Questions d’investigation: Un entretien avec Donald Trump sans concession - Scandal
Politique

Questions d’investigation: Un entretien avec Donald Trump sans concession


La semaine dernière, lors d’une interview à grande échelle depuis le bureau d’angle de sa tour éponyme de New York, un Donald Trump sans filtre a montré qu’il n’avait rien perdu de son tranchant en attaquant l’éthique du président Biden, en exigeant des réparations de la Chine pour le COVID-19 et en avançant son affirmation selon laquelle l’élection de 2020 a été volée.

Voici quelques-uns des points saillants, l’ancien président ayant abordé toute une série de questions dans son style inimitable.

L’influence chinoise sur les Biden et l’Amérique

M. Trump – dont l’administration a été entravée par de fausses accusations selon lesquelles il était redevable au président russe Vladimir Poutine – a affirmé que la Chine avait la mainmise sur les politiciens américains, « en particulier sur Biden et son fils [Hunter Biden] ….. Ils savent tellement de choses sur Biden qui sont tellement illégales (…) [que le président] ne peut plus être une personne qui s’attaque à la Chine parce qu’ils peuvent le faire chanter comme personne n’a jamais été victime de chantage auparavant. »

« La Chine a un pouvoir énorme sur l’administration Biden à cause de Biden lui-même », a ajouté Trump. « De l’argent énorme a été versé à la famille Biden – pas seulement à la Chine ; il y avait aussi de nombreux autres pays, et il n’est pas permis d’en parler. »

Trump n’a pas fourni de preuves pour ces affirmations, bien qu’un rapport d’une commission du Sénat américain sur les transactions commerciales de la famille Biden ait soulevé des questions sur son implication avec des ressortissants et des entités chinoises, russes et ukrainiennes. Des informations trouvées sur un ordinateur portable ayant appartenu à Hunter Biden – qui fait l’objet d’une enquête fédérale sur ses impôts – ont également soulevé des questions sur les liens du président Biden avec les affaires douteuses de son fils.

« Nous nous débrouillions très bien avec la Chine. J’allais faire des choses qui nous auraient mis sur une voie qui aurait été grande pour toujours, et maintenant nous avons des gens – ils ne peuvent presque pas être durs avec la Chine parce que la Chine en sait trop sur eux« , a déclaré Trump. « C’est une chose très triste ».

En ce qui concerne la classe politique plus largement, Trump a affirmé que « la Chine a la plus forte machine de lobbying que vous ayez jamais vue. … Vous allez à Washington et vous essayez d’engager quelqu’un pour s’opposer à la Chine ? Vous ne pouvez pas le faire. Ils ont tout le monde. »


L’élection de 2020

Trump reste catégorique sur le fait que les résultats étaient illégitimes.

« Vous avez entendu l’expression selon laquelle la personne qui compte les voix est bien plus importante que le candidat, n’est-ce pas ? Je n’y ai jamais beaucoup réfléchi ; il s’est avéré que j’avais raison. C’est une élection corrompue et vous ne m’entendrez jamais dire autre chose. Et ils sont vicieux. … Ils s’en prennent à vous pour l’avoir dit ».

Bien qu’il soit largement contesté que toute irrégularité présumée ait influencé suffisamment de votes pour faire basculer l’élection en sa faveur, Trump reste fixé sur les votes par correspondance qui ont été comptés tard dans la soirée le jour du scrutin dans de nombreux États, érodant une participation plus importante que prévu des partisans de Trump le jour du scrutin. Il a présenté plusieurs graphiques montrant l’évolution du décompte des voix présidentielles – y compris dans des États décisifs comme la Pennsylvanie – au fur et à mesure que la soirée électorale se prolongeait jusqu’aux petites heures du matin.

« Nos élections sont truquées », a-t-il déclaré. « Les gens disent : ‘Oh, concentrez-vous sur l’avenir’. Vous ne pouvez pas vous concentrer sur l’avenir quand cela se produit. »

Plus tard, l’ancien président a affirmé :

« Je ne crois pas qu’un message de financement de la police, de frontières ouvertes, de villes sanctuaires, d’absence de liberté d’expression … obtienne 50% des voix. Je pense que vous obtenez 50% parce que [les démocrates] trichent comme des diables lors des élections (…) et c’est ce qu’ils veulent faire à l’ensemble du pays. »

Fuite possible au laboratoire de Wuhan

Dénoncé par les démocrates et les médias comme raciste pour avoir accusé la Chine d’être responsable du COVID-19, Donald Trump se sent conforté dans sa position alors que des preuves émergent, suggérant que le virus pourrait avoir fui d’un laboratoire de virologie chinois à Wuhan. Mais il pense que ce n’était pas intentionnel, probablement le produit d’une « incompétence flagrante ».


