Information

Les « vies noires » qui ne comptent pas: 50 chrétiens assassinés dans leur église

Si la mort de George Floyd a fait le tour du monde médiatique, influençant jusqu’au discours de certains hommes politiques, celle des 50 chrétiens nigérians assassinés dans leur église, laisse complètement indifférents les médias…

Via Gatestone Institute

Dimanche dernier, le 5 juin 2022, des terroristes islamiques ont pris d’assaut l’église catholique Saint-François dans l’État d’Ondo, au Nigeria, et ont massacré plus de 50 chrétiens qui adoraient pacifiquement leur Dieu.

Des vidéos, selon un rapport, « montraient des fidèles de l’église allongés dans des mares de sang tandis que les gens autour d’eux pleuraient ».

Aussi terrible que puisse paraître ce massacre, il ne s’agit que de la « partie émergée de l’iceberg » proverbiale : au fil des ans, les musulmans ont agressé, abattu ou incendié d’innombrables églises au Nigeria. Ci-dessous, trois exemples :

  • Dimanche de Pâques , 20 avril 2014 : des terroristes islamistes ont incendié une église bondée; 150 chrétiens ont été tués et d’innombrables blessés.
  • Dimanche de Pâques , 8 avril 2012 : des explosifs posés par des musulmans ont explosé près de deux églises bondée ; plus de 50 chrétiens ont été tués et un nombre inconnu blessé.
  • Le jour de Noël , 25 décembre 2011 : des terroristes musulmans ont tiré et bombardé trois églises; 37 chrétiens ont été tués, 57 blessés.

Les chrétiens du Nigeria seraient en fait en train d’être purgés dans un génocide, selon plusieurs ONG ( ici et ici , par exemple).


Un chrétien est tué toutes les deux heures au Nigeria.

Selon un rapport d’août 2021 , depuis que l’insurrection islamique a commencé sérieusement en juillet 2009 – d’abord aux mains de l’organisation terroriste islamique Boko Haram, puis par des bergers peuls musulmans, également motivés par l’idéologie djihadiste, qui les pousse à s’emparer de la Terre chrétienne (« infidèle ») – plus de 60 000 chrétiens ont été soit assassinés lors de raids, soit enlevés, pour ne plus jamais être revus. Pendant ce temps, environ 20 000 églises et écoles chrétiennes ont été incendiées et détruites par des musulmans criant « Allahu Akbar » (« Allah est plus grand »).

Il y a moins d’un mois, l’État islamique au Nigeria a publié une vidéo de ses membres massacrant 20 chrétiens. Bien qu’elle rappelle beaucoup la vidéo de 2015 d’un autre groupe de terroristes musulmans massacrant 21 chrétiens coptes en Libye, elle a reçu beaucoup moins de couverture médiatique.

La vidéo de 2015 des coptes elle-même avait reçu six fois moins de couverture médiatique que le meurtre d’un gorille qui s’est produit au même moment.


La vidéo du mois dernier sur les chrétiens nigérians a à peine fait son apparition dans les médias occidentaux – comme pour suggérer que le massacre rituel des chrétiens est devenu si banal qu’il ne mérite plus d’être rapporté.

Où est le tollé?

Lorsqu’un Australien, Brenton Tarrant, a attaqué deux mosquées et tué 51 musulmans en 2019 en Nouvelle-Zélande, le monde a été condamné ; la torsion des mains n’a pas cessé depuis. Les Nations unies ont répondu à cette attaque isolée et aberrante en lançant une initiative de « lutte contre l’islamophobie ». Où sont, après des années et des décennies d’attaques, les initiatives de l’ONU pour « combattre l’antisémitisme » et pour « combattre le génocide chrétien » ?

Tout ce que l’ONU semble intéressé à faire, c’est de rester assis et de regarder ses membres violer ses règlements. Les menaces de génocide de l’Iran , qui violent la Charte des Nations Unies, sont des motifs d’ expulsion.

