Tout saisir: Le vol des biens communs mondiaux – 2ème partie - 1 Scandal
A ne pas manquer Politique

Tout saisir: Le vol des biens communs mondiaux – 2ème partie


Dans la première partie, nous avons exploré le processus en cours de définition des biens communs mondiaux et la revendication des capitalistes parties prenantes qu’ils devraient être les « dépositaires » à la fois des biens communs et de la société. Nous allons maintenant voir comment des dispositifs ont été mis en place pour permettre à ces acteurs de s’en emparer.

Nous devons être conscients de ce que signifie « bien commun mondial » pour le Partenariat mondial public-privé (GPPP). Pour eux, cela signifie posséder tout : toutes les ressources de la planète, toutes les terres, toutes les eaux, l’air que nous respirons et le monde naturel dans son intégralité, y compris nous tous.

Principes du Global Commons

La notion de « global commons » est née d’un amalgame de deux principes du droit international. La tragédie des biens communs (ToC) et le patrimoine commun de l’humanité (CHM).

Dans son article de 1968 sur la ToC, l’écologiste et eugéniste américain Garrett Hardin, s’appuyant sur les travaux antérieurs de l’économiste du XIXe siècle William Forster Lloyd, a décrit les problèmes de population et de ressources tels qu’il les concevait.

Il a dit « un monde fini ne peut supporter qu’une population finie ; par conséquent, la croissance démographique doit finalement être égale à zéro.

Bien que cela soit logiquement vrai en fin de compte, si toute une série d’hypothèses sont acceptées, le point auquel une croissance démographique zéro devient nécessaire est inconnu. Les preuves suggèrent que nous sommes loin de cette limite.


Les eugénistes, comme Hardin, ont affirmé et continuent de prétendre que la Terre est confrontée à un problème de population. Il n’y a aucune preuve pour étayer leur point de vue.

Hardin a émis l’hypothèse que lorsqu’une ressource, telle que la terre, est partagée en « commun », les personnes agissant dans un intérêt personnel rationnel auront tendance à augmenter leur utilisation de cette ressource parce que le coût est réparti entre tous. Il a qualifié ce type de pensée de tragédie parce que, si tous agissait en conséquence, il soutenait que la ressource se raréfierait et que tout le monde en souffrirait.

Hardin a insisté sur le fait que cette tragédie ne pouvait être évitée. Par conséquent, comme les êtres humains étaient, à ses yeux, incapables d’appréhender la situation dans son ensemble, les solutions étaient l’ accès « géré » aux ressources et le « contrôle de la population ».

Alors que le concept élitiste de la ToC de Hardin suggérait un accès réglementé et fermé (privé) aux ressources « communes, le Common Heritage of Mankind (CHM) a rejeté l’idée de clôture (privatisation). Le CHM a plutôt plaidé pour qu’un groupe spécial soit créé par traité international en tant qu’ « administrateurs » des biens communs mondiaux. Considéré comme plus « progressiste », il n’était pas moins élitiste que le concept de Hardin.


Le concept philosophique du CHM a émergé sur la scène politique mondiale dans les années 1950, mais c’est le discours de 1967 de l’ambassadeur maltais à l’ONU, Arvid Pardo, qui l’a établi comme principe de gouvernance mondiale . Cela a finalement conduit à la  Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (LOSC) de 1982 .

Citant le CHM, à l’article 137(2) de la LOSC, l’ONU a déclaré :

« Tous les droits sur les ressources de la Zone appartiennent à l’humanité dans son ensemble, au nom de laquelle l’Autorité agit. »

Cette « zone », dans ce cas, les océans de la Terre, y compris tout ce qui se trouve à l’intérieur et au-dessous d’eux. L’ « autorité » a été définie dans la section 4 comme l’Autorité internationale des fonds marins (ISA). L’article 137(2) de la LOSC est en soi contradictoire.

La définition juridique de « acquis » implique que l’ensemble de l’humanité, sans exception, a un droit absolu d’accéder aux biens communs mondiaux. Dans ce cas, ces biens communs étaient les océans. Alors que la définition légale parle de propriété, le terme « acquis » semble garantir que personne ne peut revendiquer individuellement la propriété des océans ou de leurs ressources. L’accès est également partagé par tous.

Soi-disant, ce droit allégué ne peut jamais être « vaincu par une condition suspensive ». Ceci est entièrement répudié par « au nom de qui l’Autorité agit ».

Qui parmi les milliards d’habitants de la Terre a donné à l’ISA cette prétendue autorité ? Quand nous a-t-on demandé si nous voulions céder notre responsabilité collective pour les océans à l’ISA?

Cette autorité a été saisie par le diktat de l’ONU et rien de plus. C’est désormais l’ISA qui, par une condition suspensive , contrôle, limite et autorise notre accès aux océans.

C’est la tromperie essentielle au cœur du paradigme des « biens communs mondiaux » du GPPP . Ils vendent leur vol comme une gestion des ressources dévolues à toute l’humanité, tout en s’emparant simultanément de l’intégralité de ces ressources pour eux-mêmes.

S’emparer des biens communs mondiaux : les océans

Interprété par le droit international, le CHM semble placer la propriété privée des biens communs mondiaux, comme suggéré par la TdC, hors de portée du gouvernement ou de ses partenaires parties prenantes . Ils ne devraient pas avoir plus droit à ces richesses que n’importe qui d’autre. La contestation juridique de toute réclamation devrait être un processus relativement simple pour tout individu ou groupe concerné souhaitant en faire une.

Ce n’est même pas une possibilité lointaine. Le droit international, en ce qui concerne les biens communs mondiaux , est un fouillis d’incohérences et de contradictions dénuées de sens qui revient en fin de compte à « pouvoir est juste ». Pour que quiconque conteste l’affirmation du GPPP, il faudrait qu’il retienne une équipe juridique capable de vaincre celle de l’ONU et trouve un pouvoir judiciaire prêt à trancher en sa faveur.

