Après 2 mandats, OBAMA se dit victime d’un racisme systémique impitoyable - Scandal
Opinion

Après 2 mandats, OBAMA se dit victime d’un racisme systémique impitoyable


L’ancien président est obsédé par la « vérité », quelque chose qui lui importait très peu pendant sa présidence.

Par David Krayden 

DE SES MÉMOIRES ET DE SA GRANDEUR

L’ancien président Barack Obama continue d’être l’incarnation même du leadership démocrate et projette ses propres échecs et son venin politique sur le président Donald Trump et ses partisans. Il l’a démontré dans une récente entrevue de « 60 Minutes » qui portait sur ses dernières mémoires et était empreint d’amertume pour le phénomène Trump.

Il est plus catégorique que jamais pour insister sur le fait que les Américains résident avec lui dans le « Monde de Barack », une sorte d’univers alternatif où la version de la vérité d’Obama est la seule qui compte vraiment.

Bien sûr, il peut y avoir des versions concurrentes de cette réalité, mais, pouvez-vous vraiment leur faire confiance quand vous savez que la source est un déplorable méprisable qui n’a vraiment jamais accepté sa présidence ?


L’apparition d’Obama le 15 novembre dans l’émission « 60 Minutes » de CBS News était similaire à toutes ses autres collisions avec un média d’information national qui ne semble jamais se lasser du charme apparent d’Obama. Et, à tout le moins, alors que nous continuons à regarder le chaos et l’incertitude entourant l’élection présidentielle de 2020, il est quelque peu rassurant que certaines choses restent les mêmes, comme la corruption du Parti Démocrate, l’ego écrasant et démesuré d’Obama et l’obséquiosité des médias libéraux vers l’un de ses dieux politiques.

(Au cours de ses 60 premiers jours en tant que président, la couverture médiatique d’Obama était 740% plus positive que celle de Trump au cours de la même période de sa présidence.)

Obama toujours oléagineux et égoïste, qui a le talent d’occuper le devant de la scène où qu’il se trouve, était dans l’émission pour promouvoir son livre attendu depuis longtemps, Une Terre Promise, qui est le dernier opus des mémoires d’Obama qui promettent de continuer tant que l’autobiographe sérieux respire encore.

L’animateur de Fox News, Tucker Carlson, a souligné le potentiel de plusieurs autres volumes des grands récits d’Obama quand il a plaisanté sur son programme du soir : « Obama est toujours dans la cinquantaine et il a déjà écrit sa deuxième autobiographie. Le nouveau sort la semaine prochaine avec un bruit sourd ».

Voici l’explication de Barack Obama pour expliquer pourquoi le président Donald Trump a gagné en 2016, citez : « Pour des millions d’Américains effrayés par un homme noir à la Maison Blanche, il a promis un élixir pour leur anxiété raciale », il a ajouté : « Donc, Trump a gagné parce que vous êtes raciste. C’est son explication ».

Incroyablement, Obama ressent toujours la piqûre du racisme perçu en Amérique, même après que les Blancs aient voté en grand nombre pour l’élire à la présidence, pas une, mais deux fois.


Obama et sa femme Michelle valent plus de 40 millions de dollars et devraient continuer à accumuler une fortune grâce à leurs vastes entreprises médiatiques qui incluent un prochain film Netflix.

Pourtant, Obama peut toujours jouer la victime et déplorer tous ces Américains qui s’accrochent encore à leurs « armes à feu ou à leur religion » au lieu d’embrasser chaque mot inspiré d’Obama.

(Obama a révélé dans ses mémoires que le choix des mots qu’il a utilisés en 2007 le « harcèle toujours », bien que ses actions mettent ce regret en suspicion).

Comme Obama l’a expliqué dans l’entrevue, citant les spectres de « la discrimination et Jim Crow », il est important de reconnaître que « nous sommes tous responsables de la discrimination. Et si nous voulons vraiment mettre fin aux préjugés raciaux dans le système de justice pénale, alors nous devrons travailler à faire quelque chose contre les préjugés raciaux dans les entreprises américaines et les préjugés là où les gens peuvent acheter des maisons ».

(Cette discrimination, bien sûr, n’a pas empêché les Obama d’acheter un manoir de luxe de 11,7 millions de dollars dans le quartier de Martha’s Vineyard qui se trouve sur 29 acres de terrain, loin des foules effrénées des émeutiers et profondément isolé par la sécurité privée.)

