Sidney Powell lance un Super PAC visant à protéger la liberté d'expression et l'équité des élections - Scandal
Politique

Sidney Powell lance un Super PAC visant à protéger la liberté d’expression et l’équité des élections


L’avocat Sidney Powell a lancé un comité d’action politique (PAC) qui sera consacré à la protection des droits constitutionnels des personnes, tels que la liberté d’expression et le droit à des élections libres et équitables.

Au cours du week-end, elle a annoncé qu’elle lançait le Super PAC “Restore the Republic”. Il s’agit d’un comité à dépenses indépendantes uniquement qui peut recevoir des contributions illimitées de particuliers, d’autres PAC, de syndicats et de sociétés, et il est autorisé à participer à des dépenses politiques illimitées pour des initiatives tant qu’il ne se coordonne pas directement avec les candidats ou leurs campagnes.

Les super PAC peuvent faire beaucoup de choses que font les campagnes des candidats, notamment diffuser des publicités, envoyer des courriers et passer des appels téléphoniques. Les PAC ordinaires, en revanche, ne peuvent accepter que 5 000 dollars de la part de particuliers et ne peuvent accepter d’argent de groupes.

Selon un document déposé le 22 janvier auprès de la Commission électorale fédérale, Sidney Powell sera la dépositaire des dossiers de Restore the Republic. Son trésorier sera l’ancien avocat de la campagne Trump, Jesse Binnall. Le PAC est basé à Palm Beach Gardens, en Floride.

Mme Powell a déclaré qu’elle a eu l’idée de créer ce comité parce que les Américains en ont assez de la corruption du gouvernement et des politiciens élitistes qui les regardent de haut.


Le PAC dit qu’il sera “la voix de l’honnêteté, de l’intégrité et du retour au gouvernement par nous, le peuple”. Il soutiendra les candidats désireux de se battre pour les droits constitutionnels des Américains et s’opposera à ceux qui sont prêts à mettre de côté la constitution pour leurs propres gains, quel que soit le parti.

Sur le site Web de Restore the Republic, Mike Lindell, fondateur de MyPillow, et Joe Flynn sont les cofondateurs du PAC. Leur page “À propos” indique que 80 millions d’Américains ont été “privés de leurs droits” par l’investiture de Biden et que “les démocrates ont abandonné leur base et les républicains ont trahi la leur”.

Elle poursuit en disant : “Le peuple américain est affamé de vérité, de restauration de l’État de droit et de responsabilité impartiale.”

Powell a travaillé sans relâche pour dénoncer la fraude électorale lors des élections présidentielles de 2020.

Powell est connue pour avoir déposé une flopée de poursuites judiciaires contestant les résultats de l’élection présidentielle de 2020 à la lumière de la fraude électorale massive. L’équipe juridique de Trump l’a présentée pour la première fois en novembre, bien qu’ils aient ensuite affirmé qu’elle ne travaillait pas en leur nom.

Elle a travaillé sans relâche pour exposer la fraude électorale, expliquant comment les machines à voter électroniques utilisées dans de nombreux États ont été développées par des dictateurs comme le Vénézuélien Hugo Chavez afin d’être manipulées et de faire pencher les élections en leur faveur. L’une des principales exigences du logiciel, a-t-elle révélé, était de pouvoir dissimuler la manipulation des votes aux audits.


Elle a également révélé comment des adversaires étrangers ont pu accéder aux données des machines à voter. Elle a intenté des poursuites fédérales en Géorgie, en Arizona, au Wisconsin et au Michigan et, bien qu’elles n’aient pas permis de corriger les fraudes commises, elles ont mis en lumière la facilité avec laquelle le système pouvait être manipulé.


Sidney Powell, ancien procureur fédéral, a également défendu avec succès le général d’armée à la retraite et ancien conseiller à la sécurité nationale Michael Flynn.

Powell, Flynn et Lindell ont tous reçu une interdiction permanente de Twitter pour avoir osé dire la vérité, tandis que le compte de Trump a été définitivement suspendu par la plateforme de médias sociaux biaisée en décembre.


Restore the Republic s’en prend également à Big Tech et à son contrôle incontrôlé sur le flux d’informations dans la société, écrivant sur son site web : “Le peuple américain mérite une voix qui expose et rejette l’intérêt personnel des partis politiques, le contrôle des géants de la technologie et les mensonges des fake news.”

Les sources de cet article incluent:
TheEpochTimes.com
RestoreTheRepublicPAC.com


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres

































1scandal.com © elishean/2009-2021