A ne pas manquerEnvironnement & Alimentation

Pour l’Occident, l’Afrique ne mérite pas le droit de vivre une vie saine et digne

Selon The East African , un rapport sur les pesticides libérés au Kenya a révélé que les pesticides dont l’utilisation est interdite dans les pays européens, où ils sont fabriqués, sont exportés vers les pays africains.

Plusieurs groupes internationaux de la société civile ont alarmé que les agriculteurs utilisent ces produits chimiques nocifs.

Dans des pays comme le Kenya, 44 % des pesticides sont ceux qui sont interdits en Europe. En fait, en 2018 et 2019, l’UE et le Royaume-Uni ont exporté environ 140 908 tonnes de pesticides qui ont des effets néfastes sur l’homme et l’environnement.

« Les données sur les ventes montrent que plus de 76 % (2 353 tonnes) du volume total de pesticides vendus au Kenya, soit 195 produits, contiennent un ou plusieurs ingrédients actifs classés comme pesticides hautement dangereux, dont il a été prouvé qu’ils présentent un niveau potentiellement élevé de risque aigu ou chronique pour la santé ou l’environnement », a déclaré l’écotoxicologue, le Dr Silke Bollmohr

Malheureusement, le marché africain des pesticides devrait augmenter chaque année. Par exemple, l’utilisation de pesticides a augmenté de 177 % en Afrique de l’Ouest entre 2005 et 2015.

Le Dr Silke Bollmohr, écotoxicologue, a déclaré :

« Au cours des cinq dernières années, les importations de pesticides en Afrique ont considérablement augmenté, en particulier en Afrique de l’Ouest et de l’Est. En Afrique de l’Ouest, les importations ont doublé en cinq ans, passant de 218 948 tonnes en 2015 à 437 930 tonnes en 2020. En 2020, les importations du Nigeria à elles seules (147 446 tonnes) ont dépassé les importations totales de l’Afrique australe (87 403 tonnes) et de l’Afrique du Nord (109 561 tonnes).

Le mépris total de l’Union européenne pour la santé et la sécurité des nations africaines est clairement visible ici.

L’Afrique est considérée comme un tiers-monde qui a été soumis à des années d’injustice, de brutalité et de traumatisme pendant le colonialisme. Malheureusement, les pays mêmes qui ont commis l’exploitation économique et la répression politique à son encontre, continuent leur domination en profitant de l’impuissance de l’Afrique.

Maintenant, en ce qui concerne la production alimentaire, nous sommes tous conscients du fait que les pays africains souffrent d’une faible productivité agricole qui affecte des millions de personnes victimes de la guerre, du terrorisme, du changement climatique et de l’instabilité créée par l’Occident.

À la lumière de cela, la décision de l’Occident de poursuivre l’exportation de ses pesticides interdits, qui ont des implications dangereuses pour la santé des personnes et l’environnement, vers les pays africains est honteuse et cruelle.

Cela montre clairement que les pays occidentaux ne considèrent pas les peuples de ce continent comme des humains justifiant ainsi leur comportement indigne. Ce complexe de supériorité profondément enraciné est un produit de la gueule de bois coloniale encore présente dans les esprits occidentaux.

Cela montre également le manque d’intérêt et surtout l’hypocrisie de l’Occident, car nous sommes tous conscients que les États-Unis et l’Europe s’immiscent dans les affaires d’autres pays au nom du changement climatique.

L’Occident a utilisé son vieil argument irrationnel de «l’impact sur l’environnement» chaque fois qu’un pays africain prend des mesures courageuses pour développer ses secteurs de l’énergie, de l’agriculture et de l’automobile. Par exemple, les États-Unis, la France et l’Allemagne se sont opposés au projet de l’Afrique du Sud d’investir une partie des fonds climatiques de 8,5 millions de dollars dans son industrie des véhicules électriques, car ils veulent qu’elle l’utilise pour remplacer ses centrales électriques au charbon.

Mais ironiquement, le même Occident, qui aime instruire les autres pays sur les mesures à prendre pour protéger l’environnement, néglige l’exportation de ses pesticides vers les pays africains, ce qui a des conséquences désastreuses sur l’agriculture et l’écologie.

Nous, à TFI , avons également expliqué comment une organisation britannique a suggéré aux Africains de consommer des insectes à la suite de la crise alimentaire. Oui, vous avez bien entendu. En fait, il a répertorié les chenilles et les criquets migrateurs comme des délices pour les insectes . De telles actions ne font qu’exposer les intentions odieuses des États-Unis et de l’Europe, qui considèrent les Africains comme indignes de dignité et de respect.

Vidéo ci-dessus : Le rapport diabolique magnifiquement écrit du FMI sur l’Afrique

Source


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci


1scandal.com pour une info libre... © elishean/2009-2022

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.