujours plus élevés. Mais maintenant, on commence à penser que tout cela était écrit. Parce que « nous » aurions pu garder les canaux de communication avec la Russie ouverts, « nous » aurions pu négocier la paix au cours des 6 derniers mois. Ne pas le faire était un choix délibéré. Un choix dans lequel vous et moi, un autre « nous », n’avions aucune influence.

Les Néerlandais auraient pu négocier avec leurs agriculteurs et s’attaquer lentement à leurs problèmes d’oxydes d’azote, tout en maintenant la production alimentaire. Et nous aurions pu trouver un moyen de maintenir les récoltes russes et ukrainiennes disponibles sur les marchés mondiaux également. Mais on n’a pas du tout l’impression que « nous » voulions cela.

Quelqu’un a fait une liste de ce que l’UE n’obtiendra plus avec le boycott de la Russie.. : « gaz naturel, terres rares, gaz inertes, potasse, soufre, uranium, palladium, vanadium, cobalt, coke, titane, nickel, lithium, plastiques, verre, céramique, produits pharmaceutiques, navires, encres, avions, polymères, gaz médicaux et industriels, bagues et membranes d’étanchéité, huiles de transmission, de transformation et de lubrification, gaz néon pour la gravure des micropuces, etc.

Et ce n’est pas tout. De l’engrais ! Pourquoi ils font ça, je ne sais pas. Veulent-ils tuer leur propre économie? Cela n’a aucun sens. Et ce n’est pas près de s’arrêter.

Reuters cherche bien sûr à blâmer Poutine. Mais ce n’est pas lui qui a introduit les sanctions. Il a proposé de laisser les exportations de gaz et de pétrole se poursuivre.

Poutine fait le pari que l’étouffement hivernal du gaz aboutira à la paix en Ukraine – à ses conditions.

Les hivers froids ont aidé Moscou à vaincre Napoléon et Hitler. Le président Vladimir Poutine fait maintenant le pari que la montée en flèche des prix de l’énergie et les pénuries possibles cet hiver persuaderont l’Europe de forcer l’Ukraine à conclure une trêve – aux conditions de la Russie. Selon deux sources russes au fait des réflexions du Kremlin, c’est la seule voie vers la paix que Moscou envisage, étant donné que Kiev affirme qu’il ne négociera pas tant que la Russie n’aura pas quitté tout le territoire ukrainien.

« Nous avons le temps, nous pouvons attendre », a déclaré une source proche des autorités russes, qui a refusé d’être nommée car elle n’est pas autorisée à parler aux médias. « L’hiver va être difficile pour les Européens. Nous pourrions voir des protestations, des troubles. Certains dirigeants européens pourraient y réfléchir à deux fois avant de continuer à soutenir l’Ukraine et penser qu’il est temps de conclure un accord. »

Le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, veut que les Européens soient des petites créatures obéissantes, et qu’ils subissent les sanctions des politiques que lui et ses semblables ont taillées. Parce que « nous » sommes destinés à gagner. M. Borrell a l’intention de bien faire cet hiver. Avec le meilleur steak que vous pouvez acheter, du bon vin, à consommer dans des maisons, des restaurants et des bureaux confortablement chauffés. Une image de Marie-Antoinette surgit dans mon cerveau.

Les Européens « fatigués » doivent « endurer les conséquences » de la guerre en Ukraine car Poutine finira par céder : Borrell de l’UE

Le haut représentant de l’UE et chef de la politique étrangère, Josep Borrell, a donné une évaluation étonnamment directe de la guerre en Ukraine et de la position précaire de l’Europe dans une interview à l’AFP publiée mardi, admettant que le président russe Vladimir Poutine fait le pari de fracturer une réponse unie de l’UE dans la situation actuelle de crise, de flambée des prix et d’extrême incertitude énergétique à l’approche d’un long hiver. Les propos de M. Borrell semblaient presque admettre que la tactique de M. Poutine fonctionne dans une certaine mesure, ou du moins qu’elle ébranlera la détermination de l’Europe à court et à long terme, étant donné qu’il a choisi des mots comme « endurer » la douleur économique profonde et la grave pénurie d’énergie. Il a cité la « lassitude » des Européens tout en appelant les dirigeants et les citoyens à « endurer les conséquences » avec une détermination constante.

M. Borrell a expliqué à l’AFP que M. Poutine constate « la lassitude des Européens et la réticence de leurs citoyens à endurer les conséquences de leur soutien à l’Ukraine ». Mais Borrell a laissé entendre que l’Europe ne reculerait pas, quel que soit le levier que Moscou pourrait avoir, en particulier lorsqu’il s’agit de la  » militarisation de l’énergie  » – et a appelé les citoyens à continuer à en assumer le coût. Qui sera le premier à cligner des yeux ? … semble être le sous-entendu ici. Il a insisté : « Nous devrons endurer, répartir les coûts au sein de l’UE », a déclaré M. Borrell à l’AFP, avertissant que maintenir les 27 États membres ensemble était une tâche à accomplir « jour après jour ».