Ainsi, alors que les votes étaient toujours comptés dans ce marais d’une élection fédérale, pourquoi l’ancien président Obama a-t-il participé à ce qui était finalement une tournée de livres ? Pourquoi offrir des conseils, bien sûr. Et personne ne peut se passer de conseils si généreusement (jeu de mots).

Lorsqu’on lui a demandé ce que le président Donald Trump devrait faire lors de l’investiture du président élu Joe Biden le 20 janvier, Obama a réprimandé :

« À ce stade, le président sortant est un citoyen comme tout le monde et doit au nouveau président la chance de faire de son mieux au nom du peuple américain. Nous devrons voir si Donald Trump fera la même chose. Jusqu’à présent, ce n’est pas son approche. Mais vous savez que l’espoir est éternel. Il y a une terre promise quelque part. »

Ah oui, et ne manquez jamais une occasion de déposer le titre de votre mémoire de 768 pages, déjà le plus vendu, dans une ligne de discours télévisé ! En fin de compte, cette apparition médiatique était une tournée de livres, un programme de marketing et une autre invitation à habiter les recoins du « Monde de Barack ». C’est précisément pourquoi il est encore plus difficile de glaner la sincérité des paroles ou des actions d’Obama dans sa vie post-présidentielle, car il rate rarement une occasion de vendre un livre, de faire du battage médiatique ou de promouvoir son monument à sa propre grandeur.

« Délabrement de la vérité » et l’Administration Obama

Obama aime souvent insister sur le fait qu’il n’a rien fait pour nuire à la période de transition avant l’investiture du président élu Donald Trump, mais il existe des preuves suffisantes pour conclure qu’Obama espionnait la campagne Trump en 2016 et travaillait déjà à suggérer que Trump et ses responsables clés étaient de connivence avec les Russes.

Obama serait directement intervenu dans la poursuite contre l’ancien conseiller à la sécurité nationale Michael Flynn, et aurait sans aucun doute lu les transcriptions de tous ses appels téléphoniques sur écoute.

« Je comprends pourquoi il y a eu des moments où mes partisans voulaient que je sois plus pugiliste, pour, vous savez, faire éclater les gens dans la tête et éviter un peu plus ça. »

Au cours de l’entrevue, Obama s’est inquiété de ne pas avoir été assez agressif pour s’opposer à l’empire maléfique de Donald Trump et aurait peut-être dû être un participant plus actif dans la « RAY-SIS-TENCE ». Une résistance qui a ajouté jusqu’à quatre ans à écouter les méandres stupides du représentant Adam Schiff (D-CA) alors qu’il mentait au sujet de son trésor secret de preuves de collusion avec la Russie ou en regardant ledit membre du Congrès et d’autres exécuter une destitution totalement sans fondement.

Obama n’a rien fait pour faire dérailler, saper ou décourager le canular de collusion avec la Russie ou la mise en accusation fictive, mais il pouvait quand même réussir à dire à CBS :

« Je comprends pourquoi il y avait des moments où mes partisans voulaient que je sois plus pugiliste, pour, vous savez, pop les gens dans la tête et évitez-le un peu plus ».

L’ancien président persiste à être un juge moral des autres administrations, en particulier celle dirigée par le président Trump. Il a en outre fait remarquer :

« Nous sommes passés par une présidence qui a ignoré toute une série de normes institutionnelles de base, les attentes que nous avons pour un président, qui avaient été observées par les républicains et les démocrates auparavant et peut-être le plus important et le plus déconcertant, ce que nous avons vu est ce que certaines personnes appellent la décomposition de la vérité.

Quelque chose qui a été accéléré par le président sortant Trump. Le sentiment que non seulement nous n’avons pas à dire la vérité, mais que la vérité n’a même pas d’importance. »

C’est comme s’il n’y avait aucune preuve, pas même des spéculations des sombres intrusions d’Obama dans la sphère de l’autoritarisme.

La vérité a-t-elle eu une importance pendant tout le fiasco de Benghazi lorsque quatre Américains sont morts dans une attaque terroriste ?

