Information

Twitter verrouille les comptes des utilisateurs qui se sont plaints des joueurs transgenres dans le sport féminin

Cette fois lors de la finale de la coupe féminine de football gaélique.

Lors de la finale de la coupe féminine de football gaélique plus tôt ce mois-ci, une femme transgenre de 30 ans a été autorisée à jouer et l’équipe, Na Gaeil Aeracha, a gagné. Les entreprises de médias sociaux ont censuré le contenu critiquant le fait qu’une femme transgenre était autorisée à jouer dans l’équipe féminine.

Giulia Valentino, originaire d’Italie, a déménagé à Dublin, en Irlande, en 2019 et a commencé à jouer au rugby. Valentino a précédemment plaidé pour permettre aux femmes transgenres de jouer dans des équipes féminines et a critiqué World Rugby pour ne pas autoriser les femmes trans à des niveaux plus élevés.

Tout en jouant au rugby, Valentino s’est également plaint de ne pas être autorisé à utiliser le même vestiaire que les femmes biologiques.

La nouvelle de l’inclusion de Valentino a suscité l’indignation sur les réseaux sociaux, et certains affirment avoir été censurés pour avoir critiqué l’implication de Valentino dans le match.

« Je suis de retour après avoir été bloqué sur mon compte depuis le 5 août pour » conduite haineuse «  », a écrit un utilisateur sur Twitter.

« Permettez-moi de dire d’emblée. JE NE SUIS PAS D’ACCORD. J’ai appelé un homme un homme. Où est la haine ?

S’adressant à FEMAIL , une autre femme qui a été suspendue a déclaré:

«Je pense que c’est absurde. Twitter a clairement son propre programme et considère cela comme un discours de haine. Complètement dingues.

« Apparemment, de nombreuses personnes ont vu leur compte verrouillé ou suspendu simplement en soulignant une vérité scientifique. »

Heather Binning, de Women’s Right Network, a déclaré :

« Les femmes qui ont été suspendues de Twitter sont les dernières d’une longue lignée de femmes – et certains hommes – qui ont été bannies de la plate-forme de médias sociaux pour avoir dit la vérité.

« Bien sûr, personne ne devrait abuser des autres sur les réseaux sociaux. Mais Twitter – et d’autres sites – sont de connivence dans le mensonge sur les faits biologiques. Nous avons connu des personnes bannies pour avoir « mal interprété », appelant un homme un « homme » ou utilisant les pronoms « il » ou « lui ». Et je crains qu’il semble que les femmes – et en particulier les lesbiennes – qui s’expriment sur ces questions soient les plus vulnérables.

« Il n’est pas étonnant que le hashtag #twitterhateswomen soit régulièrement à la mode. »

Reclaim The Net


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci


1scandal.com pour une info libre... © elishean/2009-2022

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.