Pourquoi les Palestiniens préfèrent travailler en Israël - Scandal
A ne pas manquer Paroles de témoins

Pourquoi les Palestiniens préfèrent travailler en Israël


Le fait qu’un grand nombre de Palestiniens cherchent désespérément à travailler en Israël est un signe de l’échec du Hamas et de l’Autorité palestinienne à améliorer les conditions de vie de leur peuple malgré les sommes massives qu’ils reçoivent de diverses sources, dont les États-Unis , Union européenne et Nations Unies. Sur la photo : des Palestiniens du nord de la bande de Gaza se rassemblent pour demander des permis de travail en Israël, le 6 octobre 2021.

Les Palestiniens de la bande de Gaza dirigée par le Hamas sont excités. Les autorités israéliennes ont décidé d’autoriser des milliers d’entre eux à travailler en Israël. La nouvelle de la décision israélienne s’est propagée comme une traînée de poudre, incitant des dizaines de milliers de Palestiniens à converger vers les bureaux des chambres de commerce dans toute la bande de Gaza dans l’espoir d’obtenir un permis de travail en Israël.

Les scènes de Palestiniens se bousculant pour obtenir des permis de travail en Israël ont irrité et embarrassé de nombreux Palestiniens et Arabes, dont beaucoup pensent que les dirigeants palestiniens ne font pas assez pour mettre fin aux souffrances des Palestiniens.

Le fait qu’un grand nombre de Palestiniens cherchent désespérément à travailler en Israël est un signe de l’échec du Hamas et de l’Autorité palestinienne à améliorer les conditions de vie de leur peuple malgré les sommes massives qu’ils reçoivent de diverses sources, y compris les États-Unis, Union européenne et Nations Unies.

Au lieu d’offrir des opportunités d’emploi aux jeunes et aux diplômés universitaires, le Hamas, une branche de l’organisation des Frères musulmans, s’est préoccupé d’amasser et de fabriquer des armes et de creuser des tunnels qui seraient utilisés pour attaquer Israël.


Au lieu de construire des écoles, des hôpitaux et des zones industrielles, le Hamas a investi des millions de dollars dans l’armement et la formation de son groupe militaire, Izaddin al-Qassam. Le Hamas préfère dépenser de l’argent pour tout Palestinien prêt à rejoindre le jihad (guerre sainte) contre Israël que pour un diplômé universitaire au chômage dans la bande de Gaza.

Le Hamas n’a aucun problème à permettre aux Palestiniens de travailler dans « l’entité sioniste » tant que ses dirigeants jouissent d’une vie luxueuse au Qatar.

Le seul problème que rencontrent le Hamas et ses partisans, c’est lorsque des photos et des vidéos des demandeurs d’emploi désespérés apparaissent sur diverses plateformes de médias sociaux. Le Hamas et ses partisans sont tellement embarrassés qu’ils commencent maintenant à flotter autour de théories du complot concernant ceux qui se cachent derrière les papiers des Palestiniens qui se sont précipités pour demander des permis de travail en Israël.

Le chef de la Fédération générale des syndicats palestiniens, Sami al-Amsi, a déclaré qu’« il y a certains partis qui ne sont pas innocents » derrière les files de milliers de travailleurs devant les chambres de commerce de la bande de Gaza. Il essaie apparemment de créer l’impression que les partis anti-palestiniens ont envoyé des milliers de travailleurs postuler pour des emplois afin d’embarrasser les Palestiniens.


La situation économique désastreuse dans la bande de Gaza – 65 % de chômage et 80 % de pauvreté – était la principale raison, selon al-Amsi, de la « soif » des Palestiniens de travailler en Israël.

Au lieu de tenir le Hamas pour responsable du chômage et de la pauvreté, al-Amsi et d’autres Palestiniens choisissent de blâmer Israël.

Ce point de vue est conforme à l’habitude de longue date des dirigeants palestiniens d’échapper à leur responsabilité de vol et de non-gouvernance en blâmant Israël pour tout.

Beaucoup de Palestiniens et d’Arabes, cependant, n’achètent plus ce non-sens et savent exactement qui essaie d’aider et qui n’a rien fait pour mettre fin à leurs souffrances.

Un militant saoudien, Ibn al-Arab, a commenté sur Twitter :

« Les frères musulmans [le Hamas] dans la bande de Gaza maudissaient toujours l’Arabie saoudite, même si le royaume a fait un don d’un milliard de dollars pour la reconstruction de la bande de Gaza. Aujourd’hui, ils veulent devenir des travailleurs pour l’occupation. Les [Palestiniens] sont un peuple sans dignité. Je regrette profondément d’avoir soutenu les Palestiniens dans le passé.”

L’écrivain palestinienne Lina Ibrahim a écrit que les scènes des Palestiniens demandant des permis de travail en Israël « exposent la honte » que le Hamas a apportée à la bande de Gaza.

En plus du taux élevé de chômage et des violations des droits humains, a-t-elle dit, « les jeunes ne peuvent pas se marier à cause de la violation par le Hamas de leur droit fondamental de travailler dans la bande de Gaza ».

