Paroles de témoins

Les juges du programme « Kids-for-cash » condamnés à payer plus de 200 millions de dollars

Accusés d'avoir perçus au total plus de 2,67 millions de dollars (soit environ 2 millions d'euros) de pots-de-vin sous forme de rétrocommissions de la part de sociétés privées d'exploitation de centres de détention pour mineurs afin qu'ils condamnent plus de 2 000 adolescents à exécuter des peines dans leurs établissements.

Deux anciens juges de Pennsylvanie qui avaient orchestré un système consistant à envoyer des enfants dans des prisons à but lucratif en échange de pots-de-vin ont été condamnés à verser plus de 200 millions de dollars à des centaines de personnes qu’ils ont victimisées dans l’un des pires scandales judiciaires de l’histoire des États-Unis.

Le juge Christopher Conner a accordé 106 millions de dollars de dommages compensatoires et 100 millions de dollars de dommages punitifs à près de 300 personnes dans le cadre d’un procès civil de longue haleine contre les juges, écrivant que les plaignants sont « les victimes humaines tragiques d’un scandale aux dimensions colossales ».

Dans le cadre de ce que l’on a appelé le scandale des enfants contre de l’argent, Mark Ciavarella et un autre juge, Michael Conahan, ont fermé un centre de détention pour mineurs géré par le comté et ont accepté des paiements illicites d’un montant de 2,8 millions de dollars de la part du constructeur et copropriétaire de deux prisons à but lucratif. Ciavarella, qui présidait le tribunal pour enfants, a mis en place une politique de tolérance zéro qui garantissait qu’un grand nombre d’enfants seraient envoyés à PA Child Care et à son établissement jumeau, Western PA Child Care.

Ciavarella a ordonné la mise en détention d’enfants à peine âgés de 8 ans , dont beaucoup étaient des primo-délinquants jugés pour des petits vols, des passages à vide, l’absentéisme scolaire, la consommation de tabac dans l’enceinte de l’école et d’autres infractions mineures. Le juge a souvent ordonné que les jeunes qu’il avait jugés délinquants soient imédiatement enchaînés, menottés et emmenés sans leur donner la possibilité de se défendre ou même de dire au revoir à leur famille.

« Ciavarella et Conahan ont renoncé à leur serment et ont violé la confiance du public », a écrit mardi Conner dans son explication du jugement. « Leurs actions cruelles et méprisables ont victimisé une population vulnérable de jeunes gens, dont beaucoup souffraient de problèmes émotionnels et de santé mentale. »

La Cour suprême de Pennsylvanie a annulé quelque 4 000 condamnations de mineurs impliquant plus de 2 300 enfants après la découverte du système.


Il est peu probable que les victimes, aujourd’hui adultes, reçoivent ne serait-ce qu’une fraction des dommages-intérêts astronomiques accordés, mais un avocat des plaignants a déclaré qu’il s’agissait d’une reconnaissance de l’énormité des crimes des juges disgraciés.

« C’est une énorme victoire », a déclaré mercredi Marsha Levick, cofondatrice et avocate en chef du Juvenile Law Center, basé à Philadelphie, et avocate des plaignants. « Avoir une ordonnance d’un tribunal fédéral qui reconnaît la gravité de ce que les juges ont fait à ces enfants au milieu de certaines des années les plus critiques de leur enfance et de leur développement compte énormément, que l’argent soit versé ou non. »

Un autre avocat des plaignants, Sol Weiss, a déclaré qu’il commencerait une enquête sur les actifs des juges, mais qu’il ne pensait pas qu’ils avaient de l’argent pour payer un jugement.

Ciavarella, 72 ans, purge une peine de 28 ans de prison dans le Kentucky. Sa date de libération est prévue pour 2035.

Conahan, 70 ans, a été condamné à plus de 17 ans de prison mais a été libéré à domicile en 2020 – alors qu’il lui restait six ans à purger – en raison de la pandémie de coronavirus.


M. Conner a rendu sa décision après avoir entendu l’an dernier les témoignages souvent émouvants de 282 personnes ayant comparu devant le tribunal pour mineurs du comté de Luzerne entre 2003 et 2008 – dont 79 avaient moins de 13 ans lorsque M. Ciavarella les a envoyées en détention pour mineurs – et de 32 parents.

« Ils ont raconté sa nature dure et arbitraire, son mépris pour les procédures régulières, sa brusquerie extraordinaire, et son comportement cavalier et grossier dans la salle d’audience », a écrit Conner.

Un enfant victime anonyme a témoigné que Ciavarella avait « ruiné ma vie » et « ne me laissait pas accéder à mon avenir », selon le jugement de Conner.

Un autre plaignant a déclaré : « J’ai l’impression d’avoir été vendu sans raison. Comme si tout le monde faisait la queue pour être vendu. »

Une autre victime a décrit comment il a tremblé de manière incontrôlable lors d’un banal contrôle routier – une conséquence de l’impact traumatisant de sa détention dans l’enfance – et a dû montrer son dossier de santé mentale au tribunal pour « expliquer pourquoi mon comportement était si erratique ».

Plusieurs enfants victimes qui faisaient partie du procès lorsqu’il a commencé en 2009 sont depuis décédées d’overdoses ou de suicide, a déclaré M. Conner.

Pour calculer les dommages-intérêts compensatoires, le juge a décidé que chaque plaignant avait droit à un taux de base de 1000 $ pour chaque jour de détention injustifiée, et a ajusté ce montant en fonction des circonstances de chaque cas. Des dommages-intérêts punitifs substantiels étaient justifiés parce que ces juges indignes ont infligé « un traumatisme physique et émotionnel indescriptible » à des enfants et des adolescents, a écrit M. Conner.

L’attribution de dommages-intérêts ne concerne que les plaignants qui ont choisi de participer au procès.

D’autres personnages importants de l’affaire ont déjà payé il y a plusieurs années, notamment le constructeur et le propriétaire des prisons privées et leurs sociétés, pour un montant total d’environ 25 millions de dollars.

MICHAEL RUBINKAM


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci


1scandal.com © elishean/2009-2022

Articles connexes