Paroles de témoins

«Ligotés et torturés»: la persécution des chrétiens. avril 2021


Bien que tous, ou même la plupart des musulmans ne soient pas impliqués, la persécution des chrétiens par les extrémistes augmente.

Le rapport postule qu’une telle persécution n’est pas aléatoire mais plutôt systématique et a lieu indépendamment de la langue, de l’appartenance ethnique ou du lieu. Cela comprend les incidents qui ont lieu au cours d’un mois donné ou qui font l’objet d’un rapport.

Égypte :

Dans une vidéo diffusée le 17 avril, des musulmans liés à l’État islamique du Sinaï ont exécuté Nabil Habashi Salama, 62 ans, un chrétien. Salama apparaît à genoux dans la vidéo, avec trois hommes tenant des fusils debout derrière lui. Celui du milieu se lance dans une diatribe djihadiste typique: «Toutes louanges à Allah, qui a ordonné à ses esclaves [musulmans] de se battre et qui a attribué l’humiliation aux infidèles» – pointant avec mépris le chrétien agenouillé devant lui – «jusqu’à ce qu’ils paient le jizya tout en se sentant totalement maîtrisé. “

Les mots sont une paraphrase du Coran 9:29, qui ordonne aux musulmans de “combattre les gens du livre”, compris comme signifiant chrétiens et juifs, “jusqu’à ce qu’ils paient la jizya. (hommage monétaire) avec une soumission volontaire et se sentent totalement soumis. ”

L’orateur du milieu a poursuivi en menaçant «tous les croisés du monde» – une référence aux chrétiens d’Occident – tout en désignant les compatriotes de celui sur le point d’être tué: «quant à vous chrétiens d’Égypte, c’est le prix de votre soutien à l’armée égyptienne. “ L’orateur pointe alors son fusil vers l’arrière de la tête du chrétien – comme des chants de “jihad! Jihad! Jihad!” hurle – et tire à bout portant, le tuant.


On ne sait pas quand la vidéo a été réalisée – Salama a été enlevé sous la menace d’une arme plus de cinq mois plus tôt pour avoir aidé à construire la seule église de la région.

“Il a gardé la foi jusqu’au moment où il a été tué”, a déclaré le groupe de la province du Sinaï à propos du copte tué dans un communiqué. Pendant les mois de sa captivité, plusieurs militants égyptiens ont accusé les autorités d’indifférence de ne pas être en mesure de localiser et d’obtenir la libération de Salama, ce qui, selon eux, aurait facilement pu être fait. Ironiquement, le gouvernement égyptien a publié une déclaration le lendemain de la diffusion de la vidéo, disant qu’ils avaient localisé et tué les trois mêmes terroristes qui avaient exécuté le copte – sans donner de détails. L’affirmation a été accueillie avec scepticisme .

Lors d’un autre incident, le 3 avril, dans les rues de Minya, un musulman a massacré une chrétienne et son fils en bas âge avec une machette – « comme s’il abattait des poulets », ont déclaré des témoins oculaires.

Le meurtrier, un chauffeur de tuk-tuk, est Abu Muhammad al-Harami; ses victimes étaient Mary Sa’d et son fils de six ans, Karas. Quand leurs chemins se croisaient dans les rues, il avait adressé à Mary des commentaires menaçants et désobligeants. Quand elle a dit qu’elle le dénoncerait à la police, Abu Muhammad a sauté sur elle avec sa machette, la massacrant ainsi que son fils. Bien que les médias et les autorités égyptiennes aient affirmé, comme ils le font toujours, que les motifs de l’homme ne semblent pas avoir été religieux, le fait est que de temps à autre, de telles attaques «aléatoires» contre les chrétiens égyptiens se produisent.

Fin décembre 2020, par exemple, deux frères musulmans se sont livrés à une frénésie de coups de couteau contre des chrétiens , en tuant un et en blessant grièvement deux autres. Les autorités ont déclaré que les frères étaient en deuil et bouleversés parce que leur mère était décédée plus tôt dans la journée. Mais comme l’a dit un pasteur chrétien local, “qu’est-ce que la mort [de la mère des musulmans] et les coptes ont à voir entre eux?”