Rappelons le rapport cinglant du Comité spécial de la Chambre des représentants sur Benghazi, qui a fustigé l’administration Obama pour son incompétence à répondre à l’invasion de septembre 2012 d’une ambassade des États-Unis en Libye, et pour sa feinte indignation selon laquelle les attaques étaient toutes le résultat d’une vidéo YouTube. (L’ambassadrice des Nations Unies de l’époque, Susan Rice, a déclaré : « Ce qui a déclenché les récentes violences, c’est la diffusion sur Internet d’une vidéo très haineuse et très offensante qui a offensé de nombreuses personnes dans le monde.») La vérité semblait avoir très peu d’importance pour le Président Obama de l’époque, dans ce cas.

Puis, il y a eu la tromperie centrale d’Obamacare ; Qui peut oublier la phrase qu’Obama n’a cessé de répéter au sujet de la loi sur les soins abordables : « Si vous aimez votre plan de soins de santé, vous pouvez le garder. » Comme Obama l’a dit de manière succincte, mais, assez inexacte. Selon un sondage de Fox News de novembre 2013, la moitié des Américains pensaient qu’Obama « mentait sciemment » quand il disait cela.

Obama a répondu à la récession persistante à laquelle sa présidence a été confrontée avec ce que l’on a appelé le « Conseil du Président sur l’emploi et la compétitivité », un programme d’infrastructure glorifié. Il a suggéré que tous les projets de son plan de rétablissement étaient « prêts à l’emploi », pour plaisanter quelques jours plus tard en disant qu’il prenait des libertés avec la vérité.


La « décomposition de la vérité » dans une administration Obama était une source d’humour et jamais une suggestion de forces obscures submergeant la république.

Au lieu de répondre pour ces crimes de malhonnêteté, Obama a passé une grande partie de son entretien de 60 minutes à attaquer le président Trump pour avoir osé remettre en question les résultats de l’élection de 2020, suggérant qu’il est à la fois dangereux pour la démocratie américaine et un exercice essentiellement infantile pour assurer l’intégrité et l’exactitude d’une élection fédérale !

« Le président n’aime pas perdre et n’admet jamais de perdre. Je suis plus troublé par le fait que d’autres responsables républicains, qui savent clairement mieux s’acquitter de cette tâche, lui font plaisir de cette façon. C’est une étape de plus dans la délégitimation non seulement de la nouvelle administration Biden, mais, de la démocratie en général. Et c’est une voie dangereuse. »

Il est allé plus loin, suggérant que le président Trump agissait en juvénile, suggérant qu’aucun parent compétent ne tolérerait ce genre de comportement « de la part de nos propres enfants… s’ils perdaient – n’est-ce pas ? Je veux dire, si mes filles, dans une compétition quelconque, faisaient la moue et puis accusaient l’autre partie de tricher quand elles ont perdu, alors qu’il n’y avait aucune preuve de cela, nous les gronderions », a insisté l’expert parental Obama.

Il a ensuite suggéré que le président Trump n’accepterait pas les résultats des élections de 2020 faisait partie de sa psyché globale.

« Je pense qu’il y a eu ce sentiment au cours des dernières années que littéralement tout est permis et justifié pour obtenir le pouvoir. Et ce n’est pas unique aux États-Unis. Il y a des hommes et des dictateurs forts dans le monde qui pensent : « Je peux tout faire pour rester au pouvoir. Je peux tuer des gens. Je peux les jeter en prison. Je peux organiser de fausses élections. Je peux supprimer les journalistes. »

Un tel moment d’hypocrisie abjecte de la part d’un président qui a passé une grande partie de son temps au pouvoir à persécuter des journalistes qui ne voulaient pas tomber à ses pieds dans le culte.

En 2013, Obama a chargé son Département de la Justice de saisir les transcriptions des conversations téléphoniques entre journalistes et rédacteurs en chef selon l’Associated Press. Même l’Union américaine des libertés civiles a proclamé que la surveillance électronique sans mandat sous Obama avait explosé.

Ce président a également ciblé le correspondant de Fox News, James Rosen, avec une surveillance en 2009 lorsque le journaliste a refusé de révéler une source pour un article sur la Corée du Nord. La directrice des communications d’Obama à la Maison-Blanche, Anita Dunn, a décrit Fox News comme l’opposition officielle : « Nous allons les traiter comme nous le ferions pour un adversaire », a-t-elle déclaré au New York Times. « Alors qu’ils mènent une guerre contre Barack Obama et la Maison Blanche, nous n’avons pas besoin de prétendre que c’est ainsi que se comportent les organes de presse légitimes. »

Quant au meurtre de personnes, Obama avait également une certaine expérience à cet égard.

