Les médias et Q - Scandal
A ne pas manquer Information

Les médias et Q


Plusieurs articles sont désormais publiés chaque jour par les médias mainstream pour attaquer Q.

Dans cet article, nous examinerons les tactiques utilisées par la presse pour élaborer ces articles et les motifs qui les sous-tendent.

Journalistes citoyens

Notre histoire commence par une observation faite par le général Flynn en novembre 2016, lorsqu’il a noté que les journalistes avaient abdiqué leurs responsabilités. Plutôt que de rapporter équitablement et objectivement les nouvelles, ils sont devenus des militants politiques. Les citoyens moyens ont vu cela comme une opportunité et ont commencé à publier leurs propres nouvelles sur les médias sociaux.

Historiquement, le flux d’informations a été contrôlé par des réseaux d’information centralisés, car il fallait des équipements coûteux pour diffuser des émissions et imprimer des journaux. Aujourd’hui, tout le monde peut devenir un journaliste de la presse écrite en créant son propre site web. Certains journalistes citoyens ont créé des plateformes influentes sur Facebook et Twitter. Un téléphone portable peut faire office de studio de diffusion, et des milliers de personnes ordinaires créent désormais leurs propres émissions d’information.

Niveler le terrain de jeu

Ayant un accès exclusif aux sources d’information, les journalistes de carrière ont bénéficié d’un avantage sur le public. Mais Qanon a changé cette dynamique. Q est une source d’information similaire à celles utilisées par les journalistes. Ses messages aident les gens ordinaires à comprendre les événements actuels. Contrairement aux médias, Q ne fournit pas un narratif d’information mais des informations brutes. Certains messages nécessitent une interprétation ou une recherche. Les lecteurs peuvent interpréter ces messages comme ils le souhaitent. Certains éléments d’information doivent être synthétisés avec d’autres. Ils doivent ensuite être contextualisées. La vision de l’actualité développée par ceux qui suivent Q diffère de celle proposée par les médias mainstream.


La menace

Les médias comprennent la menace que représentent les journalistes citoyens pour leur contrôle de l’information. Des personnes ordinaires occupent désormais les rôles qu’ils occupaient autrefois. Pour contrer cette menace, ils ont élaboré un plan visant à discréditer la source d’information utilisée par certains journalistes citoyens. Ce plan s’articule autour d’une campagne de diffamation contre Q. Les tactiques utilisées dans cette campagne seront examinées dans l’article. Nous commencerons par examiner une citation d’un récent article de Bloomberg sur Q.

Des mèmes émanant de ce groupe conspirationniste – qui est vaguement uni par la conviction discréditée qu’il existe un complot visant à évincer Trump de la présidence – se sont retrouvés sur les comptes de réseaux sociaux de tout le monde, de Michael Flynn (qui a été brièvement conseiller à la sécurité nationale) au conseiller en médias sociaux de la Maison-Blanche, Dan Scavino. Parfois, ces mèmes peuvent être aussi innocents qu’une image représentant Trump avec un slogan de QAnon (comme ce fut le cas pour Scavino), mais d’autres fois, ils prennent des connotations plus sinistres, comme le serment à QAnon – « Where we go one, we go all »- que Flynn a posté le 4 juillet.

La tache subtile

Bloomberg a tenté de salir la réputation du général Flynn, qui a soutenu le mouvement Q. Flynn suit de nombreux anons sur Twitter et interagit avec eux par le biais de messages privés. Sa famille a prêté le même serment que des milliers d’adeptes de Q, comme le montre cette vidéo publiée sur Twitter le 4 juillet.

Fausses insinuations

Bloomberg a faussement rapporté que le serment prêté par certains adeptes de Q était porté à Qanon alors qu’il était porté aux États-Unis. Le serment de Flynn (le même que celui prêté par toute personne qui s’engage dans l’armée) a été qualifié de « sinistre » par Bloomberg. Ces remarques révèlent un agenda. Bloomberg veut convaincre le public que les adeptes de Q ont des motivations néfastes pour leurs actions.

Des croyances discréditées ?