Et pourtant, comme certains, comme le Hongrois Viktor Orbán, n’ont cessé de le répéter depuis le début de l’invasion du 24 février, il est inévitable que certains soient contraints de supporter les « coûts » beaucoup plus que d’autres. C’est ce que l’on constate déjà avec des initiatives de Bruxelles telles que le rationnement de la consommation de gaz, qui a débouché sur des scénarios tels que l’obligation pour les villes et même les résidences allemandes d’éteindre les lumières ou les ressources pendant des périodes déterminées la nuit. « Plus de douches froides », dit-on également à beaucoup. Alors que l’automne approche et que nous entrons dans les mois les plus froids, il est probable que nous ne verrons que des titres comme celui-ci : « Les villes allemandes imposent des douches froides et éteignent les lumières dans le cadre de la crise du gaz russe. »

En parlant de Marie-Antoinette. Emmanuel Macron est le petit homme de la grande vision. Il prévoit la « fin de l’abondance », un véritable « point de basculement » dans l’histoire. Et il est l’homme idéal pour vous y conduire. Je lui accorde ceci : il a de bons rédacteurs de discours. Mais les rédacteurs de discours ne gardent pas les gens au chaud et nourris.

Macron met en garde contre la « fin de l’abondance »

La France se dirige vers la « fin de l’abondance » et des « sacrifices » doivent être faits pendant ce qui est une période de grands bouleversements, a déclaré le président Emmanuel Macron à son cabinet mercredi à son retour des vacances d’été. Le pays a été confronté à de multiples défis ces derniers temps, allant du conflit en cours entre la Russie et l’Ukraine à la sécheresse sans précédent qui a frappé l’ensemble du continent européen cet été. Pourtant, Macron estime que la crise est en réalité d’une ampleur bien plus grande et que des changements structurels sont imminents. »

Certains pourraient voir notre destin comme étant de gérer constamment des crises ou des urgences. Je crois que nous vivons un point de basculement ou un grand bouleversement. D’abord parce que nous vivons… ce qui pourrait ressembler à la fin de l’abondance », a-t-il déclaré. Le pays et ses citoyens doivent être prêts à faire des « sacrifices » pour relever et surmonter les défis auxquels ils sont confrontés, a-t-il poursuivi. « Notre système fondé sur la liberté dans lequel nous avons pris l’habitude de vivre, lorsque nous devons le défendre, cela peut parfois impliquer de faire des sacrifices », a ajouté Macron.

« Face à cela, nous avons des devoirs, le premier d’entre eux étant de parler franchement et très clairement sans être catastrophiste », a souligné Macron. Le président a demandé à son cabinet de faire preuve d’unité, d’être « sérieux » et « crédible » et a exhorté les ministres à éviter la « démagogie ». « Il est facile de promettre tout et n’importe quoi, parfois de dire tout et n’importe quoi. Ne cédez pas à ces tentations, c’est de la démagogie », a déclaré le président, ajoutant qu’une telle approche « fleurit » aujourd’hui « dans toutes les démocraties dans un monde complexe et effrayant. »

Il y a un schéma dans les messages des Marie-Antoinette d’aujourd’hui. Borrell veut que vous vous couchiez, Macron veut que vous le fassiez pendant longtemps (pendant tout le restant de vos jours), et le Premier ministre belge rend les choses plus concrètes : vous serez gelés pendant les 10 prochaines années. Après quoi, soi-disant, les énergies renouvelables auront été construites pour garder vos enfants au chaud. Spoiler : ils ne le seront pas.

Premier ministre belge : « Les 5 à 10 prochains hivers seront difficiles » alors que la crise énergétique s’aggrave.

Le Premier ministre belge Alexander De Croo a peut-être vendu la mèche sur la durée de la crise énergétique en Europe. Il a déclaré lundi aux journalistes que « les 5 à 10 prochains hivers seront difficiles ». « L’évolution de la situation est très difficile dans toute l’Europe », a déclaré De Croo à la chaîne belge VRT. « Dans un certain nombre de secteurs, il est vraiment difficile de faire face à ces prix élevés de l’énergie. Nous suivons la situation de près, mais nous devons être transparents : les mois à venir seront difficiles, les hivers à venir seront difficiles », a-t-il déclaré. Les commentaires du Premier ministre laissent entendre que le remplacement des importations de gaz naturel russe pourrait prendre des années, ce qui aggraverait encore la situation économique de la région sous la forme d’une hyperinflation énergétique.

