Les médias font tout leur possible pour camoufler les horreurs des talibans - Scandal
Opinion

Les médias font tout leur possible pour camoufler les horreurs des talibans


L’ÉTAT PROFOND INTERNATIONAL A DÉCIDÉ QUE LES TALIBANS SONT DEVENUS DES PARANGONS DE VERTUS, ALORS…!

Les médias conventionnels ont mis toute leur énergie à camoufler les brutalités des talibans et à redorer leur image afin de les rendre acceptables pour le monde moderne et peut-être de donner à ces sauvages des montagnes un siège aux Nations Unies.

Ils nous disent que les talibans 2.0 sont une tout autre entité, sans comparaison avec ceux qui ont sévi en Afghanistan de 1996 à 2001.

Après tout, les talibans ont promis de respecter les droits des femmes et de leur permettre de continuer à travailler comme d’habitude. Les petites filles pourront également recevoir une éducation.

Nous restons perplexes face à l’engagement des talibans à permettre aux filles d’aller à l’école, car tout récemment, les djihadistes talibans faisaient du porte-à-porte pour traquer des filles aussi jeunes que douze ans, afin de les prendre comme esclaves sexuelles.

Nous avons appris qu’une femme avait été fouettée pour avoir porté des pantoufles montrant ses pieds et qu’une autre femme vêtue d’une burqa avait été abattue pour ne pas avoir suffisamment couvert son visage.


Et ces atrocités se sont produites sous le règne des talibans 2.0 modérés, reconnaissant les droits des femmes.

Les dirigeants talibans ont clarifié leur point de vue sur les droits des femmes dans le pays :

« Les droits des femmes seront régis par la charia », a affirmé leur porte-parole Zabihullah Mujahid, lors de leur première conférence de presse depuis la conquête de Kaboul.

Et quels sont les droits accordés aux femmes par cette loi islamique vénérée ? Voyons donc les « droits » dont jouissaient les femmes afghanes sous les talibans 1.0 de 1996 à 2001.


Les femmes n’étaient pas autorisées à sortir de chez elles sans une burqa couvrant chaque centimètre de leur peau, y compris leurs pieds, leurs mains et leur visage.

La plupart des femmes de cette période optaient pour la burqa traditionnelle dite shuttlecock (volant de badmiton) qui les couvrait de la tête aux pieds ; il y avait un petit espace pour les yeux, mais avec un filet ou des mailles couvrant l’espace pour que leurs yeux ne soient pas visibles.

Aucune femme ne pouvait sortir dans la rue sans être accompagnée d’un homme de sa famille – un parent par le sang.

Aucun homme ne devrait pouvoir entendre les pas d’une femme, c’est pourquoi les talons hauts ou tout type de chaussures qui produisent un son en marchant étaient interdits aux femmes.

La voix d’une femme ne doit pas atteindre les oreilles d’un homme qui ne lui est pas apparenté.

Par conséquent, elle doit toujours surveiller son niveau sonore en parlant. Serait-ce de l’« islamophobie » de dire que les talibans ont trouvé une nouvelle méthode pour faire taire une femme?

Comme il était interdit aux femmes d’être vues par des hommes qui ne lui étaient pas liés par le sang, il était obligatoire que les fenêtres de tous les rez-de-chaussée soient peintes d’une teinte sombre, couvertes ou fermées en tout temps, juste au cas où une femme aurait passé et serait devenue visible pour un homme au rez-de-chaussée.

De même, il était interdit aux femmes de se tenir sur les balcons de leurs maisons, car des hommes dans la rue ou leurs voisins masculins auraient pu les apercevoir.

Le mot « femme » a été supprimé de tous les lieux publics ou noms de lieux publics.

Les femmes n’avaient pas le droit de se faire photographier ou filmer. Aucune image de femme ne pouvait être imprimée dans les livres ou les journaux, ni conservée dans les magasins ou les maisons.


Il va sans dire que les femmes n’étaient pas autorisées à apparaître dans des films ou à la télévision, ni à travailler dans des stations de radio.

Il leur était interdit de former des groupes à l’extérieur ou de tenir des rassemblements publics.

Les femmes n’ont jamais été autorisées à travailler dans des bureaux sous les talibans.

Elles ne pouvaient pas travailler comme journalistes, banquières, enseignantes, infirmières, médecins ou occuper des postes administratifs, car ces emplois les auraient placées au milieu de collègues masculins qui ne leur étaient pas apparentés.

Les emplois de bureau occupés par des femmes ont été transmis à des membres masculins de leur famille.

Les petites filles n’avaient plus le droit d’aller à l’école.

De nombreuses écoles de filles ont été bombardées ou incendiées par les talibans, non seulement en Afghanistan, mais dans plusieurs pays où ils avaient pris pied si peu que ce soit.

Aucune femme sous le régime des talibans en Afghanistan n’a jamais bénéficié du droit humain fondamental de dire ce qu’elle pense ou de s’habiller comme elle l’entend.

Les femmes qui enfreignaient l’un des commandements ci-dessus étaient soumises par la police religieuse à des châtiments durs, impitoyables, inimaginables. Elles pouvaient être lapidées à mort, mutilées, défigurées, ou recevoir des centaines de coups d’un fouet en métal d’un mètre de long. Beaucoup de ces femmes ont péri pendant cette punition.

Dans l’Afghanistan de 1996, le doigt d’une jeune femme a été sectionné par les talibans : elle avait osé se peindre les ongles.

Une femme nommée Aisha Mohammadzai a été forcée de contracter un mariage cauchemardesque pour régler un différend familial. Lorsqu’elle a tenté d’échapper à ce mariage violent et abusif, les talibans, pour lui faire honte de sa désobéissance et pour faire un exemple, lui ont coupé le nez et les oreilles.

Il faut être un ignare absolu et vivre dans le déni pour croire même une seconde que les talibans laisseront les femmes afghanes tranquilles cette fois.

Source: https://www.jihadwatch.org/2021/08/talibans-regulations-for-women-will-send-chills-down-your-spine


Traduction Cenator pour les observateurs.ch


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres

































1scandal.com © elishean/2009-2021