Ce qui était intentionnel, dans l’esprit de Trump, c’est la décision des dirigeants chinois de permettre à leurs citoyens de voyager dans le monde entier, ce qui a propagé la pandémie. M. Trump a appelé les pays à annuler leurs dettes à l’égard de la Chine afin de verser un acompte sur un futur plan de réparation qui, selon lui, devrait s’élever à quelque 10 000 milliards de dollars.

M. Trump a déclaré que le COVID-19 a exigé des prix et a affecté l’histoire d’une manière qui pourrait être difficile à mesurer. Avant la pandémie, a-t-il dit, il « avait une excellente relation » avec le secrétaire général chinois Xi Jinping. Mais le « virus de la Chine a tué tout cela. … [Il] a tué beaucoup de gens, il a aussi tué ma relation [avec Xi]. »

Boycotter les Jeux olympiques de 2022 en Chine

Trump a déclaré qu’il ne retirerait pas l’Amérique des Jeux d’hiver de 2022 à Pékin et dans la province voisine du Hebei, car ce serait « injuste pour les athlètes ».


Décrivant les Jeux olympiques comme « des cacahuètes », Trump a également suggéré qu’un boycott serait perçu dans le monde entier comme « des raisins aigres ».

« Je vois les deux côtés », a-t-il ajouté, « mais je ne ferais pas cela. … Vous y allez. Vous participez à la compétition. Vous gagnez. »

La politique frontalière et l’Amérique centrale

Trump a déclaré que l’administration Biden a « totalement perdu le contrôle » de la frontière entre les États-Unis et le Mexique. Il s’interroge également sur le bien-fondé du projet de l’administration de fournir plusieurs milliards de dollars d’aide aux pays d’Amérique centrale d’où affluent les immigrants. « J’ai refusé de leur donner de l’argent, et leurs pancartes [disent] :

« Nous aimons Trump, Trump a gagné. Ils huent [la vice-présidente Kamala Harris] ». Pendant ce temps, « au lieu de dire que nous n’allons pas vous payer, [l’administration Biden leur] donne 4 milliards de dollars ».

« Je les ai traités si durement, et ils m’ont aimé », a-t-il dit, ajoutant que l’administration Biden « les traite avec faiblesse ».

L’enquête de Durham

Trump s’est interrogé, de manière rhétorique, sur le statut de l’enquête fédérale sur les origines du Russiagate menée par le conseiller spécial John Durham :

« Où diable est Durham ? Est-ce que c’est un embarras, ou quoi ? Je me demande si Durham va même sortir un jour un rapport. »

« Ils lui font peur », a poursuivi Trump. « Il sortira probablement avec un mauvais rapport. Quand j’ai entendu dire qu’il allait sortir un rapport au cours de l’administration Biden, j’ai dit, ‘Vous devez plaisanter’. C’est une honte. En attendant, on n’entend plus parler de lui. »

Au cours de l’interview, le président Trump s’est concentré sur le succès des candidats qu’il a soutenus, et sur le maintien de ses soutiens – tout en décrivant le chef de la minorité du Sénat, Mitch McConnell, comme un « bâtard stupide ». M. Trump a également vanté les efforts qu’il a déployés pour faciliter la mise au point d’un vaccin dans le cadre de l’opération « Warp Speed » et le déployer en un temps record, ce qui constitue peut-être sa plus grande réussite. Il a également souligné sa capacité à négocier avec ses amis et ses ennemis.

Au cours de cette session de plus d’une heure, M. Trump a donné la nette impression qu’il avait hâte de se lancer dans la course à la présidence en 2024.

Ben Weingarten est rédacteur en chef adjoint de RealClearInvestigations. Cette interview a été réalisée dans le cadre d’un projet de livre sur la politique américano-chinoise sous les auspices des bourses de journalisme Robert Novak du Fund for American Studies.


Source: Real Clear Investigations, le 19 juin 2021 – Traduction par Aube Digitale


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres

































1scandal.com © elishean/2009-2021