La « loi » est ostensiblement conçue pour nous laisser imaginer que nous avons des droits et des responsabilités « protégés » envers ces ressources partagées. Alors que, si elle est soumise à un examen raisonnable, la notion juridique de biens communs mondiaux ressemble davantage à une diversion pour faciliter un vol.

Si nous examinons le dossier d’ engagement des parties prenantes de l’ISA, nous trouvons rapidement son plan stratégique pour 2019-2020 . Cela décrit succinctement le fonctionnement de l’arnaque :

« Dans un monde en constante évolution, et dans son rôle de gardien du patrimoine commun de l’humanité, l’ISA fait face à de nombreux défis […] Les Nations Unies ont adopté un nouveau programme de développement, intitulé « Transformer notre monde : le Programme de développement durable à l’horizon 2030 « […] L’ODD 14 – Conserver et utiliser de manière durable les océans, les mers et les ressources marines est le plus pertinent pour l’ISA. »

La ressource partagée – les biens communs mondiaux – des océans de la Terre n’est plus librement accessible à l’humanité dans son ensemble.

Au contraire, l’ISA détermine qui a accès aux ressources océaniques sur la base des objectifs de développement durable (ODD).

En fait, ils ont transformé l’accès aux biens communs mondiaux en un nouveau marché.

La question la plus vitale que nous devons nous poser est de savoir comment ces décisions d’attribution sont prises et par qui. Cela révélera qui contrôle ces nouveaux marchés hautement réglementés. L’état de l’ISA :

« États parties, États parrains, États du pavillon, États côtiers, entreprises d’État, investisseurs privés, autres utilisateurs du milieu marin et organisations intergouvernementales mondiales et régionales intéressées. Tous ont un rôle à jouer dans l’élaboration, la mise en œuvre et l’application des règles et normes pour les activités dans la zone »

En outre, l’ISA :

« Renforcer la coopération et la coordination avec les autres organisations internationales et parties prenantes concernées afin de[…] protéger efficacement les intérêts légitimes des membres de l’ISA et des sous-traitants[…] Les règles, réglementations et procédures régissant l’exploitation minière[…] sont fondées sur des principes commerciaux solides afin de promouvoir l’ investissement[…] en tenant compte des tendances et des développements liés aux activités d’exploitation minière des grands fonds marins, y compris une analyse objective des conditions du marché mondial des métaux et des prix des métaux, des tendances et des perspectives[…] sur la base d’un consensus[…] qui permet la contribution des parties prenantes de manière appropriée.

Le Partenariat mondial public-privé (GPPP) des gouvernements, des entreprises mondiales (autres utilisateurs de l’environnement marin), leurs principaux actionnaires (investisseurs privés) et des fondations philanthropiques (investisseurs privés) en sont les parties prenantes.

Ils, pas nous, auront une entrée pour assurer que les règles, les règlements et les procédures seront la promotion des investissements qui sauvegarde leurs intérêts .

En l’espace de quelques décennies à peine, des concepts généraux ont évolué pour devenir des principes de droit international qui ont ensuite été appliqués pour créer un cadre réglementaire pour un accès contrôlé à toutes les ressources des océans. Ce qui était autrefois une véritable ressource mondiale est maintenant la seule province du GPPP et de son réseau de capitalistes parties prenantes .

Les biens communs mondiaux sont mondiaux

Il faut se garder de tomber dans le piège de penser que le GPPP est composé uniquement de l’hégémonie occidentale. Les histoires dont on nous nourrit sur la confrontation mondiale entre les superpuissances sont souvent superficielles.

S’il existe sans aucun doute des tensions au sein du GPPP, alors que chaque acteur se bouscule pour une plus grande part des nouveaux marchés, le réseau GPPP lui-même est une collaboration véritablement mondiale. Cela ne signifie pas qu’un conflit entre États-nations est impossible mais, comme toujours, un tel conflit sera combattu pour une raison absente de l’explication officielle .

Les ODD ont conduit à des politiques de zéro net et ils stipulent, parmi une série de changements imposés, la fin du transport de l’essence et du diesel. Nous avons tous reçu l’ordre de passer aux véhicules électriques (VE) que la grande majorité ne pourra pas se permettre.

À son tour, cela signifie une augmentation massive de la demande de batteries lithium-ion.

Leur fabrication nécessitera beaucoup plus de cobalt, ce qui est largement considéré comme le risque le plus critique de la chaîne d’approvisionnement pour la production de véhicules électriques.

La Banque mondiale estime que la croissance de la demande de cobalt entre 2018 et 2050 sera de l’ordre de 450% . Dire qu’il s’agit d’une « opportunité de marché » est un euphémisme massif.

L’ISA a accordé 5 contrats d’exploration de cobalt à JOGMEC (Japon), COMRA (Chine), Russie, République de Corée et CPRM (Brésil). Lorsque les gisements localisés deviennent commercialement viables, comme ils le seront sans aucun doute, la frénésie d’alimentation des entreprises peut commencer.

Des entreprises, telles que le fabricant d’armes Lockheed Martin, avec sa filiale en propriété exclusive UK Seabed Resources (UKSR), font également partie des nombreuses parties prenantes de l’ ISA. UKSR a obtenu son permis d’exploration pour le Pacifique Sud en 2013 . À titre d’exploration ISA entrepreneur, les intervenants UKSR sont libres de soumettre leurs recommandations pour des modifications aux règlements ISA régissant leurs propres opérations minières.

Par exemple, l’ISA a déclaré que les sociétés minières devraient fournir une garantie financière qui couvrirait les « coûts, dépenses et responsabilités imprévus ». Lockheed Martin n’a pas du tout aimé cela et a donc suggéré un léger changement. Ils ont recommandé l’ajout des éléments suivants :

« La Garantie ne couvre pas les coûts, dépenses et responsabilités encourus du fait d’une responsabilité délictuelle pour dommages à l’environnement.