La même année, le 12 janvier 2020, un homme musulman s’est glissé derrière une femme copte qui rentrait chez elle avec des provisions, a tiré sa tête en arrière avec une main pleine de cheveux et lui a tranché la gorge avec un couteau.dans son autre main. Catherine Ramzi a été transportée d’urgence dans un centre médical voisin, où sa gorge a été cousue avec 63 points de suture; les médecins lui ont dit qu’elle était à deux doigts de mourir. On pense qu’il l’a peut-être identifiée comme chrétienne pour ne pas porter de hijab autour de ses cheveux ou pour avoir un tatouage croisé sur son poignet.

Nigéria :

Le dimanche 25 avril, des bergers islamiques ont lancé une attaque terroriste meurtrière contre une église baptiste: «Les bergers peuls sont venus dans notre village alors que le service religieux se déroulait», a expliqué Jacob Bala, un membre de l’église.. “Ils ont encerclé l’église et ont commencé à tirer. Ils sont arrivés vers 9 heures du matin, et ils ont roulé à moto. Ils ont tiré sur nous au hasard et sur tous ceux qu’ils ont aperçus.”

L’oncle de Jacob, Zakaria, médecin, a été abattu et cinq fidèles – dont la belle-sœur, la belle-mère et la nièce de Jacob – ont été enlevés. Samuel Aruwan, commissaire d’État à la sécurité intérieure, a dénoncé l’attaque «comme un acte choquant de personnes dépravées très éloignées de l’humanité. du mal. ”

Dans un incident distinct mais similaire, des bergers musulmans ont attaqué la congrégation d’une église anglicane; huit personnes ont été tuées et quatre femmes enlevées. «L’enlèvement des membres de l’Église anglicane », ajoute le rapport du 7 avril , «est survenu 12 jours après que leurs homologues de l’Église chrétienne rachetée de Dieu aient été enlevés sur la même route.

Selon un autre rapport du 28 avril , au cours de plusieurs attaques dans le seul État de Benue, en une semaine seulement, les Peuls ont massacré 33 autres chrétiens, dont beaucoup avaient auparavant été déplacés par les mêmes terroristes et vivaient dans un camp de réfugiés.


Allemagne :

Une mère musulmane est jugée pour avoir tué son fils en bas âge , prétendument par crainte qu’il finisse par grandir en Allemagne pour devenir chrétien. Selon le rapport du 13 avril , la mère de 40 ans «a tué son fils de quatre ans: elle l’a délibérément jeté d’un pont de Rotenburg dans le Wümme, a déclaré [le] procureur de la République … L’enfant s’est noyé dans la rivière. L’accusation est d’homicide involontaire coupable. “

Plus tôt, en novembre 2020, le garçon avait été envoyé dans un établissement médical “avec de graves brûlures. Il a dû être opéré trois fois. La mère, qui est turque, a déclaré qu’elle l’avait accidentellement brûlé avec de l’eau chaude en se lavant, a déclaré le procureur. “ Le rapport continue :

“Les employés de l’hôpital ont trouvé les blessures suspectes, [et] ils voulaient appeler le bureau de la protection de la jeunesse. La mère a ensuite sorti son enfant de la clinique.”

