Politique

L’Iran l’a dans le baba…! Le Liban se libère et donne un double coup dur à Téhéran

Il y a seulement quelques semaines, les élections générales au Liban ont fait les gros titres des médias officiels de Téhéran.

Le « Guide suprême » Ali Khamenei avait qualifié l’élection de « référendum sur le Front de la résistance », une coalition de groupes contrôlés par l’Iran qui ont pris racine en Irak, en Syrie, au nord du Yémen, à Gaza et au Liban. Il avait également publiquement fait don de 25 millions de dollars supplémentaires à la branche libanaise du Hezbollah pour assurer sa victoire.

Certains d’obtenir une « victoire écrasante », en partie grâce au boycott malavisé déclaré par l’ancien Premier ministre libanais Saad Hariri, les médias de Téhéran avaient lancé des spéculations sur le choix de Khamenei comme prochain président si le Liban devait remplacer l’actuel octogénaire sortant. La question avait été soulevée lors de l’audience que Khamenei a accordée au président syrien Bachar al-Assad lors d’une visite éclair à Téhéran.

Au même moment, le général de division Esmail Qaani, chef de la Force Al-Qods censée gouverner les pays du « Front de résistance » en tant que satrape, avait placé ses espoirs dans une victoire au Liban pour compenser la défaite massive subie par ses mercenaires en l’élection irakienne plus tôt.

Cependant, lorsque les résultats officiels sont arrivés, Khamenei et Qaani ont réalisé que l’électorat libanais, ou du moins les 49 % qui se sont rendus aux urnes, avait refusé à Téhéran la « victoire écrasante » qu’il avait espérée.


Cela signifiait un double coup dur dans deux des quatre capitales arabes dont l’ayatollah Ali Yunesi se vante d’être désormais sous le contrôle de Téhéran ; les autres étant Sanaa et Damas.

La question était de savoir comment annoncer la mauvaise nouvelle au public iranien qui est actuellement engagé dans un soulèvement national contre le système khomeiniste?

L’agence officielle iranienne IRNA, contrôlée par le bureau du président, a décidé de décrire la défaite comme un échec pour les alliés chrétiens et druzes du Hezbollah plutôt que pour le groupe lui-même.

Malgré le fait que le taux de participation des chiites était inférieur de 11 % à la moyenne des deux élections précédentes, l’IRNA s’est vanté que le vote chiite s’est tenu à la fois pour le Hezbollah et pour Amal.


Inutile de préciser que le revers subi par le Hezbollah dans le sud, traditionnellement fief chiite, n’a pas été évoqué.

L’agence de presse Fars, contrôlée par le Corps des gardiens de la révolution islamique, a en revanche tenté de noyer le poisson, comme on dit, en le rétrogradant à la 13e place de son menu d’actualités. Même alors, il donnait les résultats circonscription par circonscription, laissant au lecteur, s’il était patient et bon en maths, le soin de déterminer lui-même le résultat final.

Donnant un aperçu de la colère de Téhéran, il a également noté que si une nouvelle majorité au parlement libanais pouvait être tolérée, elle ne serait pas autorisée à changer de politique envers Israël ou les États-Unis.

Une menace d’assassinat contre la nouvelle majorité au parlement libanais? Qui sait.

Ce qui est certain, c’est qu’une majorité de Libanais politiquement actifs cherchent un nouveau départ pour le pays.

Il est également certain que le Hezbollah et ses alliés ont été ensanglantés mais, grâce au soutien constant de la République islamique d’Iran, restent insoumis.

Alors que l’Iran lui-même entre dans ce qui ressemble à une nouvelle période de tension et de crise, ce soutien est appelé à diminuer mais il est peu probable qu’il s’évapore du jour au lendemain.

Le Hezbollah n’a peut-être plus de droit de veto sur toutes les questions clés, mais conserve suffisamment de pouvoir pour retarder et bloquer de manière significative la voie à la reconstruction de l’économie et du système politique libanais.