Les médias savent que Q a l’intention de dénoncer la corruption. Cette dénonciation consiste notamment à rassembler dans le domaine public les preuves concernant les tentatives de l’administration Obama d’empêcher l’élection de Donald Trump, puis de le démettre de ses fonctions. Ces tentatives comprenaient l’enquête Crossfire Hurricane du FBI, l’enquête Mueller et l’impeachment. Dans la citation ci-dessus, Bloomberg a qualifié ce complot de « croyance discréditée », malgré le fait que plusieurs procureurs américains enquêtent actuellement sur ce crime et que l’un d’eux – John Durham – devrait publier les conclusions de son enquête de façon imminente. L’objectif ici est de convaincre le public que chaque idée proposée par les adeptes de Q est un complot sans fondement.


Tout sauf les posts de Q

Les articles des médias traitent rarement des messages de Q, car cela inciterait les gens à les lire. Au lieu de cela, ils ont développé un ensemble de sujets qu’ils savent que le public trouvera soit ridicule, soit répugnant. L’article de Bloomberg affirme que les adeptes de Q sont obsédés par les conspirations, comme l’idée que Tom Hanks a un(e) esclave sexuel(le).

Tous les autres membres de la famille se souviennent de l’agitation provoquée par le coin de la rue lorsqu’ils ont affirmé que Tom Hanks avait un(e) esclave sexuel(le).

Dans n’importe quel échantillon de la population, il est probable que vous trouverez quelques personnes qui croient que Tom Hanks a un(e) esclave sexuel(le). Dans la communauté des « théoriciens du complot », cette croyance est plus courante. Cependant, Q n’a jamais mentionné Tom Hanks dans aucun de ses messages. Pour discréditer Q, les médias prétendent à tort que son opération concerne des sujets qu’il n’a jamais mentionnés.

Des prédictions erronées ?

Comme des milliers d’articles avant lui, l’article de Bloomberg caricaturait un post de Q, sans fournir le post lui-même ou le contexte nécessaire pour le comprendre. L’article faisait référence au premier post de Q, le 28 octobre 2017, qui prédisait l’arrestation d’Hillary Clinton.

Anonymous ID 12071.12hoW No 1470127190
28 oct 2017 15:44:28 (EST)

Anonymous ID 91o9594G1 No 1470052810
28 oct 2017 14:33:50 (EST)

49146981625
Hillary Clinton (HRC) sera arrêtée entre 7:45AM – 8:30 AM EST le lundi – le matin du 30 octobre 2017.

« 147005221
L’extradition de HRC est déjà effective hier avec plusieurs pays en cas de fuite transfrontalière. Passeport approuvé pour signalement à partir de 10/30 @ 12:01am. S’attendre au déroulement d’émeutes massives organisées en défiance et d’autres fuyant les États-Unis. Les US M’s (US Marines) conduiront l’opération pendant que les NG seront activés. Vérification de preuve : Trouvez un membre de la NG (National Guard) et demandez-lui s’il a été activé pour le service le 10/30 dans la plupart des grandes villes.

Ce message a dérouté de nombreuses personnes et a été utilisé pour soutenir l’affirmation selon laquelle Q est un imposteur. Si vous supposez que Q a l’intention de prédire correctement les événements futurs, vous en conclurez qu’il s’est trompé sur ce point, mais ce n’est pas l’intention de Q. Pour comprendre le but de ce message, et d’autres semblables, vous devez suivre une série de messages connexes postés la même semaine et les assembler.

Trois jours plus tard, le 31 octobre 2017, Q a prédit l’inculpation de Huma Abedin et de Podesta le 3 novembre 2017. (Il n’est pas clair si la référence intentionnelle était à Tony ou à John Podesta).

Il y a plus de bonnes personnes que de mauvaises. Les sorciers et les sorcières (terme interne) ne permettront pas à un autre POS satanique maléfique de contrôler notre pays. Réalisez que Soros, Clinton, Obama, Poutine, etc. sont tous contrôlés par 3 familles (la 4ème a été écartée après la victoire de Trump).

