Politique

Sunak et Macron: Une romance de banquiers

Un nouveau Premier ministre britannique et un accord sur la migration transmanche pourraient annoncer une réinitialisation des relations anglo-françaises.

LONDRES – Après des années – certains pourraient dire des siècles – de querelles amères, l’amour pourrait enfin s’épanouir outre-Manche.

Le processus de séduction n’en est qu’à ses débuts, mais de hauts responsables britanniques et français osent espérer qu’une nouvelle Entente cordiale puisse être forgée entre Rishi Sunak et Emmanuel Macron dans les semaines et les mois à venir.

Toute application de rencontres moderne digne de ce nom leur correspondrait immédiatement. Deux banquiers d’investissement habiles, riches et minuscules au début de la quarantaine, avec des penchants pour le pouvoir, le pragmatisme et la politique du centre-droit. Sûrement, chuchotent leurs hauts fonctionnaires, ces gars-là vont forcément s’entendre ?

« Ils peuvent comparer la taille de leurs bonus ! » a plaisanté un haut diplomate de l’UE, notant l’ancienne vie de Sunak chez Goldman Sachs et l’histoire de Macron chez Rothschild.

Les premiers signes sont bons. La première date très importante a semblé bien se dérouler – une réunion bilatérale en marge de la conférence des Nations Unies sur le changement climatique COP27 en Égypte la semaine dernière. Macron a été suffisamment charmé pour inviter Sunak à Paris, juste avant Noël, pour une conférence de soutien à la société civile ukrainienne. Jouant dur, Sunak n’a pas encore officiellement répondu.

Le couple se réunira à nouveau cette semaine, cette fois sur les belles plages de Bali, une toile de fond tropicale époustouflante pour ce qui pourrait s’avérer être un sommet du G20 difficile, compte tenu de la toile de fond mondiale. Le premier sommet officiel anglo-français en cinq ans est prévu pour le début de l’année prochaine.

Et lundi, les deux parties dévoileront un accord tant attendu sur la migration transmanche, après des mois d’impasse diplomatique sous la direction précédente de la Grande-Bretagne.

Ce qui est clair, c’est qu’après une longue et tumultueuse période après la décision de la Grande-Bretagne de quitter l’UE en 2016, les deux gouvernements espèrent saisir l’occasion d’un nouveau départ offert par l’arrivée de Sunak au 10 Downing Street.

« Parfois, nous avons été les otages – des deux côtés – de la politique intérieure, mais nos intérêts stratégiques sont alignés et nos capacités de réponse sont similaires », a déclaré un diplomate français. Jusqu’à présent, a-t-il ajouté, les conversations bilatérales ont été « positives ».

Un haut responsable du ministère britannique des Affaires étrangères qui connaît les deux hommes a déclaré qu’ils étaient convaincus que la relation fonctionnerait.

« Il n’est pas surprenant qu’ils s’entendent », a déclaré le responsable britannique. « Ce sont deux des dirigeants les plus jeunes et les plus frais d’Europe et tous deux pensent que nos pays devraient travailler ensemble compte tenu du monde dans lequel nous nous trouvons. C’est notre intérêt national respectif. »

Jean-Pierre Jouyet, ancien ambassadeur de France au Royaume-Uni, estime que les carrières passées des deux hommes en tant que banquiers et ministres des finances faciliteront la compréhension mutuelle.

« La relation peut fonctionner, parce qu’ils ont eu des parcours similaires, ils voient les marchés de la même manière – et parce que Macron est beaucoup plus à droite qu’il ne l’était il y a cinq ans », a déclaré Jouyet. « Ils connaissent les mêmes cercles financiers – les cercles qui ont soutenu Macron [for president.] »

Ami ou ennemi?

Lors de sa prise de fonction en octobre, Sunak était déterminé à tirer un trait sur les hostilités entre Macron et ses deux prédécesseurs au poste de Premier ministre britannique, Liz Truss et Boris Johnson. Johnson et Macron s’étaient fréquemment affrontés, tandis que Truss avait tristement répondu que « le jury est sorti » lorsqu’on lui a demandé si Macron était l’ami ou l’ennemi de la Grande-Bretagne.

Lors du premier appel téléphonique privé de Sunak avec Macron après être devenu Premier ministre, le 28 octobre, il « a souligné l’importance qu’il accorde aux relations du Royaume-Uni avec la France – notre voisin et allié », selon une lecture de Downing Street de l’appel.

En fait, un fonctionnaire du gouvernement ayant une connaissance directe de l’appel téléphonique a suggéré que Sunak avait commis l’erreur classique du premier rendez-vous d’être un peu trop désireux de plaire.