De la Grèce, encore plus concret : les subventions énergétiques. 1,9 milliard d’euros en un mois. Pour garder les hordes hors des rues. Attendez, ce Belge a dit que cela durerait 5 à 10 ans. Comment le pays va-t-il payer pour ça ? Une chose qui me vient à l’esprit est que les Grecs voteront pour quiconque, aux prochaines élections, s’engage à parler à Poutine dès que possible, à rétablir les bonnes relations entre les deux pays et à signer un accord sur le gaz.

Le choc des subventions à l’électricité

Une hausse importante du prix de l’électricité annoncée par l’entreprise publique Public Power Corporation (PPC) pour le mois de septembre a contraint le gouvernement à augmenter sa subvention à l’électricité pour le mois de septembre à 1,9 milliard d’euros, contre 1,1 milliard d’euros en août. Le niveau de subvention suit inévitablement la politique de prix de la PPC, puisqu’elle est l’acteur dominant du marché, 63 % des consommateurs la choisissant. Alors que PPC avait le prix le plus bas de tous les fournisseurs d’électricité en août (0,48 € par kilowattheure), elle a augmenté son prix de septembre à 0,788 € pour ceux qui consomment jusqu’à 500 kWh par mois et à 0,80 € pour les plus gros consommateurs. Afin de respecter son engagement de faire payer les consommateurs entre 0,14 et 0,17 € par kWh, le gouvernement a dû ajuster son niveau de subvention en conséquence, l’augmentant de plus de 72 %.

Combien de temps cela va-t-il durer, dites-vous ? Eh bien, selon l’AP, « Washington s’attend à ce que les forces ukrainiennes « se battent pendant des années ». « Le paquet comprend des armes avancées qui sont encore en phase de développement… »

Des mois ou des années avant que les armes américaines n’arrivent en Ukraine – Médias

Selon les médias occidentaux, des années pourraient s’écouler avant que certaines des armes contenues dans le paquet d’aide militaire américaine « le plus important jamais accordé » à Kiev ne parviennent effectivement en Ukraine. Mardi, un certain nombre de médias grand public ont cité des responsables américains anonymes décrivant l’annonce imminente d’un paquet de 3 milliards de dollars d’aide militaire à l’Ukraine. Si cette annonce est confirmée, il s’agirait de la plus importante aide de ce type à ce jour. Washington est de loin le plus grand fournisseur de matériel militaire à l’Ukraine dans sa lutte contre la Russie. Toutefois, certains des équipements promis « ne seront pas entre les mains des combattants ukrainiens avant des mois ou des années », selon NBC News, l’un des médias qui a fait état de ce programme à venir. Il s’agit d’armes avancées qui sont encore en phase de développement, explique NBC News.

La même mise en garde a été formulée par l’Associated Press, qui a indiqué qu’il faudrait « un an ou deux » pour que les armes atteignent le champ de bataille, selon ses sources. Washington s’attend à ce que les forces ukrainiennes « se battent pendant des années », ont déclaré des responsables américains à l’AP. Le drone Switchblade 600 d’AeroVironment est un exemple de système d’armes promis à l’Ukraine il y a plusieurs mois mais qui n’a pas encore été livré. Defense News a déclaré cette semaine que le Pentagone prévoit de signer le contrat nécessaire à l’envoi de 10 de ces drones dits « kamikazes » dans un délai d’un mois. Le mois dernier, le ministre ukrainien de la défense, Aleksey Reznikov, a appelé les fournisseurs d’armes étrangers à utiliser son pays comme terrain d’essai pour les nouvelles armes. Il s’est engagé à fournir des rapports détaillés sur les expériences des soldats ukrainiens avec les prototypes qui leur sont fournis.

Tout cela ne va pas bien se passer. Pas pour les « dirigeants » européens, pas pour l’UE, pas pour l’Ukraine, et pas pour les Européens. Nous pourrions lancer un petit pari sur le nombre de dirigeants qui seront encore en place au printemps, et je vous parie que Zelensky n’en fera pas partie. Poutine le sera. Quant aux autres, Rutte, Macron, nous verrons. Mais ne sous-estimez pas la colère des personnes dont les enfants ont faim et froid. C’est une image presque étrangère pour 99 % des Européens, mais ça ne le sera plus.

Et il n’y a aucune raison logique à cela, il n’y a que l’idéologie de quelques poignées de petits hommes aux visions grandioses. La haine de tout ce qui est russe a permis à l’Occident de continuer à vivre pendant 100 ans ou plus. Et ces petits hommes se nourrissent de cela. Ils ne peuvent le faire qu’en refusant de parler. Parce que c’est exactement ce que la Russie ne refuse pas. Seulement, ils veulent parler d’égal à égal.

Traduction de The Automatic Earth par Aube Digitale


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci


1scandal.com pour une info libre... © elishean/2009-2022

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.