Pourquoi n’arrivent-ils pas à trouver le conseiller spécial John Durham? - Scandal
Politique

Pourquoi n’arrivent-ils pas à trouver le conseiller spécial John Durham?


Pourquoi ils ne trouvent pas le conseiller spécial John Durham? Où est donc ce John Durham, au fait?

Depuis que le procureur général William Barr a présenté Durham au pays en juin 2019 comme le procureur qui ferait un plongeon en profondeur dans toute l’affaire du SpyGate/RussiaGate, ce n’est pas qu’il est difficile à trouver… c’est que personne ne le trouve.

Où se trouve son bureau? Personne ne semble le savoir.

Lorsque le conseiller spécial Robert Mueller et son équipe menaient leur enquête sur la collusion présumée de la campagne Trump avec le gouvernement russe, il était de notoriété publique qu’ils travaillaient à partir du bureau du procureur des États-Unis de Washington D.C.

Barr désigne Durham comme procureur spécial, prolongeant l’enquête pendant l’administration Biden.

Mais même après que Barr ait révélé dans une lettre au Congrès, peu avant de quitter sont poste de procureur général en décembre dernier, qu’il avait nommé Durham comme nouveau procureur spécial avec un champ d’action très large incluant la précédente commission spéciale dirigée par Robert Mueller, personne n’a semblé capable de remettre la main sur Durham. Où accroche-t-il son enseigne? Qui exactement fait partie de son équipe en ce moment? Que font-ils exactement en ce moment? Tout cela semble être un grand mystère.


Le président Donald J. Trump a même pris l’habitude de demander de manière sarcastique de savoir si Durham était une personne réelle dans ses déclarations publiques. Il a également exigé de savoir s’il y aurait un jour un « rapport Durham ».

Parce que beaucoup de gens n’ont pas de détecteur de sarcasme, une rumeur a instantanément pris vie selon laquelle Trump disait que Durham n’existait pas vraiment. Les gens font souvent l’erreur de prendre Trump au pied de la lettre lorsqu’il plaisante ou est sarcastique, puis de prétendre alternativement qu’il plaisante lorsqu’il ne le fait pas.

Mais il y a une raison très réelle et convaincante derrière le fait que le procureur spécial John Durham a pratiquement disparu de Washington D.C. alors qu’il a maintenant passé presque trois ans à enquêter sur certaines des personnes les plus puissantes et les plus influentes d’Amérique.

John Durham a dû devenir un fantôme pour une bonne raison.

Laissez-moi vous remettre en mémoire tous les faits de cette histoire. Ce sera un peu long, mais vous avez besoin d’un certain contexte pour comprendre ce que je vais vous dire.


La grosse erreur de Ken Starr

En août 1994, le procureur Ken Starr a commis une énorme erreur dès le départ, après avoir été nommé par un panel de juges pour s’occuper d’une enquête très sensible sur le plan politique, impliquant une série de prêts bancaires louches liés à une transaction foncière ratée appelée « Whitewater ».

Ce qui rendait cette enquête si politiquement sensible, c’est que le président nouvellement élu Bill Clinton et son épouse Hillary étaient tous deux impliqués dans l’opération foncière et les prêts lorsqu’il était gouverneur de l’Arkansas.

L’erreur de Starr a été de choisir d’être aussi transparent que possible au cours de son enquête, afin de démontrer qu’il n’était pas un inquisiteur secret. Et les démocrates et leurs alliés les médias d’information ont profité pleinement et entièrement de la transparence naïve de Starr.

Starr a permis à tous les principaux membres de son équipe d’enquête d’être identifiés publiquement dans la presse, une équipe qui comprenait le futur juge de la Cour suprême Brett Kavanaugh.

