L’immunologiste J. Bart Classen prévient sur un possible tsunami de lésions neurologiques - Scandal
A ne pas manquer Biotechnologie & Santé

L’immunologiste J. Bart Classen prévient sur un possible tsunami de lésions neurologiques


Un scientifique tire la sonnette d’alarme : Les vaccins COVID provoquent les symptômes de la maladie de Parkinson et d’autres troubles neurodégénératifs.

L’immunologiste et ancien scientifique des NIH J. Bart Classen a analysé les données sur les effets indésirables du vaccin COVID signalés au système britannique Yellow Card et a trouvé des milliers de rapports de symptômes multiples qui sont des « signaux clairs » de troubles neurodégénératifs.

Alors que s’accumulent les cas (445 au 9 juillet) de syndrome de Guillain-Barré, une maladie neurologique apparemment « rare », chez des personnes ayant reçu un vaccin COVID – ce qui a contraint la Food and Drug Administration (FDA) américaine, peu enthousiaste, à ajouter une étiquette d’avertissement sur le vaccin de Johnson & Johnson (J&J) – les scientifiques lancent des avertissements urgents sur un possible tsunami d’autres types de lésions neurologiques.

L’immunologiste J. Bart Classen, ancien chercheur sous contrat avec les National Institutes of Health (NIH) et propriétaire de Classen Immunotherapies, une société de biotechnologie du Maryland, a publié en février un article soulignant le potentiel des vaccins COVID à ARN messager (ARNm) à déclencher le développement de maladies à prions ainsi que d’autres maladies chroniques.

Les maladies à prions ou « de type prion » comprennent notamment les maladies d’Alzheimer, de Parkinson, la sclérose latérale amyotrophique (SLA) et l’atrophie systémique multiple (ASM). L’une des caractéristiques de ces maladies neurodégénératives est la formation et le regroupement de protéines mal repliées dans le système nerveux.


Les conclusions de Classen en février étaient basées sur l’analyse de l’ARN de l’injection de Pfizer.

Aujourd’hui, M. Classen a publié un deuxième article sur les risques liés aux maladies à prions, qui s’appuie sur des données réelles d’événements indésirables survenus au Royaume-Uni après la vaccination avec les vaccins COVID AstraZeneca ou Pfizer.

Ces données montrent que le risque d’effets indésirables neurodégénératifs est loin d’être théorique. En fait, le vaccin d’AstraZeneca produit déjà un signal de sécurité pour la maladie de Parkinson, et le vaccin de Pfizer n’est peut-être pas loin derrière.

Un signal clair

L’analyse de Classen porte sur environ six mois de données (jusqu’à la mi-juin 2021) pour deux des injections expérimentales de COVID actuellement autorisées au Royaume-Uni – le vaccin Oxford-AstraZeneca qui utilise des adénovirus génétiquement modifiés et le vaccin Pfizer-BioNTech qui repose sur un ARNm synthétique encapsulé dans un lipide. (En raison de données insuffisantes, Classen n’a pas été en mesure d’inclure le vaccin Moderna).


Le système de notification des événements indésirables Yellow Card du gouvernement britannique organise les données par système organique et par symptôme ou maladie.

Bien que les deux vaccins visent à stimuler la production de la protéine de pointe du coronavirus et des anticorps associés chez le receveur, les deux injections sont « assez différentes dans leur composition », selon le Dr Classen.

Cela pourrait expliquer la première constatation surprenante faite par M. Classen en examinant les données sur les effets indésirables : Jusqu’à présent, le Royaume-Uni a enregistré 3,55 fois plus d’effets indésirables pour l’injection d’AstraZeneca que pour celle de Pfizer (745 965 contre 210 168). Chaque déclaration d’AstraZeneca décrit en moyenne 3,63 réactions indésirables contre 2,84 réactions, en moyenne, pour chaque déclaration de Pfizer.