C’était probablement parce que, dans leur quête de la « protection » des ODD de la planète, Lockheed Martin ne souhaite pas être tenu responsable des dommages environnementaux qu’ils lui infligeront au cours du processus. Ce risque est élevé car la méthode proposée pour «racler le fond marin» le détruira presque certainement .

Heureusement pour l’UKSR et d’autres parties prenantes comme la COMRA, l’ISA s’est engagée à respecter des réglementations qui promeuvent des principes commerciaux sains et protègent leurs intérêts commerciaux . Détruire les fonds marins est un risque à prendre mais pas s’il faut le payer.

Lorsqu’il s’agit de lutter contre le changement climatique, la vie humaine est encore moins chère.

Presque tout le cobalt est actuellement extrait de la ceinture de cuivre de l’Afrique et plus de 60% de l’approvisionnement mondial provient de la République démocratique du Congo . Il est arraché à la Terre par des dizaines de milliers d’enfants esclaves .

Cette torture empoisonnée raccourcit considérablement la misère abjecte de leurs souffrances sur cette Terre. Cependant, cela signifie que d’autres jeunes comme Greta Thunberg peuvent inspirer des enfants plus fortunés à se mobiliser sur les réseaux sociaux, en utilisant leurs appareils complètement chargés , pour sauver la planète.

Seule la viabilité commerciale des réserves sous-marines semble capable de sauver les esclaves des mines de cobalt. Hélas, il est difficile d’envisager comment les alternatives océaniques deviendront viables jusqu’à ce que les réserves terrestres soient presque épuisées.

Cette maltraitance des enfants ouvertement tolérée dure depuis des années. Un fait que les médias du monde admettent mais ne mentionnent jamais lorsqu’ils font l’éloge de la révolution verte .

Les 94 000 tonnes de cobalt estimées dans la zone Clarion Clipperton (CCZ) du Pacifique oriental représentent à elles seules 6 fois les réserves terrestres connues. Avec des réserves totales en eaux profondes estimées entre 8 000 et 16 000 milliards de dollars , alors que nous progressons vers une économie neutre en carbone, l’exploitation minière en eaux profondes est une fatalité . Indépendamment du coût environnemental.

Tous les vrais problèmes environnementaux doivent être ignorés alors que le monde s’engage dans une transition vers une nouvelle économie mondiale basée sur une théorie hautement discutable : à savoir le réchauffement climatique anthropique (AGW).

Le(s) nouveau(x) marché(s) Global Commons

Cette transition vers l’économie verte verra une myriade de nouveaux marchés créés à mesure que les ressources «communes» de la Terre seront converties en mines d’or d’investissement proverbiales. Le cobalt, gratté des fonds marins, n’est qu’un exemple, il y en a des milliers d’autres.

Le GPPP aura un accès exclusif, et donc un contrôle, sur ces nouvelles ressources essentielles.

Les opportunités d’investissement sont infinies. C’est cette perspective, et non aucune préoccupation pour la Terre ou l’humanité, qui conduit à la saisie des biens communs mondiaux .

Le GPPP a reconnu que s’ils peuvent insérer quelque chose dans les « biens communs mondiaux », ils peuvent alors le contrôler. Par conséquent, la liste des prétendus «biens communs» continue de s’allonger, alors que le GPPP cherche à mieux contrôler une plus grande partie de la planète et tout ce qui s’y trouve.

En 1996, feu John Perry Barlow, de l’Electronic Freedom Foundation, a présenté une déclaration pour l’indépendance du cyberespace à la conférence annuelle de Davos du Forum économique mondial (WEF). Il semble peut-être étrange que le GPPP veuille entendre cet appel radical et libertaire aux gouvernements du monde entier à laisser le cyberespace non réglementé.

Cependant, comme je le souligne dans mon livre Pseudopandemic, l’intention des idées, des philosophies politiques et économiques ou des doctrines sociales n’est pas ce qui intéresse le GPPP. C’est plutôt la façon dont ces idéologies peuvent être exploitées pour atteindre leurs objectifs.

En prononçant son discours, Barlow a, peut-être par inadvertance, préparé le terrain pour inclure le cyberespace dans le « monde commun mondial ».

Comme nous le verrons bientôt, le GPPP avait déjà un plan en place pour s’approprier tout ce qui est défini comme un bien commun mondial . C’est cette perspective qui a captivé la foule rassemblée à Davos (GPPP).

Dans leur résumé exécutif de Davos 2015, le WEF a illustré comment le GPPP a manipulé un récit pour remodeler le contexte de notre vie quotidienne. Dans ce cas, l’objectif était d’instituer les préceptes de leur juridiction revendiquée sur le cyberespace.

« Ce qui est clair, c’est que nous sommes confrontés à de profondes transformations politiques, économiques, sociales et, surtout, technologiques[…] résultant en un « nouveau contexte mondial » pour la prise de décision future[…] La réunion annuelle du Forum économique mondial fournit une plate-forme inégalée pour que les dirigeants développent les connaissances, les idées et les partenariats nécessaires pour répondre à ce nouveau contexte[…] Partant du principe qu’une approche multipartite, systémique et orientée vers l’avenir est essentielle dans ce nouveau contexte, les problèmes à traiter à travers les sessions, les groupes de travail et les réunions privées de la réunion annuelle 2015 incluent[…] L’incapacité d’améliorer de manière significative la gestion et la gouvernance des biens communs mondiaux critiques, notamment les ressources naturelles et le cyberespace. »

Nous avons considéré l’exemple des océans et de leurs ressources, mais le processus de création de marchés réglementés pour tous les biens communs est le même. Tout d’abord, il faut mettre quelque chose dans la catégorie des biens communs mondiaux.

Une fois déclaré parmi les « ressources partagées sur lesquelles toute vie repose », un quango GPPP est nommé pour superviser l’accès au nouveau marché réglementé. Cet organe sera formé pour servir les intérêts des acteurs capitalistes qui auront alors un accès exclusif et le contrôle de cette ressource.

