Social & Finance

Les Italiens de 50 ans et plus non-vaxxés sont INTERDITS de leur lieu de travail à partir du 22 février

Les contrevenants risquent de lourdes amendes

Les travailleurs italiens âgés qui n’ont pas reçu d’injection du vaccin contre le coronavirus de Wuhan (COVID-19) seront essentiellement interdits d’entrer sur leur lieu de travail à partir du 22 février. L’interdiction des travailleurs non vaccinés s’appliquera à tous les résidents âgés de 50 ans et plus qui travailler à la fois dans le secteur public et privé.

L’interdiction des travailleurs non vaccinés fait partie des nouveaux mandats annoncés le 5 janvier et publiés deux jours plus tard, parallèlement à l’exigence du « super laissez-passer vert » du pays. Le laissez-passer, qui remplit la même fonction qu’un passeport vaccinal, est requis pour entrer dans la plupart des établissements en Italie.

Toute personne vivant en Italie âgée de 50 ans et plus – y compris celles qui auront 50 ans d’ici le 15 juin – serait tenue de montrer son super laissez-passer vert comme preuve qu’elle a reçu une injection du vaccin COVID-19. Les ressortissants étrangers, les travailleurs indépendants et les chômeurs sont soumis aux nouvelles règles.

Dans cette optique, les salariés souhaitant travailler sur site doivent présenter leur super pass vert pour entrer. Les personnes non vaccinées qui tentent d’entrer peuvent encourir des amendes allant de 600 € (680 $) à 1 500 € (1 700 $) – les récidives méritant le double du montant des sanctions. Les employeurs qui refusent d’appliquer les mandats du passeport vaccinal peuvent également faire face à des amendes allant de 400 € (453 $) à 1 000 € (1 133 $).

Selon le New American , les travailleurs italiens âgés de 50 ans et plus ont initialement eu la possibilité de présenter un test COVID-19 négatif en septembre 2021. Le nouveau mandat a annulé cette option pour les travailleurs âgés. Seuls ceux qui ont des exemptions médicales confirmées et ceux qui ont récemment récupéré du mandat sont autorisés à entrer sans avoir à montrer un super laissez-passer vert.

Le sentiment du gouvernement italien contre les personnes non vaccinées semble avoir saigné dans la population. Une Italienne qui n’a pas reçu le vaccin a déclaré que de nouvelles normes sociales ciblant les non vaccinés sont apparues au cours des derniers mois. Patrizia Bianco, 55 ans, se lamente : « Les gens ne me disent plus bonjour dans la rue. Si je fais un pas vers eux, ils reculent. C’est triste. »

L’Italie commet un fascisme médical contre sa population âgée non vaccinée

Le ministre italien de la Santé, Roberto Speranza, a doublé le mandat de vaccination pour les personnes âgées de 50 ans et plus. « Nous devons encore insister sur la vaccination. Plus nous asséchons les zones non vaccinées, plus le pays est sûr », a-t-il déclaré aux médias italiens. Speranza a également défendu de rendre le vaccin COVID-19 obligatoire pour les Italiens plus âgés, affirmant que cette décision « est une décision correcte qui nous met en mesure d’envisager les mois à venir avec plus de confiance ».

En janvier, Speranza a défendu le mandat au besoin lors des réunions du cabinet ce mois-là. Il a affirmé que le gouvernement italien avait pris la décision « de réduire les hospitalisations » à cause du COVID-19. Selon le ministre de la Santé, les deux tiers des patients COVID-19 admis dans les hôpitaux n’étaient pas vaccinés.

Le mandat de vaccination de l’Italie pour les personnes âgées est similaire à celui de la Grèce. En janvier, le gouvernement grec a rendu la vaccination obligatoire pour les citoyens de 60 ans et plus à partir du 17 janvier. Les Grecs plus âgés qui insistent pour refuser le tir seront condamnés à une amende de 50 € (56 $) le premier mois et de 100 € (113 $) les mois suivants.

Le ministre grec de la Santé, Thanos Plevris, a déclaré que le service des impôts du pays se chargerait de percevoir les sanctions, qui seront ensuite dirigées vers les hôpitaux publics. « Le facteur âge est important en raison de son impact sur le service de santé publique », a-t-il déclaré le 16 janvier.

Pendant ce temps, le porte-parole du gouvernement grec Giannis Oikonomou a déclaré que ceux qui ont des problèmes de santé valables qui les empêchent de se faire vacciner sont exemptés du mandat. Il a poursuivi que ceux qui avaient retardé les rendez-vous de vaccination à domicile et ceux qui se sont récemment remis d’un combat avec COVID-19 sont également exemptés.

Les sources de cet article comprennent :
TheEpochTimes.com
TheNewAmerican.com
APNews.com
Brighteon.com


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci


1scandal.com pour une info libre... © elishean/2009-2022

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.