Biotechnologie & Santé

L’OMS est sur le point de décider si la variole du singe est devenue une « urgence de santé publique mondiale »

Nous avons vu que la Variole du Singe est clairement une maladie « gay. Comment peut-elle devenir une « urgence de santé publique mondiale »?

Pourtant :

L’Organisation mondiale de la santé a annoncé mercredi qu’elle allait réunir à nouveau ses experts de la variole du singe pour décider si l’épidémie, qui s’aggrave, constitue désormais une urgence de santé publique mondiale – le niveau d’alerte le plus élevé.

Le larbin de Bill Gates s’explique :

Le directeur général de l’agence sanitaire des Nations unies, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré qu’il organiserait une deuxième réunion du comité d’urgence sur la variole du singe, dont plus de 6 000 cas ont été confirmés dans 58 pays.

Une recrudescence des infections par le virus de la variole du singe a été signalée depuis le début du mois de mai en dehors des pays d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale où la maladie est endémique depuis longtemps.

« Je reste préoccupé par l’ampleur et la propagation du virus », a déclaré M. Tedros lors d’une conférence de presse depuis le siège de l’OMS à Genève.

« Les tests restent un défi et il est très probable qu’un nombre important de cas ne sont pas détectés. »

Le 23 juin, l’OMS a réuni un comité d’urgence composé d’experts pour décider si la variole du singe constitue une « urgence de santé publique de portée internationale » (PHEIC) – l’alarme la plus élevée que l’OMS puisse lancer.

Mais une majorité d’entre eux a estimé que la situation n’avait pas encore franchi ce seuil.

Épicentre de l’Europe

« Mes équipes suivent les données. Je prévois de réunir à nouveau le comité d’urgence afin qu’ils soient informés de l’épidémiologie actuelle et de l’évolution de l’épidémie de variole du singe, ainsi que de la mise en œuvre de contre-mesures », a déclaré Tedros.

« Je les réunirai dans la semaine du 18 juillet ou plus tôt si nécessaire. »

Le comité d’urgence de l’OMS sur la variole, composé de 16 membres, est présidé par Jean-Marie Okwo-Bele, de la République démocratique du Congo, qui est un ancien directeur du département Vaccins et vaccination de l’OMS.

Six déclarations de PHEIC ont été faites depuis 2009, la dernière étant pour COVID-19 en 2020, mais la lenteur de la réponse mondiale à la sonnette d’alarme continue de faire grincer des dents au siège de l’OMS.

Une PHEIC a été déclarée après une troisième réunion du comité d’urgence le 30 janvier de cette année-là. Mais ce n’est qu’après le 11 mars, lorsque Tedros a qualifié de pandémie l’aggravation rapide de la situation, que de nombreux pays ont semblé prendre conscience du danger.

M. Tedros a déclaré que l’Europe était actuellement l’épicentre de l’épidémie, enregistrant plus de 80 % des cas de variole du singe dans le monde cette année.

En Afrique, des cas apparaissent dans des pays qui n’avaient pas été touchés auparavant et des nombres records sont enregistrés dans des endroits qui avaient déjà connu la variole du singe, a-t-il ajouté.

Les vaccins sont rares

Selon l’OMS, la plupart des infections par le virus de la variole du singe ont été observées jusqu’à présent chez des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, jeunes et vivant principalement dans des zones urbaines.

Les premiers symptômes normaux de la variole du singe sont une forte fièvre, des ganglions lymphatiques enflés et une éruption cutanée vésiculeuse semblable à celle de la varicelle.

Les premiers cas de l’épidémie n’avaient aucun lien épidémiologique avec les zones qui ont historiquement signalé la variole du singe, ce qui laisse penser qu’une transmission non détectée pourrait avoir eu lieu pendant un certain temps.

M. Tedros a félicité les personnes qui ont partagé des vidéos sur les médias sociaux pour parler de leurs symptômes et de leurs expériences avec la variole du singe.

« C’est une façon positive de briser la stigmatisation d’un virus qui peut toucher n’importe qui », a-t-il déclaré.

Le plan actuel de l’OMS pour contenir la propagation est axé sur la sensibilisation des groupes de population touchés (LGBTQ) et l’encouragement de comportements sûrs et de mesures de protection.

« L’OMS travaille avec les pays et les fabricants de vaccins pour coordonner le partage des vaccins, qui sont actuellement rares et doivent être accessibles aux personnes les plus à risque », a déclaré M. Tedros.

D’après un article de ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci


1scandal.com pour une info libre... © elishean/2009-2022

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.