Plus des deux tiers des Américains s’opposent à une vaccination obligatoire contre le COVID-19 - 1 Scandal
Biotechnologie & Santé

Plus des deux tiers des Américains s’opposent à une vaccination obligatoire contre le COVID-19


Depuis qu’il a fait irruption à Wuhan, en Chine, il y a environ un an, le coronavirus a créé ce qu’un économiste a décrit comme un “trilemme” – c’est-à-dire la lutte pour équilibrer les inévitables compromis entre la sauvegarde de la santé publique, de l’économie et de la liberté individuelle.

Aux États-Unis (et en de nombreux endroits en Europe également), certains ont indiqué que le scepticisme entourant le processus de développement accéléré des nombreux projets de vaccins contre le COVID était un obstacle potentiel à l’obtention d’une immunité collective, car un manque de confiance du public pourrait contraindre certains gouvernements à essayer de faire pression sur les citoyens pour qu’ils acceptent le vaccin.

Avec tout cela à l’esprit, les décideurs politiques et les économistes s’efforcent de trouver un compromis acceptable entre la santé publique, la santé économique et la liberté individuelle. Certains analystes ont pris l’habitude d’appeler ces priorités contradictoires le “trilemme du coronavirus”. Toutefois, la résolution de ces conflits sera déterminante pour les perspectives économiques en 2021, et comme Wall Street s’attend de plus en plus à ce que l’économie américaine se contracte à nouveau au cours du quatrième trimestre, les spéculations sur le moment et le rythme du rebond ont été repoussées à l’année prochaine et à 2022.

Il est certain que le calendrier de la mise en place du vaccin contre le COVID-19 sera déterminant pour décider de la manière dont tout cela se déroulera. Mais il y a une autre question, plus étroitement liée à la partie “liberté personnelle” du “trilemme”, que les épidémiologistes et les décideurs politiques ont peut-être sous-estimée. Et c’est la question de la confiance du public dans le vaccin.

Plusieurs instituts de recherche de Wall Street ont publié des études sur le sujet, en utilisant des données issues des sondages d’opinion YouGov et Gallup, ainsi que d’autres sources. L’autre jour, la Deutsche Bank a publié un graphique décomposant l’empressement à recevoir le vaccin, ainsi que des opinions sur la question de savoir s’il devrait être “obligatoire”.


Les sondages d’opinion sont clairs : aux États-Unis, plus des deux tiers de la population estiment que le vaccin contre le COVID-19 devrait être volontaire. De plus, seul un petit pourcentage d’Américains ferait pression pour être vacciné dans le premier mois suivant la mise à disposition du vaccin. La plupart semblent se contenter de rester en retrait, sans doute plus préoccupés par le moment où l’économie sera autorisée à rouvrir que par celui où ils pourront se faire vacciner.

Bien entendu, les opinions pourraient changer considérablement si un événement inattendu se produit d’ici à ce que la FDA commence à examiner les demandes d’autorisation d’utilisation d’urgence de Pfizer (et, éventuellement, de Moderna). Comme nous le rappelle John Authers de Bloomberg, l’affaire n’est pas réglée.

Il est également possible que quelque chose ne tourne pas rond dans la sécurité des vaccins ou le processus de fabrication. Le plus précaire est ce que l’on appelle la “résistance aux vaccins”. Dans le monde entier, beaucoup hésitent à en prendre un. Ce sont les résultats d’enquêtes menées aux États-Unis et en Europe occidentale pour la Deutsche Bank AG. Ils suggèrent que les politiciens pourraient être contraints de rendre les vaccinations obligatoires, ce qui pourrait rendre la politique de 2021 très dangereuse :

Les auteurs ont partagé un autre graphique de la DB montrant que les attitudes à l’égard des vaccins en Europe sont pour la plupart les mêmes qu’aux États-Unis, le Royaume-Uni constatant une acceptation généralement plus élevée des vaccins (peut-être y a-t-il une corrélation entre l’acceptation et les niveaux d’hystérie publique induite par des taux de mortalité nettement plus élevés?)


Au cours de la semaine dernière, le Dr Fauci a multiplié les discours sur les sceptiques à l’égard des vaccins, les qualifiant de “menace sérieuse” pour la santé publique, alors que des millions d’Américains se préparent à ignorer les directives des CDC et à se rendre chez leurs parents et amis malgré la situation.


Se pourrait-il que, près d’un an après le début de la pire pandémie du siècle, l’attitude du public face à la menace posée par le COVID-19 soit nettement plus laxiste que celle du Dr Fauci.


Aube Digitale


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres

































1scandal.com © elishean/2009-2021