« M. Star, n’avez-vous pas honte, Monsieur ? ?!! »

Alors que l’enquête du conseiller spécial Starr a commencé comme une enquête sur la participation des Clinton à une série de prêts douteux dans le cadre des transactions foncières ratées de Whitewater, et qu’elle ne suscitait pas beaucoup d’attention, elle n’a cessé de prendre de l’ampleur au fil du temps, jusqu’à ce qu’elle explose finalement.

Des accords fonciers ennuyeux au parjure sur le sexe

Au moment où l’enquête de Starr sur Whitewater était en cours, une femme nommée Paula Jones avait intenté un procès contre le président Clinton, alléguant un harcèlement sexuel alors qu’il était gouverneur de l’Arkansas. Elle affirmait avoir été escortée par un policier de l’État de l’Arkansas jusqu’à la chambre d’hôtel du gouverneur, où il s’était exhibé devant elle et avait tenté d’avoir des relations sexuelles sans son consentement.

Toujours au cours de son premier mandat présidentiel, Bill Clinton avait commencé à avoir une série d’ébats sexuels avec une stagiaire non rémunérée de la Maison Blanche nommée Monica Lewinsky – et certains de leurs actes sexuels avaient lieu à la Maison Blanche – plusieurs fois à l’intérieur même du Bureau ovale.

Mal à l’aise dans sa relation avec le Président et se demandant comment elle pourrait en tirer des avantages pour elle-même, Lewinsky a commencé à se confier par téléphone à une amie nommée Linda Tripp, qui a enregistré certaines de ces conversations dans lesquelles Lewinsky détaillait ses activités sexuelles avec le Président.

Lorsque des rumeurs ont fait surface sur la relation de Lewinsky avec Clinton, elle a soumis une déclaration sous serment dans l’affaire Jones niant toute relation sexuelle.

Pendant que tout cela se passait, Clinton a été réélu en 1996, battant facilement le challenger républicain Robert Dole.

Lorsque Linda Tripp dut être interrogée sous serment dans le cadre du procès Jones, Lewinsky l’a incitée à mentir et à commettre un parjure. Linda Tripp s’est adressée à Ken Starr à la place et lui a remis les enregistrements.

Paula Jones (à gauche), Monica Lewinsky (au milieu), Linda Tripp (à droite)

C’est donc en janvier 1998, alors que Bill Clinton arrive à la moitié de son second mandat, que le scandale Monica Lewinsky éclate et que le pays tout entier apprend les liaisons sexuelles que le président Clinton a eues dans le Bureau ovale.

Ken Starr, paria national

Ce qui avait commencé comme une enquête, le plus souvent ignorée, sur une série de prêts douteux dans le cadre d’une transaction foncière ratée, a soudainement explosé en un scandale massif impliquant un président marié qui se livrait à des actes sexuels dans le Bureau ovale avec une femme assez jeune pour être sa fille, et qui encourageait ensuite tous ses proches collaborateurs et amis à mentir à ce sujet sous serment.

L’affaire a été enterrée à l’époque, mais le président des États-Unis s’était ouvert au chantage et avait fini par essayer d’acheter le silence de Lewinsky avec une série d’offres d’emploi de plus en plus lucratives, pour lesquelles elle n’était pas qualifiée.

Les Clinton et leur principal conseiller, James Carville, ont rapidement opté pour une stratégie de type Sherman-marchant-à-travers-la-Géorgie (Référence à une manœuvre militaire révolutionnaire de la guerre de Sécession, consistant à détruire tous le objectifs stratégiques sur son passage sans se préoccuper de ses lignes de ravitaillement, NdT) pour gérer le scandale, afin de détourner l’attention de la gravité de la compromission de Clinton.

Il a été décidé qu’ils mettraient impitoyablement Starr et son équipe d’enquête sur le parjure de Clinton au pilori en les qualifiant de « prudes obsédés par le sexe » et d’ »inquisiteurs sexuels ». Les attaques seraient intensément personnelles.

Les alliés de Clinton ont chanté comme un mantra qu’il n’y a pas de véritable scandale ici parce qu’il ne s’agit que de « sexe ».

