L’Europe certifie les insectes comme aliments comestibles dans un contexte de flambée des prix alimentaires - 1 Scandal
Environnement & Alimentation

L’Europe certifie les insectes comme aliments comestibles dans un contexte de flambée des prix alimentaires


Dans le monde entier, les ménages connaissent une hausse exponentielle de l’inflation alimentaire. Pendant les fêtes de fin d’année, du Brésil à la Chine, en passant par les pays européens et les États-Unis, les ménages paieront des prix presque record pour la nourriture, ce qui soulève la question suivante: Les ménages pourront-ils se permettre d’acheter des aliments traditionnels ou devront-ils recourir à des substituts pour économiser de l’argent?

« Au lieu d’acheter des dindes ou des steaks hors de prix, vous pouvez envisager de manger quelque chose de moins cher », a déclaré à Bloomberg Curt Covington, directeur principal du crédit institutionnel chez AgAmerica Lending, qui prête de l’argent aux agriculteurs.

« Mais il n’y a pas moyen d’y échapper: Tout ce qui se trouve sur la table des fêtes va simplement être plus cher », a déclaré M. Covington.

Par exemple, les travailleurs pauvres américains ont eu du mal à se procurer des biens essentiels dans un contexte d’inflation rapide. La hausse stupéfiante de 6,8 % des coûts de consommation est la plus élevée depuis quarante ans, ce qui rend des produits comme la nourriture inabordables parce que les salaires n’ont pas suivi le rythme de l’inflation. La même chose se produit pour les ménages du monde entier.

Dans cette optique, les ménages sont susceptibles de remplacer les aliments populaires des fêtes par des produits bon marché. Il est même possible que certains se rabattent sur les insectes et les vers.

Les États membres de l’Union européenne ont certifié que les grillons domestiques, les vers de farine jaunes et les sauterelles pouvaient être vendus dans les supermarchés.

Les insectes seront vendus sous forme congelée, séchée et en poudre. Ils seront riches en nutriments et peu coûteux, selon Bloomberg.

Au début du mois, le Forum économique mondial a publié deux articles expliquant comment les gens doivent s’habituer à manger des insectes. Ceux qui ne peuvent plus se permettre de manger de la viande, comme le jambon ou la dinde, et d’autres aliments traditionnels pour les fêtes devront trouver un nouveau substitut. Bloomberg donne des exemples à travers le monde de la façon dont l’inflation alimentaire écrase la joie des fêtes.


Brésil : Le poisson d’Amazonie remplace les importations coûteuses

Fatima Santos décrit le dîner de réveillon de Noël prévu par sa famille en 2021 en un mot: maigre. Ni la morue ni la dinde, qui sont traditionnellement au centre de nombreux foyers brésiliens pour les fêtes, ne feront partie du menu de cette année, a déclaré cette coiffeuse au chômage de 41 ans en passant au peigne fin les rayons d’un supermarché de Rio de Janeiro.

« L’œuf est le nouveau steak chez nous. Même le riz et les haricots sont super chers », dit-elle. Ce n’est pas vraiment une spécialité saisonnière, mais ce plat de base pourrait bien orner davantage de tables de fêtes comme la sienne, car le prix de la viande devient de plus en plus difficile à supporter.

Bien que le pays soit l’un des plus grands producteurs de produits agricoles au monde, l’explosion de la demande à l’étranger et la faiblesse de la monnaie locale rendent les exportations plus rentables, ce qui laisse moins d’aliments produits au Brésil pour les Brésiliens à la maison.

Dans le même temps, les conditions climatiques extrêmes de cette année – la pire sécheresse depuis un siècle suivie d’un gel sans précédent – ont gravement endommagé les récoltes du pays, alimentant l’inflation. Le groupe de réflexion Getulio Vargas Foundation estime que les prix du bœuf ont augmenté d’environ 15 % l’année dernière, tandis que le coût du poulet a grimpé de plus de 24 %.

La chaîne d’épicerie Zona Sul s’est efforcée de garnir ses rayons de produits locaux afin que les familles puissent éviter le pire de l’inflation. Le traditionnel cabillaud norvégien est toujours disponible dans les semaines précédant Noël, mais le magasin propose également du pirarucu, un poisson d’Amazonie, à moitié prix. Les importations de vin mousseux ayant été retardées en raison de la pénurie de conteneurs, la chaîne propose des alternatives régionales à prix réduit. « Comme le pouvoir d’achat diminue, les gens recherchent des marques secondaires », a déclaré le directeur exécutif de la chaîne, Pietrangelo Leta.


