L'OMS utilise OMICRON pour faire pression en faveur d'un «traité mondial sur la pandémie» - 1 Scandal
A ne pas manquer Politique

L’OMS utilise OMICRON pour faire pression en faveur d’un «traité mondial sur la pandémie»


L’Organisation mondiale de la santé (OMS) utilise l’émergence de la variante post-vaccinale omicron du coronavirus de Wuhan (COVID-19) pour faire pression en faveur d’ un « traité de pandémie » mondial.

Mercredi 1er décembre, l’OMS a demandé aux dirigeants mondiaux d’entamer des négociations pour créer un accord international contraignant censé prévenir et traiter les futures pandémies.

La décision de commencer à rédiger un traité mondial sur la pandémie a été annoncée par l’Assemblée mondiale de la santé, un forum organisé par l’organe directeur de l’OMS. La décision a été acceptée par tous les participants de l’assemblée après trois jours de pourparlers.

L’accord a approuvé la création d’un « organe de négociation intergouvernemental » qui rédigera et négociera le libellé final du traité mondial sur la pandémie. Ce traité devra être ratifié par les États membres de l’OMS.

« Je salue la décision que vous avez adoptée aujourd’hui, d’établir un organe de négociation intergouvernemental pour rédiger et négocier une convention, un accord ou un autre instrument international de l’OMS sur la prévention, la préparation et la riposte aux pandémies », a déclaré le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Il a ajouté que les pays s’engageant à négocier un accord mondial « contribueraient à protéger les générations futures des impacts des pandémies ».

Les États membres de l’OMS ont convenu de créer le traité mondial sur la pandémie dans un contexte d’inquiétude internationale croissante concernant la variante post-vaccinale omicron de COVID-19.


Certaines des questions que le traité devrait couvrir incluent le partage des données de recherche et des séquences du génome des virus émergents.

Marc Morano, écrivant pour Climate Depot, a souligné que ce traité sur la pandémie ne sera probablement qu’une « version virale » des « pactes de Paris sur le climat » des Nations Unies et du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat.

« La crise pandémique deviendra permanente tout comme la crise climatique. Les tentatives d’imposer des verrouillages pour les futures variantes de COVID ou les nouveaux virus peuvent être imposées au niveau international au lieu de national, étatique ou local », a écrit Morano.

Il a averti que si les États-Unis ratifiaient un traité international juridiquement contraignant sur la pandémie, « des mandats mondiaux pourraient venir à votre rencontre ».

« Les élections locales cesseront d’avoir de l’importance, car des bureaucrates non élus céderont le vrai pouvoir sur votre vie , votre liberté et votre quête du bonheur », a-t-il déclaré.

Il a averti que la création d’un accord international juridiquement contraignant qui appliquerait les protocoles en cas de pandémie empêcherait les personnes des juridictions locales ou étatiques de tenir leurs représentants élus responsables, car ils seront remplacés par des bureaucrates non élus et non responsables. « Cela doit être arrêté maintenant. »

« Une fois qu’un traité sur la pandémie sera mis en place, les mandats COVID deviendront permanents alors que des responsables d’élite voleront à travers le monde pour discuter de la manière d’écraser davantage la liberté de faire la guerre aux virus », a déclaré Morano.

«Les architectes d’un traité sur la pandémie rechercheront de plus en plus de pouvoir et de contrôle et deviendront une organisation de lobbying intéressée tout en faisant des squats pour prévenir ou atténuer les futurs virus. Un traité pandémique radical de l’OMS pourrait bien être le ticket pour que l’État administratif [rein] les gouverneurs anti-confinement voyous. »


Les États-Unis expriment leur soutien au traité mondial sur la pandémie

Le traité sur la pandémie ne devrait pas être achevé à la satisfaction de la plupart des États membres de l’OMS avant plusieurs années. Mais les États – Unis ont déjà exprimé leur soutien à sa rédaction.

« À maintes reprises, COVID nous a rappelé que cela ne descendra pas facilement et que nous devons agir ensemble », a déclaré Xavier Becerra, secrétaire du ministère de la Santé et des Services sociaux .


« Les États-Unis se sont engagés à travailler avec les États membres pour faire avancer les récentes recommandations du groupe de travail sur la préparation et la réponse », a déclaré l’attachée de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki.

« Cela comprend l’élaboration d’un nouvel accord de convention de l’OMS ou d’un autre instrument international et la conclusion d’accords pour améliorer l’efficacité et l’agilité des réglementations sanitaires internationales. »

Un bloc de nations dirigé par les États-Unis s’est initialement opposé à l’inclusion d’une langue dans le futur traité sur la pandémie qui aurait rendu le traité juridiquement contraignant. Mais la Maison Blanche a publié plus tard une déclaration soutenant le premier projet de résolution négocié par l’Assemblée mondiale de la santé .

L’organisme international formé pour négocier le traité tiendra sa première réunion au plus tard le 1er mars 2022.

L’ordre du jour de cette réunion sera de convenir des délais concernant la rédaction du traité. La deuxième réunion aura lieu au plus tard le 1er août 2022. L’ordre du jour de cette deuxième réunion sera de discuter des progrès réalisés sur une ébauche du traité.


Entre ces réunions officielles, l’OMS et les négociations des traités tiendront des audiences publiques pour informer le public de ses décisions. Un rapport d’étape sera officiellement remis à la 76e Assemblée mondiale de la santé en 2023. L’accord final sera soumis à la 77e Assemblée mondiale de la santé en 2024 pour examen.

Les sources comprennent :
ClimateDepot.com
Reuters.com
VOANews.com
BMJ.com


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




1scandal.com © elishean/2009-2021