L'Iran est à 10 semaines de sortir l'arme nucléaire - Scandal
Politique

L’Iran est à 10 semaines de sortir l’arme nucléaire


“Israël avait prévenu les États-Unis que l’Iran profiterait d’une pause dans les négociations du JCPOA pour faire avancer son programme nucléaire.” Benny Gantz

Téhéran sera en mesure de se doter d’une arme nucléaire d’ici 10 semaines, a déclaré mercredi le ministre de la Défense, Benny Gantz, aux diplomates des États membres du Conseil de sécurité de l’ONU, alors que les tensions s’intensifient entre l’Iran et la communauté internationale au sujet de ses attaques maritimes.

“L’Iran a violé toutes les directives fixées dans le JCPOA [accord nucléaire] et n’est qu’à une dizaine de semaines de l’acquisition de matériaux de qualité militaire nécessaires à la fabrication d’une arme nucléaire”, a averti M. Gantz.

“C’est pourquoi, a-t-il ajouté, il est temps d’agir. Le monde doit appliquer des sanctions économiques et prendre des mesures opérationnelles contre le Corps des gardiens de la révolution iranienne”, qui a pris pour cible des navires de transport maritime.

Ces dernières semaines, de hauts responsables israéliens, dont le Premier ministre Naftali Bennett, le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid et Gantz, ont fait part aux États-Unis et à d’autres pays de leur inquiétude de voir l’Iran profiter d’une longue pause dans les négociations pour revenir sur le Plan d’action global conjoint de 2015 et faire progresser de façon spectaculaire son programme nucléaire.

Les pourparlers sont suspendus depuis juin, et le régime de Téhéran affirme qu’ils ne reprendront pas, au moins jusqu’à ce que son nouveau président, Ebrahim Raisi, forme un nouveau gouvernement plus tard ce mois-ci.

Les remarques de M. Gantz ont été faites lors d’une présentation avec M. Lapid aux diplomates des États membres du Conseil de sécurité des Nations unies mercredi, dans le cadre d’une pression exercée par Israël pour que le Conseil de sécurité des Nations unies sanctionne l’Iran pour ses attaques maritimes, notamment contre le navire Mercer Street, qui est géré par une société israélienne, et l’Asphalt Princess dans le Golfe la semaine dernière.

Ces attaques ne visent pas seulement Israël, mais le monde entier, et le monde doit donc réagir de manière unie pour faire en sorte que l’Iran assume la responsabilité de son agression, tel était le message des ministres de premier plan. Ils ont toutefois indiqué aux ambassadeurs qu’Israël conserverait sa liberté d’action contre l’Iran en réponse à toute attaque ou menace contre ses citoyens.

Les membres du Conseil de sécurité ayant une représentation en Israël sont les États-Unis, le Royaume-Uni, la France, la Russie, la Chine, l’Inde, l’Irlande, le Kenya, le Mexique, la Norvège et le Vietnam. Saint-Vincent-et-les-Grenadines n’a pas d’ambassade en Israël, et l’État juif n’a pas de relations diplomatiques avec le Niger et la Tunisie.


En janvier, la situation au sein du Conseil de sécurité des Nations unies sera plus favorable à Israël, car tous les membres qui n’ont pas de liens diplomatiques avec Jérusalem quitteront le Conseil et seront remplacés par des pays qui en ont.

En début de semaine, Israël a présenté des renseignements aux États-Unis, ainsi qu’au Royaume-Uni et à la Roumanie, un citoyen de chacun de ces pays ayant été tué dans l’attaque de drone de vendredi. Les trois pays se sont dits convaincus que l’Iran était derrière le bombardement de Mercer Street et ont déclaré qu’ils coordonneraient une réponse.

Le porte-parole du département d’État américain, Ned Price, a déclaré que son pays travaillait avec la Grande-Bretagne pour convoquer une réunion du CSNU sur la question.

Les États-Unis et la Grande-Bretagne font partie des cinq des 15 membres du Conseil de sécurité des Nations unies qui disposent d’un droit de veto, avec la France, la Russie et la Chine. Toute action du CSNU contre l’Iran nécessiterait le soutien de la Russie et de la Chine, qui se sont souvent opposées à de telles mesures par le passé.


M. Price a déclaré que le secrétaire d’État américain Antony Blinken travaillait en étroite collaboration avec la Grande-Bretagne, la Roumanie et d’autres alliés sur les “prochaines étapes diplomatiques” pour assurer la sécurité maritime et la liberté de navigation.

M. Blinken s’est également entretenu de ces efforts avec le ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab.

M. Raab a tweeté après cette conversation qu’ils avaient parlé de la “nécessité pour l’Iran de mettre fin à son comportement déstabilisateur”. Il a ajouté : “Nous continuons à travailler ensemble pour protéger la paix et la sécurité internationales”.

L’ambassadeur aux États-Unis et aux Nations unies, Gilad Erdan, a souligné le développement de la technologie des drones par l’IRGC dans une lettre adressée au Conseil mardi.