La défenderesse craignait que sa garde ne lui soit retirée “, a déclaré Geisler [ Dans l’imagination des femmes, cela signifiait aussi que le garçon grandirait non pas en tant que musulman mais en tant que chrétien. C’est pourquoi elle a jeté son fils par-dessus la balustrade du pont dans l’eau pour le tuer. Elle a alors voulu de se suicider, mais sans succès. Quelques heures plus tard, la police de Rotenburg a récupéré la femme désemparée. Le corps de l’enfant noyé a été retrouvé lors d’une fouille nocturne. La mère a d’abord été placée dans un hôpital psychiatrique, puis en garde à vue. ”

Attaques contre les églises

Allemagne :

Trois jeunes migrants musulmans ont perturbé une église pendant le service du dimanche de Pâques, notamment en criant des slogans islamiques, dans la ville de Nidda. Ils sont d’abord entrés dans l’église et se sont tenus dans un coin filmant les fidèles, un acte qui a mis ces derniers mal à l’aise. Quand le pasteur les a confrontés, ils ont déclaré à haute voix la shahada – la profession de foi musulmane, “il n’y a de dieu qu’Allah et Muhammad est son messager” – suivie de takbirs (chants de “Allahu Akbar”) et d’autres slogans islamiques.

Bien que le pasteur et d’autres aient réussi à chasser les envahisseurs, le reste du service de Pâques a été ruiné, note le rapport du 12 avril., car «l’horreur» du «comportement menaçant» des hommes a persisté pendant un certain temps au sein de l’Église. Ceci, ajoute le rapport, est la deuxième année consécutive que l’église de Nidda a été interrompue dans des circonstances similaires pendant le culte de Pâques.

Par ailleurs, une église de Gelsenkirchen, qui abrite une importante population de migrants musulmans, a été incendiée le 5 avril, au lendemain des célébrations de Pâques. Bien que la police n’ait pas confirmé si un incendie criminel avait causé l’incendie, des témoins ont vu un groupe de jeunes migrants s’enfuir de l’église juste avant qu’elle ne soit en feu. La police avait déjà été déployée dans l’église à cause de perturbations similaires à deux reprises.

Lors d’un autre incident, des inconnus sont entrés dans une église, ont déféqué près de ses Bibles et ont uriné sur ses murs, avant d’y mettre le feu. Ce n’était que la plus récente des nombreuses attaques contre l’église d’Oberschopfheim.

Selon le rapport du 21 avril ,

«Il y a presque exactement deux ans, le 8 avril, les toilettes de la salle paroissiale ont été détruites. Surtout, l’ampleur de la brutalité avec laquelle les étrangers ont agi a causé l’horreur. À cette époque, des dommages de plusieurs milliers d’euros ont été subis. Les fenêtres ont été brisé, les toilettes arrachées de leur ancrage ou les éviers arrachés du mur. Les gouttières ont été brisées et les volets de la salle paroissiale ont été brisés. Les toilettes étaient en panne pendant plusieurs mois. “

Grèce :

Des migrants musulmans sont entrés et ont complètement saccagé une petite église; ils ont également filmé des parties de l’incident et l’ont téléchargé sur TikTok (disponible ici ). Il montre un migrant seins nus dansant sur de la musique rap alors qu’il entre dans l’église. Le clip suivant montre les conséquences: la dévastation à l’intérieur de l’église, avec des icônes brisées et l’autel renversé.

À propos de cet incident, un rapport du Greek City Times du 12 avril indique:

«Nous devons nous rappeler que la Grèce a passé 400 ans sous la domination islamique turque et que la lutte pour la liberté a été sanglante. Dans cet esprit, il est encore plus dramatique de voir ces images de migrants de l’âge qui se battent profanant les lieux saints grecs et n’ayant aucun respect pour le pays qu’ils auraient cherché refuge. Cela nous rappelle que la seule solution à ce type d’escalade est de fermer la frontière et d’imposer une campagne de déportation stricte. “

Chypre :

Un groupe de jeunes Turcs a organisé une soirée techno à l’intérieur du monastère historique de Sourp Magar (du nom du copte Saint Makarious), le seul monastère arménien restant à Chypre; malheureusement pour cela, il est également situé dans la zone turque illégalement occupée, d’où le mépris et la profanation. En réponse à cet incident, l’ambassadrice américaine à Chypre, Judith Garber, a déclaré dans un tweet du 7 avril:


