Saignements cérébraux et crises cardiaques. Aucun médecin n'admettra que cela vient du vaccin - 1 Scandal
A ne pas manquer Paroles de témoins

Saignements cérébraux et crises cardiaques. Aucun médecin n’admettra que cela vient du vaccin


Les infirmières commencent à parler des préoccupations et des observations concernant le vaccin COVID.

Le Conejo Guardian rapporte :

Les infirmières du comté de Ventura de différents secteurs et spécialités se manifestent pour dénoncer ce qu’elles considèrent comme de graves lacunes dans les pratiques de soins de santé locales, principalement liées aux protocoles liés au COVID, aux mandats de « vaccins » et au harcèlement politique et financier du personnel médical. Ces travailleurs de la santé disent que cela compromet gravement la qualité générale des soins locaux.

The Guardian s’est entretenu avec plusieurs infirmières de différents âges et à différentes étapes de leur carrière, qui travaillent toutes dans des établissements de soins médicaux ou des hôpitaux du comté de Ventura. Chacune a préféré parler sous un pseudonyme pour l’instant. Chacune a décrit des normes de soins sérieusement en baisse, des atmosphères d’intimidation et de peur dans les hôpitaux, ainsi que la méfiance et la désillusion parmi les professionnels de la santé.

Elles précisent :

« Avant COVID, les infirmières, le personnel et la communauté avaient confiance dans les modalités de traitement et dans les compétences des médecins », explique une infirmière. Mais maintenant, « les gens sont confus. »

« Ils sont très confus », convient une infirmière vétéran du comté de Ventura. « Je pense que les médecins sont confus… Je ne pense pas que la communauté soit confiante. Je ne le suis pas… Parce que où est la vérité?

Le plus choquant, peut-être, est la façon dont les médecins et les administrateurs refusent de signaler le nombre croissant de problèmes médicaux inexpliqués chez des personnes par ailleurs en bonne santé en tant que réactions indésirables potentielles aux vaccins expérimentaux COVID-19.

Suggérer que ces injections sont à l’origine de tout problème médical – ou qu’ils contribuent à l’augmentation alarmante des populations hospitalières non liées au COVID – invite au ridicule professionnel.


Le rapport continue :



Angela, infirmière depuis plus de 25 ans, confirme que dans la salle d’urgence de son hôpital, ils disent qu’ils voient plus de problèmes cardiaques chez les jeunes adultes, qui ne sont jamais signalés au Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS) en tant que réactions indésirables potentielles au COVID. « vaccinations ».

Une autre infirmière, Jennifer, dit que les infirmières des urgences disent en privé qu’elles voient «toute la coagulation, les saignements et les choses que vous attendez du vaccin six mois plus tard – des saignements cérébraux, des crises cardiaques chez les plus jeunes de 50 ans. Aucun médecin n’admettra que cela vient du vaccin. Ils ne feront pas le rapport VAERS.

Lorsque Daniel a demandé à d’autres infirmières et praticiens s’ils relevaient du VAERS, ils l’ont regardé comme : « Qu’est-ce que c’est ? »

« J’ai vu des gens dans la trentaine [avec ces problèmes], et le médecin me dit : ‘Oh, c’est une question de gènes », dit-il. « Je lui dis, vous plaisantez ? »

Les Américains de la communauté médicale commencent à prendre la parole. Il est insensé que le statut des patients n’indique pas si le patient a été vacciné ou non contre le COVID. C’est du bon sens et cela devrait être la loi.

Ça devrait être la loi …???? Mais c’est la LOI, c’est le Serment d’Hippocrate:

“Au moment d’être admis(e) à exercer la médecine, je promets et je jure d’être fidèle aux lois de l’honneur et de la probité.

Mon premier souci sera de rétablir, de préserver ou de promouvoir la santé dans tous ses éléments, physiques et mentaux, individuels et sociaux.

Je respecterai toutes les personnes, leur autonomie et leur volonté, sans aucune discrimination selon leur état ou leurs convictions. J’interviendrai pour les protéger si elles sont affaiblies, vulnérables ou menacées dans leur intégrité ou leur dignité. Même sous la contrainte, je ne ferai pas usage de mes connaissances contre les lois de l’humanité.

J’informerai les patients des décisions envisagées, de leurs raisons et de leurs conséquences.

Je ne tromperai jamais leur confiance et n’exploiterai pas le pouvoir hérité des circonstances pour forcer les consciences.

Je donnerai mes soins à l’indigent et à quiconque me les demandera. Je ne me laisserai pas influencer par la soif du gain ou la recherche de la gloire.

Admis(e) dans l’intimité des personnes, je tairai les secrets qui me seront confiés. Reçu(e) à l’intérieur des maisons, je respecterai les secrets des foyers et ma conduite ne servira pas à corrompre les moeurs.

Je ferai tout pour soulager les souffrances. Je ne prolongerai pas abusivement les agonies. Je ne provoquerai jamais la mort délibérément.

Je préserverai l’indépendance nécessaire à l’accomplissement de ma mission. Je n’entreprendrai rien qui dépasse mes compétences. Je les entretiendrai et les perfectionnerai pour assurer au mieux les services qui me seront demandés.

J’apporterai mon aide à mes confrères ainsi qu’à leurs familles dans l’adversité.

Que les hommes et mes confrères m’accordent leur estime si je suis fidèle à mes promesses ; que je sois déshonoré(e) et méprisé(e) si j’y manque.”


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




1scandal.com © elishean/2009-2021