Le contrôle du cyberespace, tout comme le contrôle des océans, fournira au GPPP un accès protégé à ses ressources.

Le marché mondial du Big Data devrait atteindre 103 milliards de livres sterling d’ici 2027. Ce sont de petites pommes de terre par rapport à la valeur stupéfiante de nos données personnelles. Il est actuellement, littéralement, inestimable . Cependant, avec le seul marché de la cybersécurité qui devrait atteindre plus de 352 milliards de dollars d’ici 2026, il s’agit d’un marché qui se mesurera en milliers de milliards et sa fixation dans les biens communs mondiaux est essentielle pour le GPPP.

Conformément à la définition de l’ ONU, « la gestion des biens communs mondiaux ne peut être effectuée sans gouvernance mondiale », la gouvernance mondiale est formellement convoquée via le processus de saisie des biens communs mondiaux. Le hold-up mondial est fondé sur la tromperie du développement durable .

Les agendas pour des biens communs mondiaux durables

Comme mentionné précédemment, ce plan est en place depuis des décennies. Les objectifs de développement durable (ODD) sont définis dans l’ Agenda 2030 comme des jalons sur la voie de l’achèvement du plan pour le 21e siècle : l’Agenda 21.

Lorsque les parties prenantes du GPPP disent qu’elles sont engagées dans les ODD, elles parlent de l’Agenda 2030, à court terme, et finalement de l’Agenda 21.

Action 21 a beaucoup à dire sur ce qu’il appelle les « établissements humains ». Il précise comment ils seront planifiés, construits et gérés par un partenariat public-privé. Cependant, dans la construction d’établissements humains, les êtres humains n’apparaissent pas très haut sur la liste des priorités.

L’objectif 5.29 stipule :

« Lors de la formulation des politiques relatives aux établissements humains, il convient de tenir compte des besoins en ressources, de la production de déchets et de la santé des écosystèmes. »

L’allocation des ressources, la gestion des déchets et la protection de l’environnement sont les conditions préalables aux « établissements humains ». Pas le bien-être de l’humanité.

Le GPPP supervisera la construction ou l’attribution de nos colonies. Objectif 7.30. ré. États:

« Encourager les partenariats entre les secteurs public, privé et communautaire dans la gestion des ressources foncières pour le développement des établissements humains. »

Toutes les terres, pas seulement les communs, seront gérées par le GPPP.

Encore une fois, les ODD ultérieurs de l’Agenda 2030 ont fourni la justification de l’accaparement des terres.

L’Objectif 10 d’Action 21 stipule :

« L’objectif général est de faciliter l’affectation des terres aux utilisations qui offrent les plus grands avantages durables et de promouvoir la transition vers une gestion durable et intégrée des ressources foncières »

De toute évidence, cela soulève des problèmes de propriété et d’utilisation des terres privées.

Pas seulement parmi les ménages mais par l’industrie, les agriculteurs, les compagnies de train ou tout autre propriétaire foncier privé. L’astuce pour s’accrocher à la terre sera d’obtenir sa désignation comme ayant un objectif « durable » . Cette allocation devra être approuvée par le GPPP, donc les amis haut placés seront la clé.

L’Agenda 21 exige, sous « Activités » dans la section 7.29, que toutes les nations doivent développer:

« Un inventaire national complet de leurs ressources foncières afin d’établir un système d’information foncière dans lequel les ressources foncières seront classées en fonction de leurs utilisations les plus appropriées et les zones écologiquement fragiles ou sujettes aux catastrophes seront identifiées pour des mesures de protection spéciales. »

Si l’endroit où vous vivez est jugé fragile sur le plan environnemental, et on nous dit que toute la planète l’est, alors le GPPP suivra la section 7.30. h. et mettre en œuvre :

« Des pratiques qui traitent de manière globale des besoins fonciers potentiellement concurrents pour l’agriculture, l’industrie, les transports, le développement urbain, les espaces verts, les réserves et d’autres besoins vitaux.

Cela impliquera la création de « zones protégées ». Parmi beaucoup de leurs pouvoirs autoritaires, le GPPP aura le contrôle de toute l’eau potable.

Les sources d’eau deviennent automatiquement des « zones protégées » dans le cadre de l’Agenda 21, pour le bien de notre « santé ».

L’activité 18.50 indique :

« Tous les États, en fonction de leurs capacités et des ressources disponibles, et par le biais d’une coopération bilatérale ou multilatérale, y compris les Nations Unies et d’autres organisations compétentes, le cas échéant, pourraient mettre en œuvre les activités suivantes : […] Établissement de zones protégées pour les sources d’approvisionnement en eau potable . “

En exploitant la supercherie du « développement durable », un système planétaire de gouvernance mondiale, sous les auspices du GPPP, est en train de se mettre en place. Il s’agit de « reconstruire mieux », de la « Grande réinitialisation », du « Green New Deal » ou de tout ce que le GPPP choisit de le vendre.


Cela signifie la domination du GPPP sur absolument tout. Nous ne posséderons vraiment rien, bien qu’il semble peu probable que beaucoup d’entre nous en soient heureux.

Ce n’est pas une idée nouvelle. Alors que la révolution industrielle était en plein essor au XVIIIe siècle, les usines britanniques avaient besoin de travailleurs esclaves effectivement sous contrat. Le Parlement britannique a adopté une série de lois sur la clôture qui ont supprimé l’accès des communautés rurales aux terres communes.

Ils ont été relogés dans des parcelles insalubres qui ne pouvaient pas les soutenir. Les meilleures terres agricoles ont été saisies par de riches propriétaires terriens et les nouveaux chefs d’industrie, cherchant à diversifier leurs investissements. Ceci, en partie, a forcé les familles qui vivaient de la terre depuis des générations à s’installer dans les villes où elles pouvaient travailler dans les nouvelles usines.

