Les "vérificateurs de faits" de Facebook sont financés par les sociétés de vaccin - Scandal
A ne pas manquer Information

Les “vérificateurs de faits” de Facebook sont financés par les sociétés de vaccin


Cela ne surprendra personne… Ceux qui vous censurent sur Facebook, les “fact checkers” sont payés par ceux que vous dénigrez…!

RT a consacré un segment entier à un tweet révélateur du représentant Thomas Massie (R-Ky.) indiquant que l’équipe de « vérification des faits » de Facebook n’était rien de plus qu’un groupe de trolls d’entreprise dont le travail est de pousser les vaccins en ligne et de faire taire quiconque pose des questions.

Les vaccins Covid ne sont « sûrs et efficaces » que pour l’industrie des vaccins, qui a engrangé des bénéfices records en toute sécurité et efficacité grâce à cette pandémie mise en scène. Quant aux personnes qui reçoivent réellement les vaccins, elles peuvent s’attendre à une vie de maladie chronique – en supposant qu’elles survivent…

« Qui paie les chèques de paie des vérificateurs de faits ? Les vérificateurs des faits sur les vaccins de @factcheckdotorg, qui prétendent être indépendants, sont financés par une organisation qui détient plus de 1,8 milliard de dollars d’actions dans une société de vaccins et est dirigée par un ancien directeur de @CDCgov ( Centers for Disease Control and Prevention ), » a révélé Massie, pointant du doigt une entrée pour les « vérificateurs de faits » de Facebook qui déclare :

« Nous avons également reçu 53 501 $ de la Fondation Robert Wood Johnson. Le projet COVID-19 / Vaccination de SciCheck est rendu possible grâce à une subvention de la Fondation Robert Wood Johnson. »

Vous pouvez regarder le rapport RT complet ci-dessous :

Zuckerberg est un atout du gouvernement poussant le fascisme médical

En plus d’être un paradis pour les pédophiles et les trafiquants de sexe, Facebook est un moyen de lavage de cerveau hautement contrôlé que Big Pharma utilise pour répandre des mensonges et de la désinformation sur les vaccins covid.


Mark Zuckerberg est un agent du gouvernement, et sa plate-forme est une opération psychologique massive que l’État profond utilise pour influencer la pensée – dans ce cas pour soutenir le programme d’injection.

“Il s’agit d’une collusion absolue de la part des fabricants de vaccins qui financent les” vérificateurs de faits “sur les réseaux sociaux”, prévient Michael Rectenwald, professeur d’études libérales à l’Université de New York (NYU).

« Donc, nous arrivons au point où la vie des gens est en danger. Nous avons complètement perdu toute confiance dans les médias sociaux et nos médias grand public. Tout ce qui entre en contradiction avec l’agenda de gauche est considéré comme de la « désinformation ». Les gens ne sont désormais plus en mesure d’obtenir des informations sur ce qui est le mieux pour leur santé, y compris les inconvénients du vaccin. »

Que quelqu’un utilise encore Facebook est déroutant. Après tout, ce n’est pas comme si ces types de révélations étaient quelque chose de nouveau. Nous savons depuis des années que Facebook est anti-liberté d’expression, anti-liberté et anti-choix lorsqu’il s’agit de prendre des décisions médicales personnelles.

Si cela dépendait de Facebook, tout le monde serait obligé de prendre une injection de protéine Spike sous la menace d’une arme afin de garder tout le monde «en sécurité». Heureusement, nous ne sommes pas allés si loin – du moins pas encore…


“Si ces entreprises reçoivent un financement fédéral et que ce financement peut être lié à cela, alors il y a des violations possibles du premier amendement”, a tweeté un utilisateur en réponse au rapport de RT sur Facebook.

“Ils ne sont en difficulté que si quelqu’un au pouvoir a le moindre intérêt à appliquer ou à juger toute loi qui pourrait embarrasser l’État profond”, a écrit un autre. “Aucun signe de cela à l’horizon.”

Étant donné que Facebook est apparemment au-dessus des lois lorsqu’il s’agit d’être tenu responsable d’avoir violé les droits à la liberté d’expression de ses utilisateurs, le meilleur moyen pour les gens ordinaires de riposter est d’annuler leurs comptes Facebook et de ne plus jamais utiliser la plate-forme.


C’est pas évident… pour ceux qui publient encore de l’information réelle en espérant toucher quelques personnes de plus…!


Vous trouverez plus d’informations sur les dernières nouvelles concernant la censure des Big Tech sur Censorship.news .


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres

































1scandal.com © elishean/2009-2021