<< L’ambassade des États-Unis condamne fermement l’utilisation abusive du monastère arménien Saint-Magar. La liberté de culte est une valeur fondamentale, et nous faisons écho à l’appel des chefs religieux pour que tous les lieux de culte, en usage ou non, soient protégés contre les abus, le vandalisme et la profanation. . “

France :

Le 8 avril, les procureurs ont déclaré qu’ils porteraient plainte contre une femme musulmane “accusée d’avoir comploté une attaque djihadiste contre une église pendant le week-end de Pâques”. La femme de 18 ans “a été arrêtée au cours du week-end [du 2 au 4 avril] à son domicile de Béziers. Elle a été arrêtée dans le cadre d’une enquête antiterroriste sur un complot présumé d’attentat visant la ville de Montpellier”.

Dans un communiqué, l’équipe du parquet antiterroriste a déclaré qu’une enquête avait été “ouverte suite à des renseignements concernant la menace d’une attaque contre une église pendant le week-end de Pâques”. Au cours du raid sur sa maison, la police a trouvé une carte de l’église et “a même trouvé une image de Samuel Paty, l’instituteur qui a été tué en octobre 2020 après avoir montré ses dessins de classe du prophète Mahomet.”

Attaques contre les apostats et les blasphémateurs

Ouganda :

Un musulman brandissant l’épée a attaqué et gravement blessé sa femme et sa mère de sept enfants dans les locaux d’une église le dimanche de l’Est. Trois jours plus tôt, Salimati Naibira, 37 ans, s’était convertie au christianisme, et c’était sa première fois à l’intérieur d’une église; mais ensuite, d’une fenêtre d’église “j’ai vu mon mari”, expliqua- t-elle plus tard», et certains membres de la famille entrent par la porte de l’église en criant« Allah Akbar ».

Les membres de l’église ont quitté le culte de l’église pour sauver leur vie. ” Les musulmans ont fait irruption dans l’église avec des bâtons et d’autres armes; son mari est venu brandissant ce qu’on appelle une «épée somalienne». Bien que le pasteur et d’autres aient essayé de la protéger, ses parents musulmans les ont maîtrisés, ont saisi la femme apostat, l’ont forcée à monter dans une camionnette et ont conduit vers une zone boisée.

“Ils ont commencé à me frapper avec des bâtons, puis mon mari m’a coupé avec l’épée somalienne à la cuisse et dans le dos.” À ce moment-là, elle s’est évanouie. «Je n’ai repris connaissance qu’après plusieurs heures», lorsqu’un passant l’a trouvée allongée dans une mare de son propre sang et l’a emmenée dans une clinique. Au moment d’écrire ces lignes, une amie chrétienne a emmené Naibira en garde à vue dans un lieu inconnu, où elle se remet de blessures au visage, à la cuisse et au dos. Elle craint de ne pas pouvoir obtenir la garde de ses sept enfants, âgés de 4 à 17 ans: «J’espère que mes enfants sont en sécurité», dit-elle .

Pakistan :

Le 9 avril, des professionnels de la santé ont attaqué deux infirmières chrétiennes – une avec un couteau – après qu’une infirmière musulmane les ait accusées d’avoir gratté un autocollant d’un verset du Coran sur une armoire. Bien que les deux jeunes infirmières, nommées Maryam Lal et Navish Arooj, agissaient sur les ordres de leurs supérieurs pour retirer tous les autocollants, elles ont ensuite été arrêtées et inculpées en vertu de l’article 295-B du code pénal pakistanais, qui interdit et punit toute profanation de le Coran, ou «extrait de celui-ci», avec la prison à vie. Avant que la police n’arrive, une foule furieuse s’était rassemblée à l’extérieur de l’hôpital en criant ” mort aux blasphémateurs “ . En raison des menaces persistantes, les familles des deux femmes se sont cachées.

