Biotechnologie & Santé

L’hydroxychloroquine et l’azithromycine ont augmenté de 200 % la survie des patients sous respirateur


Une nouvelle étude a révélé que le recours à l’hydroxychloroquine (HCQ) et à l’azithromycine (AZM), ajusté en fonction du poids, améliorait de près de 200 % la survie des patients qui ont contracté le COVID-19 sous respirateur.

L’étude d’observation, qui n’a pas encore fait l’objet d’un examen par les pairs, est basée sur une réanalyse de 255 patients sous ventilation mécanique invasive (VMI) au cours des deux premiers mois de la pandémie aux États-Unis.

Les chercheurs ont constaté que lorsque l’association d’HCQ et d’AZM était administrée à des doses plus faibles pour traiter les patients ventilés sous COVID-19, le risque de décès était plus de trois fois supérieur.

« Nous avons constaté que lorsque les doses cumulées de deux médicaments, l’HCQ et l’AZM, étaient supérieures à un certain niveau, les patients avaient un taux de survie 2,9 fois supérieur à celui des autres patients », notent les auteurs de l’étude.

« En utilisant l’analyse causale et en considérant la dose cumulée ajustée au poids, nous prouvons que la thérapie combinée, >3 g HCQ et > 1g d’AZM augmente considérablement la survie des patients COVID sous IMV et que la dose cumulée de HCQ > 80 mg/kg est nettement plus efficace. »

Bien que les auteurs aient reconnu que les patients ayant reçu des doses plus élevées d’HCQ avaient reçu des doses plus élevées d’AZM, ils « ne peuvent pas attribuer uniquement l’effet causal au traitement combiné HCQ/AZM. »

« Cependant, il est probable que l’AZM contribue de manière significative à cette augmentation du taux de survie. Puisque le traitement HCQ/AZM à dose plus élevée améliore la survie de près de 200 [pour cent] dans cette population, les données de sécurité sont discutables« , ont-ils ajouté.


L’hydroxychloroquine – un anti-inflammatoire et un antipaludéen – a été l’un des traitements les plus contestés pour le COVID-19 tout au long de la pandémie.

Un pharmacien présentant une boîte de comprimés d’hydroxychloroquine (HCQ) dans son magasin à Hyderabad, en Inde, le 28 avril 2020. (Noah Seelam/AFP via Getty Images)

Ce médicament a été approuvé par la Food and Drug Administration (FDA) en 1955 pour traiter et prévenir le paludisme. Il est également prescrit pour le lupus et la polyarthrite rhumatoïde.

Alors que la FDA avait initialement accordé à l’HCQ une autorisation d’utilisation d’urgence (EUA) pour traiter le COVID-19 en mars 2020, l’agence l’a révoquée le 15 juin 2020, car les données suggéraient qu’il était « peu probable qu’il soit efficace pour traiter le COVID-19 » et que ses risques potentiels l’emportaient sur les avantages.



Le revirement de la FDA est intervenu à la suite d’une étude de l’Université d’Oxford, au Royaume-Uni, qui a révélé que l’HCQ n’était pas aussi efficace que ses protocoles de traitement de routine.

« Malheureusement, des problèmes dans les méthodologies de recherche évaluant l’efficacité et les risques du HCQ ont laissé des doutes persistants », a écrit le Dr Joseph Mercola, médecin ostéopathe, dans une tribune pour The Epoch Times. « Ces problèmes incluent un dosage douteux ».

Certains, comme Roger L. Simon, collaborateur d’Epoch Times, ont affirmé que les études autour de l’utilisation de l’HCQ pour traiter le COVID-19 ont été politisées par les opposants de l’ancien président Donald Trump, qui préconisait l’utilisation de ce médicament.

Traduction de The Epoch Times par Aube Digitale


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci





1scandal.com © elishean/2009-2021