Alors qu’auparavant ces tactiques vicieuses de la terre brûlée (même référence à la marche de Sherman) étaient réservées aux multiples femmes qui avaient osé se manifester et parler publiquement de leurs liaisons avec Clinton – ou de ses tentatives de s’imposer sexuellement à elles – ces tactiques consistaient maintenant à s’en prendre à un procureur spécial et à son équipe.

Des résultats pas beaux à voir

La presse a harcelé non seulement Starr mais aussi tous les membres dirigeants de son équipe. Et cela a duré des mois.


Car rappelez-vous, Starr avait opté pour une transparence totale avec ces gens. Il s’était rendu incroyablement facile à trouver.

  • Et à questionner.
  • Et à attaquer.
  • Et à de se moquer de lui.
  • Et à accuser.
  • Tout cela alors que lui et son équipe étaient encore dans la phase d’investigation de leur enquête.

Je me souviens avoir vu plusieurs fois dans des reportages de CNN et d’autres médias d’information camper dans la rue devant la maison de Starr, juste pour pouvoir hurler des questions au procureur à lunettes, son journal sous le bras et sa mallette à la main, alors qu’il se dirigeait vers sa voiture dans l’allée. Ce qui rendait cela redondant et exaspérant, c’est qu’ils savaient exactement où il allait et auraient pu le faire à son bureau.

Maintenant, malgré les tactiques que les Clinton et leurs alliés médiatiques ont utilisées sur Ken Starr, Bill Clinton a quand même été mis en accusation pour son parjure (procédure d’impeachment, NdT). Il a été forcé d’admettre qu’il avait menti au pays, avec audace et arrogance, en affirmant ne jamais avoir eu de relations sexuelles avec « Mme Lewinsky ».

Mais tout le monde au Département de la Justice et dans la profession juridique a vu le tribut que les tactiques de Clinton ont fait payer à Starr et à son équipe, à quel point c’était moche et personnel. Cela a rendu un travail déjà difficile bien plus difficile qu’il n’aurait dû l’être.

Je suis sûr que je ne suis pas la seule personne qui, dans les années 1990, a suivi l’enquête Whitewater et le traitement absurde et excessif que Starr a reçu de l’establishment démocrate de Washington et de ses compagnons de route dans la presse grand public.

Le « traitement Starr » a changé la façon dont les enquêtes des procureurs spéciaux sont menées

On devrait commenter plus souvent comment la stratégie de la terre brûlée des Clinton et de Carville contre Ken Starr et les procureurs fédéraux qui font simplement leur travail a changé la façon dont les enquêtes des procureurs spéciaux sont menées.

À ma connaissance, aucun procureur spécial nommé depuis lors n’a jamais opté pour le type de transparence que Starr a pratiqué lors de la phase d’enquête de son travail. Certainement pas s’ils enquêtaient sur des démocrates à Washington D.C.

Durham est un fantôme pour une très bonne raison

Maintenant, laissez-moi vous expliquer pourquoi je viens de vous faire faire ce long retour en arrière. Parce que tout ce que je viens de vous dire s’applique directement à John Durham.

Ils ne peuvent pas faire à Durham ce qu’ils ont fait à Starr parce qu’ils ne peuvent pas le trouver. C’est un fantôme de Washington DC, un fantôme, un Godot que tout le monde attend perpétuellement, au point que beaucoup commencent à se demander s’il arrivera jamais.

Quelqu’un d’autre que moi a-t-il remarqué que les démocrates et la presse n’ont même pas été capables de donner à Durham ou à son équipe le « traitement Ken Starr » depuis bientôt trois ans?

Et ce, malgré le fait que Durham n’enquête pas seulement sur les Clinton, mais aussi sur la quasi-totalité des échelons supérieurs de l’ancienne administration présidentielle de Barack Obama, y compris les hauts responsables du Département de la Justice/FBI, du Sépartement d’État, de la CIA? Et, très probablement, le président actuel?

