Information

L’UE interdit aux moteurs de recherche et aux plateformes sociales de « reproduire » le contenu des médias russes sanctionnés


Un ordre de censure à grande échelle.

Ils se sont entraînés pour ce jour pendant longtemps, notamment en réprimant la dissidence en ligne pendant les deux années d’enfer du Covid, et maintenant le grand jour est arrivé : autrefois considérée comme un phare de la démocratie, l’UE déploie certains des actes de censure et de suppression de la liberté d’expression et de l’accès à l’information les plus flagrants à ce jour – certainement, du moins, pour une démocratie occidentale.

Google et ses semblables, autrefois considérés comme une entreprise innovante et passionnante qui apportait le savoir aux gens et, ce faisant, ne faisaient pas de mal, seront là pour aider à la réalisation de cet objectif.

Ce qui a poussé la Commission européenne à agir de la sorte, c’est la guerre en Ukraine et le désir de faire taire complètement la partie russe, en empêchant les citoyens vivant dans les pays membres de l’UE de pouvoir voir ou entendre tout contenu autre que celui approuvé et promu par Bruxelles.

La question est de savoir pourquoi cela est nécessaire : l’UE craint-elle vraiment que les citoyens européens croient la Russie? Ou bien cette mesure vise-t-elle à créer un précédent qui pourrait être « utile » dans de nombreuses situations à l’avenir?

On ne peut que spéculer (jusqu’à ce que cela soit interdit par décret, également), mais ce qui est clair, c’est que l’UE a pensé que le prix à payer en recourant à une censure dure et à des tactiques autoritaires et en sapant ainsi les principes mêmes de l’Union était en quelque sorte le prix à payer.

Et c’est ce que l’UE a fait. Après avoir interdit à deux médias russes, RT et Sputnik, d’émettre (ce que RT conteste devant les tribunaux), l’UE s’est adressée à Google pour s’assurer que tout contenu produit par ces médias soit supprimé du moteur de recherche, et que les messages des médias sociaux qui le « reproduisent » soient supprimés.

Lorsque RT et Sputnik ont été interdites, les défenseurs de la liberté d’expression en Europe ont réagi, mais les personnes à l’origine de la décision l’ont vigoureusement défendue, même si elles ont parfois montré à quel point elles étaient conscientes de la façon dont leurs actions étaient perçues, à savoir comme orwelliennes.

Le responsable de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell (qui a été « en feu » ces dernières semaines – il vient de proposer d’imposer des sanctions aux personnes accusées de diffuser de la mésinformation), a déclaré aux membres du Parlement européen que l’UE « n’a pas de ministres de la vérité » et a rejeté les médias russes comme n’étant pas des médias indépendants (comme si tous les médias diffusant dans l’UE étaient « indépendants » et non affiliés à différents États).

Il est allé plus loin en les accusant d’être « les armes du Kremlin ». Dans le même temps, un autre commissaire a révélé que le plan consiste à continuer d’essayer « d’atteindre le peuple russe et de lui fournir des informations (de l’UE) » – ce qui revient à dire que l’UE espère faire exactement ce qu’elle prétend empêcher la Russie de faire.

Il y a un courriel soumis à la base de données Lumen le 4 mars, envoyé par la Commission européenne et contenant une demande de suppression gouvernementale. Citant un règlement précédemment adopté pour interdire RT et Sputnik, la demande indique que l’interdiction que l’UE a l’intention d’imposer doit être « très large et complète. »

Le travail des services de recherche sur Internet comme Google consiste ici à indexer les résultats avec tout contenu possible que l’UE a jugé être de la « mésinformation et de la propagande », ainsi que les sites Web du monde entier, et à les retirer de la liste.

« Il résulte de ce qui précède qu’en vertu du règlement, les fournisseurs de services de recherche sur internet doivent veiller à ce que tout lien vers les sites internet de RT et de Sputnik et tout contenu de RT et de Sputnik, y compris les courtes descriptions textuelles, les éléments visuels et les liens vers les sites internet correspondants, n’apparaissent pas dans les résultats de recherche fournis aux utilisateurs situés dans l’UE », peut-on lire dans l’avis de l’UE envoyé à Google.

En ce qui concerne les médias sociaux, l’UE souhaite que les messages publiés par des personnes qui « reproduisent » le contenu de RT et de Sputnik soient supprimés. Il est fait référence à plusieurs reprises à la « proportionnalité », c’est-à-dire au rapport entre les politiques restrictives et le droit des personnes à la liberté d’expression.

« En vertu de la liberté d’expression, les médias ont le droit de rendre compte objectivement de l’actualité et de se forger une opinion sur celle-ci. La liberté d’expression implique également que les utilisateurs ont le droit de recevoir des informations objectives sur les événements actuels », écrit l’UE, mais ajoute ensuite : « Dans le même temps, le droit à la liberté d’expression peut être restreint pour des intérêts publics légitimes de manière proportionnée. »

En fin de compte, peu de choses ont à voir avec la guerre actuelle dans l’est de l’Europe. Il est plus probable qu’il s’agisse d’un nouveau cas où les autorités utilisent une crise pour faire passer des politiques dangereuses qui, dans des circonstances normales, seraient beaucoup plus contestées.

Et une fois qu’elles savent qu’elles peuvent le faire, il y a un réel danger qu’elles continuent à le faire chaque fois que des voix dissidentes de toutes sortes doivent se taire.

 Reclaim The Net


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci

www.epitalon-sante.com

1scandal.com © elishean/2009-2022

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.