Avec la quatrième révolution industrielle (4IR) en cours, les biens communs mondiaux incluent le cyberespace. Alors que nous sommes actuellement libres de communiquer à travers la planète, de faire des affaires et même de socialiser en ligne, les GPPP ont maintenant décidé de « clocher » le cyberespace et de contrôler notre accès.

En effet, il ressort clairement de l’Agenda 21 et 2030 que l’intention est de nous « enfermer » physiquement dans des implantations désignées. Si nous sommes attirés ou poussés dans des villes intelligentes de 15 minutes, qu’arrivera-t-il à ceux qui ne veulent pas y vivre ?

Ceux qui ne comprennent pas, ou ne veulent pas admettre la réalité de ce coup d’État mondial, s’empressent de souligner que l’Agenda 21 – et 2030 – ne sont pas une loi.

Les États-nations ne sont pas obligés d’accepter quoi que ce soit. Cette observation méconnaît ce qu’est la « gouvernance mondiale » .

La gouvernance mondiale n’est pas le cadre d’une politique ou d’une législation. C’est la création d’agendas politiques que les États-nations individuels peuvent ou non mettre en œuvre en tant que politique ou législation ultérieure. Il ne peut avoir du mordant que si les États-nations s’y conforment.

Le problème auquel nous sommes confrontés est que les États-nations sont des « organisations partenaires », certains pourraient dire des partenaires juniors, au sein du GPPP. S’ils restent des entités souveraines, ils n’agissent pas en tant que tels. Nous n’avons qu’à regarder comment les marchés mondiaux sont créés par l’Agenda 21 pour voir comment tous les États-nations ont volontairement collaboré dans l’escroquerie du développement durable.

Dans Action 21, la « Base d’action » déclarée à la section 8.41 stipule :

« Un premier pas vers l’intégration de la durabilité dans la gestion économique est la mise en place d’une meilleure mesure du rôle crucial de l’environnement en tant que source de capital naturel[…] Un cadre commun doit être développé dans lequel les contributions apportées par tous les secteurs et activités de la société, qui ne sont pas inclus dans les comptes nationaux conventionnels, sont inclus[…] Un programme visant à développer des systèmes nationaux de comptabilité environnementale et économique intégrée dans tous les pays est proposé.

Le plan clairement énoncé, écrit en 1992, était de créer un « capital naturel » pour faire passer la « durabilité à la gestion économique ». Tous les secteurs et toute la société seront impliqués dans cet effort de transformation de la nature en capital financier .

Cela inclura la surveillance des « activités de la société », telles que notre utilisation du cyberespace, qui « ne sont pas incluses dans les comptes nationaux conventionnels ». Les biens communs mondiaux en d’autres termes.

Peu importe que l’Agenda 21 (2030) ait une autorité législative ou non. Tout ce qui est en cause, c’est la complicité des autorités législatives. Ils sont en pleine conformité.

Action 21 a proposé le développement de « systèmes nationaux de comptabilité environnementale et économique intégrée dans tous les pays ». Cela a été envisagé pour achever la transformation de la Terre et de toutes ses ressources naturelles en un système centralisé de contrôle économique.

Comme Whitney Webb l’a exploré dans son excellent article, Wall Street’s Takeover of Nature Advances with Launch of New Asset Class, c’est précisément ce qui s’est passé. En abusant une fois de plus du concept de global commons , le GPPP a créé des sociétés d’actifs naturels (NAC). Ceux-ci seraient prétendument :

« Préserver et restaurer les atouts naturels qui sous-tendent en fin de compte la capacité de la vie sur Terre. »

Cette allusion à la protection des biens communs mondiaux semble merveilleuse, mais lorsque l’on considère son impact sur les profondeurs des océans, par exemple, il ne s’agit en réalité que de la création de nouveaux marchés. Le souci de la destruction de l’environnement est à peine enregistré.

Les métriques du Global Commons

De toute évidence, l’objectif des NAC est de garantir l’accès exclusif des acteurs du GPPP à des ressources qui, jusqu’à présent, n’étaient « possédées » par personne. Michael Blaugrund, le Chief Operating Officer de la Bourse de New York, a ainsi admis :

“Notre espoir est que posséder une société d’actifs naturels sera un moyen pour un éventail de plus en plus large d’investisseurs d’investir dans quelque chose qui a une valeur intrinsèque, mais, jusqu’à présent, était vraiment exclu des marchés financiers.”

Pour mettre cela en perspective, le PIB total actuel de la planète entière est d’environ 94 000 milliards de dollars. En convertissant la Terre en un marché de matières premières sous-tendant un nouveau portefeuille d’actifs mondial, la nature devrait valoir 4 000 milliards de dollars. Plus de 40 fois le PIB mondial. Inutile de dire que c’est une sacrée opportunité d’investissement.

La transformation de l’économie mondiale est en bonne voie. L’ensemble du GPPP est, bien entendu, engagé dans le projet. Les désaccords qui existent ne s’étendent qu’à qui obtient quoi. Il n’y a pas d’opposition au nouveau modèle économique mondial. Comme Webb l’a souligné :

“Le but ultime des NAC n’est pas la durabilité ou la conservation – c’est la financiarisation de la nature, c’est-à-dire transformer la nature en une marchandise qui peut être utilisée pour maintenir l’économie actuelle et corrompue de Wall Street en plein essor sous prétexte de protéger l’environnement et d’empêcher sa poursuite de dégradation.”

Les NAC permettront aux investisseurs d’acquérir des actifs principalement dans les pays en développement, alors que les sociétés multinationales et les fonds financiers récupéreront d’anciens biens communs mondiaux et d’autres ressources.

Or la financiarisation de la nature est globale, transformant le Globe en un marché haussier.

Cet objectif sera atteint en utilisant les mesures du capitalisme des parties prenantes. Les actifs seront évalués à l’aide de critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) pour une performance commerciale durable. Toute entreprise nécessitant un financement de marché, peut-être en émettant des obligations climatiques , ou peut-être des obligations vertes pour les entreprises européennes, aura besoin que ces obligations aient une note ESG saine .

