L'OMS confirme: le test PCR Covid-19 est défectueux et les estimations de « cas positifs » n'ont pas de sens - Scandal
A ne pas manquer Biotechnologie & Santé

L’OMS confirme: le test PCR Covid-19 est défectueux et les estimations de « cas positifs » n’ont pas de sens


Le test de réaction en chaîne de la polymérase par transcription inverse en temps réel (rRT-PCR) a été adopté par l’OMS le 23 janvier 2020 comme moyen de détection du virus du SRAS-COV-2, suite aux recommandations d’un groupe de recherche en virologie (basé à l’hôpital universitaire de la Charité à Berlin), soutenu par la Fondation Bill et Melinda Gates.

(Pour plus de détails, voir l’ étude Drosten )

Exactement un an plus tard, le 20 janvier 2021, l’OMS se rétracte. Elle ne dit pas “Nous avons fait une erreur”. La rétractation est soigneusement formulée.

(Voir le document original de l’OMS ici ainsi qu’en annexe)

Bien que l’OMS ne nie pas la validité de ses directives trompeuses de janvier 2020, elle recommande néanmoins de “refaire des tests” (ce que tout le monde sait être impossible).

Le point litigieux concerne le nombre de cycles de seuil d’amplification (Ct).


Selon Pieter Borger, et al : Le nombre de cycles d’amplification [devrait être] inférieur à 35 ; de préférence 25-30 cycles. Dans le cas de la détection de virus, un nombre de cycles supérieur à 35 ne permet de détecter que des signaux qui ne correspondent pas à un virus infectieux tel que déterminé par l’isolement en culture cellulaire… (Critique de l’étude Drosten )

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) admet tacitement un an plus tard que TOUS les tests PCR effectués à un seuil d’amplification (Ct) de 35 cycles ou plus sont INVALIDES.

C’est pourtant ce qu’ils ont recommandé en janvier 2020, en consultation avec l’équipe de virologie de l’hôpital Charité de Berlin.

Si le test est effectué à un seuil de 35 Ct ou plus (ce qui a été recommandé par l’OMS), des segments du virus SRAS-CoV-2 ne peuvent pas être détectés, ce qui signifie que TOUS les soi-disant “cas positifs” confirmés comptabilisés au cours des 14 derniers mois sont invalides.

Selon Pieter Borger, Bobby Rajesh Malhotra, Michael Yeadon, et al, le Ct > 35 a été la norme “dans la plupart des laboratoires en Europe et aux Etats-Unis”.


Le Mea Culpa de l’OMS

Vous trouverez ci-dessous la “rétractation” soigneusement formulée par l’OMS. Le texte complet avec lien vers le document original est en annexe :

Directives de l’OMS  Les tests de diagnostic pour le SRAS-CoV-2  indique qu’il faut interpréter avec prudence les résultats faiblement positifs (1). Le seuil de cycle (Ct) nécessaire pour détecter le virus est inversement proportionnel à la charge virale du patient. Lorsque les résultats du test ne correspondent pas à la présentation clinique, un nouvel échantillon doit être prélevé et testé à nouveau en utilisant la même technologie NAT ou une technologie différente. (c’est nous qui soulignons)

L’OMS rappelle aux utilisateurs de DIV que la prévalence de la maladie modifie la valeur prédictive des résultats des tests ; plus la prévalence de la maladie diminue, plus le risque de faux positif augmente (2). Cela signifie que la probabilité qu’une personne ayant un résultat positif (SRAS-CoV-2 détecté) soit réellement infectée par le SRAS-CoV-2 diminue à mesure que la prévalence diminue, quelle que soit la spécificité revendiquée.

Le concept sous-jacent est celui des “résultats positifs invalides”.

Il ne s’agit pas ici d’un problème de “Positifs faibles” et de “Risque d’augmentation des faux positifs“. Ce qui est en jeu, c’est une “méthodologie défectueuse” qui conduit à des estimations non valides.

Ce que cet aveu de l’OMS confirme, c’est que l’estimation du nombre de covidés positifs à partir d’un test PCR (avec un seuil d’amplification de 35 cycles ou plus) n’est pas valide.

Dans ce cas, l’OMS recommande de refaire un test : “un nouveau spécimen devrait être prélevé et retesté…”.

L’OMS préconise le “retester“, ce qui équivaut à “nous avons foiré“.