Ce schéma général est également valable pour les « troubles nerveux », avec 4,14 fois plus de réactions de ce type signalées pour l’injection d’AstraZeneca que pour celle de Pfizer (statistiquement significatif au niveau p=0,00001).

Dans la catégorie « Troubles nerveux », les réactions à la maladie de Parkinson affichent une « augmentation hautement significative et spécifique … dans les rapports d’AstraZeneca par rapport aux rapports de Pfizer ».

Les résultats statistiquement significatifs sont les suivants :

  • 185 réactions à la maladie de Parkinson signalées après la vaccination par AstraZeneca contre 20 pour les injections par Pfizer (principalement identifiées par un symptôme spécifique appelé « phénomène de blocage« )
  • 9 288 contre 937 rapports de tremblements (un autre symptôme potentiel de la maladie de Parkinson) pour AstraZeneca et Pfizer, respectivement
  • 58 rapports contre 4 pour les troubles du sommeil (un symptôme caractéristique d’une maladie à prions appelée « insomnie familiale fatale« ).

Décrivant ces résultats comme un « signal clair d’une maladie à prions spécifique, la maladie de Parkinson », M. Classen note que les résultats sont biologiquement plausibles car ils sont cohérents avec ce que l’on sait de la protéine spike du coronavirus pathogène.

En outre, les symptômes marquants que sont le gel, les tremblements et les troubles du sommeil correspondent à la « physiopathologie bien acceptée des maladies à prions ».

Un processus pathologique accéléré?

Normalement, les scientifiques pensent qu’il faut des années (voire des décennies) pour que le repliement anormal de certaines protéines produise une maladie à prions. Comment, alors, Classen a-t-il pu détecter un « signal clair » pour la maladie de Parkinson quelques mois seulement après le lancement des vaccins ?

Classen propose plusieurs explications qui ne s’excluent pas nécessairement les unes les autres. Tout d’abord, il suggère que les vaccins COVID pourraient accélérer la progression de la maladie chez les personnes qui sont déjà atteintes d’une maladie à prion subclinique ou d’une maladie à prion légère qui n’a pas été correctement diagnostiquée.

En outre, il existe des preuves indiquant que la protéine de pointe du vaccin peut provoquer un mauvais repliement des protéines essentielles de liaison ARN/ADN appelées TDP-43 et FUS et catalyser une « réaction en chaîne » toxique.

La protéine de pointe du vaccin peut également provoquer la formation d’amas anormaux (appelés corps de Lewy) de protéines « y compris les prions [normaux] déjà présents dans les cellules », ce qui peut entraîner une « mort cellulaire relativement rapide ». Des recherches ont montré le développement de corps de Lewy chez des singes exposés au SRAS-CoV-2. Notamment, les corps de Lewy « provoquent une partie ou la totalité des symptômes moteurs de la maladie de Parkinson ».


C’est précisément parce que la protéine spike peut déclencher si rapidement l’agglutination anormale de protéines que Classen pense que cela « pourrait permettre une détection assez rapide des maladies à prions après immunisation ».

Dans le même temps, M. Classen met en garde contre le fait que les systèmes défectueux de notification des effets indésirables ne parviendront probablement pas à détecter les maladies neurodégénératives qui prennent plus de temps à se développer. La plupart des rapports sur les effets indésirables des vaccins concernent des événements aigus, explique-t-il, alors que peu d’événements indésirables qui se produisent « des années ou des décennies après l’administration d’un produit pharmaceutique sont signalés ».

En outre, les symptômes des maladies à prions sont souvent non spécifiques ou se superposent à d’autres affections, ce qui rend le diagnostic difficile et la sous-déclaration probable.

Pour ces raisons et d’autres encore, M. Classen suggère que la pertinence clinique de ses résultats « pourrait être des logs en magnitude plus élevés » que le signal de la maladie de Parkinson qu’il a pu détecter dans les données du carton jaune.