11.3 – Podesta inculpé
11.6 – Huma inculpé

Manafort a été placé dans le camp de Trump (ainsi que d’autres). La corruption qui va sortir est si grave que des accords doivent être passés pour que les gens s’en sortent sinon 70% des politiciens élus seraient en prison (vous en voyez déjà le début). Un nettoyage en profondeur est à venir et la prévention et la défense du mal pur se produit sur une base quotidienne. Ils n’ont jamais pensé qu’ils allaient perdre le contrôle de la présidence (pas seulement les D’s) (Démocrates) et pensaient avoir le contrôle depuis les erreurs du passé (JFK, Reagan).

Bonne vitesse, les Patriotes.
PS, Soros est visé.

Avant de supposer qu’il s’agissait d’une autre prédiction ratée, lisons la suite. Le jour suivant, le 1er novembre, Q a dit que les épreuves commenceraient le 3 novembre.

Suivi du dernier message.

Retour sur les commentaires concernant Pelosi et John M (certains d’entre nous refusent de prononcer son nom de famille pour une raison précise).

Tout cela a un sens – tout ce qui est dit. Une vue d’ensemble – peu de postes permettent ce contact direct.

La preuve commence 11.3.
Nous j’apprécions sincèrement le travail que vous faites. Continuez le bon combat. Le flux d’informations est vital.

Dieu vous bénisse.

Arabie Saoudite

Nous savons, grâce à des documents accessibles au public, que la famille royale saoudienne a donné entre 10 et 25 millions de dollars à la Fondation Clinton. Il est naturel de se demander s’ils attendaient des faveurs politiques en retour de leur générosité. Certains ont suggéré que les Clinton n’étaient guère plus que les actifs politiques des Saoudiens.

Imaginez que vous soyez un membre de la famille royale saoudienne et que vous appreniez qu’une personne anonyme prétendant être un initié du renseignement prédit l’arrestation et l’inculpation imminentes de vos biens les plus précieux. (À l’époque, Huma Abedin était l’assistante personnelle d’Hillary Clinton. John Podesta était son directeur de campagne en 2016). Prendriez-vous des mesures pour essayer d’empêcher leur arrestation ?

Imaginez votre surprise le matin du 4 novembre, lorsque vous et les membres de votre famille  êtes arrêtés, au lieu d’Hillary. Le 4 novembre 2017, le jour de l’arrestation des membres de la famille royale saoudienne, les anons ont réalisé qu’en plus des allusions à Hillary Clinton, Podesta et Abedin, Q avait également lâché des allusions aux événements en Arabie saoudite. Q a expliqué que l’arrestation de personnalités politiques corrompues commencerait en Arabie saoudite et se déplacerait vers les États-Unis et d’autres pays. La menace de l’arrestation de personnalités politiques américaines était une diversion destinée à maintenir l’attention sur elles, tandis qu’une opération était en cours de préparation pour arrêter leurs manipulateurs saoudiens.

Très intelligent, Anon (Anonyme).
La désinformation est réelle.
Les distractions sont nécessaires.
AS (Arabie Saoudite) en premier, US (Etats-Unis) en second, (Asie/UE)…
Alice et le pays des merveilles
Q

Q prédit-il les événements futurs ?

Beaucoup de gens comprennent mal l’intention de l’opération de Q. Ils supposent que Q a l’intention de prédire correctement les événements futurs, mais ce n’est pas vrai. Bien que Q fournisse des informations sur les événements actuels, il ne prédit pas ouvertement les événements à l’avance. Il laisse échapper des indices sur les événements futurs qui ne peuvent être compris au moment où ils sont postés. Après un événement important, on nous demande de revenir en arrière et de trouver les messages qui font allusion à cet événement. La nature prédictive des messages de Q ne peut être appréciée que rétrospectivement.

