Opinion

Les Quatre Couillonneries

par James Howard Kunstler

« Nous voulons sauver la planète, et la vie qu’elle abrite, mais nous ne sommes pas prêts à en payer le prix et à en supporter les conséquences. Alors nous inventons un récit qui nous fait du bien et nous fonçons avec lui. » – Raul Ilargi Meier

Je doute qu’il y ait une autre époque dans l’histoire de la civilisation occidentale où les forces en mouvement agissant sur la société étaient si mystifiantes pour ceux qui les subissaient. Et n’est-il pas particulièrement exaspérant qu’il en soit ainsi à une époque où la pratique scientifique rationnelle avait décodé tant de secrets de la nature? Ce projet a-t-il finalement échoué? Le siècle des Lumières a-t-il été vaincu? Comment sommes-nous devenus piégés comme des grenouilles que l’on fait bouillir malencontreusement dans l’eau de notre propre étang?

J’ai ramené ces forces à quatre courants évidents de la plus grande baise apparemment maléfique, c’est-à-dire des événements gérés de façon néfaste et destinés à nous nuire. Ils sont sûrement tous liés d’une manière ou d’une autre. Essayons de les démystifier pour comprendre ce à quoi nous sommes confrontés.

Premièrement : Le Covid-19. Comment se fait-il que nous ne sachions pas avec certitude comment cet organisme est apparu dans le monde, ou que nous ne comprenions pas ce qui s’est passé après? Réponse : les personnes qui l’ont provoqué dans le laboratoire de Wuhan ont été occupées à couvrir leurs arrières pendant trois ans, et avec succès. Pourtant, nous savons exactement ce qu’ont fait Anthony Fauci, Francis Collins, Peter Daszak, Ralph Baric et d’autres. Rien que la trace écrite dans la correspondance et les brevets est claire. Il semble que nous ne puissions rien faire à ce sujet.

Nous ne savons pas encore pourquoi ils l’ont fait, mais il y a des hypothèses plausibles. Peut-être le Dr Fauci voulait-il couronner sa longue carrière en dents de scie par un dernier triomphe héroïque : l’introduction de vaccins à ARNm qui sauveraient le monde – accessoirement, une grande aubaine financière pour lui-même et l’industrie pharmaceutique qu’il servait secrètement. Comme tout ce sur quoi Fauci a travaillé pendant quarante ans, cette expérience s’est soldée par un désastre : une maladie de Frankenstein qui persiste dans la population et des vaccins qui mutilent et tuent des gens. Comment Fauci et sa société ont-ils pu s’en sortir ? Voici comment :

Deux : la guerre du gouvernement contre ses propres citoyens. Je daterais cela, pour simplifier, à la campagne du DOJ et du FBI visant à défenestrer Donald Trump à partir de 2016 pour le crime d’avoir gagné une élection. Ce qui a commencé comme la farce de la collusion avec la Russie s’est transformé en RussiaGate, une autre extravagance de couverture de cul dans laquelle l’administration publique s’est donné la permission générale de mentir sur tout ce qu’elle faisait.

Des gens comme James Comey, Andrew McCabe et l’équipe de filles de Barack Obama à la Maison Blanche – pour ne citer que quelques-uns des nombreux participants – ont également réussi à accrocher les grands médias d’information en leur faisant croire qu’ils étaient les gentils qui combattaient un super-méchant dégoûtant et attrapeur de chattes, ce qui a disposé les médias d’information à accepter tous les mensonges du FBI et du DOJ, et les a également bloqués dans une boucle sans fin de recouvrement de cul dans laquelle ils sont toujours enfermés.

En fin de compte, toutes les personnes impliquées ont fini par reconnaître qu’il n’y avait pas de responsabilité pour leurs actes méchants et leurs mensonges à leur sujet, et cela est devenu une licence universelle pour tout le monde dans la vie publique pour mentir sur tout et n’importe quoi, y compris le Dr Fauci et ses collègues, qui ont regardé le RussiaGate se dérouler pendant quatre ans avant les débuts de Covid-19. Cette autorisation d’agir injustement et de mentir à ce sujet s’étend, soit dit en passant, aux méfaits électoraux épiques réalisés de manière programmatique par la branche Lawfare du Parti démocrate en 2020 et 2022, et à l’installation d’un faux président.

Trois : la Wokerie, la campagne marxiste visant à désordonner la société afin de renverser les institutions existantes et de les remplacer par une dictature utopique des opprimés intersectionnels – également connue sous le nom de La vengeance des perdants. Sa principale tactique consiste à normaliser la maladie mentale.

La Wokerie est souvent décrite comme une nouvelle sorte de religion, mais c’est principalement parce que toutes ses propositions et principes sont irrationnels, comme c’est le cas pour toutes les religions. De plus, comme dans beaucoup de religions, la Wokerie est préoccupée par la coercition et la punition – ce qui est naturel pour un mouvement basé sur la vengeance – et souvent à un degré sadique. Il se moque de l’idée de rédemption. Ses adversaires ne sont jamais pardonnés, mais reçoivent des punitions supplémentaires pour avoir demandé.

Le mystère ici est de savoir comment la Wokerie a été incorporé dans le système d’exploitation du parti démocrate. La réponse est que le parti avait besoin de quelque chose pour remplacer son ancien corpus de travailleurs industriels organisés, emportés par les vents du mondialisme, et il a donc valorisé les diverses catégories de malades mentaux, les personnes définitivement opprimées, et diverses personnes qui étaient devenues des otages économiques de son système corrompu de paiements et de subventions.