Des réactions de Pfizer dans les coulisses?

Classen tient à préciser que son analyse « n’a pas pour but d’indiquer qu’un vaccin COVID est plus sûr qu’un autre en ce qui concerne les maladies à prions ».

Classen a déclaré :

« Les déséquilibres dans les taux de réactions détectées … peuvent s’expliquer par les différences frappantes dans la composition des deux vaccins permettant à l’un d’entre eux d’induire plus rapidement certaines maladies à prions. Le vaccin AstraZeneca … peut se concentrer davantage dans le système gastro-intestinal, ce qui entraîne un transport plus rapide de la protéine de pointe vers le cerveau via le nerf vague. En revanche, sur le long terme, le vaccin Pfizer à ARNm pourrait inciter davantage de TDP-43 et de FUS à former des prions et entraîner davantage de maladies à prions. »

Une autre explication du nombre plus élevé d’effets indésirables et de rapports concernant l’injection d’AstraZeneca par rapport à celle de Pfizer pourrait être liée au nombre de doses de vaccin de chaque type administrées au Royaume-Uni. Classen n’a pas été en mesure de déterminer la proportion des doses totales attribuables à chaque société. Toutefois, à la mi-juillet, le Royaume-Uni avait commandé un nombre égal de doses (100 millions) aux deux fabricants de vaccins.

Maladie de Prion, Guillain-Barré et quoi d’autre?

Les injections de COVID sont loin d’être les seuls vaccins à avoir des effets indésirables sur le système nerveux. Parmi les quelque 400 effets indésirables décrits dans les notices des vaccins pour enfants aux États-Unis, les symptômes considérés comme des signaux d’alarme pour des problèmes neurologiques abondent. Ces symptômes comprennent des vertiges, des maux de tête, des engourdissements, des troubles de l’équilibre, une faiblesse musculaire, une paralysie, des crises d’épilepsie, des changements visuels, des troubles du sommeil et des tremblements.

Et bien avant le COVID-19, les notices d’au moins 20 autres vaccins mentionnaient le syndrome de Guillain-Barré (une maladie dans laquelle le système immunitaire s’attaque aux nerfs) comme un événement indésirable signalé soit lors des essais cliniques, soit après la commercialisation.

Certaines personnes se remettent de la faiblesse, des picotements et de la paralysie caractéristiques du syndrome de Guillain-Barré – mais dans 4 à 7 % des cas, le syndrome entraîne la mort. Ainsi, lorsque la FDA a ajouté son avertissement de Guillain-Barré pour le vaccin J&J COVID-19 à la mi-juillet, l’agence a fait savoir à contrecœur que certaines personnes ayant reçu le vaccin COVID peuvent s’attendre à des conséquences neurologiques graves ou fatales.

Près d’un quart (23 %) des personnes ayant reçu le vaccin COVID et ayant répondu à un sondage Economist/YouGov de juillet (tableau 13) ont déclaré avoir eu des « réactions négatives au vaccin », ce qui s’ajoute à la cascade de preuves montrant que les injections de COVID sont un accident de train sans précédent.

Est-ce la raison pour laquelle l’attachée de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, qui a récemment exhorté les jeunes à se faire vacciner avec le COVID, a dérapé en déclarant que « ces vaccins… peuvent encore vous tuer même si vous avez moins de 27 ans » ?

Alors que Pfizer s’apprête à demander l’autorisation de déployer son injection expérimentale chez les 5-11 ans, tout en obtenant un examen prioritaire de la FDA pour une homologation complète aux États-Unis, il nous incombe de prêter attention à l’avertissement urgent de Classen concernant les impacts neurologiques négatifs à court et à long terme.

Comme le dit Classen, les politiciens et les responsables de la santé publique qui poussent lourdement les vaccins COVID ont « un dossier lamentable en matière de protection de la santé du public ».


Anguille sous roche


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres

































1scandal.com © elishean/2009-2021