Lorsque de grandes nouvelles tomberont, veuillez relire l’intégralité du graphique.
C’est fondamental et c’est pourquoi l’information est fournie dans un certain ordre et pourquoi certains sujets sont continuellement soulignés plus que d’autres, car ce sont les événements récents. C’est le but de ce nouveau fil de discussion (réorganiser).
Blanche-Neige
Magiciens & Sorciers
Q

Messages peu clairs

De nombreuses personnes se plaignent du style de communication obscur et ambigu de Q. Pourquoi ne dit-il pas clairement ce qu’il veut dire ? En raison des lois sur la sécurité nationale, certaines informations ne peuvent être divulguées directement au public, mais il est possible d’y faire allusion de manière oblique. Si l’on fait une interprétation correcte, on peut se rendre compte, avec le temps, que l’on a reçu des informations avancées sur une opération classifiée. C’est ce qui s’est passé avec le décodage de ce post de RED_CASTLE GREEN_CASTLE datant de mars 2018.

Horloge activée.
CHÂTEAU_ROUGE.
CHÂTEAU_VERT.
Scène_5:5 [y]
Q

Ce n’est qu’une supposition, mais le corps des ingénieurs de l’armée a pour symbole, un château rouge et blanc. Trump prévoit-il de construire le mur frontalier en utilisant l’argent du ministère de la Défense et le corps des ingénieurs ?#Qanonhttps://t.co/15ALngHfaZ pic.twitter.com/BWMP9p7ktK– Praying Medic (@prayingmedic) 23 mars 2018

Les Anons ont émis l’hypothèse que, même s’il négociait avec le Congrès à l’époque, le président Trump prévoyait en fait de construire le mur de la frontière sud en utilisant le Corps des ingénieurs de l’armée et un financement du ministère de la Défense. Cette intuition s’est avérée vraie lorsque, neuf mois plus tard, le président Trump a annoncé pour la première fois publiquement que c’était ainsi qu’il comptait construire le mur. Les messages de Q doivent être correctement décodés et le bon sens déduit, mais ce n’est que plus tard que nous recevons la confirmation de notre théorie.

De fausses prédictions ?

Cela conduit à l’observation que Q pourrait poster un message aléatoire et prétendre plus tard qu’il avait prédit une nouvelle histoire spécifique. En théorie, Q pourrait le faire. Puisque la signification d’un message cryptique est inconnue, il pourrait, au moment opportun, lui attribuer la signification qu’il souhaite. C’est une théorie intéressante, mais regardons comment cela se passe dans la réalité.

Attention aux preuves

Le 2 décembre 2019, Q a posté un message contenant quelques lignes de texte cryptique ainsi que la photo d’une montre indiquant l’heure de 1:29. Le 2 décembre, personne d’autre que Q n’a compris la signification de ce message.

Voyage_confirmé2/
/relais_1-99/
Q

Exactement une semaine plus tard, le 9 décembre, le ministère de la Justice a publié un lien vers le rapport tant attendu de l’inspecteur général sur les abus de la FISA (Foreign Intelligence Surveillance Act). Le rapport a été publié sur la page Twitter de l’inspecteur général du ministère de la Justice à 13 h 29 (heure de l’Est).

@justiceOIG
Le DOJ OIG (Ministère de la Justice – Bureau de l’Inspecteur Général) publie l’examen de quatre demandes FISA et d’autres aspects de l’enquête du FBI sur l’ouragan Crossfire.

Voir sur le site web ici : https://justice.gov/storage/120919-examination.pdf.

Voir sur http://Oversight.gov ici : https://oversight.gov/report/doj/rev

Le même jour, le procureur général William Barr a publié une déclaration en réponse au rapport de l’inspecteur général. La réponse de Barr a été publiée sur le compte Twitter du ministère de la Justice à 1:29 est.

@TheJusticeDept
Déclaration du procureur général William P. Barr sur le rapport de l’Inspecteur Général concernant l’examen de quatre demandes FISA et d’autres aspects de l’enquête sur l’enquête Crossfire Hurricane menée par le FBI

Le même jour, le procureur général John Durham a publié sa réponse au rapport de l’inspecteur général. Sa réponse a été postée sur la page Twitter du procureur du Connecticut à 1h29 de l’Est.

@USAO_CT

Déclaration du Procureur général des Etats-Unis John H. Durham

https://t.co/1dV40dyzDU?amp=1

La photo de la montre de Q montrant l’heure de 1:29 a-t-elle prédit ces événements exactement une semaine à l’avance (à la minute près) ou n’était-ce qu’une coïncidence ? C’est à chacun d’en décider. Lorsque nous observons des événements qui semblent être une coïncidence, à un moment donné, il peut être utile de se demander s’ils sont vraiment une coïncidence ou s’ils sont coordonnés.

