A ne pas manquerPolitique

Macron est favorable à « une réaction diplomatique forte » face à l’Iran

Le président Macron a reconnu la révolution iranienne et c'est une décision réellement historique.

Les dissidentes iraniennes avaient salué leur rencontre jugée « sans précédent » avec le président français, appelant Paris à prendre des mesures concrètes contre la République islamique.

Emmanuel Macron avait reçu à Paris, en marge du Forum de la paix, quatre militantes iraniennes, dont il avait salué la « révolution qu’elles sont en train de conduire ».

La dissidente irano-américaine Masih Alinejad, à Paris, le 10 novembre 2022.

En 43 ans, depuis la révolution islamique de 1979, pas un dissident iranien n’avait rencontré de président français sous un statut officiel », a indiqué Ladan Boroumand, cofondatrice du groupe de défense des droits de l’Homme basé à Washington, Abdorrahman Boroumand Center.

« C’était sans précédent », a-t-elle estimé. « Ce qui compte, le plus c’est l’impact psychologique de la reconnaissance de la légitimité du combat actuel en Iran. Nous devons pousser le gouvernement à agir ».

Les dissidentes ont présenté une liste de requêtes aux autorités françaises, dont le rappel de l’ambassadeur de France en Iran et la mise en place de sanctions contre les responsables de la répression des manifestations.

Au moins 326 manifestants ont été tués dans la répression du mouvement de contestation qui secoue l’Iran depuis septembre, affirme Iran Human Rights, une ONG basée à Oslo.

Le président français Emmanuel Macron s’est déclaré lundi « favorable » à « une réaction diplomatique forte » face à l’Iran, qu’il a accusé de mener une « répression inédite » depuis le début de « la révolution » enclenchée il y a deux mois.

« Je suis favorable à ce que nous ayons une réaction diplomatique forte et des sanctions sur les personnalités du régime qui ont une responsabilité dans la répression de cette révolution », a déclaré le président dans un entretien réalisé à l’Elysée après sa rencontre avec quatre militantes iraniennes et diffusé sur la radio publique France Inter.

« Nous n’écartons aucune option », a-t-il ajouté, en rappelant que le régime iranien était déjà soumis à de nombreuses sanctions.

La France favorable aux sanctions

Les ministres des Affaires étrangères de l’UE devaient discuter lundi à Bruxelles de nouvelles sanctions, avec l’ajout probable d’une trentaine de noms aux personnes ou entités déjà ciblées par l’UE.

Bruxelles a imposé des sanctions mi-octobre contre la « police des moeurs » iranienne et 11 hauts fonctionnaires.

Emmanuel Macron entend parler « dans les semaines à venir » avec le président Ebrahim Raïssi, après une première rencontre fin septembre en marge de l’Assemblée générale de l’ONU à New York.

Il a en outre jugé que la perspective de relancer l’accord sur le nucléaire iranien était « très fragilisée par la situation intérieure en Iran ». Faute de « nouvelles progressions » attendues, « il nous faut construire un nouveau cadre », selon lui.

Face aux quatre militantes iraniennes reçues à l’Elysée, le président leur a dit « notre admiration, notre respect et notre soutien, car leur combat est celui d’un universalisme de liberté auquel nous croyons ».

L’Iran a fustigé dimanche cette rencontre et dénoncé « une violation flagrante des responsabilités internationales de la France ».


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci


1scandal.com pour une info libre... © elishean/2009-2022

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.