A ne pas manquerPolitique

Que signifie la désignation par le Parlement européen de la Russie comme « État parrain du terrorisme »?

La résolution non contraignante du Parlement européen est un effort de relations publiques ancré dans l’agenda politique

Mercredi, les membres du Parlement européen ont adopté une résolution désignant la Russie comme État parrain du terrorisme. Cette décision fait suite à un vote similaire de la commission parlementaire de l’OTAN deux jours plus tôt, en réponse aux demandes de la délégation ukrainienne.

Avec l’OTAN, il n’aurait pas pu y avoir d’autre issue, étant donné que le bloc a justifié son existence continue après la guerre froide en insistant constamment sur la nécessité de contrer Moscou. Et serait redondant sans la promotion d’une « menace russe ».

Mais quelle est exactement le but du Parlement européen?


Le bloc n’a même pas de véritable désignation « d’État parrain du terrorisme » , et la résolution le souligne. 

« L’UE tient une liste des personnes, groupes et entités impliqués dans des actes terroristes qui sont passibles de sanctions, mais le cadre juridique actuel, contrairement à ceux de pays comme les États-Unis et le Canada, ne prévoit pas la désignation d’un État comme sponsor du terrorisme », lit – on dans l’une de ses lignes. 

La résolution n’est pas juridiquement contraignante et la Russie a déjà été frappée par un nombre sans précédent de sanctions, et d’autres s’y ajoutent constamment. 

Alors, qu’est-ce que Bruxelles espère accomplir, au-delà de l’ajout à un effort de relations publiques mené par l’Occident pour confondre la « Russie » et le « terrorisme » dans l’esprit du public?

Le Parlement a passé ces dernières années – bien avant que le conflit en Ukraine ne devienne brûlant – à faire référence à la Russie aux côtés de véritables groupes terroristes comme l’EI. 

« La pression de propagande sur l’UE de la part de la Russie et des organisations terroristes islamiques augmente, déclarent les députés de la commission des affaires étrangères dans une résolution » , a par exemple annoncé Strasbourg en octobre 2016. 


C’est un mélange particulièrement flagrant de «terrorisme», «EI» et «Russie», puisque Moscou était à l’époque à l’avant-garde de la lutte contre le foyer de l’État islamique en Syrie à l’invitation du président Bashar Assad, dans le sillage de la formation et de l’équipement par Washington des « rebelles syriens,» dont certains ont fini par rejoindre un véritable groupe djihadiste : Al-Qaïda. 

La résolution de mercredi inverse cette histoire en qualifiant le gouvernement syrien de terroriste. 

« La Russie a soutenu et financé des régimes et des organisations terroristes, notamment le régime d’Assad en Syrie, auquel la Russie a fourni des armes et pour la défense duquel elle a mené des attaques délibérées contre la population civile syrienne », selon la résolution. 

De même, l’UE a eu huit ans pour dénoncer l’entraînement, l’équipement et le financement par l’Occident des combattants d’Azov – de véritables acteurs violents non étatiques en Ukraine, précédemment qualifiés de « néo-nazis »  par la presse occidentale – avant qu’ils ne soient intégrés dans l’armée ukrainienne et rebaptisés combattants de la liberté contre la Russie. 

Le membre démocrate du Congrès Ro Khanna a même souligné en 2018 que, pendant des années, le projet de loi de financement du Congrès américain avait été dépouillé du libellé interdisant la fourniture d’armes américaines et le financement « d’ une milice ultranationaliste controversée en Ukraine qui a ouvertement accepté les néonazis dans son sein ». rangs. » 

Alors que l’UE n’a rien fait pour empêcher ou arrêter le conflit – par exemple, en refusant de couper son propre approvisionnement en énergie bon marché en provenance de Russie et en insistant à la place pour que Kiev et son principal bienfaiteur, Washington, s’arrangent avec Moscou – la résolution double la rhétorique anti-russe des responsables de l’UE. 

« La tentative de la Russie de tirer parti des exportations d’énergie comme outil de coercition géopolitique revient à utiliser l’approvisionnement énergétique comme une arme » , lit-on, ignorant le fait que ce sont les responsables de l’UE qui se vantent d’avoir coupé leur propre approvisionnement énergétique  » pour l’Ukraine ».

« Les dommages causés aux gazoducs Nord Stream 1 et 2 le 26 septembre 2022 ont entraîné d’importantes fuites de gaz dans la mer Baltique, ce qui constitue également une attaque environnementale contre l’UE », indique également la résolution, laissant entendre sans preuve que c’est indiscutablement la Russie qui a fait exploser sa propre infrastructure énergétique plutôt que, disons, les intérêts occidentaux cherchant à assurer la dépendance de l’UE vis-à-vis de leurs propres ventes de gaz.

La résolution au niveau du bloc n’est pas contraignante, ce qui signifie qu’il s’agit en grande partie d’une décision symbolique.

 Le président français Emmanuel Macron a rejeté à plusieurs reprises les appels du président ukrainien Vladimir Zelensky à épingler une désignation similaire à la Russie. Il en va de même pour le président américain Joe Biden, qui a admis que cette décision pourrait avoir des répercussions sur le soutien américain aux combattants ukrainiens.

L’utilisation passée par l’Amérique de la désignation de «terrorisme» tend à s’aligner commodément sur son propre programme de politique étrangère. Le groupe d’opposition iranien Mujahideen-e-Khalq (MeK) a été commodément radié de la liste officielle des organisations terroristes de Washington au moment où plusieurs hauts responsables américains ont commencé à rendre visite au groupe tout en parlant d’un changement de régime iranien

Lorsque l’ancien président Donald Trump tentait de revendiquer une victoire pour assurer la paix au Moyen-Orient avec ses accords d’Abraham, il a fait miroiter la carotte d’un État parrainant le terrorisme qui se retire de la liste devant le Soudan s’il convenait à Israël. 

Cuba a été retiré de la liste par l’ancien président Barack Obama alors qu’il poursuivait une politique de normalisation avec La Havane, mais Trump a rétabli la désignation, faisant appel à sa base électorale.

Alors maintenant, c’est apparemment au tour de l’UE d’abuser de l’étiquette de « terrorisme » et de détourner l’attention des mauvais choix du bloc, sous lesquels ses citoyens continuent de souffrir.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci


1scandal.com © elishean/2009-2022

Articles connexes