Les médias décrivent les messages de Q comme une collection de fausses prédictions et de divagations incohérentes. Ignorent-ils que les messages de Q semblent préfigurer les nouvelles ? S’ils le savent, pourquoi l’ignorent-ils dans leurs reportages ?

Silence et violence

Les médias ont l’intention de faire taire Q et ses partisans. Plusieurs tactiques ont été employées pour atteindre cet objectif. Dès le début, la presse a affirmé que parce que Q avait choisi de poster sur le forum 4chan, il devait être aligné sur les suprémacistes blancs qui y postent également. C’est comme dire que si vous publiez des vidéos sur YouTube, vous devez avoir de la sympathie pour les transsexuels qui y postent également. Les sites Web 4chan, 8chan et 8kun possèdent des centaines de tableaux de messages. Chaque forum est consacré à la discussion d’un sujet différent. Comme c’est le cas sur Twitter, Facebook ou toute autre plateforme, les suprémacistes blancs ne représentent qu’une petite partie de la base d’utilisateurs.


L’accusation selon laquelle Q est lié à la suprématie blanche n’est pas vraie. Q n’a jamais posté de message épousant une idéologie raciste. S’il l’avait fait, vous pouvez être sûrs que la presse en aurait fait une capture d’écran et qu’elle figurerait en bonne place dans ses articles. Bien que l’affirmation selon laquelle Q est lié à la suprématie blanche ne soit pas vraie, c’était une tactique nécessaire. Les médias espèrent lier Q à une certaine forme d’extrémisme violent.

Comme il n’existe aucun lien entre Q et la violence, les médias ont décidé d’en fabriquer. Lisez quelques articles sur Qanon et vous constaterez que les journalistes font tout leur possible pour établir un lien – aussi artificiel soit-il – entre Qanon et les actes de violence. Dans son dernier article, Bloomberg a insinué, sans preuve, qu’un meurtrier de masse en Allemagne souscrivait à » des croyances de type Qanon « .

En février, à Hanau, en Allemagne, un tireur isolé épousant des convictions proches de celles de QAnon a massacré neuf personnes dans des bars fréquentés par des immigrés avant de tuer sa mère et de se suicider.

Les médias n’ont aucune preuve que les adeptes de Q sont violents. De telles preuves n’existent pas. Mais ils ont trouvé un autre moyen d’établir le lien avec la violence. En 2019, Yahoo News a publié un article affirmant que le FBI a publié un bulletin mettant en garde contre la menace d’extrémisme violent liée aux « théories du complot marginales » comme Qanon. L’article est centré sur un bulletin censé avoir été publié par le bureau local de Phoenix du FBI.

Le Bulletin du FBI examiné

J’ai décidé d’enquêter sur les origines du prétendu bulletin du FBI.

J’ai contacté Jana Winter, l’auteure de l’article, et MichaelIsikoff, à qui l’on attribue la rédaction de l’article. (Il s’agit du même Michael Isikoff qui a rendu public le tristement célèbre dossier Steele qui a été utilisé pour obtenir un mandat FISA pour surveiller Carter Page). Le document intégré dans l’article est hébergé sur un compte Scribd privé. J’ai demandé à Isikoff et Winter de fournir un lien vers un site gouvernemental où l’on peut trouver le bulletin, ou d’autres informations permettant de le valider. Ni Winter, ni Isikoff n’ont répondu à ma demande. On pourrait espérer qu’ils n’ont pas simplement trouvé le document sur Scribd et supposé qu’il était légitime. S’ils l’ont obtenu d’une source gouvernementale, pourquoi ne pas fournir des informations sur la façon dont ils l’ont obtenu ?

J’ai contacté le bureau du FBI à Phoenix. L’agent qui a répondu m’a dit qu’il ne pouvait pas vérifier l’existence du bulletin. Il m’a suggéré de déposer une demande en vertu de la loi sur la liberté d’information (FOIA) et m’a renvoyé au service de presse national du Bureau. J’ai effectué une recherche dans la base de données FOIA sans résultat et j’ai déposé une nouvelle demande FOIA avec le titre du document comme critère de recherche. Cette demande n’a donné aucun résultat.