La journaliste et analyste politique syrienne Hoda Jannat a posté une photo des Palestiniens dans l’un des bureaux d’enregistrement accompagnée du commentaire suivant :

“C’est la Chambre de Commerce de Gaza. Des milliers de Palestiniens, y compris ceux qui ont des diplômes [universitaires], se battent pour un emploi en Israël. Je vous garantis que si Israël annonçait qu’il veut des travailleurs d’Algérie, ils traverseraient le Sahara [Désert ] à pied pour travailler en Israël pour échapper à l’enfer dans lequel ils vivent chez eux.

Un autre militant saoudien, Al-Hamoodi4, a fait remarquer :


« La bande de Gaza doit être libérée du gang du Hamas. La vérité est révélée au monde. Les travailleurs de la bande de Gaza expriment leur joie face à la délivrance de permis de travail en Israël. Le taux de chômage a atteint 50 %, la plupart des ces jeunes. L’un d’eux a dit qu’après avoir entendu la nouvelle [qu’Israël acceptait des travailleurs], il n’a pas pu dormir de la nuit. “

Yaseen Izeddeen, un militant palestinien de la bande de Gaza, a cependant écrit que les scènes de milliers de Palestiniens postulant à des emplois en Israël étaient « inacceptables ».

« Comment allons-nous libérer notre terre alors que nous irons balayer les rues des colons, laver leurs sous-vêtements et construire leurs colonies ? Je m’attendais à ce que le Hamas demande aux travailleurs [palestiniens] de Cisjordanie d’arrêter de travailler en Israël, et non autoriser les permis pour les habitants de la bande de Gaza !”

Des entretiens avec certains des pauvres demandeurs d’emploi ont révélé la triste réalité de vivre sous le Hamas.

“Depuis 15 ans, nous n’avons pas travaillé, aucun revenu”, a déclaré un ouvrier.

« Dans la bande de Gaza, il n’y a pas de travail, pas de vie, j’ai des enfants qui sont plus grands que moi et je ne peux pas les marier », a fait remarquer un autre ouvrier.

Un responsable de la Chambre de commerce de la ville de Gaza, qui a préféré garder l’anonymat, a déclaré que le premier jour de l’enregistrement, plus de 10 000 personnes ont demandé un permis de travail en Israël. Il s’attend à ce que le nombre double dans les prochains jours. Des milliers d’autres ont déposé une demande dans d’autres centres d’enregistrement dans différentes parties de la bande de Gaza.

L’Autorité palestinienne, dirigée par Mahmoud Abbas, porte également la responsabilité de ce que beaucoup qualifient de crise économique et humanitaire dans la bande de Gaza.

Il y a quatre ans, Abbas a imposé une série de sanctions sur la bande de Gaza dans l’espoir que les Palestiniens se révolteraient contre le Hamas. Il a coupé les salaires de milliers de fonctionnaires et arrêté l’aide financière à de nombreuses familles appauvries. Il a également contribué à l’augmentation du taux de chômage en licenciant de nombreux fonctionnaires.

Les appels répétés du Hamas et d’autres Palestiniens à lever les sanctions ont été ignorés par Abbas et d’autres membres de la communauté internationale. En ce qui concerne de nombreuses parties internationales, pourquoi tenir Abbas et l’Autorité palestinienne pour responsables de leurs crimes alors que vous pouvez commodément rejeter la faute sur Israël ?

Les Palestiniens désespérés qui font maintenant la queue pour travailler en Israël sont les victimes des dirigeants palestiniens ratés. Ils sont les victimes de la corruption et de l’incompétence de l’Autorité palestinienne et du Hamas.

Ces Palestiniens sont également les victimes du conflit en cours entre les deux parties rivales, un conflit qui a laissé les Palestiniens avec deux mini-États distincts en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Les dirigeants palestiniens qui incitent quotidiennement à la violence contre Israël n’ont aucun problème à supplier Israël de permettre aux Palestiniens de travailler en Israël.

Une dernière question : où est la responsabilité des pays arabes envers leurs frères palestiniens? Pourquoi l’Egypte, par exemple, n’ouvre-t-elle pas sa frontière commune avec la bande de Gaza pour permettre aux Palestiniens de venir travailler en Egypte? Pourquoi les gouvernements arabes n’autorisent-ils pas les Palestiniens, qui frappent à la porte d’Israël pour demander de l’aide, d’aller travailler dans les pays arabes?

Il n’y a malheureusement qu’une seule réponse : les Arabes veulent que les Palestiniens restent le problème d’Israël. Si les dirigeants palestiniens se moquaient bien de leur propre peuple, pourquoi un dirigeant arabe s’engagerait-il?

Comme il est maintenant devenu clair pour tous, Israël est devenu le seul espoir pour les travailleurs affamés de la bande de Gaza – qui ont été abandonnés non seulement par leurs dirigeants, mais aussi par le reste de leurs frères arabes.


Khaled Abu Toameh pour Gatestone Institute


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres

































1scandal.com © elishean/2009-2021