Une note ESG faible dissuadera les investisseurs et le projet ou l’entreprise commerciale ne démarrera pas. Une note ESG élevée poussera les investisseurs à se précipiter pour investir leur argent dans des projets soutenus par des accords internationaux. Combinées, des initiatives financières telles que les NAC et les ESG convertissent les ODD en réglementations de marché.

Cela place l’autorité centralisée sur l’économie mondiale entre les mains du GPPP. S’exprimant en juillet 2019, alors gouverneur de la Banque d’Angleterre (BoE) et futur envoyé spécial de l’ONU pour l’action climatique, Mark Carney, a simplement déclaré :

“Les entreprises qui ignorent le changement climatique et ne s’adaptent pas feront faillite sans aucun doute.”

Plus tard, s’exprimant lors du sommet Green Horizons en novembre 2020, organisé conjointement par la City of London Corporation, le Green Finance Institute et le Forum économique mondial, Carney, agissant dans un autre rôle en tant que conseiller financier du Premier ministre britannique pour la COP26, a déclaré :

« Les plans de transition révéleront les leaders et les retardataires sur la route de Glasgow[…] Nous n’arriverons pas à zéro net dans un créneau, cela nécessite toute une transition économique. »

Les leaders de la nouvelle économie mondiale seront ceux sélectionnés par le GPPP grâce à la notation appropriée de leurs titres émis. Les lagers seront éliminés via le même mécanisme. Ils feront faillite sans aucun doute .

Toutes les entreprises, et pas seulement les entreprises mondiales, devront « s’adapter » au nouveau système économique basé sur les ODD. Ce n’est pas une projection de ce à quoi ressemblera l’économie mondiale future, c’est déjà arrivé. Alors que le monde était obsédé par la pseudopandémie, le GPPP a initié une révolution mondiale.

Lors de l’éventuel sommet de la COP26 à Glasgow, Mark Carney, prétendument en tant qu’envoyé de l’ONU – ou peut-être en tant qu’administrateur du Forum économique mondial , c’est difficile à dire – a lancé quelque chose qu’il a appelé GFANZ :

« L’architecture du système financier mondial a été transformée pour offrir un net zéro. Nous avons maintenant la plomberie essentielle en place pour déplacer le changement climatique des franges vers l’avant-garde de la finance afin que chaque décision financière tienne compte du changement climatique… [Cette] augmentation rapide et à grande échelle de l’engagement de capital à zéro net, à travers GFANZ, rend possible la transition vers un monde 1.5C.

Le chancelier de l’Échiquier britannique, Rishi Sunak, a fait suivre la déclaration de Carney par la déclaration officielle du Royaume-Uni de la Glasgow Financial Alliance for Net Zero (GFANZ). Lancés pour la première fois en avril 2021 par l’envoyé spécial du président américain pour le changement climatique, John Kerry, les premiers rapports d’étape de GFANZ indiquent :

« Les gouvernements doivent assurer une transition juste et bien gérée, notamment en travaillant en étroite collaboration avec l’industrie et la finance […] GFANZ a été créé pour accélérer ce processus. Son objectif est de transformer le système financier mondial afin de financer l’investissement dans une économie nette zéro […] nous devons faire la transition de l’ensemble du système financier, aux côtés de chaque secteur de nos économies […]. alignement net-zéro”

Le plan consiste initialement à « aligner » (forcer) 40 % des actifs financiers mondiaux actuels, soit 130 000 milliards de dollars, à s’engager dans la transition vers une économie mondiale décarbonée . Le communiqué de presse du gouvernement britannique rapporte :

« Le Royaume-Uni a réuni plus de 30 pays avancés et en développement de 6 continents et représentant plus de 70 % du PIB mondial pour soutenir la création de nouvelles normes mondiales de reporting climatique par la Fondation IFRS afin de fournir aux investisseurs les informations dont ils ont besoin pour financer le zéro net. “

Tout cela est nécessaire, selon Carney, Kerry, Sunak et tous les autres dirigeants du GPPP face au public , pour contrôler le climat de la Terre. Ils imaginent vraiment, ou plutôt veulent que vous imaginiez, qu’ils peuvent modifier la température de la Terre en centralisant leur autorité sur l’économie mondiale.

Comme Whitney Webb l’a observé avec précision sur Twitter :

« Si vous comptez faire confiance aux milliardaires et aux banquiers (qui ont créé les crises environnementales) pour concevoir un tout nouveau système économique parce que vous pensez qu’ils se soucient de l’environnement, autant leur remettre votre cerveau dans un sac.

Gouvernance mondiale de tout

GFANZ repose en grande partie sur une double comptabilité et une légèreté financière. Il n’y a pas vraiment d’engagement à réduire réellement les émissions de GES. Les grandes banques seront toujours libres d’investir dans les énergies fossiles tant que cela restera rentable.

Une fois de plus, les critiques dominants, ou du moins ceux rapportés par les MSM financiers, ne parviennent absolument pas à comprendre ce qu’ils regardent. Ils fantasment qu’il s’agit de «sauver la planète» ou de créer une économie plus verte pour le bien de tous.

Ce n’est pas le cas, et cela ne l’a jamais été. Il s’agit de centraliser le pouvoir financier et économique.

Ce n’est pas grave si les chiffres ne s’additionnent pas. L’impact environnemental réel est totalement hors de propos. Tout ce qui compte, c’est qu’un mécanisme soit créé par lequel les échelons supérieurs de la hiérarchie du GPPP peuvent d’abord sauver puis étendre leur autorité et leur contrôle. C’est l’objectif principal et jusqu’à ce que les économistes et les commentateurs des médias le comprennent, ils ne verront jamais ce qui les regarde en face.

Vraisemblablement, ils croient encore que ce n’est qu’une coïncidence incalculable que cette transformation se soit produite juste à temps pour sauver le FMIS (système monétaire et financier international) défaillant. Le GPPP a tout simplement eu de la chance. Sauver la planète nécessite exactement la même restructuration économique et financière nécessaire pour couvrir l’effondrement complet de leur ancien système de contrôle.