J’ai contacté le service de presse national du FBI, qui n’a pas pu confirmer l’existence de ce bulletin. Il a fourni des liens vers des témoignages au Congrès de responsables du FBI et du DOJ qui ont abordé cette question, ainsi qu’un lien vers un article du FBI décrivant les catégories qu’il utilise pour définir l’extrémisme violent. Le FBI ne dispose actuellement que de quatre catégories d’extrémisme violent domestique :

Le FBI classe les menaces de terrorisme intérieur en quatre grandes catégories : l’extrémisme violent à motivation raciale, l’extrémisme anti-gouvernemental/anti-autoritaire, l’extrémisme en faveur des droits des animaux/de l’environnement et l’extrémisme en faveur de l’avortement.

L’un des liens fournis par le service de presse renvoie à une audience au cours de laquelle le directeur du FBI, Christopher Wray, a témoigné sur l’extrémisme violent. Wray a déclaré que le FBI n’enquêtait pas « sur les idéologies, aussi répugnantes soient-elles ».

J’ai fait procéder à une expertise du prétendu bulletin du FBI et j’ai trouvé un certain nombre de traces qui remettent en question sa validité. (L’ensemble du fil de discussion qui examine ces questions peut être trouvé en cliquant sur l’un des tweets ci-dessous, puis en suivant les tweets liés dans le fil de discussion). Quelques observations seront fournies ici pour illustrer mes principales préoccupations.

J’ai comparé un bulletin connu du FBI sur « l’extrémisme violent d’identité noire », qui peut être trouvé sur le site Web du FBI. (L’extrémisme violent à identité noire n’est plus une catégorie reconnue. Elle a été remplacée par la catégorie plus large de « l’extrémisme violent à motivation raciale »). Plusieurs irrégularités de numérisation ont été constatées sur ce bulletin. Les mêmes erreurs de numérisation apparaissent dans le document présenté dans l’article de Yahoo News. Notez les encadrés qui masquent les premières lettres de chaque ligne de texte.

La dernière page du bulletin Black Identity Extremism comporte une enquête de satisfaction des clients. Les numéros des sections 1 à 3 sont alignés verticalement, mais les numéros des sections 4 à 6 sont à gauche de la ligne verticale.

Le bulletin de Yahoo News sur l’extrémisme conspirationniste a le même problème d’alignement avec son enquête de satisfaction des clients.

Vous trouverez ci-dessous des parties de l’enquête de satisfaction des clients des deux formulaires. Le bulletin sur l’extrémisme identitaire noir (en haut) présente une erreur de numérisation qui fait que les cases à cocher chevauchent les premiers mots du texte de chaque ligne. Le bulletin de Yahoo News (en bas) présente la même particularité de numérisation.

Le bulletin sur l’extrémisme identitaire noir (en haut) comporte un filigrane indiquant l’année fiscale 2017 (FY17). Le bulletin de Yahoo News (en bas) indique l’année fiscale 2019.

Bien qu’ils aient été émis par des bureaux locaux différents au cours d’années différentes, la même date de révision apparaît au bas des deux formulaires de l’enquête de satisfaction des clients.

À la dernière page du bulletin sur l’extrémisme violent de l’identité noire (en haut), on trouve un numéro de série du produit qui fournit un numéro de suivi unique. Le numéro de série du produit a été supprimé du bulletin publié dans l’article de Yahoo News (en bas), ce qui rend son suivi pratiquement impossible. Cette étape serait nécessaire si vous espériez faire passer un faux document pour un vrai.

Il est difficile d’affirmer avec certitude que ce bulletin est légitime, compte tenu de la position du FBI selon laquelle il n’enquête pas sur les idéologies, de ses catégories officielles d’extrémisme violent et du refus de Yahoo de fournir des preuves corroborantes à la lumière de conclusions suspectes. Néanmoins, une fois le bulletin publié, les articles grand public qui l’ont suivi ont affirmé avec assurance que le FBI avait déclaré que Qanon constituait une menace terroriste intérieure.