Selon un rapport ,

«Une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux montre un employé de l’hôpital [identifié plus tard comme Muhammad Waqas] appelant Mariam des noms vulgaires et disant à une pièce remplie d’autres employés qu’elle a déchiré un autocollant, qui contenait une prière musulmane, de l’armoire à pharmacie. Il a ajouté dans la vidéo que “ notre ” infirmière musulmane appelée Rukhsana l’avait vu et avait arraché l’autocollant déchiré de la main de Mariam pour qu’il ne soit plus souillé ou jeté par terre. L’infirmière chrétienne Mariam. Il a dit: “Je suis musulman, comment un musulman peut-il s’asseoir tranquillement sur le blasphème de son prophète.” Puis il a fièrement dit aux employés rassemblés dans la pièce qu’il avait attaqué Mariam avec un couteau, mais qu’il avait échoué lorsque la lame s’était cassée, blessant seulement son bras. “

“Ce n’est pas le premier incident de ce type”, a déclaré Nasir Saeed, un militant pakistanais des droits de l’homme au Royaume-Uni:

«Dans le passé, nous avons vu comment les gens utilisent cette loi pour régler leurs rancunes personnelles ou punir leurs rivaux. Je me souviens encore de 2009 quand un propriétaire d’usine musulman de Lahore a été accusé d’avoir commis un blasphème pour avoir enlevé un vieux calendrier inscrit avec le saint coranique. Un ouvrier de l’usine l’a tué ainsi que deux autres hommes, et la foule enragée a également agressé les employés de la direction et mis le feu à l’usine. “

Trois mois avant cet incident, une autre infirmière chrétienne et chanteuse de gospel au Pakistan, Tabitha Gill, a été giflée, crachée, enfermée dans une chambre d’hôpital et ” ligotée et torturée ” par ses collègues musulmans, après que l’une d’elles eut une rancune contre Gill Elle l’a faussement accusée de blasphème contre le prophète musulman Muhammad, qui est passible de la peine de mort. Bien que la police l’ait d’abord innocentée de l’accusation, quand une foule musulmane en colère est descendue sur leur poste, ils l’ont rétablie.

Dans un autre incident, la police a illégalement détenu un chrétien pendant plus de deux mois, période pendant laquelle ils l’ont torturé pour qu’il avoue une fausse accusation de blasphème contre l’islam. Deux mois plus tôt, le 13 février, après que les musulmans ont entendu Salamat Masih lire la Bible dans un parc avec son ami, ils les ont accusés de blasphémer contre Muhammad. Bien que la police l’ait arrêté le même jour – l’ami s’était caché à temps – Salamat n’a été présenté à un juge qu’en avril. Selon Aneeqa Maria, l’avocate de Salamat Masih,

«Au cours de cette période, il a été détenu dans au moins trois commissariats de police différents et des cellules de torture illégales, où il a été torturé mentalement et physiquement pour avouer l’accusation sans fondement. les membres n’ont pas été autorisés à le rencontrer, et sa mère et ses frères et sœurs l’ont vu pour la première fois en deux mois lorsque la police l’a emmené en prison après sa comparution devant un juge. Même alors, la police ne les a pas laissés parler à Masih … Les enquêteurs de la police l’ont forcé à admettre son blasphème. Ils l’ont également torturé pour qu’il nomme d’autres membres du cercle d’étude biblique … C’est une grave violation des droits de l’homme, mais personne ne semble s’en soucier. “

Abus général des chrétiens

Inde :

Une foule musulmane en colère a battu et forcé un fermier chrétien à manger la viande crue qu’il vendait sur un marché du Kerala, parce qu’elle n’était pas halal – c’est-à-dire qu’elle n’était pas préparée selon le rituel musulman; ils ont également incendié les camions de livraison transportant la viande impure. (Un autre rapport indique que plusieurs agriculteurs chrétiens ont subi le même traitement.)

“Je ne peux pas comprendre quel est leur problème?” le chrétien abusé, Shaji M Varghese, a déclaré plus tard . “Ceux qui veulent fumer, laissez-les fumer. Ceux qui veulent manger de la viande de buffle, laissons-les manger. Ceux qui aiment le porc, laissons-les manger. Ceux qui n’aiment pas ça, pourquoi se livrent-ils à des attaques physiques contre nous.”

