Politique

Rumeurs de guerre? La Russie commence à dresser une liste noire de “pays hostiles”


En début de semaine, Maria Zakharova, porte-parole du Kremlin, a déclaré aux médias nationaux que le gouvernement russe mettait actuellement la dernière main à ce qu’il appelle une liste de “pays inamicaux” et que les États-Unis y figureraient probablement en tête.

Cette liste fait suite à un récent décret du président Vladimir Poutine qui empêche les ambassades des pays figurant sur la liste d’engager des citoyens russes pour travailler dans leurs missions diplomatiques et consulaires. Il est courant pour les ambassades étrangères d’embaucher du personnel du pays d’accueil pour certaines fonctions.

Dans une interview du week-end, Mme Zakharavo avait déclaré que cette “liste des méchants” avait été déclenchée en fin de compte par “une autre série d’actions inamicales des États-Unis” – une référence aux dernières sanctions prises par M. Biden contre des responsables du Kremlin et des entreprises russes pour le piratage de SolarWinds et l’ingérence présumée dans les élections.

“Quels sont ces États inamicaux ? La liste est en train d’être établie en ce moment”, a-t-elle précédemment déclaré sur la chaîne de télévision Rossiya 1. “Comme vous l’avez compris, et je peux le confirmer, les États-Unis sont évidemment présents”, a-t-elle déclaré, tout en s’abstenant de nommer d’autres pays spécifiques.

Mardi, les médias d’État ont indiqué que les pays suivants seraient probablement inclus :

les États-Unis
le Royaume-Uni
le Canada
la Pologne
l’Ukraine
la République Tchèque
certains États baltes
Au total, une dizaine de pays devraient figurer sur la “liste noire”.



Citant un important quotidien russe, l’agence de presse TASS décrit : “Une source bien informée a déclaré au journal que les États-Unis, la Pologne, la République tchèque, la Lituanie, la Lettonie et l’Estonie pourraient figurer sur la liste noire. Une autre source d’Izvestia au sein du gouvernement a ajouté que le Royaume-Uni, le Canada, l’Ukraine et l’Australie pourraient également être inclus.” La même publication a toutefois indiqué que la liste n’était pas encore définitive.


Au début du mois, un certain nombre de ces pays ont déjà expulsé des diplomates et des fonctionnaires russes, en particulier les États-Unis, également dans le cadre d’un échange continu d’expulsions diplomatiques entre Moscou et les pays d’Europe orientale.

Aube Digitale


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




1scandal.com © elishean/2009-2021