Nouvelle-Calédonie: Les partisans de l’indépendance ne comptent pas abdiquer - 1 Scandal
Politique

Nouvelle-Calédonie: Les partisans de l’indépendance ne comptent pas abdiquer


Au moment où le troisième référendum d’autodétermination vis-à-vis de Paris s’est soldé par un «non», le scrutin était surtout marqué par une très forte abstention, de l’aveu même des médias hexagonaux.

D’autre part, ce que l’establishment élyséen tente de présenter comme une victoire pour la France risque vraisemblablement au contraire de ne faire qu’aggraver la situation, au moment où les partisans de l’indépendance ne prévoient pas de baisser les bras.

Alors que le «non» à l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie, l’a emporté avec 96,49% des voix dimanche dernier, ce qui marquera fermement les esprits – c’est la participation d’à peine 43,88%. A titre de comparaison, 53,3% des votants avaient voté contre l’indépendance en octobre 2020 lors du précédent référendum (avec un taux de participation selon les données officielles de 85,69%).

Le référendum de 2020 avait alors clairement démontré la ligne ferme qui sépare les partisans à l’indépendance (majoritairement représentés par le peuple autochtone et ethniquement majoritaire kanak) et les opposants (majoritairement représentés par les descendants des colons européens et les récents arrivants de la métropole).

Il est également à noter que la très forte abstention du tout récent troisième référendum est due au boycott justement des représentants du peuple de souche kanak, en premier lieu le Front de libération nationale kanak et socialiste (FLNKS) – qui avaient maintes fois appelé au report du référendum.


Dans une lettre du peuple kanak au peuple de France du 23 novembre dernier, le FLNKS et ses alliés avaient explicitement fait valoir leurs positions et en exprimant leur rejet de la politique élyséenne, notamment dans le refus de cette dernière de faire preuve de compassion et de reporter la consultation référendaire alors que se poursuivait la cérémonie de deuil du peuple kanak. Une cérémonie très importante dans la culture et les traditions ancestrales de la population de souche kanak.

Pour les auteurs de cette lettre, il n’y a pas de surprise quant aux agissements de Paris: «Dire que nous sommes surpris serait mentir. Nous nous y attendions. Mais comme toujours, nous espérions.

Nous espérions que le gouvernement français malgré 168 ans de colonisation saurait pour une fois faire preuve d’humanité, de compassion, d’intelligence, de respect, de bon sens. Nous espérions que le gouvernement français agirait dans l’esprit de consensus de l’Accord de Nouméa, dans l’esprit de son préambule. Nous espérions… et nous avions tort».

Pour les représentants du peuple kanak, le gouvernement français se berce également d’illusions:

«Jusqu’à quand le gouvernement français entend-il abuser de la patience du peuple kanak, peuple premier de ce pays, peuple victime de la colonisation française depuis plus d’un siècle et demi? Jusqu’à quand la France pense-t-elle pouvoir bâtir un avenir institutionnel durable pour la Nouvelle-Calédonie en méprisant la parole des représentants politiques et coutumiers du peuple kanak? En feignant ostensiblement d’ignorer la place qui y occupent les cérémonies de deuil et le respect qu’on y doit aux morts? En piétinant les sentiments, la sensibilité, la dignité humaine de tout un peuple?».

En rajoutant «que le gouvernement français pense-t-il sérieusement que le scrutin qu’il entend maintenir le 12 décembre mettra fin à la revendication du peuple kanak, lui ôtera toute légitimité et lui permettra de poursuivre – un siècle encore, un siècle de plus, un siècle de trop – son travail d’assujettissement et de domination ? (…)».

Il faut certainement rappeler que la Nouvelle-Calédonie est à l’instar de nombreux autres pays de la région – un territoire ayant été colonisé par des puissances occidentales, et où la population autochtone a dû subir une répression féroce de longue durée.


Cela sans oublier, à l’instar de ce qui s’est fait dans les colonies britanniques – l’arrivée de nombreux colons européens au passé criminel. En d’autres termes – des bandits tout simplement.


Maintenant et en termes de perspectives, le maintien du scrutin par l’establishment français – le tout en pleine période de la poursuite de la propagation du Covid-19 – alors que Paris avait déjà fait preuve d’extrême fermeté en matière de restrictions ne serait-ce que dans sa partie hexagonale pour moins que cela – devrait surtout être certainement vu comme une opportunité (dans la vision de Paris) d’organiser le vote sans que le peuple kanak puisse s’y exprimer. Et en espérant par la même occasion clore la page des espoirs à l’autodétermination du peuple de souche de la Nouvelle-Calédonie.

Néanmoins et une fois de plus, la stratégie élyséenne risque au contraire de ne pas apporter «le classement de l’affaire» kanak, mais au contraire d’exacerber les sentiments hostiles des Kanak, pouvant aller dans le sens de la radicalisation de la résistance des partisans à l’indépendance de leur terre.

L’histoire de la Nouvelle-Calédonie l’a déjà démontré à plusieurs reprises. Une chose est également assez évidente: le pays grand donneur de leçons à l’échelle planétaire sous couvert «humaniste» a énormément de mal à se débarrasser de sa base purement néocoloniale. Et en ce sens la Nouvelle-Calédonie en représente un énième exemple. Un exemple flagrant.

Les responsables du FLNKS, contactés par Observateur Continental, ont réaffirmé être prêts à poursuivre la recherche de l’indépendance pour leur pays.


Mikhail Gamandiy-Egorov

Observateur Continental


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




1scandal.com © elishean/2009-2021