On demande Michael Isikoff

Cette opération n’est pas sans rappeler la façon dont le FBI a obtenu un mandat FISA pour surveiller Carter Page. Les informations nécessaires à la surveillance n’étaient pas facilement disponibles, elles ont donc été fabriquées par Christopher Steele. Sous leur forme brute, les informations de Steele n’étaient pas recevables comme preuves devant un tribunal, elles ont donc été promues par Michael Isikoff et Yahoo. Une fois qu’elle a été présentée dans un organe de presse reconnu, elle a été considérée comme validée et est devenue admissible comme preuve. La surveillance de Carter Page est devenue le prétexte pour salir la campagne présidentielle de Trump et, plus tard, le prétexte pour l’enquête Mueller. Isikoff et Yahoo semblent avoir inventé le bulletin du FBI dans le même but : lui donner de la crédibilité et l’utiliser pour salir leur ennemi.

L’effet Streisand

En 2003, un photographe a publié une photo de la maison de Barbara Streisand à Malibu, en Californie. Barbara Streisand a poursuivi le photographe en justice et a tenté de faire retirer la photo d’Internet. Ses efforts n’ont fait que renforcer l’intérêt du public pour sa maison.

Grâce aux efforts des médias, le mouvement se développe plus rapidement que jamais. Un audit interne de Facebook a révélé l’existence de milliers de groupes et de pages comptant des millions de membres. Que pensaient-ils après avoir publié plus de 2 000 articles dénonçant une conspiration Internet minuscule, sans intérêt, marginale, loufoque et dangereuse ? La croissance du mouvement était l’idée maîtresse du dernier article de Bloomberg. Quand ils ne comparaient pas Q à l’Etat Islamique, ils se plaignaient de la normalisation du mouvement.

La conspiration n’est pas prête de disparaître et, alors que le parti républicain commence à compter sur les QAnon pour obtenir des votes, son style paranoïaque est presque sur le point de se normaliser politiquement.

Cependant, sur un point important, QAnon ressemble à l’État Islamique : Les adeptes partent souvent d’un sentiment d’aliénation et acquièrent ensuite une foi inébranlable dans la justesse d’une cause qui donne libre cours à leurs frustrations.

La fin de la partie

Après avoir convaincu le public que Q est un mouvement violent, l’étape suivante a consisté à convaincre les entreprises technologiques. Des pressions ont été exercées sur les fournisseurs de médias sociaux et d’Internet pour qu’ils bannissent toute personne donnant une voix à Qanon. (Après tout, ils ne voudraient pas soutenir des terroristes, n’est-ce pas ?)

Depuis décembre 2017, Q publiait des messages sur 8chan. Les insinuations selon lesquelles 8chan soutenait la violence ont conduit les fournisseurs de technologie à couper leurs services. Cette décision a réduit Q au silence pendant les trois mois qu’il a fallu au propriétaire de 8chan pour créer un autre site web, 8kun.

Lorsque Twitter a annoncé qu’il suspendait les comptes des adeptes de Q, il a justifié cette mesure en affirmant, sans preuve, qu’ils se livraient à des « dommages hors ligne » (violence).

@TwitterSafety
Nous avons été clairs sur le fait que nous prendrons des mesures coercitives sévères à l’encontre des comportements susceptibles d’entraîner des dommages hors ligne. Conformément à cette approche, nous prenons cette semaine de nouvelles mesures à l’encontre des activités dites « QAnon » sur l’ensemble du service.

Une fois que la société croit qu’un groupe est violent, il peut être attaqué financièrement. Si l’on peut faire pression sur les banques et les plate-formes de paiement pour qu’elles ferment les comptes des adeptes de Q, ce ne serait pas seulement la cerise sur le gâteau pour les médias ; ce serait une mission accomplie. Je pense qu’avec le temps, nous apprendrons que c’était leur véritable objectif depuis le début.

Mes livres sur Q peuvent être achetés chez Barnes & Noble.


Les Déqodeurs


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci




Sélection de livres

































1scandal.com © elishean/2009-2021