Le blocage en tant que tactique est déjà utilisé par les groupes pro-Téhéran vaincus en Irak, retardant le retour à une gouvernance normale, sans parler de se lancer dans des réformes attendues depuis longtemps.

En d’autres termes, le Liban n’est pas encore sorti du labyrinthe meurtrier créé pour lui par la République islamique et ses alliés.

Des tactiques dilatoires pourraient empêcher la nomination d’un nouveau Premier ministre et, plus tard, d’un nouveau président. Et cela, à son tour, empêcherait l’injection de l’aide promise par le Fonds monétaire international, sans parler des investisseurs privés libanais et étrangers.

La façon de gérer une telle tactique dilatoire pourrait être un appel direct à la communauté chiite qui souffre également de l’effondrement économique causé par l’intervention étrangère. De nombreux messages directs et indirects de chiites à l’intérieur du Liban indiquent une lassitude croissante face à un schéma qui ne voit dans le pays, selon les mots du quotidien Kayhan de Téhéran , qu’un « bouclier pour la République islamique » d’Iran.

De larges pans de la communauté chiite ont vu fondre la prospérité qu’ils avaient acquise depuis les années 1980 en raison de la crise économique qui a plongé 70 % des Libanais dans la pauvreté.

Les résultats des élections sont une bonne nouvelle pour plusieurs raisons.

Ils clôturent le triste chapitre de Michel Aoun et voient aussi le dos de Saad Hariri, qui s’est autodétruit. Le président du Parlement inamovible Nabih Berri pourrait également être devenu mobile, sinon immédiatement mais en temps voulu. Le fait que 13 à 16 nouveaux venus, se présentant comme des indépendants, aient réussi à pénétrer dans la citadelle fermée d’un parlement contrôlé par une poignée de barons corrompus et incompétents est aussi une bonne nouvelle.

Ce qui importe maintenant, c’est que la communauté internationale offre au Liban un ensemble d’aides rapides en récompense d’avoir opté pour le changement.

En d’autres termes, la communauté internationale ne devrait pas entrer dans un tango dilatoire dans lequel le Hezbollah retarde la formation d’un gouvernement et le FMI retarde l’émission de chèques. Il en va de même pour les autres investisseurs étrangers potentiels. Conditionner leur aide à la relégation du Hezbollah dans l’arrière-cour ne ferait que jouer entre les mains de Téhéran, qui prétend que le Liban ne peut pas avancer sans le Hezbollah.

Il est peu probable que le Hezbollah arrache le contrôle de nombreuses institutions de l’État, y compris la sécurité, du jour au lendemain. Et dissoudre l’armée parallèle du Hezbollah serait encore plus compliqué à réaliser.

Accorder au Liban un soulagement urgent de ses douleurs actuelles enverrait un message positif selon lequel même un léger éloignement du Hezbollah du contrôle total pourrait porter ses fruits pour le Libanais moyen. Cela, à son tour, renforcerait le message selon lequel le Liban pourrait mieux faire sans un cheval de Troie politico-militaire en son sein.

Il ne fait aucun doute que le Hezbollah est une maladie et la principale cause du triste état du Liban aujourd’hui. Mais c’est une maladie qui ne peut pas être guérie par une intervention chirurgicale instantanée ; cela nécessite un traitement patient. La dernière élection pourrait marquer le début de ce processus qui ne manquera pas d’être accéléré par des développements positifs en Irak et, à terme, en Iran même.

Amir Taheri pour Gatestone Institute

Amir Taheri a été rédacteur en chef exécutif du quotidien Kayhan en Iran de 1972 à 1979. Il a travaillé ou écrit pour d’innombrables publications, publié onze livres et est chroniqueur pour Asharq Al-Awsat depuis 1987.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci


1scandal.com © elishean/2009-2022

Articles connexes