Comment les médias grand public peuvent-ils questionner, attaquer, se moquer et accuser un procureur qui fait cela et qu’ils ne peuvent même pas trouver?

Étant donné que nous avons une presse de chiens d’attaque entièrement partisane qui est environ 100 fois plus enragée et vicieuse que ce que nous avions dans les années 1990, Durham aurait dû subir un siège massif des médias d’information depuis juin 2019. Pourtant, il n’y a pratiquement rien. Une poignée d’histoires dans la presse grand public au cours des trois dernières années avec quelques râles et plaintes à propos de Durham n’est même pas comparable à ce que Ken Starr a subi.

Vous ne les verrez pas tenter d’encercler et de clouer au pilori John Durham et son équipe de procureurs avant qu’il ne dévoile les actes d’accusation du SpyGate et du procureur spécial Mueller. C’est à ce moment-là que les médias recommenceront à camper devant les maisons et les bureaux en exigeant que le procureur spécial et son équipe leur parlent « Immédiatement! ».

C’est à ce moment-là que les médias et les démocrates tenteront d’assiéger l’équipe Durham.

Je leur souhaite bonne chance. Parce que je pense que si les personnes chargées de mettre tout cela en place étaient déterminées à éviter une répétition des affreux spectacles médiatiques des années 1990 alors que l’enquête était en cours, elles ont longuement réfléchi à la manière de gérer la situation une fois que Durham aura terminé et que toute la portée de son enquête sera rendue publique.

NOTE : Pendant que cette chronique était en cours, la journaliste Sara Carter a lancé un podcast exclusif (lire aussi cet article) avec le représentant de la Chambre des représentants Devin Nunes (élu républicain de la Californie). Nunes n’est pas un simple membre de la Chambre ; il a été président du puissant House Select Panel on Intelligence [HSPCI] et en est maintenant le membre minoritaire. Il est également un membre actuel du Gang des Huit (terme familier pour un ensemble de huit dirigeants au sein du Congrès des États-Unis qui sont informés sur les questions de renseignement classifié par le pouvoir exécutif, NdT).

Dans l’interview, Nunes déclare :

« Je dois juste avoir la foi en fin de compte, qu’il y a que, vous savez, un bureau spécial a été créé, Durham a le pouvoir, nous nous attendons pleinement à ce qu’il remette le rapport », a déclaré Nunes, ajoutant que cela pourrait être dès la semaine prochaine. « Il se peut qu’il ne soit pas aussi étendu que nous le souhaitons. Mais regardez, il y a des auteurs majeurs. Je pense, comme vous et tout le monde le savez, que nous avons fait plus de 14 renvois criminels. Cela ne signifie pas 14 individus, cela signifie 14 renvois criminels différents impliquant plusieurs individus… Et c’est l’un des défis. »

Lorsque Nunes dit qu’il pense que Durham publiera un rapport accompagné de certaines mises en accusation, et que cela pourrait arriver « dès la semaine prochaine », il ne s’agit pas d’un membre aléatoire de la Chambre qui ne fait que transmettre des ragots.

Jusqu’à présent, Nunes s’était tenu à l’écart de toute prédiction concernant l’enquête de l’avocat spécial Durham.

Maintenant, il ne dit pas seulement à Sara Carter qu’il s’attend à un rapport ainsi qu’à plusieurs inculpations, il donne également un calendrier: peut-être dès la semaine prochaine.

Nous verrons ce qui se passe.

Brian Cates est entré dans l’arène politique en mars 2012, suite au décès d’Andrew Breitbart. Il est actuellement chroniqueur politique pour The Epoch Times et UncoverDC. Brian est basé dans le sud du Texas et est l’auteur de : « Personne n’a demandé mon opinion … mais la voici quand même ! »

Why They Can’t Find Special Counsel John Durham


Sur les Déqodeurs


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres

































1scandal.com © elishean/2009-2021