Politique

Les USA bloquent les produits provenant de l’esclavage des ouïghours


Plus d’un mois après les allégations généralisées selon lesquelles la Chine utilise régulièrement sa population musulmane ouïghoure comme main-d’œuvre carcérale pour les produits expédiés en Occident le Département de la sécurité intérieure (DHS) a annoncé lundi cinq nouvelles commandes bloquant l’importation de produits qui seraient le résultat du travail forcé.

– plus précisément après la saisie de 13 tonnes de cheveux humains dans des produits de tissage d’une valeur estimée à plus de 800 000 dollars dans un port américain –

Mark Morgan, commissaire en charge des douanes et de la protection des frontières (CBP), a souligné que ces nouvelles mesures envoient un “message clair” concernant le travail forcé qui pénètre dans les chaînes d’approvisionnement américaines.

“Les ‘Withhold Release Orders’ d’aujourd’hui envoient un message clair à la communauté internationale, à savoir que nous ne tolérerons pas les pratiques illicites, inhumaines et exploitantes du travail forcé dans les chaînes d’approvisionnement américaines“, a déclaré M. Morgan, selon The Hill.

Les directives visent à bloquer les produits provenant de plusieurs installations de la région autonome ouïghoure du Xinjiang en Chine, qui sont soupçonnés d’être des camps d’internement ou de rééducation ou d’inclure du personnel constitué de travailleurs forcés.

Voici une brève liste des cinq commandes passées via le site web du DHS :


  • Tous les produits fabriqués avec la main-d’œuvre du Centre d’éducation et de formation professionnelle n° 4 du comté de Lop, dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang, en Chine.
  • Les produits capillaires fabriqués dans le parc industriel de produits capillaires du comté de Lop, dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang, en Chine.
  • Les vêtements fabriqués par Yili Zhuowan Garment Manufacturing Co. et Baoding LYSZD Trade and Business Co. dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang, en Chine.
  • Le coton produit et transformé par la société Xinjiang Junggar Cotton and Linen Co. dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang, en Chine.
  • Des composants informatiques fabriqués par Hefei Bitland Information Technology Co., Ltd. dans l’Anhui, en Chine.

Morgan a ajouté, à propos de ce renforcement des contrôles, que “l’administration Trump ne restera pas inactive et ne permettra pas aux entreprises étrangères de soumettre des travailleurs vulnérables au travail forcé tout en portant préjudice aux entreprises américaines qui respectent les droits de l’homme et l’État de droit”.

AFP/Getty via NBC : Un centre de haute sécurité près de ce que l’on croit être un camp de rééducation où sont détenues des minorités ethniques majoritairement musulmanes dans la région du Xinjiang, au nord-ouest de la Chine.

La déclaration est allée jusqu’à qualifier la pratique de la Chine d’”esclavage moderne” et a déclaré que le DHS ferait tout ce qui est en son pouvoir pour protéger les travailleurs, les citoyens et la chaîne d’approvisionnement américains.


Elle intervient après qu’une grande partie de l’année dernière, des groupes internationaux de défense des droits de l’homme aient publié une montagne de preuves photographiques et satellitaires montrant un réseau tentaculaire de camps musulmans ouïgours gérés par le gouvernement communiste chinois, ce que Pékin a constamment minimisé ou nié.


Auparavant, la Chine a imposé des sanctions de représailles contre les États-Unis en raison de critiques liées à la question sensible du traitement de la communauté musulmane chinoise minoritaire.

Photo de présentation : Dans l’enceinte du Centre de réhabilitation obligatoire de la municipalité de Kunming en Chine, Getty Images/The Telegraph.

Source : https://www.nouvelordremondial.cc/


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




1scandal.com © elishean/2009-2021