Priscila Santana, une chef professionnelle, vend habituellement des rabanadas, un dessert ressemblant à des toasts français, pendant les vacances. Mais cette année, elle a dû augmenter ses prix de plus de 10 % en raison de la hausse du prix du pain, du lait et des œufs, sans compter l’essence nécessaire pour se rendre au magasin. Bien qu’elle ait commencé à vendre plusieurs semaines plus tôt cette année et qu’elle accepte à la fois les cartes de crédit et les tickets repas émis par l’entreprise, elle constate toujours une baisse de la demande. « Je m’attends à vendre 20 % de moins cette année. Certains de mes clients ont dû renoncer aux rabanadas pour acheter leur repas à la place. »

Chine : La constitution de stocks fait grimper les coûts en flèche

Il y a de la nourriture en abondance dans le pays le plus peuplé du monde, insiste le ministère du commerce. Mais cela n’a pas empêché les ménages chinois de faire des réserves – et dans certains cas, d’accumuler – à la suite d’un avis déroutant émis par le gouvernement début novembre, qui encourageait les gens à refaire des réserves de produits essentiels avant l’hiver, alimentant ainsi les craintes de restrictions de voyage, d’épidémies de virus, de conditions météorologiques extrêmes ou pire encore.

« Habituellement, une famille n’a besoin de stocker qu’un seul sac de farine, mais maintenant elle en achète deux, voire trois. Bien sûr, les prix vont augmenter », a déclaré un commerçant qui vend des nouilles, des emballages de boulettes et des crêpes chinoises depuis près de 30 ans. S’exprimant derrière son étal dans un marché de Pékin, il a demandé à n’être identifié que par son nom de famille, Zhou. « Plus les familles accumulent la farine, plus les prix vont grimper. »

Les sacs de farine de 25 kilogrammes (environ 55 livres) qu’il achète à son fournisseur sont environ 30 % plus chers qu’il y a un mois, coûtant maintenant plus de 90 yuans (14 dollars). Mais Zhou a augmenté son propre prix de vente de moins de 20 %, alors que le solstice d’hiver – Dongzhi – approche, ce qui stimule la demande de mets traditionnels comme les boulettes et les nouilles. « Mes coûts ont augmenté, mais je ne peux pas vraiment augmenter les prix, sinon je vais perdre des clients », a-t-il déclaré.

ROYAUME-UNI: Les élevages de dindes paient pour le travail

« Il n’y a pas un seul produit que nous utilisons dans cette ferme qui n’ait pas augmenté », a déclaré Becky Howe, agricultrice de troisième génération, alors qu’elle regardait des ouvriers guider un troupeau de dindes vers une grange ouverte, le dernier jour de l’abattage dans l’élevage de dindes John Howe, près de Kent.

Cela comprend le coût de l’acier utilisé pour construire les granges, de la paille hachée pour la litière, de l’alimentation en maïs, du gaz, des cartons d’emballage et même de la cire pour la ligne de plumage automatisée. L’exploitation ne prévoyait pas une telle pression inflationniste lorsqu’elle a augmenté la taille du troupeau de cette année de 25 % et, pour la première fois, a commencé à élever des oies.

Le plus gros casse-tête a été de trouver suffisamment de travailleurs en novembre et décembre, la période la plus chargée de l’année pour l’exploitation. La plupart de ses employés sont des étrangers, qui viennent dans le pays avec des permis de visa temporaires ; la ferme a augmenté les salaires cette année pour conserver son personnel. Elle a augmenté le prix de ses dindes de 8 %, mais ses propres coûts ont augmenté davantage.


« L’augmentation des prix n’a pas tout couvert et nous avons dû absorber le plus possible », a déclaré M. Howe. « Nous ne voulons pas en répercuter trop et faire fuir les gens qui achètent nos dindes. »

Inquiets de la hausse des prix – et de la pénurie de chauffeurs routiers britanniques qui ne fera qu’aggraver la situation – les grossistes affirment que certaines familles londoniennes ont commencé à acheter leurs dindes de Noël dès le mois d’octobre de cette année. La demande de petites volailles est particulièrement élevée, car les craintes de contamination par le virus tempèrent l’optimisme quant au fait que les familles élargies se réuniront à nouveau cette année après une année 2020 de fermeture.

Roumanie: L’abattage des porcs n’est pas rentable

Dans la campagne roumaine, la célébration orthodoxe de la Saint-Ignace, le 20 décembre, suit un scénario traditionnel depuis des siècles : Acheter un cochon à un fermier de confiance, l’égorger, brûler la peau et nettoyer la carcasse avec l’aide des amis et de la famille à l’aube. Chaque partie de l’animal – des pattes à la graisse en passant par les intestins – est ensuite transformée en dizaines de plats pour nourrir la famille élargie d’un foyer à Noël, au Nouvel An et à tous les repas intermédiaires.