Le 12 décembre 2013, sur ordre d’Obama, un drone aérien américain a envoyé quatre missiles Hellfire pour éliminer un convoi de 11 véhicules en route pour un mariage au Yémen. C’était censé être une action antiterroriste, mais la douzaine de personnes qui ont été tuées n’étaient que des passants innocents, pris entre les mains de mauvais renseignements, selon le libéral Human Rights Watch.

Apparemment, Obama a été le premier à affirmer que « je peux tuer des gens » s’il se sentait justifié.

LES CLIVAGES POLITIQUES QUE 2008 A APPORTÉ

Obama se rapproche peut-être le plus de la vérité (tout en s’en écartant paradoxalement le plus) lorsqu’il est interrogé sur le clivage politique actuel en Amérique qui a déjà entraîné des mois de protestations, d’émeutes et de pillages et qui menace de sombrer dans un état chronique de violence et de désobéissance civile. Obama n’a pas perdu de temps à dépeindre une Amérique sous Trump comme une descente dans la guerre tribale, et l’a dit lors d’un discours devant un public canadien à Montréal en juin 2017.

Dans le « Monde de Barack », vous pouvez être un président noir à deux mandats, tout en agissant comme si vous étiez victime d’un racisme systémique impitoyable.

Lorsqu’on lui a demandé comment il évaluerait les résultats de la récente élection présidentielle, et de la vie politique américaine en général, Obama a répondu : « Eh bien… cela nous dit que nous sommes très divisés. Et comme je l’ai dit, ce ne sont plus seulement les politiciens maintenant. Les électeurs sont divisés. C’est maintenant devenu un concours où les problèmes, les faits, les politiques en soi n’ont pas autant d’importance que l’identité et la volonté de battre l’autre gars ».

Mais Obama a-t-il déjà évalué ses propres contributions à ce grand fossé ? Cela aurait-il pu avoir quelque chose à voir avec huit années de division sous Obama, qui n’a jamais manqué de faire la leçon à ses adversaires comme s’ils étaient des écoliers mal informés ? Au lieu de réfléchir à cette réalité, Obama a continué à projeter ses échecs en tant que président sur les autres. Ses prédécesseurs ont été humbles en reconnaissant leurs échecs. John Kennedy a prononcé un « mea culpa » pour l’échec de l’invasion de Cuba dans la Baie des Cochons. Mais pouvez-vous vous rappeler qu’Obama ait jamais admis avoir commis une erreur ? Au lieu de cela, il préfère affirmer que ses actions et ses politiques n’ont fait qu’édifier, enrichir et éduquer les masses qu’il n’a pas eue à côtoyer depuis des décennies.

Tout cela a été la faute des médias : « Je pense que l’environnement médiatique actuel ajoute beaucoup à cela. Cette démocratie ne fonctionne pas si nous n’avons pas de citoyens informés. Cette démocratie ne fonctionne pas si nous n’avons pas d’élus responsables à d’autres niveaux qui sont prêts à appeler le président quand il ne fait pas quelque chose de bien, appelez-le. »

Pour Obama et les démocrates, cet environnement médiatique a été fortement pollué par des médias conservateurs comme Fox News, un média dont Obama ne s’est jamais lassé de se moquer pendant sa présidence et au-delà. Et, ces « élus responsables » qui n’ont ni la cervelle ni les couilles pour appeler un président imprudent, ils doivent être républicains.

Obama ne révèle rien de nouveau dans son entrevue, mais il confirme quelque chose que nous avons toujours su.

Dans le « Monde de Barack », vous pouvez être un président noir à deux mandats, tout en agissant comme si vous étiez victime d’un racisme systémique impitoyable. Vous pouvez être plus riche que 95% de la population et vivre comme un maharaja tout en croyant que votre pays est essentiellement fébrile et dysfonctionnel. Vous pouvez croire ces choses parce que vous n’êtes pas seulement le centre de votre propre univers, mais le centre de l’univers de chacun, Dieu, la famille, les amis et le reste du monde doivent être oubliés.

Comme nous l’avons vu dans l’extrait ci-dessus, où Obama qualifie essentiellement Trump de phénomène de ressentiment raciste, son livre propose le même discours monotone : Qu’Obama n’a jamais connu d’échec, mais a vu sa carrière politique frustrée par les échecs des autres.


Source: Human Events 

Lot de 2 livres des pauvres victimes milliardaires du racisme américains…


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres

































1scandal.com © elishean/2009-2021