Premier essai de Crédit Social: Twitch bannira les utilisateurs pour leur comportement en dehors de la plateforme - 1 Scandal
A ne pas manquer Information

Premier essai de Crédit Social: Twitch bannira les utilisateurs pour leur comportement en dehors de la plateforme


Un nouveau mouvement  de “création de consentement” est instauré sur la plate-forme Twitch, appartenant à Amazon.

Twitch vient d’annoncer l’élargissement de sa politique d’inconduite hors service.

En clair, les utilisateurs que Twitch accuse de « harceler » d’autres personnes en dehors de la plateforme, que ce soit dans les médias sociaux ou hors ligne, vont être potentiellement bannis de la plateforme.

La politique d’inconduite hors service est désormais divisée en deux catégories.

La première catégorie concerne les cas où le harcèlement présumé a lieu à la fois sur et hors de la plateforme. Par exemple, si quelqu’un dépose une plainte contre un utilisateur, Twitch vérifiera si le harcèlement a lieu sur sa plateforme et prendra également en compte le harcèlement en dehors de Twitch, comme sur Facebook ou Twitter, lors de l’examen.


La deuxième catégorie nouvellement mise à jour dans la politique d’inconduite hors service évoque la manière dont Twitch prendra des mesures contre les « infractions graves qui posent un risque substantiel pour la sécurité de la communauté Twitch », même si elles ont lieu hors plateforme.

En outre, Twitch prévoit de faire appel à un cabinet d’avocats tiers pour l’aider à mener les enquêtes concernant les infractions et les enquêtes hors plateforme.

« Pour les comportements qui ont lieu hors de Twitch, nous devons nous appuyer davantage sur les forces de l’ordre et d’autres services pour partager des preuves pertinentes avant de pouvoir avancer », a écrit Twitch dans un billet de blog.

« Ces enquêtes sont beaucoup plus complexes et peuvent prendre beaucoup de temps et de ressources pour être résolues », a ajouté la plateforme de streaming. Twitch n’a toutefois pas révélé le cabinet d’avocats tiers avec lequel il allait travailler pour les enquêtes hors plateforme.

Les nouvelles règles anti-harcèlement de la plateforme sont particulièrement vagues

L’expression « groupes protégés » apparaît un nombre incalculable de fois sans que l’on explique comment et par qui elle est définie. Mais une chose que Twitch explique immédiatement, c’est que l’entreprise fait passer sa version vague de la protection des utilisateurs contre les préjudices clairement avant le droit à la liberté d’expression de ces utilisateurs.


« Twitch donne la priorité à la minimisation des préjudices causés à nos utilisateurs sur la liberté d’expression, et nous limiterons certaines expressions dans le but de prévenir, de protéger les utilisateurs et de modérer les comportements haineux et le harcèlement », selon les règles mises à jour.

Apparemment, les fondements sur lesquels le pays dans lequel Amazon est devenu le mastodonte qu’il est aujourd’hui ne sont plus bons pour l’entreprise – à savoir que « les deux choses peuvent » et même doivent être vraies : la protection contre les préjudices et la liberté d’expression.

« Haine et harcèlement » sont également des termes utilisés à plusieurs reprises, souvent pour nier toute déclaration affirmative faite immédiatement avant, comme par exemple dire que des points de vue impopulaires et « divers » seraient autorisés – à moins bien sûr qu’ils ne soient jugés « haineux et nuisibles » dans ce qui semble être un processus de prise de décision sous-jacent presque totalement opaque.

Ensuite, il y a la question du « contexte ». Vous ne pouvez pas être satirique, ironique, vous exprimer en termes exagérés, sauf si c’est pour « exposer et critiquer des comportements abusifs ». Ensuite, l’utilisation de ces expressions comiques est autorisée. Sinon, vous n’avez pas de chance sur Twitch, si quelqu’un décide que votre « contexte » n’était pas à la hauteur.

Le contexte est beaucoup mentionné, afin d’élargir les définitions et de laisser suffisamment de place à l’interprétation souhaitée par Twitch, au cas par cas.

Quelque chose appelé « groupes de haine établis (par qui ?) » est également cité comme étant interdit, mais aussi « les combinaisons de discours, d’images ou d’émotions qui déshumanisent ou perpétuent des stéréotypes et/ou des mèmes négatifs ».


L’ensemble des règles semble être orienté vers un contrôle sérieux des discours – et même des intentions – sur la plate-forme, et il sera certainement intéressant de voir comment et si elles seront appliquées.

C’est certainement vague, et si les expériences passées avec le Big Tech nous apprennent quelque chose, c’est que c’est délibérément vague – pour s’assurer que cela permet, le cas échéant, une censure complète, opaque et non responsable.

Par exemple, Twitch a suspendu le compte de Donald Trump indéfiniment.L’ancien président des États-Unis ne récupérera jamais son compte Twitch.

Dans un email envoyé au site The Verge, un porte-parole de Twitch confirme que Trump ne récupérera pas son compte “en raison du risque continu d’incitation à la violence.”

“Les déclarations du Président continuent d’être interprétées comme des appels à l’acte, et nous prenons cette mesure pour éliminer les risques de préjudice pour notre communauté et le grand public. Twitch a des règles claires qui interdisent les comportements haineux, le harcèlement ou l’incitation à la violence sur notre service, et nous prenons en compte les événements hors service lors de la prise de décisions”, poursuit le porte-parole.

Lancé en octobre 2019, le compte @DonaldTrump a souvent été utilisé pour diffuser en direct ou rediffuser les discours officiels de Trump. Ce qui semble normal pour un Président des États-Unis…

Mais ce n’est pas fini… Twitch (au même titre que Reddit), a également pris des mesures contre les comptes des partisans de Trump… Être pro-Trump signifie pour la plate-forme : être dangereux !

Avec l’élargissement de la politique d’inconduite hors service de Twitch, il est certain que les républicains trumpistes seront traqués dans leur vie personnelle, et fichés comme “individus dangereux” par cette plate-forme laboratoire du système de Crédit Social…

Le but étant de calculer l’étendue du consentement des utilisateurs…


Cet article est adapté à partir d’une info trouvée sur Anguille sous roche


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres

































1scandal.com © elishean/2009-2021