Le rapport du 6 avril offre quelques réponses:

«Un collectif d’agriculteurs appelé Kisan Mitra, qui compte environ 6 000 membres au Kerala, avait lancé la vente de viande fraîche non halal à l’occasion du dimanche de Pâques. la viande au Kerala est un secret de polichinelle …. La viande non halal a reçu une réponse assez positive du grand public du Kerala … La crainte de la fin de la domination de la viande halal alors que les gens préfèrent le non-halal est prétendument la principale raison derrière l’attaque … Le principal coordinateur derrière Kisan Mitra, Manoj Cherian, a reçu des menaces de mort de la part des islamistes. Les islamistes ont menacé de le mettre en pièces si Cherian vend du porc, qui selon les islamistes est “haram”. “

Pakistan :

Des membres d’un parti politique extrémiste islamique ont converti de force un chrétien souffrant de troubles mentaux et, selon la dernière information, faisaient pression sur toute sa famille pour qu’elle renonce à leur foi et embrasse l’islam. Le 14 avril, Adnan Bashir, qui suivait un traitement médical depuis son diagnostic de maladie mentale en 2018, est sorti de chez lui. Peu de temps après, il vit son ancien patron, à ce qui semblait être un rassemblement social, lui faisant signe de venir boire du sorbet. Adnan est allé, ne réalisant pas que le rassemblement était une manifestation du groupe musulman radical Tehreek-e-Labbaik (TLP). Une fois là-bas, selonau frère d’Adnan, Fayyaz, “Ahmed [son ancien patron] et quelques autres l’ont forcé à réciter publiquement le Kalima (proclamation de la prophétie de Mahomet, signalant la conversion à l’islam) et l’ont converti à l’islam.”

Une fois entouré par les radicaux, a précisé le frère , Ahmed “a profité de l’occasion pour forcer mon frère à dire le Kalima en présence des foules accusées”. Ils l’ont également rebaptisé «Khadim Hussain», ce qui évoque encore plus leurs motivations malveillantes, car khadim signifie «serviteur». À sa façon de penser, Adnan rejette toujours l’idée qu’il a renoncé au christianisme et embrassé l’islam. Selon le dernier rapport, lui et sa famille étaient menacés: “Nos vies sont devenues misérables en raison des menaces et de la surveillance des militants du TLP”,. “Nos enfants ne cessent de se demander ce qui va leur arriver, alors que leurs amis musulmans continuent de soulever cette question. Nous ne pouvons ni demander l’aide de la police ni d’aucun autre gouvernement ou chef religieux …”

Allemagne :

Les critiques ont accusé le maire musulman de Hanovre de manipuler intentionnellement les restrictions du COVID-19 d’une manière qui punit les chrétiens pratiquant Pâques et récompense les musulmans pratiquant le Ramadan. Un rapport du 4 avril explique:

«Dans la région de Hanovre, des restrictions de couvre-feu sont en place de 22 h 00 à 5 h 00 en raison des taux élevés d’infection à Corona. Du 1er avril au 12 avril, les citoyens ne sont autorisés à quitter leur appartement et leur maison que pour une raison valable. l’extension du port obligatoire des masques dans les espaces publics. Ainsi, la Pâques chrétienne relève de ces restrictions, mais pas le Ramadan musulman. Le ramadan commence le 12 avril [le jour même où les restrictions sont levées]. Ce qui rend le moment si suspect, c’est que le lord-maire de Hanovre est un musulman d’origine turque nommé Belit Onay du Parti vert. Il est responsable de la programmation. “


Raymond Ibrahim

Raymond Ibrahim , auteur de Crucified Again et Sword and Scimitar , est distingué Senior Fellow au Gatestone Institute, Shillman Fellow au David Horowitz Freedom Center et Judith Rosen Friedman Fellow au Middle East Forum.

Gatestone Institute


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




1scandal.com © elishean/2009-2021