Au-dessus de ce ramassis de fous, régnait une aristocratie de la soi-disant élite cognitive, des gens à la vertu incontestée, des professeurs d’université, de la classe créative, de l’échelon des diplômés – très occupés à signaler leurs bonnes intentions à leurs vassaux pour les garder dans le rang.

La wokerie, vous l’avez peut-être remarqué, est aussi une « religion » dominée par les femmes, et une souche particulière de femmes : celles qui ont été grossièrement déçues par les promesses du féminisme dans ses différentes itérations, c’est-à-dire l’idéal d’avoir des carrières brillantes sans famille ni enfants – produisant une rage implacable, inchoative et transmissible contre le monde et un désir féroce de punir ceux qui ne sont pas aussi bien disposés envers le dogme wok. Il n’est donc pas surprenant qu’une grande partie de ce dogme ait émané des départements de sciences humaines des universités où ces intellectuelles féministes carriéristes ont afflué et ont mariné dans leurs déceptions.

C’est également le cas de leur avatar : la toujours froide et diabolique Hillary Clinton, toujours en quête de réparation pour les pertes de sa vie. Hillary nous conduit sur la scène mondiale, et à…

Quatre: le plus mystérieux des quatre baisers : Le mondialisme tel que représenté par le Forum économique mondial (WEF) dirigé par le quasi-comique Klaus Schwab. Il est supposé – et je ne peux pas approuver cette proposition – qu’il s’agit d’une façade pour une cabale de banquiers et d’oligarques internationaux exaltés, les proverbiaux Rothschild et Rockefeller, Soros et Bill Gates et leurs divers subalternes.

Il y a certainement beaucoup d’argent en jeu et, comme le dit le vieil adage, l’argent parle et les conneries marchent. Il y a aussi une tonne de bavardages sur cette même cabale centrée sur un culte satanique de pédophilie.

Je n’y crois pas non plus. Ça me semble complètement fou. Et pourtant, comment expliquez-vous les activités de Jeffrey Epstein, et comment il s’en est tiré avec tout cela, jusqu’à ce qu’il soit éliminé juste sous le nez du procureur général Bill Barr ? Comment expliquer la déification des transsexuels par les responsables de la culture et de la politique ? On ose condamner des insultes aussi scandaleuses à la moralité humaine que le Drag Queen Story Hour.

L’hypothèse est que le module sexuel satanique est tout à fait conforme au projet de transhumanisme du WEF : créer une super-race qui gérera et appréciera les inconvénients de la vie sur terre en tant que genre hermaphrodite inédit, et toute la sexualité performative kink exposée n’est qu’un avant-goût de cela, pour nous adoucir.

Mais ce qui est plus important, c’est l’idée que cette élite du FME dirigera une planète d’esclaves de rang inférieur (nous), pour extraire leur lithium et préparer leurs boissons. Et avec cela, il y a l’histoire très entendue du WEF qui cherche à réduire sévèrement la population humaine actuelle de la Terre. Je ne suis pas entièrement d’accord pour croire à tout cela ; je dis juste que tout cela est « là » et, aussi fou que cela puisse paraître, c’est difficile à expliquer.

Sauf de cette façon. Les lecteurs savent que j’ai présenté mon point de vue personnel sur l’effondrement de la société techno-industrielle sous le titre The Long Emergency.

Ma conviction personnelle est la suivante : l’appréhension générale d’un tel événement, actuellement en cours, a généré chez les citoyens une terreur telle qu’elle a rendu la société folle (la formation des masses est une interprétation connexe, qu’il n’est pas nécessaire d’aborder ici).

Je suppose que cela est arrivé à la plupart des autres civilisations qui ont vacillé et sont tombées. Celle que je connais le mieux – parce que j’en ai parlé dans The City in Mind (2002) – est la psychose qui a frappé les Aztèques de 1519 à 1521.

C’est l’histoire la plus étrange de l’histoire que je connaisse.

La civilisation aztèque avait à peine deux cents ans. La grande cité-état de Tenochtitlan avait rapidement atteint environ un million d’habitants lorsque Hernan Cortés et sa compagnie, représentant l’Espagne de l’Inquisition, ont débarqué. Cortés, dans son casque d’acier étincelant, était la personnification de la divinité en chef des Aztèques, Huitzilopochtli, leur dieu du soleil, et du récit théologique qui l’accompagnait, à savoir que Huitzilopochtli reviendrait dans le monde depuis l’endroit où les dieux se reposaient et détruirait tout. En fait, c’est exactement ce que le Señor Cortés et ses quelques centaines de soldats ont fait à un million d’Aztèques et à leur culture.

Mais pendant les deux années où Cortés a séjourné parmi eux, les Aztèques sont devenus fous et ont intensifié leur programme de sacrifices humains – quelques captifs malchanceux de temps en temps – pour en faire un fantastique bain de sang rituel, coupant le cœur de centaines de personnes au sommet de leur grande pyramide afin de propitier Huitzilopochtli et de le persuader, par cette preuve sanglante de leur dévotion, de ne pas mettre fin à leur monde. Il s’est terminé quand même, mais un autre monde (sans doute pas meilleur) a pris sa place : le Mexique.

C’est le genre de folie collective humaine périodique que je vois dans les quatre couillonneries qui se répandent dans le monde alors que la civilisation occidentale vacille. Le problème est que, ayant remplacé nos dieux par la science, nous n’avons aucune divinité à invoquer. Juste des hypothèses sans fin sur ce qui est à venir.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci


1scandal.com pour une info libre... © elishean/2009-2022

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.