Du moins, c’était la coutume autrefois. Cette année, de plus en plus de familles se contenteront d’acheter des saucisses au supermarché en rentrant du travail et s’arrêteront là, a déclaré Adi Rusu, un agriculteur de 40 ans du village de Posta Calnau. La famille de Rusu élève des porcs depuis 40 ans, mais avec des coûts d’alimentation et d’électricité qui ont atteint des sommets, des risques d’épidémie de peste porcine mortelle et des clients qui optent de plus en plus pour des options plus faciles, sa famille se demande si cela vaut vraiment la peine de s’embêter. Les voisins ont du mal à justifier le fait de payer jusqu’à 1 500 lei roumains (environ 340 dollars) pour un porc local, soit une augmentation de 50 % au cours des quatre ou cinq dernières années.

Dans le même temps, les restrictions de voyage de Covid qui maintiennent de nombreux Roumains actifs à l’étranger signifient des dîners réduits – et peu d’incitation à cuisiner suffisamment de porc pour manger pendant au moins sept jours d’affilée.

« Il devient évident que nous ne pouvons pas manger trois fois plus que dans une semaine normale à Noël », a déclaré Marioara Mihalcea, le directeur de l’entreprise de viande M&R à Iasi. « On sait qu’on peut toujours trouver de la viande fraîche sur les étals. »

Rusu n’avait que six porcs à offrir cette année, soit environ un cinquième de ce qu’il vendrait normalement, après que de nombreux porcelets soient morts à la naissance, mais il a décidé que compléter avec plus de porcelets provenant de fermes commerciales pour réaliser un bénéfice de seulement 400 lei (environ 90 dollars) par pièce n’avait tout simplement pas de sens économique cette année. Les clients potentiels « n’achètent pas à quelqu’un d’autre ; ils vont au supermarché », a déclaré Rusu, qui a appris l’élevage des animaux de son père. « Ceux qui savent comment le préparer disparaissent peu à peu, et les jeunes n’ont pas envie d’apprendre. »

US: La saison des biscuits en prend un coup

Les Américains, qui mangent plus de beurre que jamais auparavant, vont découvrir que cela leur coûte plus que leur tour de taille pendant les fêtes. Autrefois vilipendé pour ses graisses saturées, le beurre est redevenu populaire à mesure que les consommateurs adoptent des régimes riches en graisses, ce qui a fait grimper la consommation par habitant à 6,3 livres en 2020, le chiffre le plus élevé depuis la présidence de Ford. La consommation de beurre atteint généralement un pic au quatrième trimestre, grâce à tous les biscuits de Noël, à la purée de pommes de terre et aux autres traditions riches en saveurs qui agrémentent la table. Le prix du beurre s’envole également.

Les prix de gros au comptant du beurre de catégorie AA ont augmenté d’environ 40 % par rapport à la même époque l’année dernière, pour atteindre plus de 2 dollars la livre. Il y a beaucoup de lait pour le fabriquer, mais l’emballage et l’expédition ont été un défi dans un contexte de pénurie généralisée de main-d’œuvre et de matériaux. Grassland Dairy Products à Greenwood, Wisconsin, a récemment augmenté ses prix pour les supermarchés pour la première fois en quatre ans. Le président Trevor Wuethrich a invoqué l’augmentation des frais de carton, les problèmes de camionnage et sa propre décision d’augmenter les salaires horaires en septembre afin de conserver les employés qualifiés.

Certains ménages pourraient se tourner vers les huiles végétales à tartiner, comme la margarine, pour réduire les coûts, bien que leur prix augmente également. Dina Cimarusti, propriétaire de la nouvelle boulangerie Sugar Moon Bakery à Chicago, vient de payer le beurre 40 cents de plus par livre que d’habitude début décembre. Pour elle, le remplacer par du beurre n’est pas une option : Il s’agit d’un ingrédient important pour nombre de ses pâtisseries maison, notamment les scones, les biscuits et les gâteaux.

« Il n’y a pas que le beurre », dit-elle. « Même le prix de mes produits a considérablement augmenté depuis que j’ai ouvert », a déclaré Mme Cimarusti, 36 ans, dont le magasin a ouvert ses portes en septembre. « Si je n’augmente pas mes prix, je perds évidemment de l’argent ». Pour l’instant, elle ne bouge pas. « J’allais simplement attendre que ça passe », dit-elle, vêtue d’un tablier vert et d’un jean, en pesant des blocs de beurre d’une livre avant de les verser dans un grand mélangeur en acier pour les biscuits à la mélasse. « J’essaie juste de garder les prix abordables. »

En clair, l’inflation augmente l’insécurité alimentaire qui va remodeler de façon spectaculaire les plats traditionnels des fêtes. Certains pourraient se résoudre à manger des insectes et des vers cette année.


Source : Zero Hege – Traduit par Anguille sous roche

Commentaire 1scandal: MANGER DES INSECTES… Si l’on en croit la Torah, on est ce qu’on mange…! C’est la raison pour laquelle certains animaux ne sont pas CACHER… Manger des insectes peut amener l’être humain à développer un esprit de ruche… En association avec les thérapies géniques ARNm, c’est une bonne manière pour obtenir des petits robots travailleurs en quelques générations…


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




1scandal.com © elishean/2009-2021