“Le Conseil de sécurité doit prendre toutes les mesures nécessaires pour tenir le régime iranien pleinement responsable de ses violations flagrantes, répétées et illimitées du droit international”, a écrit M. Erdan.

Il s’est exprimé après qu’Israël et les États-Unis ont accusé l’Iran d’être à l’origine de l’attaque de drone perpétrée vendredi contre le Mercer Street, un pétrolier de produits pétroliers battant pavillon libérien et géré par la société israélienne Zodiac Maritime Ltd. Le capitaine roumain et un membre d’équipage britannique ont été tués.


La Grande-Bretagne, la Roumanie et le Libéria ont également adressé des lettres au Conseil de sécurité des Nations unies indiquant qu’il était “très probable” que l’Iran ait utilisé un ou plusieurs drones pour attaquer le navire alors qu’il se trouvait au large des côtes d’Oman.

“Cette attaque a perturbé et posé un risque pour la sûreté et la sécurité de la navigation internationale et constitue une violation manifeste du droit international”, ont déclaré ces pays.

“Cet acte doit être condamné par la communauté internationale”, ont-ils ajouté.

LES DIPLOMATES ont indiqué que la Grande-Bretagne devrait soulever la question lors d’une réunion à huis clos du Conseil de sécurité dans les prochains jours. Par coïncidence, le Conseil doit également discuter de la sécurité maritime lors d’une réunion publique lundi, présidée par le Premier ministre indien Narendra Modi. L’Inde est le président du Conseil pour le mois d’août.

Les pays se sont exprimés alors que des forces soutenues par l’Iran auraient saisi un pétrolier dans le Golfe, au large des Émirats arabes unis.

Deux sources ont identifié le navire comme étant le pétrolier Asphalt Princess, battant pavillon panaméen, qui aurait été saisi dans une zone de la mer d’Oman menant au détroit d’Ormuz, par lequel transitent environ un cinquième des exportations mondiales de pétrole par voie maritime.
L’Iran a rejeté les deux allégations maritimes.

Dans sa lettre, M. Erdan a déclaré au Conseil de sécurité des Nations unies que “les actions effrontées et meurtrières répétées de l’Iran – qui constituent de graves violations de la Charte des Nations unies et, plus généralement, du droit international – ne servent pas seulement à menacer la sécurité du transport maritime et de la navigation internationale et à perturber le commerce international, mais aussi à déstabiliser davantage une région extrêmement instable.

“Le Conseil de sécurité ne doit pas rester les bras croisés face à ces violations commises par l’Iran ou par les organisations terroristes de la région qui lui servent de mandataires”, a-t-il déclaré.

Il a souligné les attaques maritimes iraniennes de cette année, notamment contre les navires israéliens Helios Ray en février et Hyperion Ray en avril. Le CSAV Tyndall, qui appartenait auparavant à un Israélien, a été attaqué en juin.

Le ministre saoudien des affaires étrangères a déclaré mardi qu’il voyait un Iran enhardi agir de manière négative au Moyen-Orient, mettant en danger la navigation, armant les Houthis du Yémen et contribuant à l’impasse politique au Liban.

“Dans toute la région, l’Iran continue de s’enhardir”, a déclaré le prince Faisal bin Farhan Al Saud lors d’une conférence virtuelle du Forum sur la sécurité d’Aspen mardi, faisant allusion aux informations selon lesquelles des forces soutenues par l’Iran ont saisi un pétrolier au large des côtes des Émirats arabes unis.

“L’Iran est extrêmement actif dans la région avec ses activités négatives, qu’il s’agisse de continuer à fournir des armes aux Houthis ou de mettre en danger la navigation dans le golfe Persique, dont les rapports qui nous parviennent aujourd’hui pourraient indiquer une activité supplémentaire à cet endroit”, a-t-il déclaré.

Il a également réitéré la position de Riyad selon laquelle il pourrait s’accommoder d’une version “plus longue et plus forte” de l’accord nucléaire conclu par l’Iran avec les puissances mondiales en 2015, à condition que cet accord garantisse que Téhéran n’obtienne jamais le savoir-faire en matière d’armes nucléaires.

“Nous soutenons certainement un accord avec l’Iran tant que cet accord garantit que l’Iran n’aura pas maintenant ou jamais accès à la technologie des armes nucléaires”, a-t-il déclaré, affirmant que Riyad accueillerait favorablement un Iran qui contribue à la stabilité et à la prospérité régionales.

“Mais cela exigerait que (l’Iran) s’engage dans la région en tant qu’acteur étatique de manière normale…, qu’il ne soutienne pas les milices, qu’il n’envoie pas d’armes aux groupes armés et, surtout, qu’il renonce à un programme nucléaire qui pourrait être utilisé… pour développer des armes nucléaires.”

Les États-Unis et l’Iran se sont engagés dans des négociations indirectes cette année pour revenir à l’accord nucléaire de 2015, dont les limitations sur l’enrichissement de l’uranium expireraient en 2030 et qui ne traite pas de la guerre par procuration ou d’autres comportements malveillants de l’Iran au Moyen-Orient.

Reuters a contribué à ce rapport.


Source


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres

































1scandal.com © elishean/2009-2021