Cette recommandation est pro-forma. Elle n’aura pas lieu. Des millions de personnes dans le monde ont déjà été testées, à partir de début février 2020. Néanmoins, nous devons conclure qu’à moins de procéder à un nouveau test, ces estimations (selon l’OMS) ne sont pas valables.

Je dois mentionner qu’il existe plusieurs autres défauts liés au test PCR qui ne sont pas abordés dans cet article. (Voir le livre électronique de Michel Chossudovsky :   The 2020 Worldwide Corona Crisis: Destroying Civil Society, Engineered Economic Depression, Global Coup d’État and the « Great Reset »  (Chapitre III)

Dès le départ, le test PCR a été systématiquement appliqué à un seuil d’amplification Ct de 35 ou plus, conformément aux recommandations de l’OMS de janvier 2020. Cela signifie que la méthodologie PCR telle qu’elle est appliquée dans le monde entier a conduit, au cours des 12 à 14 derniers mois, à la compilation de statistiques Covid erronées et trompeuses.

Et ce sont ces statistiques qui sont utilisées pour mesurer la progression de la soi-disant “pandémie”.


Au-delà d’un cycle d’amplification de 35 ou plus, le test ne détecte pas de fragments du virus. Par conséquent, les “chiffres covid” officiels n’ont aucun sens.

Il s’ensuit qu’il n’y a aucune base scientifique pour confirmer l’existence d’une pandémie.

Ce qui signifie que les mesures de confinement et les mesures économiques qui ont entraîné une panique sociale, une pauvreté et un chômage de masse (prétendument pour freiner la propagation du virus) n’ont aucune justification.

Selon l’opinion scientifique :

“si une personne est testée par PCR comme étant positive lorsqu’un seuil de 35 cycles ou plus est utilisé (comme c’est le cas dans la plupart des laboratoires en Europe et aux Etats-Unis), la probabilité que ladite personne soit réellement infectée est inférieure à 3%, la probabilité que ledit résultat soit un faux positif est de 97% ( (Pieter Borger, Bobby Rajesh Malhotra, Michael Yeadon, Clare Craig, Kevin McKernan, et al, Critique of Drosten Study )

Comme indiqué ci-dessus, “la probabilité que ledit résultat soit un faux positif est de 97%” : Il s’ensuit que l’utilisation de la détection >35 cycles contribuera de manière indélébile à “augmenter” le nombre de “faux positifs”.

À l’heure où nous écrivons ces lignes (mi-mars 2021), malgré la rétractation de l’OMS, le test PCT est largement utilisé pour faire grimper les chiffres en vue de maintenir la campagne de peur, de justifier les politiques de confinement en cours ainsi que la mise en œuvre du vaccin Covid.

Ironiquement, les chiffres erronés basés sur les “positifs non valides” sont à leur tour manipulés pour assurer une tendance à la hausse des positifs au Covid.

De plus, ces tests PCR ne sont pas systématiquement accompagnés d’un diagnostic médical des patients testés. Et maintenant, les autorités sanitaires nationales ont lancé de (fausses) mises en garde contre une “troisième vague” dans le cadre de leur campagne de propagande en faveur du vaccin Covid-19.

L’OMS confirme que la procédure de test PCR Covid telle qu’elle est appliquée n’est pas valable. Il n’y a absolument aucune base scientifique pour la mise en œuvre du vaccin Covid.

Tant l’OMS que l’évaluation scientifique de Pieter Borger et al (citée ci-dessus) confirment sans équivoque que les tests adoptés par les gouvernements pour justifier le verrouillage et la déstabilisation des économies nationales sont INVALIDES.

Données invalides et jeu des chiffres

Il faut comprendre que ces “estimations invalides” sont les “chiffres” cités sans relâche 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 par les médias au cours de la “première vague” et de la “deuxième vague”, qui ont été utilisés pour alimenter la campagne de peur et “justifier” TOUTES les politiques mises en place par les gouvernements :

verrouillage,
fermeture de l’activité économique,
pauvreté et chômage de masse,
faillites
éloignement social,
masque facial,
couvre-feu,
le vaccin.
le passeport santé
Données non valables. Réfléchissez-y à deux fois avant de vous faire vacciner

Et maintenant, nous sommes entrés dans une soi-disant “troisième vague”. (Mais où sont les données ??)

C’est un “paquet de mensonges” complexe.

C’est un crime contre l’humanité.


Source


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres

































1scandal.com © elishean/2009-2021