Politique

Référendums: 4 territoires revendiqués par l’Ukraine deviendront russes aujourd’hui

La Russie va officialiser vendredi l’annexion de territoires ukrainiens.

Le président russe Vladimir Poutine va formaliser vendredi à Moscou l’annexion par la Russie de territoires ukrainiens, largement dénoncée par la communauté internationale, mais qu’il a menacé de défendre même avec l’arme nucléaire.

Kiev, soutenu par l’Occident et ses livraisons d’armements, a juré de poursuivre sa contre-offensive qui fait reculer depuis bientôt un mois l’armée russe, contraignant M. Poutine à mobiliser à la hâte des centaines de milliers de civils réservistes.

Une cérémonie de signature d’accords sur l’entrée des nouveaux territoires dans la Fédération de Russie se tiendra demain à 15 h (heure locale) au Kremlin » :  » Une cérémonie de signature d’accords sur l’entrée des nouveaux territoires dans la Fédération de Russie se tiendra demain à 15 h (heure locale) au Kremlin », a dit à la presse le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov.

« Le président Vladimir Poutine prononcera un discours volumineux à cet événement. »

Une citation de  Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin

La circulation automobile sera interdite dans une grande partie du centre-ville vendredi pour un concert, selon les médias russes, à l’ombre des murs du Kremlin. M. Poutine pourrait y faire une apparition.

Moscou prépare des festivités

La capitale russe se préparait à des festivités pour marquer l’annexion des quatre régions ukrainiennes, qui intervient après des référendums condamnés par l’essentiel de la communauté internationale.

La circulation automobile sera ainsi interdite dans une grande partie du centre-ville vendredi pour un concert, selon les médias russes, à l’ombre des murs du Kremlin. M. Poutine pourrait y faire une apparition.

Les responsables installés par Moscou dans les régions de Donetsk, de Lougansk, de Zaporijia et de Kherson sont eux déjà arrivés par avion à Moscou mercredi soir, selon les agences de presse russes.

Des travailleurs agitent des drapeaux russes aux fenêtres d’un immeuble de Lougansk, dans une région contrôlée par des séparatistes prorusses, dans l’est de l’Ukraine.

Des « simulacres », selon Kiev et l’Occident

Confrontée à une vaste contre-offensive ukrainienne, la Russie a accéléré le processus d’annexion avec l’organisation à la hâte de prétendus référendums sous contrôle de soldats armés.

Ces votes ont été qualifiés de mascarades et de simulacres par Kiev et par ses soutiens occidentaux.

Même la Chine, partenaire le plus proche de Moscou, qui ne s’est pa gênée pour envahir le Tibet et l’annexer, s’est montrée critique envers une violation de l’intégrité territoriale d’un État souverain. 

L’hypocrisie chinoise n’étonne personne…

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a lancé un avertissement à la Russie en promettant une réponse très dure si Moscou allait de l’avant avec l’annexion de ces territoires.

La déclaration écrite publiée par le bureau de M. Zelensky après un appel téléphonique avec le premier ministre italien ne faisait pas mention de la cérémonie prévue au Kremlin vendredi.

« Ils [les votes] sont sans valeur et ne changent pas la réalité. L’intégrité territoriale de l’Ukraine sera restaurée. »

— Une citation de Volodymyr Zelensky, président ukrainien

La ministre de la Défense nationale du Canada, Anita Anand, a condamné fermement les soi-disant référendums de la Russie dans la région occupée d’Ukraine.

« Ils sont complètement illégitimes et le Canada ne les reconnaîtra jamais. Pas maintenant. Jamais »

— Une citation de Anita Anand, ministre de la Défense nationale du Canada

Mme Anand a appelé les autres pays à imiter le Canada et à rejeter les tentatives de la Russie de voler le territoire ukrainien par la violence et la terreur, puisque c’est injustifiable, contre l’ordre international fondé sur les règles, illégal et inacceptable.

La ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, a soutenu jeudi que les résidents des régions occupées ont été escortés par des soldats armés sous la menace d’une arme. Les médias d’État russes ont fait valoir que l’utilisation de gardes armés était destinée à des fins de sécurité.

« C’est le contraire d’élections libres et équitables. Et c’est le contraire de la paix, c’est une paix dictée »

— Une citation de Annalena Baerbock, ministre allemande des Affaires étrangères

Source de l’info


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci


1scandal.com pour une info libre... © elishean/2009-2022

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.