Lors du symposium annuel 2019 des banquiers du G7 à Jackson Hole, Wyoming, quatre mois seulement avant que les premiers cas de COVID 19 ne soient signalés, la deuxième plus grande société de gestion d’investissement au monde, BlackRock, a présenté son rapport Dealing With The Next Downturn au G7 réuni. banquiers centraux. Ils ont rapporté :

« Des politiques sans précédent seront nécessaires pour répondre au prochain ralentissement économique. La politique monétaire est presque épuisée alors que les taux d’intérêt mondiaux plongent vers zéro ou en dessous. La politique budgétaire à elle seule aura du mal à fournir une stimulation majeure en temps opportun étant donné les niveaux d’endettement élevés et les retards typiques de mise en œuvre[…] La politique monétaire conventionnelle et non conventionnelle fonctionne principalement grâce à l’impact stimulant de la baisse des taux d’intérêt à court et à long terme . Ce canal est presque épuisé.

Incapable de dépenser ou de taxer pour se sortir du pétrin, BlackRock a admis que, pour le GPPP, l’IMFS existant était terminé. C’était la source de leur pouvoir et donc, s’ils devaient conserver leur « autorité », un nouveau système était nécessaire.

Mark Carney, s’exprimant à cette occasion en tant que gouverneur de la BoE, a affirmé l’appréciation de BlackRock :

« Plus fondamentalement, une asymétrie déstabilisante au cœur de l’IMFS se développe […] une économie mondiale multipolaire nécessite un nouvel IMFS pour réaliser son plein potentiel. Ce ne sera pas facile […] les déficiences de l’IMFS sont devenues de plus en plus importantes. Même une connaissance passagère de l’histoire monétaire suggère que ce centre ne tiendra pas[…] Je terminerai en ajoutant l’urgence[…] Mettons fin à la négligence malveillante du FMIS et construisons un système digne de l’économie mondiale diversifiée et multipolaire qui est en train d’émerger . “

Tous ont convenu qu’un nouveau FMIS était nécessaire de toute urgence. Il n’y avait plus de temps à perdre. Dans leur article, BlackRock a suggéré que le nouvel ordre financier pourrait être créé en « allant directement » :

« Passer au direct signifie que la banque centrale trouve des moyens de mettre l’argent de la banque centrale directement entre les mains des dépensiers des secteurs public et privé […] en appliquant la coordination des politiques afin que l’expansion budgétaire n’entraîne pas une augmentation compensatoire des taux d’intérêt. »

C’était un concept révolutionnaire. Les banques centrales ont théoriquement servi uniquement de banque pour les banques commerciales et le gouvernement. Leur rôle officiel était d’investir dans des obligations d’État et de gérer les règlements entre les banques commerciales en utilisant les réserves des banques centrales appelées « monnaie de base ». L’argent que vous et moi utilisons chaque jour est de l’ « argent au sens large ». Sa circulation dans l’économie avait toujours été séparée et distincte de l’échange de monnaie de base par les banques centrales .

La monnaie de base n’avait jamais été utilisée auparavant pour stimuler ou manipuler directement les marchés monétaires au sens large (en théorie).

Avec leur plan direct, BlackRock suggérait un mécanisme par lequel il le pouvait; en plaçant effectivement les banques centrales en charge (en appliquant la coordination des politiques ) de la politique budgétaire du gouvernement : la fiscalité et les dépenses du gouvernement.

Le passage direct représente un changement fondamental dans la nature de nos systèmes politiques. Cela suggère que les gouvernements élus ne sont plus responsables de leurs dépenses. Il apparaît comme l’instauration d’une fiscalité sans représentation : la fin de toute notion de démocratie.

BlackRock a ajouté qu’un passage direct serait nécessaire si une “condition inhabituelle” se présentait. Le centre ne tiendra pas ; un catalyseur extraordinaire était nécessaire pour amener la transformation.

Dans un autre remarquable et, pour le PMPP, incroyablement coïncidence fortuite, les Etats – Unis « marché repo » pataugé juste un mois plus tard . Cela a fourni la condition inhabituelle nécessaire , déclenchant le plan de BlackRock.

Les choses sont devenues extrêmement inhabituelles quelques mois plus tard alors que le monde était plongé dans une pseudopandémie mondiale . En réponse, en mars 2020, alors que la pseudopandémie émergeait en Occident, le passage direct est passé à la vitesse supérieure .

BlackRock a déclaré que le passage direct ne serait nécessaire que tant que la “condition inhabituelle” persisterait, bien que la nature de l’arrangement nécessiterait une “configuration permanente”. Une fois les objectifs de politique budgétaire atteints, qui étaient aussi des objectifs de politique monétaire, le dispositif permanent temporaire pouvait alors passer à la « stratégie de sortie » placée sur « l’horizon politique ».

Nous savons maintenant quel est cet horizon politique. C’est la transformation de l’IMFS, la saisie des biens communs mondiau , la financiarisation de la nature et la mise en place d’un organe financier central qui régit tout.

Ce processus est plus communément appelé « développement durable » ou construction de l’ économie verte.

Un anneau pour les gouverner tous

Avant sa proclamation GFANZ, en novembre 2020, Rishi Sunak a déclaré que le Royaume-Uni avait l’intention d’émettre la première obligation verte souveraine au monde . Le gouvernement britannique a décrété qu’il rendrait obligatoire la déclaration au Groupe de travail sur les divulgations financières liées au climat (TFCD) pour toutes les entreprises britanniques d’ici 2025. Sunak a déclaré que cela encouragerait les investissements dans les nouvelles technologies «comme les pièces stables et les monnaies numériques de la banque centrale».

