Environnement & Alimentation

Les talibans vont éradiquer la culture du pavot… Cela va porter un grand coup aux élites mafieuses


Les dirigeants talibans afghans ont lancé une campagne pour éradiquer la culture du pavot, visant à anéantir la production massive d’opium et d’héroïne du pays, alors même que les agriculteurs craignent que leurs moyens de subsistance ne soient ruinés à une époque de pauvreté croissante.

Récemment, dans le district de Washir, dans le sud de la province de Helmand, des combattants talibans armés montaient la garde alors qu’un tracteur déchirait un champ de coquelicots. Le propriétaire du champ se tenait à proximité, observant.

Les talibans, qui ont pris le pouvoir en Afghanistan il y a plus de neuf mois, ont publié début avril un décret interdisant la culture du pavot dans tout le pays.

Ceux qui violent l’interdiction « seront arrêtés et jugés conformément aux lois de la charia par les tribunaux compétents », a déclaré à l’Associated Press le vice-ministre taliban de l’Intérieur chargé de la lutte contre les stupéfiants, le mollah Abdul Haq Akhund, dans la capitale provinciale de Helmand, Lashkar Gah.

L’Afghanistan est le plus grand producteur d’opium au monde et une source majeure d’héroïne en Europe et en Asie. La production a grimpé en flèche au cours des 20 dernières années malgré les milliards de dollars dépensés par les États-Unis pour tenter d’arrêter la culture du pavot.

Mais l’interdiction portera probablement un coup dur à des millions d’agriculteurs et de journaliers pauvres qui dépendent du produit de la récolte pour survivre. L’interdiction intervient alors que l’économie afghane s’est effondrée, coupée du financement international à la suite de la prise de contrôle des talibans. La plupart de la population a du mal à se procurer de la nourriture et le pays souffre de sa pire sécheresse depuis des années.

Noor Mohammed, propriétaire d’un champ de pavot à Washir qui a été ravagé par des tracteurs talibans, a déclaré que son terrain est petit et manque d’eau, il ne peut donc pas survivre en cultivant des cultures moins rentables.

« Si nous ne sommes pas autorisés à cultiver cette culture, nous ne gagnerons rien », a-t-il déclaré à propos de ses coquelicots.

Les journaliers peuvent gagner jusqu’à 300 dollars par mois en récoltant l’opium des pavots. Les villageois comptent souvent sur la promesse de la prochaine récolte de pavot pour emprunter de l’argent pour acheter des produits de base tels que la farine, le sucre, l’huile de cuisson et l’huile de chauffage.

Helmand est le cœur de la culture du pavot en Afghanistan. Il semble que la nouvelle campagne d’éradication visait principalement ceux qui ont planté leurs cultures après l’annonce de l’interdiction. Beaucoup d’autres qui avaient planté plus tôt ont réussi à récolter, passant de plante en plante, coupant le bulbe du pavot, puis ramassant la sève qui s’en dégage, matière première de l’opium.

Akhund, le vice-ministre de l’Intérieur, a déclaré que les talibans étaient en contact avec d’autres gouvernements et organisations non gouvernementales pour élaborer des cultures alternatives pour les agriculteurs.

On ne sait pas combien de pavots ont été plantés cette saison, combien ont été récoltés et combien de champs les talibans ont éradiqués jusqu’à présent.

Mais la production afghane n’a cessé d’augmenter, atteignant de nouveaux sommets chaque année ces dernières années. En 2021, 177 000 hectares (438 000 acres) ont été plantés de pavots, produisant suffisamment d’opium pour produire jusqu’à 650 tonnes d’héroïne, selon les estimations de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime. C’était une augmentation de jusqu’à 590 tonnes d’héroïne en 2020.

La valeur totale de la production d’opiacés de l’Afghanistan en 2021 était de 1,8 à 2,7 milliards de dollars, soit jusqu’à 14 % du PIB du pays, dépassant la valeur de ses exportations légales, a indiqué l’ONUDC dans son dernier rapport.

Lors de leur premier passage au pouvoir à la fin des années 1990, les talibans ont également interdit la culture du pavot et, avec une campagne féroce de destruction des terres cultivées, ont presque éradiqué la production en deux ans, selon les Nations Unies.

Cependant, après l’invasion menée par les États-Unis qui a renversé les talibans en 2001, de nombreux agriculteurs sont revenus à la culture du pavot.

Au cours des 20 années suivantes, Washington a dépensé plus de 8 milliards de dollars pour tenter d’éradiquer la production de pavot afghan. Au lieu de cela, il n’a fait qu’augmenter régulièrement : en 2002, environ 75 000 hectares ont été plantés de pavots, produisant quelque 3 400 tonnes d’opium. L’année dernière, la production était le double.

Au cours de l’insurrection talibane qui a duré des années, le mouvement aurait gagné des millions de dollars en taxant les agriculteurs et les intermédiaires pour qu’ils transportent leur drogue hors d’Afghanistan. Des hauts fonctionnaires du gouvernement soutenu par les États-Unis auraient également gagné des millions grâce au commerce florissant de la drogue.

Aujourd’hui, la production d’opium de l’Afghanistan est supérieure à celle de tous les autres pays producteurs d’opium réunis.

Près de 80 % de l’héroïne produite à partir de l’opium afghan parvient en Europe via l’Asie centrale et le Pakistan.

Source


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci

www.epitalon-sante.com

1scandal.com © elishean/2009-2022

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.