L’ONU ignore les crimes innommables contre l’humanité tels que l’esclavage ( ici et ici ), ou les mensonges de la Chine sur la transmissibilité interhumaine du COVID-19, tout en persécutant à tort Israël, une démocratie qui défend en fait les droits de l’homme pour tous ses citoyens – qu’ils soient musulmans, juifs ou chrétiens.

Alors, que vont faire l’ONU et les autres grands organismes gouvernementaux maintenant en réponse à la fusillade d’une autre église et au meurtre de plus de 50 chrétiens? Probablement rien – à part essayer de faire taire quiconque essaie d’exposer l’idéologie qui, selon de nombreux meurtriers, les anime (comme ici et ici). 

Nous le savons parce que l’ONU et de nombreux membres du clergé n’ont absolument rien fait en réponse aux innombrables autres attaques musulmanes contre des églises qui ont coûté la vie à des milliers de chrétiens au fil des ans – sauf pour essayer de dissimuler la motivation des meurtriers, comme dans la « défonce au cannabis » ou la « défense contre la maladie mentale ».

En effet, il y a à peine deux semaines, lorsque des membres du Parlement européen, l’un des organes législatifs de l’Union européenne, ont soumis une proposition visant à tenir un débat sur la vague croissante de persécutions chrétiennes dans le monde — ironiquement, dans le contexte des dernières atrocités de l’époque au Nigeria : la lapidation et l’incinération d’une étudiante chrétienne, Deborah Samuel — la majorité du Parlement européen, dont la plupart sont affiliés à des partis de gauche, a même refusé d’avoir la discussion.

Ignorer le meurtre des chrétiens n’est bien sûr qu’une pièce du puzzle ; dissimuler l’identité religieuse de leurs meurtriers en est une autre.

En décrivant le massacre de dimanche dernier de plus de 50 chrétiens, les mots « musulman », « islam » ou même « islamiste » ne sont jamais apparus dans le rapport de l’AP

Au lieu de cela, on nous dit que « ce n’était pas immédiatement clair qui était derrière l’attaque contre l’église. » Pour maintenir cette ambiguïté, l’AP omet de souligner que les terroristes islamiques ont régulièrement pris d’ assaut des églises et massacré de nombreux chrétiens au fil des ans au Nigeria – un fait qui pourrait simplement donner un indice sur « qui était derrière l’attaque ». Mais dissimuler ce qui arrive aux chrétiens du Nigeria est un vieux « média grand public »

Il suffit de considérer les paroles de Johnnie Carson, secrétaire d’État adjoint américain aux affaires africaines sous le président Barack Obama. S’exprimant après que des terroristes musulmans au Nigeria aient massacré plus de 50 fidèles chrétiens le dimanche de Pâques 2012, Carson a déclaré : « Je veux saisir cette occasion pour souligner un point clé, à savoir que la religion n’est pas à l’origine de la violence extrémiste [au Nigeria] ». Au lieu de cela, « l’inégalité » et la « pauvreté » – pour citer l’ ancien président Bill Clinton – sont « ce qui alimente tout ça » (« ce truc » étant le massacre de chrétiens aux mains de musulmans). Une décennie – et d’innombrables cadavres chrétiens plus tard – les États-Unis n’ont pas changé de position.

Pire encore, la réponse de l’administration Biden à l’assaut djihadiste contre les chrétiens au Nigeria – où 13 chrétiens sont massacrés chaque jour – a été de retirer le Nigeria de la liste des pays particulièrement préoccupants du département d’État : les nations qui commettent ou tolèrent des violations des religions liberté.

Où est l’indignation? Où sont les « hashtags » en faveur des chrétiens nigérians  Pourquoi ces vies noires n’ont-elles pas d’importance?

Raymond Ibrahim


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci


1scandal.com © elishean/2009-2022

Articles connexes