Le gouvernement britannique a ajouté :

« Le Royaume-Uni deviendra le premier pays au monde à rendre les divulgations alignées sur le Groupe de travail sur les divulgations financières liées au climat (TCFD) entièrement obligatoires dans l’ensemble de l’économie d’ici 2025[…] Le Royaume-Uni mettra également en œuvre une taxonomie verte – un cadre commun pour déterminer quelles activités peuvent être définies comme durables sur le plan environnemental.

La prétention du gouvernement britannique qu’il contrôlait cette initiative était comique. Les mesures du capitalisme des parties prenantes qui déterminent les notations ESG des actifs et le développement des NAC ne sont pas gérées par le Royaume-Uni, les États-Unis ou tout autre gouvernement élu. Ces leviers financiers sont solidement ancrés dans le secteur privé.

Les dirigeants du GPPP comme la Banque des règlements internationaux , les banques centrales nationales, BlackRock, Vanguard et les partenaires du WEF comme Deloitte, PwC, McKinsey et KPMG contrôlent ces stratégies d’investissement. Les gouvernements ne sont que des juniors, facilitant les partenaires dans le partenariat public-privé mondial .

Les TCFD sont évalués en réponse au « rapport de durabilité » d’ une entreprise . Selon le Financial Stability Board (FSB), le rapport de développement durable « décrit l’impact d’une entreprise ou d’une organisation sur la société, en abordant souvent les questions environnementales, sociales et de gouvernance ».

L’évaluation TDFD détermine la notation ESG de ses actifs. Ce sera le deal maker, ou le breaker, chaque fois qu’il voudra lever des capitaux.

Les normes du rapport de développement durable sont établies par la fondation International Financial Reporting Standards (IFRS). La fondation IFRS déclare qu’il s’agit d’une organisation à but non lucratif d’intérêt public.

Il établit des normes comptables convenues dans 140 juridictions pour les organisations publiques et privées. Ses juridictions comprennent les États-Unis, l’UE, le Royaume-Uni, le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, la Chine et la Russie.

Cependant, sa prétention à opérer dans « l’intérêt public » n’est pas ce qu’il semble. La fondation IFRS rapporte également :

« Les normes IFRS sont établies par l’International Accounting Standards Board et sont principalement utilisées par les entreprises publiques, celles cotées en bourse et par les institutions financières, telles que les banques. »

L’ International Accountancy Standards Board (IASB) est une organisation du secteur privé qui représente les intérêts capitalistes des parties prenantes privées , et non ceux du public. Actuellement, 12 personnes sont censées décider des normes IFRS qui stipulent les exigences en matière de rapport de développement durable pour les entreprises et autres organisations, y compris les gouvernements , à travers la planète.

Sous la présidence de Mark Carney – c’est un homme occupé – le Financial Stability Board (FSB) a créé le TCFD en 2015 :

« Le Conseil de stabilité financière (FSB) a annoncé aujourd’hui qu’il mettait en place un groupe de travail sur la divulgation dirigé par l’industrie sur les risques financiers liés au climat. divulgations de risques à utiliser par les entreprises pour fournir des informations aux prêteurs, aux assureurs, aux investisseurs et aux autres parties prenantes.

Cinq ans plus tard, c’est à nouveau Carney qui, sachant que le « centre ne tiendra pas », annonce la consolidation et l’unification de l’ensemble du système lors de la COP26. Conformément à GFANZ, les IFRS ont annoncé la prochaine étape du processus, avec la création de son International Sustainability Standards Board (ISSB). L’auditeur en chef de PwC, Hemione Hudson, a déclaré :

« Le lancement aujourd’hui de l’International Sustainability Standards Board est une étape importante vers la réalisation d’une approche commune mondiale des normes de divulgation liées aux ESG. Exploiter le pouvoir des marchés financiers pour jouer un rôle de premier plan dans la transition vers une économie nette zéro […] Les normes de déclaration sont un élément essentiel pour y parvenir »

Nous pouvons maintenant voir comment l’ensemble du système fonctionnera.

Chaque entreprise, chaque projet qu’elle souhaite entreprendre, chaque initiative qu’elle planifie et chaque politique qu’elle poursuit doit adhérer aux ODD. Leur conformité au programme convenu sera mesurée via leur « rapport de durabilité » obligatoire .

La Task Force on Climate-related Financial Disclosures (TCFD) jugera de leur performance. Leurs sous-comités ESG, tels que l’International Sustainability Standards Board, approuveront la notation ESG pertinente pour cette entreprise.

Les agences de notation des investissements privés comme Deloitte, qui sont « membres » des IFRS et, par définition, du GPPP, contrôleront efficacement la stratégie d’investissement de chaque entreprise et donc leurs opérations. L’exploitation minière en haute mer, la cybersécurité, l’innovation en matière de monnaie numérique, l’exploitation des biens communs mondiaux et tout autre élément considéré comme « durable » recevront la note ESG correspondante.

Tout cela est contrôlé de manière centralisée par le système TCFD, exploité par le FSB. Ils pourront choisir qui prospère et qui ne le fait pas. Le secrétariat du FSB est « hébergé » et financé par la Banque des règlements internationaux (BRI) et est basé au siège de la BRI à Bâle, en Suisse.

Non seulement les banques centrales, sous l’autorité de la BRI, vont directement et contrôlent la politique budgétaire mondiale, mais elles ont l’intention de commander toutes les affaires, tout le commerce et toutes les finances.

Ils s’emparent des biens communs mondiaux, financiarisent la nature et vont au-delà de l’ancien FMIS pour établir une véritable gouvernance mondiale.

Si nous n’agissons pas, si nous permettons simplement aux marionnettes de nos soi-disant gouvernements de remettre tout ce que nous apprécions au GPPP, alors la BRI, les banques centrales et d’autres « parties prenantes estimées » vont tout saisir sur cette Terre. Nous ne posséderons rien et leur retiendrons les ressources sur lesquelles « toute vie repose ».

Si nous permettons que cela se produise, alors tout comme les âmes oubliées abandonnées à la brutalité des mines de cobalt, nous serons tous des esclaves.


Source


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres

































1scandal.com © elishean/2009-2021