Sunak « voulait tellement évidemment que ça marche, c’était un peu désespéré », grimaça l’officiel. « Il est allé directement là-bas au début et était comme – » Je veux juste dire, je te vois comme un ami, d’accord? Un ami , d’accord ? «Et puis il y revenait encore et encore plus tard. ‘Un ami. Un ami.’

« D’une certaine manière, je pensais que l’approche pragmatique de Truss [to Macron] était plus efficace. Cela a montré à quel point [Sunak] est inexpérimenté dans ce domaine.

Si Macron a semblé déconcerté par l’approche jaillissante de Sunak, il ne fait aucun doute que Paris sent une opportunité de réinitialiser les relations.

Dès sa prise de fonction, Rishi Sunak était déterminé à réinitialiser les relations avec la France

Ce que Sunak apporte avant tout, c’est de la « bonne volonté », a déclaré Alexandre Holroyd, un législateur français du parti Renaissance de Macron qui représente les citoyens français au Royaume-Uni, en Europe du Nord et dans les États baltes.

« Sous Boris Johnson, la relation a touché le fond parce qu’il ne voulait pas avancer avec les Français sur quoi que ce soit », a-t-il déclaré. « La première chose que Rishi Sunak a dit, c’est qu’il voulait relancer la relation… il y a une réelle opportunité. »

Un envoyé français de haut rang a déclaré qu’il était trop tôt pour savoir comment les relations pourraient évoluer, mais a souligné l’offre de Macron la semaine dernière d’accueillir le Premier ministre britannique au premier trimestre 2023 – le premier sommet anglo-français officiel depuis que Macron a rencontré Theresa May au début 2018. Un deuxième diplomate français a déclaré que les responsables sont toujours d’accord sur l’ordre du jour, mais que Paris pense que la réunion peut donner des résultats tangibles.

Se lier d’amitié avec le « faiseur de rois »

Il y a beaucoup à discuter entre les deux parties. Migration transmanche illégale ; sécurité énergétique; et la dispute en cours sur la mise en œuvre de l’accord sur le Brexit occupent une place importante.

Sur le Brexit, la musique d’ambiance est de plus en plus positive. Le diplomate européen cité ci-dessus a déclaré que Sunak – bien qu’il ait voté en 2016, contrairement à son prédécesseur Truss – est considéré dans toute l’Europe comme axé sur les solutions, plutôt que comme un « opportuniste » qui a tardivement sauté dans le train du Brexit pour poursuivre sa carrière.

Les responsables des deux côtés espèrent prudemment qu’un accord sur le protocole d’Irlande du Nord pourra être conclu d’ici le printemps – idéalement à temps pour le 25e anniversaire de l’accord du Vendredi saint, lorsque le président américain Joe Biden devrait arriver par avion.

La migration transmanche reste une question épineuse, mais un accord sur un travail plus étroit pour lutter contre les gangs de passeurs ne devrait être que la première étape d’un partenariat plus large, à la suite de pourparlers fructueux entre Sunak et Macron en Égypte.

En matière d’énergie, la faible capacité de stockage de gaz du Royaume-Uni le rend dépendant des partenaires européens pour renvoyer les ressources énergétiques en cas de besoin, ce qui signifie qu’une bousculade diplomatique est en cours avant ce qui semble être un hiver difficile à venir.

Deux diplomates de pays européens riches en énergie ont déclaré que des responsables britanniques avaient approché leurs gouvernements pour leur demander de s’assurer qu’ils n’arrêteraient pas l’approvisionnement en gaz et en électricité du Royaume-Uni en cas de pénurie cet hiver, alors que Londres craignait de ne pas pouvoir compter sur l’énergie française. exporte comme avant.

Un redémarrage de la relation semble dans l’intérêt des deux parties.

Jean-Louis Thiériot, député français du parti Les Républicains, a suggéré que Macron souhaiterait renforcer les liens avec Downing Street compte tenu des difficultés dans ses relations avec le chancelier allemand Olaf Scholz . D’autres diplomates disent que Macron tient simplement à résoudre les multiples problèmes en suspens dans les relations anglo-françaises.

Pour Sunak, une relation étroite avec Paris s’avérera essentielle pour résoudre les défis liés au Brexit, a déclaré l’envoyé de l’UE cité ci-dessus, en raison de l’influence que le président français exerce sur la Commission européenne. C’est Macron, a noté le diplomate, qui a joué un rôle clé dans l’installation d’Ursula von der Leyen à la présidence de la Commission en 2019, et le couple reste en contact étroit.

« Ne doutez pas », a déclaré le diplomate. En Europe, « Macron reste le faiseur de rois ».

Politico.eu


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci


1scandal.com pour une info libre... © elishean/2009-2022

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.